Archives par mot-clé : archéologie

Photographier paysages et ruines

Photographe français né en 1976, Thomas Jorion vit à Paris et parcourt le monde entier pour réaliser ses paysages singuliers et intemporels. Photographe autodidacte, il réalise ses images en lumière naturelle à l’aide d’un appareil photographique analogique grand format. Il capture des lieux en ruines ou délaissés.

Thomas Jorion figeait les ruines de l’empire colonial français dans le cadre de la série intitulée Vestiges d’Empire, des édifices abandonnés datant de la période coloniale française. Cette série a été présentée à la galerie DX à Bordeaux en 2017 :

Renaissance, Villa Kep, Cambodge.
© Thomas Jorion
Tribunal de Première Instance, Chandernagor, Inde, 2016.
© Thomas Jorion

L’exposition en cours s’intitule Veduta : le photographe propose cette fois une plongée dans l’Italie d’autrefois. Jusqu’au 13 avril 2019 :

A la Galerie Esther Woerdehoff, ouverte du Mercredi au Samedi, de 12h à 19h. 36 rue Falguière, 75015 Paris.

Ses photographies figurent dans les collections des musées :

Au Musée Nicéphore Niepce, à Chalon-sur-Saône :


© Thomas Jorion

A la National Gallery of Victoria, Melbourne, Australie : deux photographies issues de la série réalisée sur l’étrangeté intemporelle des lieux abandonnés :

Blednik, Pologne. © Thomas Jorion

Voir également la conférence ‘Autour de Thomas Jorion’, Cité de l’architecture, Paris, février 2018 avec Monique Sicard (CNRS) : co- auteure de :

La fabrique photographique des paysages avec Aurèle Crasson, Gabrielle Andries.

et Marianne Jakobi, Historienne de l’art comtemporain, co-auteure de l’ouvrage :

Élaborer, transmettre, créer. Essais pour une histoire de l’art diachronique et pluridisciplinaire. Fabienne Colas Rannou, Marianne Jakobi.

Thomas Jorion – Vestiges d’empire, un entretien de 2016 :

Sur la poésie des ruines, voir l’ouvrage de l’archéologue Alain Schnapp, paru en 2015 Ruines : Essai de perspective comparée.

Trois expositions de l’été 2018

Elles ou ils sont des spécialistes dans leur domaine : Elles ou ils ont visité des expositions temporaires cet été et les ont particulièrement appréciées.

Ces comptes rendus sont à partager :

-A Rouen : jusqu’au 25 février 2019 :

Fleur d’oeillet, modèle botanique en papier maché du Docteur Auzoux, XIXE siècle.

Une exposition du musée national de l’Education, Munaé, intitulée « Belles plantes ! Les modèles en papier mâché du Docteur Auzoux ».

A découvrir sur le site de Peccadille,  Orion en aéroplane.

– A Montpellier : jusqu’au 2 septembre 2018 :

Le Musée Fabre parle de la restauration des oeuvres . Compte rendu du critique d’art  Étienne  Dumont.

L’exposition s’avère originale.

A Paris, jusqu’au 16 septembre 2018 au Musée de l’ordre de la Libération l’exposition « De l’Asie à la France Libre »,  retrace le parcours de Joseph et Marie Hackin, archéologues et compagnons de la Libération,  en retraçant leur parcours, de l’archéologie Afghane à l’engagement dans la France libre aux côtés du Général de Gaulle en passant par le Musée Guimet, la croisière jaune ou leur séjour nippon. A découvrir grâce au compte rendu publié par ARIANE DA CUNHA sur le site Tokonoma.

Le musée archéologique “Henri-Prades” à Lattes, ne changera finalement pas de nom

visuel-027867-1-parures_1359541097139Le nom d’un équipement culturel ne peut être changé que par son propriétaire. Un EPCI qui s’est vu transférer la gestion d’un musée n’est pas compétent pour en changer le nom. Seule la commune propriétaire peut légalement prendre cette décision.

Le conseil municipal de Lattes avait, en 1989, donné au musée archéologique de la commune le nom d’Henri Prades, inventeur du site portuaire antique de Lattara et dont les fouilles avaient été à l’origine de la création de ce musée. En 2006, ce musée avait été mis à disposition de la communauté d’agglomération de Montpellier, qui  avait décidé,  de le rebaptiser « Musée archéologique Lattara ». Mécontente de cette décision, la fille de l’archéologue Prades, avait saisi le juge administratif d’un recours contre la délibération de la communauté d’agglomération. Le Conseil d’État lui a donné gain de cause par un arrêt du 1er août 2013.

http://museearcheo.montpellier-agglo.com

Voir N° 29/2013 de ‘lAJDA, 9 septembre 2013, p. 1655

Une exposition à signaler du 27 avril 2013 au  12 janvier 2014 :  “Une Odyssée gauloise. Parures de femmes à l’origine des premiers échanges entre la Grèce et la Gaule” :

” un parcours fabuleux des objets à l’origine des premiers échanges entre la Grèce et la Gaule. Plus de 400 objets permettront de retracer ces parcours complexes d’un bout à l’autre du monde connu des Grecs, du cœur de l’Europe celtique jusqu’au Caucase”

http://museearcheo.montpellier-agglo.com/expositions/exposition-temporaire/27-avril-2013-12-janvier-2014-exposition-une-odyssee-gauloise-parures-de-femmes-a-l-origine-des-premiers-echanges-entre-la-grece-et-la-gaule-au-musee-archeologique-218572.khtml?RH=1182429673260

L’exposition est coproduite avec ” Bibracte” qui la présentera en 2014 :
http://www.bibracte.fr/fr/decouvrez/expositions_02_03.html