Archives par mot-clé : Anne et Patrick Poirier

Copier, créer au musée en Herbe avec Geluck. Une évocation du Ready Museum

chat chatburenLes artistes belges sont actuellement à l’honneur à Paris : Magritte au Centre Pompidou, Hergé au Grand Palais. Plus adaptée aux enfants et de qualité, l’exposition de Philippe Geluck, “L’Art et Le Chat” au Musée en Herbe, rencontre un vrai succès, elle est prolongée  jusqu’au 02 janvier 2017. Elle a reçu plus de 65 000 visiteurs en six mois. Depuis septembre, un roulement de certaines œuvres est effectué. Une véritable Joconde du XVIème siècle prêtée par le Musée des Beaux-Arts de Quimper viendra figurer aux côtés des œuvres de Philippe Geluck. L’exposition présente en effet « nez à nez » une trentaine d’œuvres emblématiques de l’Histoire de l’Art et l’interprétation qu’en fait Le Chat de Geluck : Basquiat, Boudin, César, Fontana, Klein, Munch, Picasso, Soulages, Vasarely, Warhol, mais pas Daniel Buren, qui a refusé.

On y trouve aussi des pastiches de la Vénus de MiloJPEG - 21.7 koL’artiste belge Geluck avait déjà participé à une exposition similaire, consacrée exclusivement à la Vénus, créée et présentée au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, du 12 octobre au 11 novembre 1972, puis accueillie à Paris, au musée des Arts décoratifs, du  19 janvier au 26 février 1973 : elle s’intitulait La Vénus de Milo ou les avatars de la célébrité.

L’approche avait été saluée par Michel Conil Lacoste du journal Le Monde évoquant « Un intermède parodique  » :

Afficher l'image d'originevenusdali

« Que n’aura-t-on pas supputé à propos de la Vénus de Milo ? Félix Ravaisson-Mollien, le philosophe, que Napoléon III avait nommé conservateur des antiques à la veille de la guerre de 1870, avait cru remarquer, en la faisant mettre en lieu sûr, que des cales de bois interposées entre les deux blocs composant la statue en « faussaient l’attitude originale » . Il pensait aussi que la déesse faisait initialement partie d’un groupe où Mars, à moins que ce ne fût Thésée, lui faisait cortège. […] Cet épisode n’a pas été retenu par les auteurs de l’amusante exposition, plus satirique que scientifique, accueillie à Paris après Bruxelles : mais c’est une gypsothèque et une bibliothèque entières que les animateurs du Ready Museum, qui l’ont imaginée, auraient dû réunir s’ils avaient voulu rendre compte de tous les essais de restitution qu’a suscités le marbre découvert en 1820 dans les Cyclades.

La matière de la présentation est essentiellement parodique. La Vénus grêlée (Cocteau) trône à l’entrée sous les espèces d’une réplique de plâtre, suffisamment patinée, du Palais des Beaux-Arts de Bruxelles. Autour d’elle, on lira d’abord, sous la signature de Philippe Géluck, le récit en bande dessinée, fertile en rebondissements, de la trouvaille, de la rocambolesque acquisition, du transport et de la présentation de la statue à Louis XVIII, et des documents photocopiés sur les interprétations et reconstitutions, chacune affirmée comme la seule plausible. Surtout, on verra tout un échantillonnage des variantes que les peintres et sculpteurs, à commencer par les surréalistes, ont brodées autour du célèbre marbre comme autant de mini-sacrilèges : de la Vénus restaurée encordée par Man Ray à la Déesse aux tiroirs de Dali et à la Vénus otorhinologique du même. Autour de l’Autopsie de la Vénus par Journiac (bois, plâtre et acrylique), et des Soldats soldés picorant la Vénus de Miralda, la jeune génération n’est pas en reste avec la séquence photographique et modelée d’Anne et Patrick Poirier (Arrachement à la terre et reconstitution artificielle d’un mythe), les transpositions négatives d’Adzac ou les compléments pileux de Topor. De l’édification culturelle aux entreprises du commerce, la Vénus disparaît sous un conteneur à destination du Japon ou donne lieu à toutes les dérivations publicitaires et philatéliques […]. Musée sans murs, le Ready Museum (Colette Lambrichs, Corneille Annoset) se présente comme une simple   boîte à idées qui propose des thèmes d’exposition hors des sentiers battus et les fait circuler par les circuits officiels […]. Aussi bien sommes-nous avertis qu’il s’agit d’une exposition ouverte, à laquelle chacun peut apporter sa pierre – tout en appréciant ce qu’il y a d’entrain, parfois d’esprit, dans cette exégèse visuelle sur le mode dérisoire, – par certains côtés stimulante ».

