Archives du mot-clé Arman

Exposition Roger Tallon aux Arts Décos : aux origines de la création

20160907_192237tallon

La donation de Roger Tallon aux Arts Décos est ici célébrée à travers une exposition temporaire rue de Rivoli, qui est répartie sur deux étages. Françoise Jollant et Dominique Forest en sont les commissaires. 

L’exposition est  très riche, la revue de presse accueille l’exposition Roger Tallon avec intérêt, compte tenu de l’ingéniosité du designer et de l’incroyable diversité des objets qui l’intéressaient : Sage dans sa scénographie, l’exposition Roger Tallon des Arts décoratifs, à Paris, étonne par la diversité et la modernité des créations de ce designer disparu en 2011. Il a touché à tous les domaines, du « frigidaire » au TGV :

  • les moyens de transport ( une moto « Taon », le rail, avec une collaboration au long cours avec la SNCF : le Corail, le TGV, mais aussi le funiculaire de Montmartre, etc. );
  • la maquette du journal Artpress toujours d’actualité,
  • les mobiliers ( les sièges comme la chaise Sentou ou le lit et les sièges qui figurent dans le film  » La piscine » )
  • le tube de produit solaire Bergasol et les lunettes de soleil ;
  • les bidons d’essence ;
  • les conditionnements de produits de pharmacie,
  • jusqu’à une improbable crèche composée de sièges, commandée pour l’aéroport d’Orly  et dont on expose ici le siège César.
  • L’enfant jésus apparaissait dans une télévision, ce qui est normal pour l’auteur de la célèbre Téléavia. televiseur_portatif_tallon

Roger Tallon était très lié aux Nouveaux réalistes dont Yves Klein, décédé prématurément. César a moulé le fameux pouce de Roger Tallon pour l’une de ses sculptures les plus connues.cesar-baldaccini-vgj

Le portrait et l’histoire de Roger Tallon par Françoise Jollant Kneebonne.

20160907_192552

Pour les amateurs d’art et de design, Roger Tallon (1929-2011), c’est l’extraordinaire escalier hélicoïdal Module 400 en aluminium (1966 et 1974).

tallon-tt-width-653-height-368-fill-1-crop-0-bgcolor-ffffff

Exposition des composants de l’escalier Module M400 édité par la galerie Lacloche, 1966.(©Les Arts Décoratifs, Paris/ADAGP 2016).

 

Car ces créations ont bien sûr été exposées avant cette très complète rétrospective. Michel Ragon, écrivain, critique d’art, a participé avec François Mathey à une exposition de la galerie Lacloche : « Je travaillais sur l’architecture, les objets, je connaissais bien Lacloche un bijoutier de grand luxe de la place Vendôme. Il avait ouvert sa galerie au premier étage, il faisait des expositions de peinture que je soutenais. Un jour, il m’a proposé de faire une exposition sur l’objet. L’exposition chez Lacloche était innovante : les artistes étaient invités à faire des sièges, des bijoux. J’ai incité Lacloche à faire des bijoux d’artistes, comme avec Penalba, puis la seconde exposition, je l’ai faite avec Mathey : ce qu’il avait réalisé au musée des Arts décoratifs sur le même thème m’avait beaucoup plu ».

Cette exposition rassemblait des sculptures, des mobiliers, des meubles de François Arnal, Arman, Alexandre Babeanu, Jef Banc, Berrocal, Martine Boileau, Cesar, Celine Chalem, Louis Chavignier, Michel Guino, James Guitet, Philippe Hiquily, Jacobsen, Radivoje Knezevic, Caroline Lee, Robert Malaval, Matta, Metcalf, Alicia Moi, Nikos, Marta Pan, Georges Patrix, Alicia Penalba, Philolaos, Bernard Rancillac, Day Schnabel, Jurgen Schneyder, François Stahly, Jose Subira Puig, Roger Tallon, Aurello Teno, Claude Viseux, Artigas, Bondt, Din Vanh, Filhos, Knoop, Torun.

C’était un clin d’œil à la célèbre exposition Antagonismes 2 , l’Objet organisée en 1962 au musée des Arts décoratifs.

 

 

 

Anne Tronche, d’actualité, pour toujours.

