Archives du mot-clé Arte povera

L’art contemporain à l’école

20151222_13234320151222_132354

Tanc

 » Des artistes de toute l’Europe ont investi l’école Saint Joseph de Saint-Jean de Luz avant qu’elle ne soit détruite. Le résultat est une  exposition intitulée ’15 classes’  Chacun a été invité à donner sa vision d’un art optique, cinétique et plastique autour de l’architecture en transformation « 

L’expérience éphémère s’est achevée le 6 janvier dernier : art cinétique, arte povera, art du tatouage, abstraction géométrique, graffitis,  figuration narrative,  : autant de mouvements artistiques différents ainsi illustrés.20151222_131547

L’école disparaît en janvier. Elle va être détruite pour laisser la place à un nouvel ensemble immobilier de 60 appartements.

20151222_13182120151222_13174220151222_131426

Remi Rough

20151222_13140020151222_13135520151222_13153020151222_13160220151222_132314

20151222_13225720151222_132149

20151222_13214020151222_132206

Gilbert Petit20151222_132248

Cette exposition a été conçue par l’artiste LX. one fondateur de la revue Redux née en 2002.

Commissaires d’exposition : Lx.one et Erwann Lameignère
Production : Collectif Combo 20151222_132040
Avec Arro StudioL’AtlasEtienne Bardelli, Stéphane CarricondoErico, Jerk45, JeykillKrsnLx.oneClément Laurentin, Martina Merlini, Gilbert PetitRemi Rough, Tanc, Teo Moneyless.
  20151222_13245020151222_132459 Jerk45

20151222_13250520151222_132509

 

Etienne Bardelli20151222_13274020151222_132720

 

Martina Merlini20151222_131919

Sur l’importance du travail collectif : Stéphane Carricondo : Avec deux amis, ce peintre a fondé le collectif 9ème concept .

Expo 2015, « Food in Art », Demetrio Paparoni, Celant et l’Arte povera

 » Le critique d’art Demetrio Paparoni,  a adressé une lettre ouverte au maire de Milan, Giuseppe Pisapia, au commissaire de l’Exposition universelle, Giuseppe Sala, et au commissaire gouvernemental pour l’exposition, Raffaele Cantone, pour se plaindre du salaire accordé à Germano Celant. « C’est immoral, écrit celui qui considère qu’en Italie, il existe des retraites à 800 euros par mois ; que Pompéi s’écroule ; que le jeune art italien est inexistant à l’étranger, à cause des mandarins du système de l’art italien qui ne promeuvent qu’eux-mêmes ; que le directeur des Offices de Florence gagne 1 890 euros par mois et que les salles du même musée ne sont pas correctement déshumidifiées par absence de fonds. » traduction  par le Journal des Arts :(http://www.lejournaldesarts.fr).

01_dettaglio_art_food_1280x500Expo 2015 : http://www.expo2015.org/en/explore/thematic-areas/art-and-food

Demetrio Paparoni sul caso Celant : http://www.artribune.com/2014/05/expo-2015-demetrio-paparoni-sul-caso-celant/

La réponse du commissaire Celant : http://www.artwireless.it/aw/ultima-ora/1885-presentato-arts-foods-per-expo-2015,-e-celant-risponde-alla-polemiche.html

Sur le même site, lire  : Germano Celant e la sua guerriglia culturale, di Valentina Spata : http://www.artwireless.it/aw/l-occhio-del-critico/251-germano-celant-e-la-sua-guerriglia-culturale.html

Sur Germano Celant et l’arte povera : Arte povera, une question d’image, Germano Celant et la représentation critique la néo-avant-garde, de Giuliano Sergio, Traduction de James Gussen :  » L’arte povera est un cas critique exemplaire. Inventé en 1967 par Germano Celant, ce label a eu une fortune extraordinaire qui a attiré l’attention des spécialistes et a suscité les jugements les plus divers » : http://etudesphotographiques.revues.org/3224

et 1967 : ARTE POVERA, Germano Celant,  – Flash Art  n.5 – 1967 : NOTES FOR A GUERRILLA WAR, FIRST COMES THE HUMAN : http://www.flashartonline.com/interno.php?pagina=articolo_det&id_art=352&det=ok&title=ARTE-POVERA

Site officiel de Demetrio Paparoni : http://www.demetriopaparoni.com/

Biographie : http://www.arte.rai.it/articoli-programma/demetrio-paparoni/17704/default.aspx

Site d’un acteur majeur de l’Arte povera , décédé lui en 1968,  Pino Pascali : http://www.museopinopascali.it/

Minolta DSCLe musée des Arts décoratifs à Paris (François Mathey), l’exposera en 1969, aux côtés de Ceroli, Kounellis et  Marotta .

