Archives du mot-clé art contemporain

Jardin infini à Metz

Un titre +  un événement + un lieu +des artistes modernes et contemporains  confirmés : soit une nouvelle  évocation des jardins cette fois à Metz.

Depuis mars au Centre Pompidou Metz, et jusquˋen août 2017, Emma Lavigne  (et Hélène Meisel ) présentent  une exposition intitulée « Jardin infini, de Giverny à l’Amazonie ».

Il s’agit d’abord de célébrer l’anniversaire des 150 ans du jardin botanique de la ville de Metz.

 L’exposition ensuite « loin d’être un espace clos et limité, explore le jardin comme un territoire infini. Il représente un lieu d’hybridation, d’expérimentation et d’étrangeté aux yeux de nombreux artistes. Perpétuelle source d’inspiration, ce Jardin infini rassemble environ 300 œuvres de la fin du 19ème à nos jours.

A vocation pluridisciplinaire et sensorielle, l’exposition présente un grand nombre d’installations contemporaines, dont le monumental Léviathan-main-toth d’Ernesto Neto (2005).  La sculpture élargit le sujet jusqu’à évoquer l’Amazonie : dix ans après avoir été déployée au Panthéon, à Paris, cette œuvre donne d’ailleurs à Jardin infini l’illustration de son affiche, et une partie de son sous-titre. 

Centre Pompidou Metz

Panthéon

La scénographie est réalisée par l’artiste catalan Daniel Steegmann Mangrané, qui investit les deux galeries du Centre Pompidou-Metz.

Les artistes Bonnard ou Max Ernst sont  présents à travers des oeuvres peut-être moins connues :

Pierre Bonnard : « L’Atelier au mimosa », hiver 1939, octobre 1946 – huile sur toile. CENTRE POMPIDOU, MNAM-CCI, DIST. RMN-GRAND PALAIS/PHILIPPE MIGEAT

Max Ernst – « Pétales et jardin de la nymphe Ancolie » – 1934 © Adagp, Paris 2016

Des artistes vivants, de renom, Dominique Gonzalez-Foerster, Laurent Grasso, Rebecca Horn, Yayoi Kusama participent à l’exposition.

Le parcours libre est ouvert sur la ville de Metz, avec l’aménagement de trois jardins d’artistes hors les murs : au quai des Régates, le land artist Peter Hutchinson installe son œuvre Thrown Ropes : un tracé de plates-bandes sinueuses et aléatoires, planté de fleurs et de pierres. 

VIVRE !! Une exposition de la collection d’art contemporain d’Agnès b.

Cette photographie "Le nageur" de Ryan McGinley, de 2004,
lart-contemporain-version-agnes_0_730_385 ouvre l'exposition en cours à la Cité de l'immigration. Elle regroupe 70 œuvres qui appartiennent à la styliste de mode Agnès b. Cela représente une petite partie d'une collection qui s'est constituée progressivement depuis près de 40 ans.claude-leveque-sans-titre-ensei-gnes-tubes-multicolores-1995-740x370Claude Leveque-sans titre-enseignes tubes multicolores-1995.
C’ est au gré d’affinités, de rencontres avec des cultures et des réseaux très divers, en fonction « d’histoires naturelles », qu’elle a réuni un ensemble unique.  De nombreuses expositions préalables ont permis de dessiner le portrait d’une grande collectionneuse, discrète.
 Agnès b. avait déjà exposé sa collection aux Abattoirs de Toulouse en 2004.
A Villeneuve d’Ascq, c’est une autre facette de cette collection qui a été présentée plus récemment au Lam en 2015.
Depuis longtemps,  Agnes b. mène une action de mécénat et effectue des prêts  d’oeuvres pour des expositions temporaires très diverses.
Elle a par exemple été partenaire de l’ exposition « Seydou Keïta » et de l’exposition « Carambolages », au Grand Palais en 2016.alighiero-boetti-mappa-del-mondo-tapisserie-sur-toile-1984-600x402
Alighiero Boetti-Mappa del Mondo, tapisserie sur toile-1984.
 jean-michel-basquiat-autoportrai-1983-courtesy-collection-agnes-b-498x700
JEAN-MICHEL BASQUIAT-autoportrait-1983-collection-Agnes-b
Agnès b. a ouvert dès 1984 sa galerie, la galerie du jour, qui poursuit sa programmation.
Mais elle cherche depuis quelque temps un lieu à la périphérie parisienne pour installer sa fondation :
Elle aimerait trouver dans un quartier défavorisé du Grand Paris un lieu qui serait « fonctionnel et sans luxe ». Il comporterait des salles d’exposition, une salle de spectacle et de projection, des résidences d’artistes :
A l’heure où les grands musées du centre de Paris fêtent leur 30 ou 40 ans et où les fondations privées  se focalisent sur leur installation  dans la capitale,  Agnès b. est à la recherche d’un lieu « ouvert vers des visiteurs qui ne sont pas habitués aux musées traditionnels ».