Des notices de catalogue en ligne, pour promouvoir l’exposition “Carambolages”

Dans le cadre de leur promotion et de l’aide à la visite, les expositions RMN-Grand Palais bénéficient depuis assez longtemps d’application téléchargeables. C’est le cas aussi de l’exposition ” Carambolages” qui bénéficie d’une application officielle gratuite, optimisée pour tablettes. La RMN -Grand Palais a choisi aussi de faire la promotion de ses expositions en mettant en ligne certaines notices de catalogue. Son magasine a ainsi mis en ligne depuis le début mars, les notices suivantes :

Un œil qui regarde  

oeil

(École française, Un oeil qui regarde, XVIII siècle, Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques).

“Dès 1785, Lady Eleanor Butler écrit qu’un ami lui a montré « “Un oeil fait à Paris, serti dans une bague, une vraie idée française ».Mais c’est l’histoire du prince de Galles, futur George IV, qui lança la mode des yeux peints. À l’âge de 21 ans, en 1784, il tombe amoureux de Maria Fitzherbert, mais ne peut l’épouser, car son père George III n’y consentirait pas. En effet, la dame est catholique et la règlementation royale exige l’accord du père pour un mariage avant l’âge de 25 ans. Il simule alors un suicide qui ébranle la convoitée. Après avoir accédé à sa demande, elle s’enfuit pour plus d’un an sur le continent. Mais la passion du prince ne tarit pas et il lui envoie une lettre accompagnée de son oeil peint par le miniaturiste Richard Cosway “…………

 Listen to your eyes

  • Maurizio Nannucci, Listen to Your Eyes, 2010, installation à Villeneuve-d’Ascq, Paris, Centre national des arts plastiques
  • “L’installation de Maurizio Nannucci, qui se compose de cette courte injonction à destination de l’oreille de son spectateur, émet un paradoxe particulier. Il place l’individu qui le regarde dans une position inconfortable: le premier mot, qui invite l’auditeur à tendre l’oreille, le met vis-à-vis d’un phénomène oculaire, qui a priori, par définition, ne s’écoute pas. Cela intervient à trois niveaux de la pensée”….

  • Anne et Patrick Poirier : Mnémosyne, 1991-1992, bois peint à la tempera, collection Anne et Patrick Poirier, Paris, galerie Jean-Gabriel Mitterrand.
  • “L’œuvre d’Anne et Patrick Poirier déploie un complexe architectural, construit sur la base d’un plan elliptique, forme géométrisée du cerveau. Mnémosyne, la déesse de la Mémoire dans la mythologie grecque, lui a donné son titre” ……

Joachim-Raphaël Boronali, dit « l’Âne Lolo», Et le soleil s’endormit sur l’Adriatique, 1910, Milly-la-Forêt, espace culturel Paul-Bédu.

Ce paysage n’est pas l’œuvre d’un artiste mais un canular exposé au 26e Salon des indépendants en mars 1910. Ce Salon, créé en 1884 à Paris …accueillait toutes les tendances d’avant-garde que refusaient en général d’exposer la Société des artistes français ou la Société nationale des Beaux-Arts. Son auteur n’est pas « Joachim-Raphaël Boronali », peintre né à Gênes, mais l’âne Lolo du tenancier du « Lapin agile » à Montmartre, qui «peint» lorsqu’on lui présente des carottes………….
Selon Guillaume Apollinaire, ce tableau farce ne mystifia personne. Les organisateurs du Salon ne pouvaient le refuser sans bafouer leurs statuts. Ils l’accrochèrent donc dans la salle 22 réservée aux « artistes humoristes », sous le titre Et le soleil s’endormit. …….
 On a voulu mettre les rieurs du côté de l’art traditionnel, contre les peintres qui incarnent une recherche picturale inédite, les disqualifier, en leur déniant toute victoire possible sur les champs de bataille de l’art. Ce fut peine perdue. …………..
Car l’âne donna naissance à une véritable lignée : le 30 juin 2012, l’exploit est réitéré en public par Ben Vautier qui amena un âne à la villa Arson à Nice : « Lolo II » qui peignit la toile Et le soleil s’endormit sur Nice. Pour l’ouverture de la Fondation du doute (Blois, 6 avril 2013), Alain Biet fabriqua un âne-jupon, « Lolo III », qui réalisa à son tour une peinture performance, Et le soleil s’endormit sur la Loire.