Anne Tronche,  née en 1938, vient de disparaître brutalement. Critique d’art, membre du directoire de la revue Opus International jusqu’en 1989,elle a été également Inspecteur à la Création artistique du Ministère de la Culture de 1982 à 1999, et le témoin de 40 ans d’art contemporain. Elle participa avec François Mathey aux commissions d’acquisition de la délégation aux arts plastiques à partir de 1982. C’est en qualité de témoin qu’elle avait bien voulu me recevoir en 2008 et évoqué ses premières visites au musée des Arts décoratifs :

« La première exposition de lui [Mathey] dont je me souviens c’est celle de Picasso, en 1955, j’avais fait de nombreuses heures de queue, avant d’accéder dans les salles. J’étais alors très jeune, j’étais encore au lycée, et devant les œuvres que je découvrais, je me souviens d’avoir été émue aux larmes. À cette époque, Picasso était très connu, mais on n’avait guère l’occasion de voir ses œuvres dans leur diversité. On peut se demander si ce ne sont pas ces premiers chocs qui orientent nos existences, je ne sais pas ce que cette exposition a généré en moi, mais cela a été très important ».

Son portrait aux archives de la critique d’art, sa bibliographie.

Anne Tronche (1999)‎
Crédits : © Philippe Curval.‎

Elle est notamment l’auteure de deux ouvrages de synthèse :

– Anne Tronche, Hervé Gloasguen, L’Art actuel en France : du Cinétisme à l’Hyperréalisme, Paris : Balland, 1973.

– Anne Tronche, L’art des années 1960, chroniques d’une scène parisienne, paru en 2012 aux éditions Hazan :

« L’évocation de la vie artistique à Paris dans les années 1960, époque où les artistes affirmaient des ambitions avant-gardistes : Arman, Raymond Hains, Jacques Villeglé… La vie artistique à Paris, dans les années 60 : une époque où les artistes affirmaient encore des ambitions avant-gardistes : Arman, Buren, César, Yves Raynaud, Raymond Hains, Jacques Villeglé, Christian Boltanski… Une chronique rédigée par un témoin privilégié : une des critiques les plus informées de ces années clefs ».

kudo2

Photo de l’exposition Kudo. La Maison Rouge.

On doit également à Anne Tronche, comme le rappelle Le Journal des Arts, l’exposition Tetsumi Kudo,  »  La Montagne que nous cherchons est dans la serre », à La Maison Rouge, (18 février – 13 mai 2007).  Le récit d’Anne Tronche sur Kudo est en ligne. Elle développe notamment le thème favori de Kudo « La métamorphose ».

000359288kudo

Anne Tronche, La  montagne que nous cherchons est dans la serre, Paris, Editions Fage, 2007.

Deux expositions en cours : Sheila Hicks, 16 décorateurs aux Arts décos

A signaler la parution d’un article saluant l’exposition de Sheila Hicks à Paris en ce moment et résumant les étapes de sa vie et de ses activités :

673774-news_art_sheilahicks«After the Rain», 2013. (Sheila Hicks)

Lointaine héritière du Bauhaus, l’Américaine Sheila Hicks est une figure de l’art textile. Après le Palais de Tokyo cette année, elle présente à la rentrée une installation à la galerie Frank Elbaz.

 http://next.liberation.fr/arts/2014/09/09/rendez-vous-avec-madame-hicks_1091307

Site de la galerie Elbaz : http://www.galeriefrankelbaz.com/wp/exhibitions/


0a8ce794c525cd4c56d105c51f79f5cbParis a accueilli récemment  Maison & Objet http://www.maison-objet.com/paris, la Design Week depuis le 6, http://www.parisdesignweek.fr/fr/news/

S’ouvrira bientôt la Biennale des Antiquaires le 11 : http://www.grandpalais.fr/fr/evenement/biennale-des-antiquaires-2014

