Archives du mot-clé art populaire

1986-2016 : le musée de Laduz fête ses 30 ans

Le musée  de Laduz  créé par la famille Humbert, fête ses trente ans.

Souvent évoqué ici et soutenu par François Mathey et par bien d’autres amateurs d’art  populaire, ce musée va être animé par une nouvelle génération issue de la famille Humbert. Elle axe ses premières expositions temporaires sur le thème des livres  d’artistes et sur celui des créations  réalisées  à  partir des papiers « choisis » :

PAPIERS CHOISIS II du 2 Juillet au 28 Août 2016, Vernissage le samedi 2 Juillet -17h30.

Œuvres de Odon, Bernadette Chéné, et Marie-Thérèse Herbin.

Ces artistes sont issus d’une grande famille liée par le même besoin de créer avec des matériaux simples de la vie quotidienne: papier journal, papier kraft…pour qu’ils soient découpés, pliés, tissés, froissés, tressés, sculptés…se transformant ainsi en véritable œuvre d’art contemporain.  En référence à notre exposition de 2004, “De fibre et de fil”, nous reprenons nos recherches et découvertes d’artistes talentueux et reconnus par leurs œuvres innovantes et étonnantes dans leur conception.

François Mathey et les collectionneurs

En écho au thème retenu cette année au Festival d’histoire de l’art de Fontainebleau, voici un nouvel article déposé sous Hal SHS– Il reprend l’essentiel des questions développées lors de mon intervention du 30 mai dernier :
En 1974, le conservateur en chef du musée des Arts décoratifs, François Mathey (1917-1993) organise une exposition collective intitulée  » Ils collectionnent « . Considérée à l’époque comme une exposition  » sociologique  » inédite, elle suscite l’intérêt et pose plusieurs questions : quelles sont les fonctions sociales de la collection ? Pourquoi crée-t-on une collection ? Que révèle la collection de l’identité de son auteur ? Quels objets collectionnent-on et pourquoi ? Dès lors que les objets de la collection évoluent et que de nouveaux collectibles apparaissent, quelles en sont les implications esthétiques ? François Mathey a depuis longtemps exposé des collections privées dans son musée : en 1957,celles des mécènes collectionneurs de Franche-Comté, données et rassemblées (depuis 1694) au musée de Besançon, en 1958 la collection privée américaine de Solomon R. Guggenheim, puis en 1967, la collection d’art brut de Dubuffet. Il a exposé également très tôt des créations qui n’étaient pas encore légitimes au musée : la photographie dès 1955, la science-fiction, la bande dessinée, l’art populaire, l’art brut dès 1967, etc. Il montre en 1974 80 collections privées :
http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01001983

L’art exposé est-il ou doit-il être élitiste ou démocratique ?

Intéressantes remarques de Simon Bruneel-Millon (Monde Académie, « Les gardiens d’exposition face au trouble suscité par Huyghe et Parreno ») relatives à la perception du public face aux deux expositions d’art contemporain de Parreno et Huygue actuellement en cours à Paris :

http://mondeaccult.blog.lemonde.fr/2013/11/04/les-gardiens-temoins-des-situations-de-huyghe-et-parreno/

 » Pierre Huyghe et son ami Philippe Parreno – auquel le Palais de Tokyo a donné carte blanche, au même moment – ont transformé la notion même d’exposition, donnant ainsi la pleine mesure du renouveau qu’ils ont apporté dans le champ de l’art. Les oeuvres présentées y ont moins d’importance que les situations qu’elles créent chez celui qui les regarde ou les traverse. Ce qui ne manque pas de désarçonner le visiteur. […] l’acteur de l’exposition n’est autre que celui qui la découvre. »

Les gardiens sont surpris par les réactions des visiteurs : l’animation procurée par les portes automatiques d’une installation de Parreno, par exemple :

