Archives du mot-clé Art Press

Exposition Roger Tallon aux Arts Décos : aux origines de la création

20160907_192237tallon

La donation de Roger Tallon aux Arts Décos est ici célébrée à travers une exposition temporaire rue de Rivoli, qui est répartie sur deux étages. Françoise Jollant et Dominique Forest en sont les commissaires. 

L’exposition est  très riche, la revue de presse accueille l’exposition Roger Tallon avec intérêt, compte tenu de l’ingéniosité du designer et de l’incroyable diversité des objets qui l’intéressaient : Sage dans sa scénographie, l’exposition Roger Tallon des Arts décoratifs, à Paris, étonne par la diversité et la modernité des créations de ce designer disparu en 2011. Il a touché à tous les domaines, du « frigidaire » au TGV :

  • les moyens de transport ( une moto « Taon », le rail, avec une collaboration au long cours avec la SNCF : le Corail, le TGV, mais aussi le funiculaire de Montmartre, etc. );
  • la maquette du journal Artpress toujours d’actualité,
  • les mobiliers ( les sièges comme la chaise Sentou ou le lit et les sièges qui figurent dans le film  » La piscine » )
  • le tube de produit solaire Bergasol et les lunettes de soleil ;
  • les bidons d’essence ;
  • les conditionnements de produits de pharmacie,
  • jusqu’à une improbable crèche composée de sièges, commandée pour l’aéroport d’Orly  et dont on expose ici le siège César.
  • L’enfant jésus apparaissait dans une télévision, ce qui est normal pour l’auteur de la célèbre Téléavia. televiseur_portatif_tallon

Roger Tallon était très lié aux Nouveaux réalistes dont Yves Klein, décédé prématurément. César a moulé le fameux pouce de Roger Tallon pour l’une de ses sculptures les plus connues.cesar-baldaccini-vgj

Le portrait et l’histoire de Roger Tallon par Françoise Jollant Kneebonne.

20160907_192552

Pour les amateurs d’art et de design, Roger Tallon (1929-2011), c’est l’extraordinaire escalier hélicoïdal Module 400 en aluminium (1966 et 1974).

tallon-tt-width-653-height-368-fill-1-crop-0-bgcolor-ffffff

Exposition des composants de l’escalier Module M400 édité par la galerie Lacloche, 1966.(©Les Arts Décoratifs, Paris/ADAGP 2016).

 

Car ces créations ont bien sûr été exposées avant cette très complète rétrospective. Michel Ragon, écrivain, critique d’art, a participé avec François Mathey à une exposition de la galerie Lacloche : « Je travaillais sur l’architecture, les objets, je connaissais bien Lacloche un bijoutier de grand luxe de la place Vendôme. Il avait ouvert sa galerie au premier étage, il faisait des expositions de peinture que je soutenais. Un jour, il m’a proposé de faire une exposition sur l’objet. L’exposition chez Lacloche était innovante : les artistes étaient invités à faire des sièges, des bijoux. J’ai incité Lacloche à faire des bijoux d’artistes, comme avec Penalba, puis la seconde exposition, je l’ai faite avec Mathey : ce qu’il avait réalisé au musée des Arts décoratifs sur le même thème m’avait beaucoup plu ».

Cette exposition rassemblait des sculptures, des mobiliers, des meubles de François Arnal, Arman, Alexandre Babeanu, Jef Banc, Berrocal, Martine Boileau, Cesar, Celine Chalem, Louis Chavignier, Michel Guino, James Guitet, Philippe Hiquily, Jacobsen, Radivoje Knezevic, Caroline Lee, Robert Malaval, Matta, Metcalf, Alicia Moi, Nikos, Marta Pan, Georges Patrix, Alicia Penalba, Philolaos, Bernard Rancillac, Day Schnabel, Jurgen Schneyder, François Stahly, Jose Subira Puig, Roger Tallon, Aurello Teno, Claude Viseux, Artigas, Bondt, Din Vanh, Filhos, Knoop, Torun.

C’était un clin d’œil à la célèbre exposition Antagonismes 2 , l’Objet organisée en 1962 au musée des Arts décoratifs.

 

 

 

Clément Chéroux : L’immagine comme punto interrogativo

L’édition n°1 des « Carnets du BAL », s’est appuyé en partie sur le colloque intitulé L’Image-document entre réalité et fiction, qui, à l’initiative du BAL, s’est tenu les 3 et 4 novembre 2009 à la Fémis, à Paris. Cet exemplaire de la revue est, semble-t-il, balépuisé.

L’article de Clément Chéroux qu’il comprenait ( « L’image comme point d’interrogation ou la valeur d’extase du document surréaliste ») a fait l’objet d’une nouvelle édition  chez Johan et Levi, en 2012, dans une version italienne, sous le titre : L’immagine comme punto interrogativo o il valore estatico del documento surrealista. Ces 46 pages annotées et illustrées rendent hommage aux surréalistes et à leur prescience s’agissant du pouvoir révolutionnaire des images, dont ils ont fait la démonstration dans le cadre d’un usage renouvelé de l’objet photo, entre « trasformazione, trasfigurazione et transustanziazione », l’essentiel étant, en paraphrasant Rimbaud, de changer la vision, « cambiare la vista ».

Évoquant les notions de « trasformazione, trasfigurazione et transustanziazione », Clément Chéroux  fait appel à la problématique d’une exposition du MoMA de 1990, intitulée « High and Low« , qui analysait l’intérêt que portait l’art contemporain à l’art populaire et les rapports d’appropriation et de chosification qui  en résultaient : la problématique évoquée se rapproche de celle qu’il a voulu souligner dans son article.

Pour en savoir plus sur l’exposition « High and Low. Modern Art and Popular Culture » dont le commissaire était Kirk Varnedoe, et qui comprenait notamment des œuvres de Roy Lichtenstein, voir l’article de Rosalind Krauss dans October et  l’interview de Kirk Varnedoe donnée à Art Press (N° 141). Voir le communiqué de presse de l’époque du MoMA.