Les Arts décoratifs présentent la 5 e édition d’« AD Intérieurs » du 6 septembre au 23 novembre 2014 :  elle mettra en scène des trésors méconnus du musée des Arts décos. Olivier Gabet a choisi de valoriser davantage les collections permanentes du musée en demandant à 16 décorateurs de concevoir « une pièce a vivre autour d’une œuvre de son choix sélectionnée dans les réserves du musée des Arts décoratifs.  C’est l’occasion pour le public de découvrir des objets d’art rarement présentés, mais aussi de déambuler dans des décors qu’ils ne peuvent le plus souvent découvrir que dans les pages du magazine. Il n’est en effet pas demandé à ces décorateurs, aux sensibilités et aux styles variés, de se conformer aux exigences scénographiques habituelles du musée, mais au contraire de concevoir de véritables pièces à vivre – dressing, bureau, boudoir, etc – dans les galeries latérales de la nef. Ce dispositif inédit a pour ambition de capter l’esprit du moment et de proposer des visions prospectives de la maison. Les projets visent à ériger l’art de vivre à son niveau le plus élevé, en faisant appel au savoir-faire des meilleurs artisans, rejoignant ainsi le principe fondamental des Arts Décoratifs, la réalisation du beau dans l’utile. C’est une nouvelle occasion pour le musée de perpétuer l’étroite collaboration qu’il entretient avec les décorateurs, architectes d’intérieur et designers. Une tradition inscrite dans l’histoire de l’institution depuis sa fondation » : http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/accueil-292/une-486/francais/arts-decoratifs/expositions-23/actuellement/decors-a-vivre-les-arts-decoratifs/

Pour un historique des années fondatrices des collections les plus anciennes du musée :http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/arts-decoratifs/expositions-23/actuellement/decors-a-vivre-les-arts-decoratifs/le-musee-des-arts-decoratifs-et

La très riche période des années 1950 aux années 1970 est représentée par plusieurs  créations issues des collections permanentes :

suspension-Sottsass-4935e-79842-234d1Ettore Sottsass, Suspension, 1957 © Les Arts Décoratifs / Photo : Jean Tholance

 

Le décorateur Charles Zana  met en scène une suspension sculpturale d’Ettore Sottsass (1917-2007) en métal et Plexiglas, fabriquée en 1957 par Arredoluce. Cette pièce rare, l’une des premières créations du maître du design transalpin, a été acquise en 2013 grâce au mécénat du Cercle Design des Arts Décoratifs.

Pour mémoire, le Centre de Création Industrielle (CCI) a exposé Ettore Sottsass Jr. : de l’objet fini à la fin de l’objet, au Musée des Arts Décoratifs à Paris, du 21 octobre 1976 au 3 janvier 1977.

Les livres d’Ettore Sottsass ont fait l’objet d’une exposition à la bibliothèque en 2012 : Les livres d’Ettore Sottsass : bibliothèque des Arts décoratifs, Paris, 7 mai – 27 juillet 2012 (Commissaires Giorgio Maffei et Bruno Tonini).

Vincent Darré a recours à la « sculpture-assemblage Accumulation Renault n° 180, combinaison de collecteurs d’échappement, de l’artiste franco-américain Arman (1928-2005), pionnier dans le détournement d’objets manufacturés ».

A-2010-1249-JT-d95b0-f2e73-7537dArman, Sculpture Accumulation renault n° 180, 1972 © Les Arts Décoratifs, Paris / photo : Jean Tholance

L’œuvre fut donnée par Arman aux Arts Décoratifs l’année même de sa création en 1972« . Les Accumulations Renault ont fait l’objet d’une exposition de mars à juin 1969 au musée des Arts décoratifs : voir à ce propos le document de l’INA  (qui confond Mathey le commissaire de l’exposition avec un autre personnage) : http://www.ina.fr/video/CAF97001122/exposition-arman-video.html

voir également l’article de Michel Ragon, « Arman : à propos de l’exposition du musée des Arts décoratifs », Cimaise, no 93-94, septembre-décembre 1969, p. 39-51.

Pour cette aspect de la création d’Arman, voir  les archives de Claude-Louis Renard : « Art chez Renault, Claude-Louis Renard, la régie Renault et l’art, 1966-1985 » : http://www.art-renault-renard.com/index.php
– le témoignage d’Alain Bizos, photographe, dans un entretien filmé du 10 janvier 2007 (durée : 12 min 48 s). Assistant d’Arman de 1967 à 1979, il participe à la création des pièces qui seront exposées au musée des Arts décoratifs en 1969.
– le témoignage de Catherine Millet, critique d’art, dans un entretien filmé du 6 décembre 2006 (durée : 24 min 55 s).