“Ils veulent tous traverser la porte automatique: on dirait des gamins”, s’amuse t-il. “Ils ont beau en voir tous les jours au supermarché, ils veulent traverser celle-là, alors qu’elle ne mène nulle part…” Dans l’exposition Huyghe, l’excitation est à son comble quand arrive l’un des performers du moment : un élégant lévrier blanc affublé d’une patte rose. “C’est très étrange ce qui se passe avec ce chien », constate Pascal. “ Dès qu’il survient, tout le monde s’agglutine et dégaine les appareils photo; on dirait une star poursuivie par des paparazzi ”.[…]  « On me demande parfois: mais où est l’œuvre ? », explique un gardien chargé de surveiller une scène vide. Il s’agit d’une oeuvre de Parreno destinée à stimuler l’imaginaire du visiteur. Simplement suggéré par le son des pas des danseurs, il doit reconstituer le ballet qui s’exécute devant ses yeux.
 » On distingue rapidement ceux qui viennent pour Huyghe de ceux qui sont là par hasard, perdus au Centre Pompidou.. C’est une exposition pour classe supérieure »  suggère Pascal. Un avis qui tranche avec celui du critique d’art et théoricien Nicolas Bourriaud pour qui ces situations « régies par un strict souci de laisser sa chance à chacun » confèrent à cette pratique un caractère « foncièrement démocratique ».

L’ art exposé est-il ou doit-il être élitiste ou démocratique ? Dès lors que l’on choisit de le distinguer, de le faire figurer au musée, l’art est forcément élitiste, contemporain ou pas, d’ailleurs l’artiste fort justement veut être distingué, élu, pour figurer au musée.

Mais peut-il exister un art démocratique, accessible au quotidien ? Dans la culture au quotidien ? Où retrouver cet art, dans les traces laissées par Keith Haring, qui avait tout compris, mais auquel ses marchands reprochaient « sa générosité » ? Dans le street art, qui s’encadre, l’art populaire, l’art naïf, le mail art, l’art brut, qui font le bonheur des ventes aux enchères les plus chics d’aujourd’hui ? L’art en question est parfois imbriqué dans la culture au quotidien : Art des femmes du Mithilâ en Inde, l’art des quilts aux USA, l’art des papiers découpés en Suisse ?  Ces pratiques déjà anciennes, parfois d’inspiration religieuse, relèvent-elles plutôt aujourd’hui des loisirs créatifs, d’un Low art, comme il existerait un High art ?

La traversée du temps modifie la perception des catégories et ces classements, cette taxinomie frénétique qui se développe allègrement au XIXe siècle en Occident, est commode mais dépassée car la perception de ces différentes créations évolue, rendant la hiérarchisation des arts entre Low et High art, inopérante. Le design des objets quotidiens d’Égypte, n’était probablement pas remarquable en son temps, ces objets du quotidien figurent depuis au musée.

L’art conceptuel de Parreno et Huygue est-il élitiste ? L’interaction qu’ils souhaitent instaurer avec le visiteur, illusoire ? C’est ce que pense Dominique Baqué (Pour un nouvel art politique: de l’art contemporain au documentaire, Flammarion, 2014). Voir la note de lecture de Michel Poivert : http://etudesphotographiques.revues.org/400

La vraie question réside plutôt dans l’accès à l’œuvre qui figure au musée ou au centre d’art : qu’il s’agisse de Poussin ou de Parreno, les clefs de compréhension ne sont pas données mais à conquérir et  parfois on parvient même à les mettre à disposition du public, au lieu de « laisser sa chance à chacun » comme au Loto ! Pour preuve cette émission sur Arte, évoquant les tableaux de Poussin et leur complexité : La vie cachée des œuvres, diffusé le 24 novembre dernier :  http://telescoop.tv/browse/369291/11/la-vie-cachee-des-oeuvres.html

Il serait enrichissant pour les visiteurs de musées et de centres d’art, que des émissions similaires fassent apparaître les ressorts poétiques, ou non, des « expositions parcours » proposées par les artistes contemporains et ce d’autant plus que les artistes contemporains pratiquent en général  un art de la citation qui nécessite pour être compris que les œuvres et artistes du passé soient connus.

« L’immédiateté de l’art », notion sacrée par Malraux, existe : on peut être séduit, frappé,sidéré par une image, un discours, un parcours, une sculpture : au demeurant on peut aussi l’être par un défilé militaire ou une foule en délire..mais c’est surtout  la découverte approfondie d’une œuvre et de ses différents niveaux de lecture, d’un artiste et de son propos qui importent : éducation et culture sont nécessairement mêlées et l’ancienne dichotomie suggérée par Malraux dans les années 1960 (était-ce pour laisser une chance à son ministère d’exister, face au puissant ministère de l’Instruction publique ?)  ne devrait donc plus avoir lieu d’être. Mais est-ce aux artistes de délivrer des clefs de lecture de leurs œuvres ? Non, la médiation importe, c’est le rôle de tous les « sachant » de partager ce qu’ils auront vu dans  l’œuvre, « l’image ouverte » souvent évoquée par Georges Didi-Huberman.