A la recherche d’une oeuvre-signal

Signaler le musée dans la ville grâce à  une oeuvre contemporaine ? A Rennes , il  y aura bientôt une telle oeuvre sur la façade : « Cette oeuvre d’art, plutôt moderne, permettra de mieux repérer le bâtiment situé quai Emile Zola, en centre-ville de Rennes. Un appel d’offres est lancé aux artistes jusqu’au 9 septembre. La Ville de Rennes a lancé une commande publique pour qu’un artiste réalise une œuvre d’art sur la façade du musée des Beaux-Arts, sur les quais.

L’enjeu est de mieux signaler le bâtiment, « l’idée est que le musée sorte de ses murs, précise Anne Dary, la directrice du musée. Il faut que l’on voie, de l’extérieur, que c’est un lieu d’art, car aujourd’hui, beaucoup ne savent pas où se trouve le musée des Beaux-Arts à Rennes, pourtant idéalement situé. Le bâtiment est anonyme dans le tissu urbain. »

Les artistes ont jusqu’au 9 septembre pour déposer une idée. Un jury constitué de six personnes, (l’élu chargé des musées, l’élu à l’urbanisme, le conseiller aux arts plastiques de la Drac, la directrice de la culture de la Ville, la directrice du musée, un conservateur du musée) sera chargé de présélectionner entre trois et quatre projets »…

La pratique est-elle  courante ?

Voici un bref  tour des façades enrichies d’une  oeuvre et/ ou d’un  signal éphémère  ou permanent :facade_mac_de_lyon_ok_1

La  façade du musée d’art contemporain de Lyon (MAC).

musee-d-art-moderne-et

Au musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain de Nice.

Eli et Edythe Broad à Los Angeles  ont créé un  musée d’art contemporain pour  leur collection, le Broad Museum, au signal  immanquable :

blog

Oeuvre éphémère enfin  à Liège, et spectaculaire signal :

IMG_0715-800x600Fresque sur la façade du musée des Beaux-Arts de Liège.

Les 9, 10 et 11 mai 2014, a eu lieu le Festival Connexions Urbaines, un festival itinérant qui propose concerts, expos, spectacles, performances… dans de nombreux lieux publics et privés au centre de Liège.

A cette occasion et en collaboration avec Spray Can Arts, l’artiste espagnol Oscar San Miguel Erice a réalisé une fresque sur la façade du BAL.

Vues d’expositions : art contemporain et art brut en mai

2016-surlefil-09.04-21.05-dac-1170x659Sur le fil par Jean-Hubert Martin:

http://slash-paris.com/evenements/sur-le-fil-par-jean-hubert-martin

Thomas Hirschhorn est aussi là  : à découvrir  à la galerie  Brolly: http://www.jeanbrolly.com/expo-actuelle/ et à  la galerie Berst :

.http://www.christianberst.com/en/exhibition/sur-le-fil.html

https://youtu.be/qwinsrW45Es

Dans ces deux galeries voisines l’exposition dont le commissaire est Jean- Hubert Martin, présente de nombreux créateurs côte à côte, « avec ou sans culture » comme l’évoque l’artiste Ben. Art contemporain et art brut. soit une pléiade d’oeuvres  de Vincent Corpet , Misleidys Francisca Castillo Pedroso,  Daniel Schlier,Thérèse Bonnelalbay, Frédéric Bruly-Bouabré, etc.