Enfin, une création de César, a inspiré Chahan Minassian : il s’agit d’un » travail sur les pales de réacteur d’avion en acier inoxydable, soudées les unes aux autres, d’un bureau recouvert de verre fumé, réalisé en 1966 par le sculpteur César (1921-1998) . L’œuvre fut donnée aux Arts Décoratifs par Marcel Lefranc en 1992″.

Chahan-Minassian
 César, Bureau, 1966 © Les Arts Décoratifs / Photo : Jean Tholance

César a participé à plusieurs expositions dans ce musée :

 Antagonismes l’objet, 1962, Trois sculpteurs : César, Roël d’Haese, Tinguely : Juin-septembre 1965. Cette exposition a donné lieu à une interview de Tinguely, alors peu connu du public : à voir sur l’INA :« Le magasine des arts de l’actualité télévisée », Adam Saulnier, TF1, 05/09/1965 – 11 min 29 s

César a aussi créé pour la cristallerie Daum et exposé en 1969 : César/Cristal/Daum 1969, source INA : César au musée des Arts décoratifs, – L’amour de l’art – ORTF – 24/10/1969 – 5 min 25 s : http://www.ina.fr/video/CAF97001629/cesar-au-musee-des-arts-decoratifs-video.html

Hors ce musée, François Mathey  a préfacé plusieurs catalogues d’exposition pour cet artiste, de 1966 à 1984 :

Amsterdam, César, Stedelijk Museum, 1966 : http://www.stedelijk.nl/en

Marseille, César, Musée Cantini, 1966 : http://www.marseille.fr/siteculture/les-lieux-culturels/musees/le-musee-cantini

César : plastiques, Paris, CNAC, 1970.

César : œuvres 1960-1970, Montreuil, Galerie municipale Marie-Thérèse Douet, 1971.

César, Marseille, Musée Cantini, 1972.

Les Fers de César, Jouy-en-Josas, Fondation Cartier pour l’art contemporain, 1984 : http://fondation.cartier.com/fr/

Qu’est-ce qu’une sculpture dans l’espace public ? Une oeuvre de l’artiste vénézuélien Carlos Cruz-Diez, détruite

Une oeuvre d’art a été détruite par erreur dans un collège en Vendée : http://m.huffpost.com/fr/entry/5598153 Une oeuvre d’art de l’artiste vénézuélien Carlos Cruz-Diez, en mauvais état, a fini par mégarde dans une déchetterie à l’occasion de travaux entrepris par le conseil général de la Vendée devant un collège de La Roche-sur-Yon, a-t-on appris ce 18 juillet auprès du conseil général. La colonne Chromointerférente, qui avait été installée devant le collège des Gondoliers de la ville en 1972 dans le cadre du 1% artistique, était estimée à 200.000 euros. Laissée à l’abandon dans une friche et rongée par la rouille, « cette pièce métallique de six mètres de haut s’était fortement détériorée et la chute de certains de ses éléments aurait pu gravement blesser des enfants ou des adultes travaillant dans l’établissement », souligne le département dans un communiqué publié le 17 juillet.

colonne chromointerférente http://www.cruz-diez.com/fr/work/chromointerference/1970-1979/colonne-chromointerferente_1/ Sa sculpture jetée, l’artiste Carlos Cruz-Diez réagit :http://www.ouest-france.fr/art-la-roche-sa-sculpture-jetee-lartiste-carlos-cruz-diez-reagit-2705329:  » Pour ceux qui ont demandé la destruction de ma « Colonne Chromointerférente » […], l’art n’existe pas et n’a aucun sens. S’il en avait été autrement, l’œuvre aurait été entretenue depuis longtemps », a-t-il souligné, dans une lettre titrée L’insignifiance de l’art. L’artiste franco-vénézuélien, référence dans l’art cinétique, n’aurait jamais pensé « qu’un tel incident puisse avoir lieu dans un pays que tous considèrent comme cultivé et fervent défenseur des arts ». C’est à la demande de la direction du collège « et pour assurer la sécurité des personnes » que les services du conseil général ont enlevé entre fin avril et début mai l’œuvre mais « il est cependant évident que celle-ci aurait dû être entreposée pour évaluer les possibilité d’une éventuelle réparation », reconnait le département. En fait l’œuvre « est partie en déchetterie » . Devant cette mésaventure le conseil général va lancer un inventaire des œuvres d’art des collèges du département. Il a aussi promis que dans le cadre des travaux pour la rénovation et l’extension du collège des Gondoliers il commandera une nouvelle œuvre.