Pierre Huyghe : Centrepompidou.fr et Philippe Parreno, Anywhere, Anywhere Out Of the World. Palais de Tokyo, jusqu’au 12 janvier 2014 : Palaisdetokyo.com

Le match perdu des néo conceptuels face à la « peinture/ peinture » : http://musearti.hypotheses.org/?p=1133

Mais aussi :

Art des femmes du Mithilâ, au musée des arts d’Afrique et d’Asie, à Vichy : http://musee-aaa.com/?page_id=655

9782343015101r

voir également  l’ouvrage de Martine Le Coz, Mithilâ. L’honneur des femmes, paru en septembre 2013 : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=41133

Sur le objets quotidiens d’Égypte: voir le Musée des Beaux-Arts de Limoges (Musée de l’Évêché)  : http://www.bubastis.be/art/musee/limoges_01.html

http://www.museebal.fr/sites/default/files/img/PDF03/egypte-panneaux-gros-caracteres.pdf

Le Quilt art au centre culturel américain Mona Bismark : http://monabismarck.org/pdf/DP%20-%20QUILT%20ART%20FR.pdf

Les papiers découpés : http://musearti.hypotheses.org/1161

L’art brut : http://musearti.hypotheses.org/?p=465

et  l’art populaire dans les ventes aux enchères : http://www.interencheres.com/fr/meubles-objets-art/art-populaire-ie_s204.html

L’univers de Keith Haring : The universe of Keith Haring , documentaire sorti en DVD, de Christina Clausen : http://www.avoir-alire.com/keith-haring-le-petit-prince-de-la-rue-la-critique-test-dvd

et Les jeans de Keith Haring, retour chez l’encadreur : http://musearti.hypotheses.org/?p=273

Enfin, une liste des ouvrages de Georges Didi-Huberman : https://www.franceculture.fr/oeuvres/210621

 

Le papier découpé, un art populaire « transcendant »

Appelés canivets s’ils sont créés au canif, les papiers découpés relèvent d’une tradition millénaire en Chine et ont traversé les siècles en Europe, les couches sociales et même les genres. Ils ont tantôt été créés par des détenus, des nonnes, des paysans et des bourgeois aussi. Leur parcours a de quoi surprendre car l’art est difficile et minutieux, il demande de la patience, il est de l’ordre de l’intime, de la création modeste, humble, il s’offre. Il naît en maintes occasions, se manifestent lors de célébrations et aborde de nombreux thèmes : la religion et plus particulièrement le Christ, mais aussi les mariages, les fêtes ou les anniversaires.
L’ouvrage qui vient de paraitre est richement illustré et rappelle l’histoire de cet art populaire qui a pu transcender les genres, les classes sociales et les frontières.  Son auteure Felicitas Oehler, préside l’association suisse du découpage. Le parcours chronologique de son livre est centré sur l’Europe, plus particulièrement l’Allemagne et la Suisse, mais cette tradition existe aussi dans les régions de Lyon et de Besançon.

Parmi les premières créations mises en valeur, les images à décor de dentelles et les premiers canivets ( du XVIIe et de la fin du XIXe siècles). Cet art a ses collectionneurs, passionnés, ses galeries, ses expositions et ses rares musées. François Mathey, lui même collectionneur, les accueille dans son musée lors de deux expositions qui font date : « Ils collectionnent » en 1974 et « Artiste, Artisan ? » en 1977. A titre d’exemple, l’association  » trésors de ferveur » a sa propre collection de plus de 240 objets réunis depuis sa création, et gère une collection privée de plus de 4000 objets et 1500  “images de missel” comprenant, entre autres des reliquaires domestiques, des souvenirs de couvents, de pèlerinage et des canivets.

Felicitas Oehler décrit longuement dans son ouvrage les silhouettistes allemands et l’art de Johann Jacob Hauswirth (décédé en 1964), précurseur du découpage sur papier à sujet alpestre. Parmi les artistes présentés, Jean Huber, officier et juriste, peintre, graveur sur cuivre, et découpeur de papier, qui fut l’ami de Voltaire. Enfin,  notons la présence de nombreuses femmes au sein de la toute dernière génération de créateurs.