Archives par mot-clé : architecture

Photographier paysages et ruines

Photographe français né en 1976, Thomas Jorion vit à Paris et parcourt le monde entier pour réaliser ses paysages singuliers et intemporels. Photographe autodidacte, il réalise ses images en lumière naturelle à l’aide d’un appareil photographique analogique grand format. Il capture des lieux en ruines ou délaissés.

Thomas Jorion figeait les ruines de l’empire colonial français dans le cadre de la série intitulée Vestiges d’Empire, des édifices abandonnés datant de la période coloniale française. Cette série a été présentée à la galerie DX à Bordeaux en 2017 :

Renaissance, Villa Kep, Cambodge.
© Thomas Jorion
Tribunal de Première Instance, Chandernagor, Inde, 2016.
© Thomas Jorion

L’exposition en cours s’intitule Veduta : le photographe propose cette fois une plongée dans l’Italie d’autrefois. Jusqu’au 13 avril 2019 :

A la Galerie Esther Woerdehoff, ouverte du Mercredi au Samedi, de 12h à 19h. 36 rue Falguière, 75015 Paris.

Ses photographies figurent dans les collections des musées :

Au Musée Nicéphore Niepce, à Chalon-sur-Saône :


© Thomas Jorion

A la National Gallery of Victoria, Melbourne, Australie : deux photographies issues de la série réalisée sur l’étrangeté intemporelle des lieux abandonnés :

Blednik, Pologne. © Thomas Jorion

Voir également la conférence ‘Autour de Thomas Jorion’, Cité de l’architecture, Paris, février 2018 avec Monique Sicard (CNRS) : co- auteure de :

La fabrique photographique des paysages avec Aurèle Crasson, Gabrielle Andries.

et Marianne Jakobi, Historienne de l’art comtemporain, co-auteure de l’ouvrage :

Élaborer, transmettre, créer. Essais pour une histoire de l’art diachronique et pluridisciplinaire. Fabienne Colas Rannou, Marianne Jakobi.

Thomas Jorion – Vestiges d’empire, un entretien de 2016 :

Sur la poésie des ruines, voir l’ouvrage de l’archéologue Alain Schnapp, paru en 2015 Ruines : Essai de perspective comparée.

A l’Institut culturel italien : le dialogue entre l’art et l’architecture, avec Achille Bonito Oliva

Le 22 octobre à 19h 30 :

Le dialogue entre l’art et l’architecture.

Quel lien existe entre l’art et l’architecture contemporaine ?

sartogo

Achille Bonito Oliva, l’un des critiques d’art les plus importants, et l’architecte Piero Sartogo, essaieront de répondre à la question à partir de leur travail et de leur expérience.

Au cours de la soirée, présentation des catalogue Tra/Between (dirigé par A. Bonito Oliva, Allemandi éditions)roma interrotaet Roma interrotta (Johan and Levi) http://www.johanandlevi.com/scheda.php?libro=90,réédition de l’ouvrage publié à l’occasion de la célèbre exposition de 1978 aux Marchés de Trajan.

 

A la Cité de l’architecture et du patrimoine : Michel Ragon, critique d’art et d’architecture

michel ragon critiquePlusieurs actualités en ce moment à propos de Michel Ragon :

A la Cité de l’architecture et du patrimoine : Michel Ragon, critique d’art et d’architecture
jeudi 25 septembre 2014 [18h30 – 20h30] dans le salon d’accueil de la bibliothèque.
Hall de tête – 1er étage 1, place du Trocadéro – Paris 16

Michel Ragon est principalement connu comme le fondateur, critique attitré et infatigable défenseur du GIAP – Groupe international d’architecture prospective.  L’enjeu de l’ouvrage « Michel Ragon, critique d’art et d’architecture » (Presses universitaires de Rennes, 2013) est à l’inverse de dévoiler des aspects moins connus de sa critique de l’architecture et de l’urbanisme contemporains durant la seconde moitié du XXe siècle. Ce livre s’inscrit également dans les préoccupations actuelles de renouvellement de l’historiographie de cette période, tant en histoire de l’art qu’en histoire de l’architecture. En présence des auteurs : Hélène Jannière, professeur d’histoire de l’architecture contemporaine à l’université Rennes 2. Richard Leeman, professeur d’histoire de l’art à l’université de Bordeaux. Le modérateur est Jean-Louis Violeau, sociologue, professeur à l’ENSA Paris-Malaquais et chargé de cours au master d’urbanisme de Sciences Po.

et pour mémoire, actuellement en ligne ou en librairie : http://www.archivesdelacritiquedart.org/revue_critique_d_art/librairies/

dans la revue Critique d’art :  Brigitte Gilardet « L’action de François Mathey au prisme de trois critiques d’art », Critique d’art, n°42, avril 2014. http://www.archivesdelacritiquedart.org/revue_critique_d_art/numeros/show/71