Mathey souhaite alors exposer une œuvre « la mer faite d’eau » acquise par la Galleria nazionale d’arte moderna (GNAM), à l’époque de Palma Bucarelli : http://www.gnam.beniculturali.it/index.php?it/446/dalle-collezioni-della-galleria-nazionale-darte-moderna&pag=5

Nave,1964, tecnica mista su masonite, cm. 146 x 62

http://acoulange.wordpress.com/2013/05/13/pino-pacali-sauver-ce-qui-peut-letre-dune-forme/

Sala 40 – Pascali : http://www.gnam.beniculturali.it/index.php?it/371/sala-40-pascali

IMG_0665pino pascaliœuvre illustrant l’article du 15 juin 2011, par Lunettes Rouges :

Pour finir en beauté (Venise 6) :http://lunettesrouges.blog.lemonde.fr/2011/06/15/pour-finir-en-beaute-venise-6/

 

Le musée et l’artiste du mois : Jorinde Voigt au MACRO

Le Museo d’arte contemporanea Roma, le MACRO, est situé dans un quartier de Rome un peu excentré, dans la partie nord-est, près de porta Pia. Le projet émerge à la fin des années 1990, dans une capitale déjà saturée d’art. Profitant d’une reconversion industrielle, le musée public peut s’installer sur le site d’une ancienne usine. Six salles ouvrent en septembre 1999, le musée principal est inauguré le 11 octobre 2002 : http://www.museomacro.org

http://fr.museiincomuneroma.it/ne_fanno_parte/macro

Le musée bénéficie ensuite de deux extensions  : le « MACRo Future », composée de deux pavillons situés dans la zone de Testaccio, puis en 2010, un nouvel espace est créé via Nizza et via Cagliani près de la porta Pia.
La collection permanente du MACRO comprend une sélection de quelques-unes des expressions les plus importantes de la scène artistique italienne depuis les années 1960 :  le groupe Forma 1 : Carla Accardi, Antonio Sanfilippo, Achille Perilli, Piero Dorazio, Leoncillo et Ettore Colla ; l’Arte Povera : Mario et Pino Pascali Ceroli ; la Scuola di Piazza del Popolo : Tano Festa, Mario Schifano, Titina Maselli et Mimmo Rotella.

Parmi les expositions temporaires du MACRO, à noter : Jorinde Voigt. « Superpassion », commissariat : Maria Alicata
du 29 novembre 2013 au 9 mars 2014 : http://museomacro.org/it/prossimamente-jorinde-voigt-superpassion

Cette artiste, de nationalité allemande, née le 1er janvier 1977 à Francfort-sur-le-Main (Allemagne),  vit et travaille à Berlin. Pour sa première exposition personnelle dans une institution publique italienne, l’artiste présente une installation composée d’une nouvelle série d’œuvres sur papier de dimensions diverses. Chaque dessin, comme le suggère le titre de l’exposition, fait référence à un chapitre ou à un extrait du livre de Niklas Luhmann, L’amour comme Passion paru en1985  aux éditions Laterza (titre de l’édition originale : Liebe als Passion Codierung von  Zur Intimität  paru en1982, Suhrkamp Verlag).

Voir le compte rendu de Philippe Dancause paru dans Aspects sociologiques, (novembre 1993, pp. 31-32.) : http://www.fss.ulaval.ca/cms_recherche/upload/aspectssociologiques/fichiers/dancause1993.pdf

Fidèle à la théorie des systèmes, Jorinde Voigt donne un aperçu de l’évolution de la sémantique de l’amour qui est avant tout un code, un moyen de  communication qui appartient à la sphère la plus intime de l’être.

Le site de l’artiste : www.jorindevoigt.com

Une de ses œuvres est présentée dans la salle 22 du 4ème étage du Centre Pompidou et sur le site du Centre Pompidou virtuel : http://www.centrepompidou.fr/cpv/ressource.action?param.id=FR_R-0eaa594bbb64d2b2eb280a04c85251a&param.idSource=FR_P-0eaa594bbb64d2b2eb280a04c85251a

Quelques reproductions des œuvres de Jorinde Voigt figurent sur le site de la revue britannique File magasine : http://file-magazine.com/whats-on/jorinde-voigt-konnex

Un autre lieu d’exposition de l’art contemporain à Rome : le MAXXI est un autre lieu d’exposition créé en 2010 :  ce Musée national des arts du XXIe siècle, est une fondation italienne, consacrée à toutes les formes de création de l’art contemporain. La collection permanente est constituée de 300 œuvres qui témoignent de la production artistique internationale, un accent particulier est mis sur les artistes italiens ou étrangers, dont les recherches sont liées au contexte italien : http://www.fondazionemaxxi.it