Archives du mot-clé architecte Horta

Les maisons musées Art nouveau à Bruxelles

Pour découvrir les décorations d’Art nouveau à Bruxelles, rien de mieux qu’une maison musée. La maison musée peut être privée ou publique, elle a un tarif d’entrée  en tout état de cause plus élevé que le musée et sa visite est limitée à 20 ou 25 visiteurs. Il s’agit d’une mise en valeur inimitable supérieure aux period rooms des musées, sans même évoquer les présentations hors contexte des musées traditionnels.

En voici quelques exemples : la maison Cauchie : ne se visite qu’un week-end par mois, mais sa façade est visible pour tous : http://www.cauchie.be/maison-cauchie/restauration/galerie-photos

147dd95b46344e8a8e7bb0d487530b51

 

 

 

 

 

 

 

La maison de l’architecte Hortahttp://www.hortamuseum.be/fr/la-maison/galerie

C’est un fleuron de  l’Art nouveau mais  l’ensemble riche du patrimoine Art Nouveau à Bruxelles peut être apprécié grâce à ce site : http://www.bruxelles-art-nouveau.be/regards/index.htm

Au musée du Cinquantenaire, une period room est hélas fermée (Le Pavillon Horta-Lambeaux) mais on trouve une salle figurant le Magasin Wolfers :

Dans cette collection, qui se limite pour le moment à une salle, le ‘Magasin Wolfers’, une partie de la production artistique de l’Art Nouveau à l’Art Déco est mise en lumière. Au moyen de scluptures, de verres, de céramiques et d’argenterie de table, un aperçu vous est donné des principales tendances stylistiques dans les arts décoratifs de 1890 à 1940. Les chandeliers de Henry van de Velde en sont les pièces maîtresses. Le mobilier et principalement les vitrines dans lesquelles sont exposées les œuvres d’art constituent une part importante de la collection et de la salle. Dessiné par Victor Horta, cet ensemble a été entièrement conçu à la demande de la firme Wolfers Frères pour la salle d’exposition de cette célèbre joaillerie bruxelloise.
 Il est incontestable que ce sont les nombreuses sculptures chryséléphantines qui attirent le plus l’attention dans le Magasin Wolfers. La plupart d’entre elles ont été créées spécialement pour l’Exposition coloniale de Tervueren en 1897. Notamment ‘Le Sphinx Mystérieux’  de Charles Van der Stappen, ‘La Caresse du Cygne’ de Philippe Wolfers et ‘Vers l’infini’ de Pieter-Jan Braecke, pour ne citer que celles-là, se classent indéniablement parmi les chefs-d’œuvre de la sculpture décorative des environs de 1900.

08ra102425_sc.73.tif-medium Sphinx mystérieux de Charles Van der Stappen.

Citons enfin le nouveau « Musée Fin-de-Siècle Museum » – Musées Royaux des Beaux Arts de Belgique n’a pas les richesses du musée d’Orsay, mais il est très aéré et met en valeur peu d’œuvres dans lieu  manifestement dédié à la pédagogie et d’ailleurs fréquenté par les écoles locales. Des artistes belges mais aussi des artistes français et britanniques sont ainsi bien représentés : http://www.fine-arts-museum.be/fr/les-musees/musee-fin-de-siecle-museum