 » François Mathey (1917-1993), conservateur au musée des Arts décoratifs (1953-1985) a réalisé plus de 350 expositions. Les fonds déposés aux archives de la critique d’art et ceux figurant à la bibliothèque des Arts décos, retracent le dialogue que ce conservateur a entretenu avec les critiques. Mathey partage avec Michel Ragon, Pierre Restany et Gérald Gassiot-Talabot la même envie de promouvoir l’art vivant. Les trois critiques le soutiennent et il les appuie lorsqu’ils défendent le Nouveau réalisme, la Figuration Narrative ou l’architecture utopique. Pierre Restany en 1960 salue Mathey et Julien Alvard, pour l’exposition « Antagonisme I la peinture ». Michel Ragon la même année encense l’exposition rétrospective consacrée à Jean Dubuffet. Pierre Restany en 1961 estime que F. Mathey se taille « la part du lion, dans l’histoire de notre muséologie contemporaine ». En 1962, « Antagonismes II, l’Objet » déclenche l’enthousiasme des critiques. En 1964, Jean Cassou croit que P. Restany est à l’origine d’un complot visant à le faire remplacer par Mathey. Ce dernier apporte son soutien à Gassiot-Talabot pour organiser avec Mme Dane l’exposition « Mythologies quotidiennes » en 1964. F. Mathey reçoit le critique dans son propre musée en 1967 pour l’exposition « BD et Figuration Narrative », une première dans un musée. C’est la fameuse exposition de 1972 qui mettra un coup d’arrêt à ce soutien mutuel.. ».

Plusieurs expositions temporaires notables sont présentées ce mois-ci à la Cité de l’architecture et du patrimoine :                       

– jusqu’au  lundi 08 septembre 2014, l’exposition « Architecture en uniforme » (voirhttp://musearti.hypotheses.org/?p=3944 et http://musearti.hypotheses.org/?p=2622 ).

–  et celle réservée à Bernard Zehrfuss :Bernard Zehrfuss (1911-1996) La poétique de la structure, jeudi 19 juin 2014 – lundi 13 octobre 2014 : http://www.citechaillot.fr/fr/expositions/expositions_temporaires/25535-bernard_zehrfuss_1911-1996.html

le mardi 16 septembre 2014 [19h00 – 21h00] une table ronde est consacrée à son œuvre :

Centre national des industries et des techniques, La Défense, 1952-1958, vue de la voûte en cours de chantier, cliché Jean Biaugeaud, Paris © Fds Zehrfuss. Académie d'architecture/CAPA

Avec Jean-Paul Viguier, architecte ; François Loyer, historien de l’architecture et de la ville ; Benoît Pouvreau, historien, Service du patrimoine culturel, Conseil général de la Seine-Saint-Denis ; Ann Hindry, historienne de l’art et conservateur de la collection Renault réunis autour des commissaires de l’exposition, Christine Desmoulins et Corinne Bélier.

un_politique_en_architecture_eugène_claudius-petit_1907-198920100424Benoît Pouvreau est notamment l’auteur d’une thèse et d’un ouvrage sur l’action d’Eugène Claudius-Petit (« Un politique en architecture »), qui fut  ministre en charge de la reconstruction, maire de Firminy, président de l’UCAD (Union Centrale des Arts décoratifs) et ami des architectes et de Le Corbusier:

PH1985_0559Portraits d’architectes : http://www.citechaillot.fr/ressources/expositions_virtuelles/portraits_architectes/ZEHRFUSS%2003.swf

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De nouveaux musées à naître en 2014 : le musée des Confluences à Lyon

Capture10Une sorte de cabinet de curiosités (http://www.bpi.fr/fr/les_dossiers/arts2/le_cabinet_de_curiosites_d_hier_a_aujourd_hui.html) géant du XXIe siècle ? Le musée des Confluences doit ouvrir à Lyon, entre Saône et Rhône, en décembre prochain  : voir à ce sujet le très complet reportage de FR3 Lyon https://www.dailymotion.com/video/x20d3hx_le-musee-des-confluences-en-avant-premiere_tv

Comme d’habitude aujourd’hui, le musée se résume d’abord à son architecture, ses coûts et ses surcoûts, ses retards de chantier, et toutes les difficultés liées à la programmation et à la mise en œuvre de tels travaux (voir les nouveaux musées de 2014 Soulages, Louis-Vuitton, Picasso : http://m.culturebox.francetvinfo.fr/expositions/evenements/soulages-louis-vuitton-picasso-les-nouveaux-musees-de-2014-147513) Voir les musées inaugurés les années précédentes comme le Mucem (http://www.mucem.org/)

Capture8Ici, extérieurement, le musée est un espace flottant comme un énorme nuage, qui abrite 5 000 m2 de surfaces d’exposition pour une surface totale de 22 ooo m2. Pour l’architecte en chef responsable de cette construction, ces rapports sont justifiés : il faut imaginer la surface d’exposition comme la scène d’un théâtre, une toute petite partie d’un vaste ensemble comprenant notamment les réserves et les espaces de restauration. Le musée table sur 500 000 entrées par an, comme (peu ou prou) le Centre Pompidou, Metz en 2010. L’architecture du musée lyonnais séduit et suscite déjà de nombreux futurs donateurs.

