Archives du mot-clé Alexandre Calder

Bijoux d’artistes au Musée des Arts Déco

Très agréable promenade pour les amateurs de bijoux au Musée des Arts Décoratifs à Paris : du 7 mars au 1er juillet 2018, le musée présente l’exposition Bijoux d’artistes, de Picasso à Jeff Koons, inspirée des collections personnelles de Diane Venet, journaliste de formation, épouse de l’artiste Bernar Venet, qui collectionne depuis trente ans les bijoux d’artistes et cherche à comprendre le cheminement de chaque objet, leurs histoires et garde les souvenirs de ses rencontres avec les artistes qu’elle évoque  dans un livre paru  en 2011 : Bijoux d’artistes, de Picasso à Jeff Koons.

Le parcours  est essentiellement chronologique et revisite les courants artistiques internationaux, de l’art moderne à l’art contemporain, en mettant en regard quelques tableaux face aux vitrines :  des surréalistes aux nouveaux réalistes, du pop art au cinétisme, les bijoux dans leur vitrine  sont valorisés face aux quelques oeuvres de Dali, Ernst, Hains, Soto ou Roy Lichenstein,  Niki de Saint-Phalle, qui sortent de la  pénombre. La scénographie a été confiée à l’architecte d’intérieur Antoine Plazanet et aux graphistes Éricand Marie.

Niki de Saint-Phalle fait partie des donatrices qui ont enrichi le fonds des collections permanentes du musée. Alexandre Calder, Louise Bourgeois, Arman, Mathieu, César,  Wilfredo Lam, les young british artists et Weiwei, ont aussi créé des bijoux qui figurent dans ce parcours.

soit 15artistes français et internationaux et 230 bijoux. 

Le bijou d’artiste est une œuvre en soi et la joaillerie,  un terrain d’expérimentations.  Avec cette exposition, Diane Venet et la commissaire Karine Lacquemant illustrent un chapitre de l’histoire de l’art peu connu.

Claude Lévêque  et Jean-Luc Moulène ont réalisé, à la demande de Diane Venet, des bijoux inédits. Le parcours s’achève sur une scène contemporaine anglaise très active, la Young British Artists, à l’instar de Damien Hirst. 

L’ exposition est effectivement Non exhaustive, subjective et poétique. Ce peut être l’occasion aussi de revisiter les collections permanentes du musée des Arts décoratifs, qui en ce domaine, également, sont d’une grande richesse.

Ralf Lauren après les Arts décos, occupe les beaux-arts

« Le défilé et le dîner jet-set organisés par Ralph Lauren mardi 8 octobre à l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris ont mis le feu aux poudres. Pendant cinq jours, en raison de la préparation de l’événement, les étudiants n’ont pas pu accéder à quatorze ateliers de l’école. « On s’est fait déborder », a concédé au Monde Nicolas Bourriaud, le directeur. Il a justifié la réquisition de l’établissement par le mécénat de 1,5 million d’euros conclu avec le groupe de prêt-à-porter américain pour équiper l’amphithéâtre d’honneur en matériel audiovisuel » : http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/10/11/ralph-lauren-declenche-une-fronde-aux-beaux-arts_3493976_3246.html

 Ralf Lauren a déjà investi de façon spectaculaire, au sens propre du terme, le musée des Arts décoratifs en présentant cette fois sa collection de voitures de course (du 28 avril 2011 au 28 août 2011) : « Une sélection de ses plus prestigieuses voitures de sport des années 1930 à nos jours est présentée pour la première fois en Europe au musée des Arts Décoratifs […] A travers cette collection, Ralph Lauren démontre que l’automobile est un art majeur dessiné par les plus grands noms : Bugatti, Alfa Romeo, Bentley, Mercedes-Benz, Jaguar, Porsche et, bien sûr, Ferrari, point culminant de cet ensemble exceptionnel. »

http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/arts-decoratifs/expositions-23/archives-25/l-art-de-l-automobile-chefs-d/

En fait, s’agissant du caractère inédit de cette exposition, on joue ici un peu sur les mots car, le musée des Arts décoratifs a déjà par le passé exposé des automobiles, et ce à deux reprises :

« Bolide design », du 31 janvier au 30 avril 1970, est une exposition organisée par le CCI dont le commissaire était Piero Fornasetti (1913-1988). Le musée des Arts décoratifs, dans un communiqué de presse datant de mars 2011, le rappelait d’ailleurs avec justesse :

« Une exposition rendant hommage à l’automobile n’est pas tout à fait une première dans l’histoire de l’institution. En 1970, Les Arts décoratifs présentaient une sélection de voitures de compétition « Bolide Design ». Un jury particulier issu du monde de l’art et du design avait alors été constitué autour de François Mathey pour composer cette exposition. Les designers Joe Colombo, Roger Tallon, Pio Manzù, les artistes Jean-Paul Riopelle, Jean Tinguely, Victor Vasarely, auxquels il faut ajouter Robert Delpire, avaient choisi les modèles avec l’idée de montrer que « l’art et la technique, chacun à leur niveau, sont l’expression de l’homme et de ses rapports avec la création » : le bolide comme objet de design, comme œuvre d’art. »

Un quasi-circuit automobile est installé dans la nef du musée, pour présenter ces bolides. L’exposition rencontre un vrai succès, (50 00 visiteurs). Le catalogue est préfacé par Jacques Chaban-Delmas, alors Premier ministre. Le commentaire des actualités cinématographiques consacrées à cette exposition évoque le rôle mythologique joué dans la société française par l’automobile.  Jean-François Jaeger concluait alors ainsi son article dans La Quinzaine : «  Aucune confusion de genre n’a sans doute été cherchée dans la manifestation du musée des Arts décoratifs, nous y trouverons le plaisir un peu masochiste de côtoyer des vedettes dont l’usage nous sera, hélas, refusé, objets de culte et mirages pour nos instincts de puissance. »

Autre exposition, liée au « BMW Art cars » des années 1970, celle de la Mercédès dessinée (« tunée ?! »)  par Alexandre Calder à la demande d’Hervé Poulain et destinée à la course des 24 Heures du Mans. François Mathey a accepté de la montrer très brièvement au musée en 1975 car il s ‘agissait là d’un phénomène de société qui subsiste d’ailleurs encore aujourd’hui  :

http://www.les24heures.fr/index.php/1975/208-1975-voitures/287-1975-93-bmw-calder