Qu’est ce qu’une sculpture d’art contemporain dans l’espace public défini par le code de l’urbanisme ? Les Actes du Séminaire Paris 8 juin 2006 – L’art contemporain confronté au droit donnaient à ce propos quelques réponses : http://artdroit.org/wp-content/uploads/2013/11/Actes-du-colloque.pdf, dans l’intervention de Philippe BILLET, Professeur à l’Université de Bourgogne, L’œuvre d’art revue et corrigée par le droit de l’urbanisme : « L’oeuvre d’art n’est mentionnée qu’une seule fois en tant que telle par le Code de l’urbanisme. Mentionnée seulement et pas définie. L’oeuvre d’art se retrouve sans contours matériels, sans corps. Elle se retrouve également sans repère moral, sans âme. Il ne s’agit pas ici d’observer qu’elle est exclusive de toute intervention de la police de l’ordre public en cas de risque d’atteinte aux bonnes moeurs, mais de constater que le droit moral sur l’oeuvre est exclu du droit de l’urbanisme. » Et de citer les précédents relatifs à l’absence de protection de ces œuvres non restaurées lorsqu’elles entrent en contradiction avec les règles de protection du public comme la  » Tour Arman », dans le parc du domaine de Montcel.

Une structure en béton d’un volume de 600 mètres cubes et d’une hauteur de 18 mètres soit soixante voitures automobiles repeintes de couleurs vives qui pouvait être déplacée sans qu’aucun droit moral de l’artiste puisse s’y opposer, car il s’agissait d’une tour  » édifiée dans un site classé, sans avoir obtenu l’autorisation nécessaire et sans qu’un permis de construire ait été délivré »: (http://legimobile.fr/fr/jp/j/c/crim/1986/6/3/85-91433/).

arman-long-term-parking_350x350Sur cette œuvre (toujours en place) et sa composition : http://histoiredarts.blogspot.fr/p/arman-long-term-parking-1982.html « En 1982, Arman crée Long Term Parking de l’ex-Fondation Cartier à Jouy-en-Josas(Domaine de Montcel, 3 rue de la manufacture des Toiles de Jouy en Josas), une tour […] se dressant dans un parc tel un énorme fossile, témoin d’une société de consommation de masse[…] La construction a duré 6 mois et son coût, s’est élevé à plus d’1 million de francs. Pour tout entretien, la sculpture est nettoyée aux jets d’eau tous les 3 ans afin de décoller les mousses, et fait l’objet d’une révision de sécurité. »

 Sur le 1% et son développement, la commande publique et les nombreux artistes qui ont répondu à ces commandes, lire par exemple : L’ESSOR DU 1% ARTISTIQUE ET DE L’ART CONTEMPORAIN DANS LE NOUVEAU MINISTERE DE L’ECONOMIE, DES FINANCES ET DE L’INDUSTRIE DE BERCY (1982-1990) Septembre 2005 : http://crdaln.documentation.developpement-durable.gouv.fr/documents/EQUTEXA0005318/EQUTEXA0005318.pdf  

Le cyclop ouvre un œil en avril

Une sculpture de 22,50 mètres et de 350 tonnes d’acier : cette œuvre collective créée à partir de 1969, à l’initiative de Jean Tinguely est à nouveau visible à partir d’avril.

À Milly-la-forêt au milieu des bois, une tête appelée Cyclop, abrite un nombre important d’œuvres, conçues par les amis de Jean Tinguely : une colonne de Niki de Saint Phalle, une accumulation de gants composés par Arman et un pénétrable sonore de Jesus-Rafael Soto, une œuvre de César, une cheminée du Centre Pompidou… L’œil du cyclop est toujours en mouvement.

Description de l’oeuvre au CNAP : http://www.cnap.fr/le-cyclop-de-jean-tinguely

À Milly : http://www.millylaforet-tourisme.com/Le-Cyclop

Le programme : http://www.lecyclop.com/Programmation-program

Actuellement en Suisse, au musée Tinguely  : une exposition Objets ludiques – L’Art des possibilités :

http://www.tinguely.ch/fr/ausstellungen_events/aktuell_und_vorschau.html