Le 22 mai prochain, un débat est programmé  entre C. Berst et JH Martin.

Quelles expositions temporaires pour un musée des arts décoratifs ?

Dans un article documenté de Roxana Azimi, paru dans le journal Le Monde du 6 avril 2016, intitulé « Le Musée des Arts décoratifs veut devenir le temple de la French touch », sont mis en regard les stratégies respectives des deux musées consacrés aux arts décoratifs et à la mode, au champ des arts appliqués : le français, ( Les Arts Décoratifs) et le britannique, le Victoria & Albert Museum (V & A).  La fréquentation des Arts décoratifs a chuté, alors que l’autre grand musée le Victoria & Albert Museum (V & A), a le vent en poupe, comme le montrent  ces chiffres :

 Date de naissance : 1851 pour le V & A, 1882 pour les Arts décoratifs.

  1. Fréquentation : 3,3 millions de visiteurs pour le V & A, Le V & A a triplé sa fréquentation de 2001 à 2009. Aux arts décoratifs : 300 000 visiteurs en 2015 , contre 603 000 en 2012.
  2.  Surface : 50 000 mètres carrés pour le V & A, rue de Rivoli à peine 10 000 m2.
  3. Stratégie de rénovation :  les collections permanentes  du Musée des arts décoratifs ont fermé leurs portes  pendant dix ans (1996/ 2006). Au V & A, la rénovation n’a conduit qu’à des fermetures partielles.
  4. Complexité et articulation : pas toujours évidente entre le Musée des arts décoratifs, la bibliothèque des Arts décoratifs, le Musée Nissim de Camondo à la Plaine-Monceau, et l’école Camondo, qui forme en architecture intérieure et en design. Les musées des Arts décoratifs  : il s’agit en fait de plusieurs départements-musées : celui de la Mode et du Textile, celui des arts décoratifs et de la Publicité, le musée Nissim de Camondo.
  5. La subvention octroyée au musée parisien a augmenté de 1,5 million d’euros depuis 2014. Le V&A, lui, « a ses tutelles dans la poche » et perçoit de 2 à 3 millions de livres sterling (2,4 à 3,7 millions d’euros) grâce à ses produits dérivés. Aux Arts décoratifs, la concession de redevance du restaurant et de la boutique ne rapporte que 630 000 euros.

La programmation du V & A : une exposition consacrée au styliste Alexander McQueen en 2015,  une  exposition, érudite, consacrée au postmodernisme en 2011.

Aux arts Décos, la collection d’art asiatique a été sortie des réserves. Et pour l’année France -Corée, le musée a organisé l’exposition « Korea Now ! design, mode et graphisme en Corée »,  du 19 septembre 2015 au 3 janvier 2016. L’exposition retour prévue à Séoul n’aura pas lieu et a eu des conséquences inattendues en Corée.

Les remèdes avancés pour le musée parisien sont les suivants :

  • S’investir sur des projets ambitieux d’expositions temporaires plafonnés à 6 ou 8, contre 12 en moyenne actuellement ;
  • Adopter une présentation des collections à l’horizon 2017, avec de plus fortes ponctuations extra-occidentales. A l’accrochage patrimonial par siècle va se greffer un autre parcours davantage pluridisciplinaire, mêlant mode, design, graphisme, photos, livres et vidéos. Histoire d’épouser le rythme et le foisonnement de la création contemporaine.