Capture6 Ses collections ont deux sources principales issues du précédent musée qui a fermé pour des raisons de sécurité : les collections de l’ancien Muséum d’histoire naturelle, et les collections du premier musée fondé par Émile Guimet, grand voyageur, héritier d’une ingénieur d’Isère à l’origine d’un bleu outremer. Émile Guimet créera aussi une véritable entreprise industrielle qui sera plus tard à l’origine de l’entreprise  Péchiney.

Émile Guimet a été célébré en 2012 à Lyon : http://www.artaujourdhui.info/a06263-un-jour-j-achetai-une-momie-emile-guimet-et-l-egypte-antique.html « Quand en 1865, Émile Guimet (1836–1918) visite l’Égypte, il ne se doute pas que ce voyage va bouleverser sa vie. Fasciné par l’archéologie, la philosophie et l’histoire des religions orientales, le jeune industriel lyonnais commence alors une exceptionnelle collection : http://www.mba-lyon.fr/static/mba/contenu/pdf/expos/dp_EG-Egypte-antique.pdf. Émile Guimet fonde un premier musée  à Lyon en 1879. Il s’agit d’une centre de diffusion culturelle qui comprend une bibliothèque et un centre d’enseignement des langues. Mais déçu du manque de succès de son initiative auprès des Lyonnais, Guimet offre ses collections à la Ville de Lyon et crée un nouveau  musée des arts asiatiques, celui-ci plus connu, à Paris (http://www.guimet.fr), il est construit sur les mêmes plans que le musée initial de Lyon.

imagesCART8XFCexpo

Anonyme, Monsieur Guimet lisant une inscription égyptienne. Encre sur papier. Lyon, Musée des Beaux-Arts.

Le musée lyonnais possède également dans ses réserves beaucoup d’œuvres en dépôt, en provenance du musée du Louvre, comme ce sphinx. Capture5

 

Le futur musée comprendra aussi des œuvres contemporaines comme cette « création du monde  » de l’artiste contemporain Inuit, Manasie Akpaliapik qui appartient aux collections du Museum de Lyon :

CaptureLa création du monde de Manasie AkpCapture2aliapik, Nunavut, Canada © Museum de Lyon8773837_p

Architectures en uniforme ; projeter et construire pour la Seconde Guerre mondiale : future exposition de J.L Cohen

Le 9 avril 2014 au séminaire  ARTS & SOCIÉTÉS une conférence de Jean-Louis Cohen
17h-19h à Sciences Po École doctorale, salle de réunion
199 boulevard Saint -Germain 75007 Paris

L’architecture a été mise à l’épreuve par la Seconde Guerre mondiale. Non seulement les architectes ont-ils été mobilisés en tant qu’experts pour concevoir les fortifications, les casernes et les camps de concentration, mais encore ont-ils été engagés dans la production illusoire du camouflage. Globale, la guerre a stimulé du Pacifique à l’Oural les recherches sur la préfabrication, tandis que la pénurie stimulait celles sur les matériaux et les économies d’énergie, créant un vaste laboratoire voué au développement durable avant la lettre. Du criminel de guerre que fut Albert Speer à Szymon Syrkus, prisonnier d’Auschwitz et engagé dans la conception du camp, les postures multiples des architectes doivent être interrogées, tant il est vrai que ce sont dans leurs expériences que se forgea le triomphe de la modernité après 1945. Laurence Bertrand Dorléac

Jean-Louis Cohen est architecte et historien. Ses recherches ont porté notamment sur l’architecture et l’urbanisme du XXe siècle en France, en Allemagne, en Italie, en Russie et aux États-Unis, les formes de l’internationalisation et les cultures nationales. Entre 1998 et 2003, il a élaboré et conduit le projet de Cité de l’architecture et du patrimoine dans le Palais de Chaillot de Paris. Depuis 1994, il occupe la chaire Sheldon H. Solow en histoire de l’architecture à New York University. Il a conçu de nombreuses expositions au Centre Pompidou, au Pavillon de l’Arsenal, au Centre canadien d’architecture, à l’Institut français d’architecture et au Museum of Modern Art, et publié plus de trente ouvrages. Son exposition Architectures en uniforme ; projeter et construire pour la Seconde Guerre mondiale ouvrira en avril 2014 à la Cité de l’architecture et du patrimoine.