Il semblerait en fait qu’il ne s’agisse pas d’un match entre la French touch  et la Britishitude, mais plutôt d’un débat entre art contemporain et Design : « A Paris, on a l’impression que l’art contemporain a le monopole de la créativité  » dixit Pierre-Alexis Dumas, président des Arts décoratifs, directeur artistique d’Hermès, « On doit emmener le public vers l’idée que ce musée est celui de tous ceux qui travaillent dans le champ des arts appliqués. On doit faire en sorte que les jeunes designers âgés de 20 à 30 ans aient envie d’exposer ici plutôt qu’au Palais de Tokyo. ».

Les créateurs qui, depuis le milieu des années 1960,  ont été formés dans des écoles d’arts décoratifs sont devenus des phares de l’art contemporain (Daniel Buren ouvrant le bal).

. Mot clé « Design » sur le site du Palais de Tokyo.

Voir l’entretien d’Olivier Gabet, directeur des musées des Arts Décos, sur les perspectives et la stratégie des Arts Décos.

CfQtfbjW8AAfD8g

Pour de belles photographies de l’exposition temporaire en cours, aux Arts Décos, « Fashion Forward. Trois siècles de mode – 1715 – 2016 », du 7 avril au 14 août, voir le carnet d’hypothèse :  (Histoire de mode).

L’autre exposition en cours aux Arts décos,  porte sur « Barbie »: elle est source de produits dérivés et devrait contribuer aux finances du musée.

A signalerlast but not least,  Le Contemporain dessiné – Parcours aux Arts Décoratifs, présenté à l’occasion de la 10e édition de DRAWING NOW PARIS I LE SALON DU DESSIN CONTEMPORAIN
du 17 mars au 28 juin 2016, aux Arts décoratifs, 107 rue de Rivoli, Pavillon de Marsan, étages 5 à 9, commissariat d’Agnès Callu.

CP-LeContemporainDessine_1

enfin, les Papiers peints sont de retour aux Arts décos, du 21 janvier au 12 juin 2016 : présenté dans les galeries d’études, cet événement révèle le fonds exceptionnel du département des papiers peints, en rendant publiques trois cents pièces emblématiques de la collection qui compte aujourd’hui plus de 400 000 œuvres en réserve.

  • mais aussi au musée des maisons comtoises à Nancray, « Paper is not dead #2 », du 27 mars au 3 juillet 2016.
  • Au musée de Rixiem : à voir actuellement  « MADE IN FRANCE » Le papier peint en 2015 12 juin 2015 – 31 octobre 2016.
  •  « La collection Zuber : 100 000 documents, du début du XIXème siècle à 1983) et celle du Musée de l’impression sur étoffes de Mulhouse ont été complétées par des milliers d’autres documents acquis depuis l’ouverture du Musée; ils restituent un panorama complet, des dominos du XVIIIème siècle aux créations les plus récentes, avec des papiers peints de toutes origines géographiques ». 

Actuellement, au V&A, à Londres, l’exposition en cours est consacrée aux chefs-d’œuvre des Lumières :

  • Les vingt conservateurs du département ont réuni une sélection de deux cents chefs-d’œuvre, sous la direction de Lesley Miller, qui leur avait demandé de dresser « la liste des objets les plus importants pour raconter des histoires ». « On a eu dix-huit mois de débats, reconnaît-elle, le département est riche de 90 000 pièces de cette période. » Au total, les 1 100 retenues – 300 françaises, 800 européennes – proviennent pour la plupart de la donation John Jones, un collectionneur de la fin du XIXe siècle, fan absolu de l’art décoratif du XVIIIe. Entrée libre : www.vam.ac.uk

 D’autres musées du Design développent des stratégies alternatives de présentation de l’objet, très originales, à partir de collections plus modestes, c’est le cas du musée de Francfort le Museum Angewandte Kunst :

Depot Show. Happiness and Promise February – 10. April 2016 more

Richard Meier. A Style Room Continuing Presentation more

Elementary Parts. From the Collections Continuing Presentation more

Stylerooms. From the Collections Continuing Presentation more

Secret Compartments July 2015 – 06. March 2016 more