Archives par mot-clé : 1955

Anne Tronche, d’actualité, pour toujours.

Anne Tronche,  née en 1938, vient de disparaître brutalement. Critique d’art, membre du directoire de la revue Opus International jusqu’en 1989,elle a été également Inspecteur à la Création artistique du Ministère de la Culture de 1982 à 1999, et le témoin de 40 ans d’art contemporain. Elle participa avec François Mathey aux commissions d’acquisition de la délégation aux arts plastiques à partir de 1982. C’est en qualité de témoin qu’elle avait bien voulu me recevoir en 2008 et évoqué ses premières visites au musée des Arts décoratifs :

“La première exposition de lui [Mathey] dont je me souviens c’est celle de Picasso, en 1955, j’avais fait de nombreuses heures de queue, avant d’accéder dans les salles. J’étais alors très jeune, j’étais encore au lycée, et devant les œuvres que je découvrais, je me souviens d’avoir été émue aux larmes. À cette époque, Picasso était très connu, mais on n’avait guère l’occasion de voir ses œuvres dans leur diversité. On peut se demander si ce ne sont pas ces premiers chocs qui orientent nos existences, je ne sais pas ce que cette exposition a généré en moi, mais cela a été très important”.

Son portrait aux archives de la critique d’art, sa bibliographie.

Anne Tronche (1999)‎
Crédits : © Philippe Curval.‎

Elle est notamment l’auteure de deux ouvrages de synthèse :

– Anne Tronche, Hervé Gloasguen, L’Art actuel en France : du Cinétisme à l’Hyperréalisme, Paris : Balland, 1973.

– Anne Tronche, L’art des années 1960, chroniques d’une scène parisienne, paru en 2012 aux éditions Hazan :

“L’évocation de la vie artistique à Paris dans les années 1960, époque où les artistes affirmaient des ambitions avant-gardistes : Arman, Raymond Hains, Jacques Villeglé… La vie artistique à Paris, dans les années 60 : une époque où les artistes affirmaient encore des ambitions avant-gardistes : Arman, Buren, César, Yves Raynaud, Raymond Hains, Jacques Villeglé, Christian Boltanski… Une chronique rédigée par un témoin privilégié : une des critiques les plus informées de ces années clefs”.

kudo2

Photo de l’exposition Kudo. La Maison Rouge.

On doit également à Anne Tronche, comme le rappelle Le Journal des Arts, l’exposition Tetsumi Kudo, ”  La Montagne que nous cherchons est dans la serre », à La Maison Rouge, (18 février – 13 mai 2007).  Le récit d’Anne Tronche sur Kudo est en ligne. Elle développe notamment le thème favori de Kudo “La métamorphose”.

000359288kudo

Anne Tronche, La  montagne que nous cherchons est dans la serre, Paris, Editions Fage, 2007.

L’exposition « Henri Cartier-Bresson » d’hier et d’aujourd’hui

L’exposition « Henri Cartier-Bresson »  écrit le Journal des arts, “a totalisé 424 535 visiteurs entre le 12 février et le 9 juin 2014, un record pour une exposition de photographies au Centre Pompidou”.

Soit en 101 jours d’ouverture, une moyenne quotidienne de 4 200 visiteurs. « Elle se classe comme l’exposition de photographies la plus fréquentée de l’histoire du Centre Pompidou”.

Remontons le temps à la recherche des expositions pionnières.

Les premières expositions rétrospectives d’Henri Cartier-Bresson à Paris ont eu lieu  au musée des Arts décoratifs en 1955 puis en 1966.

Octobre-novembre 1955 : Henri Cartier-Bresson. (Commissaires Robert Delpire, Henri Cartier-Bresson).

Voici grâce à la fondation Henri Cartier Bresson http://www.henricartierbresson.org/la petite revue de presse qui a pu être retrouvée, pour une exposition de quinze jours seulement, masquée par la grande rétrospective Picasso accueillant  dans les mêmes lieux, au Pavillon de Marsan le fameux tableau Guernica :

LATTES, Jean, « Henri Cartier-Bresson ou la volupté de l’œil », Journalistes reporters photographes, no 12, 1955.

MAUROIS, André, « Cartier-Bresson et Kant », Carrefour, 2 novembre 1955.

OURDIN, Georges, « Un grand artiste, M. Cartier-Bresson », Le Monde, 23 novembre 1955.

OSCHE, Madeleine, « Henri Cartier-Bresson, témoin et poète de notre temps », Le Leicaiste, no 27, novembre 1955, p. 5-7.

« The singularity of Cartier Bresson », article non signé, Industrial image, décembre 1955, p. 5- 6.

« Cartier-Bresson exhibition in the Louvre », article non signé, Leica fotografie, no 1, 1956, p. 13-14.

Deuxième rétrospective en 1966/1967 ; cette fois on dénombre les visiteurs, ils sont 23 448 du 30 novembre 1966 au 30 janvier 1967 : Le commissaire est François Mathey.

La revue de presse est plus fournie, l’intérêt (pour la photo et pour Cartier-Bresson) a grandi, la presse spécialisée est plus nombreuse, la presse généraliste plus intéressée et l’impact est international  :

–              « Musée des Arts décoratifs : Henri Cartier-Bresson », article non signé, Terre d’Images, no 33, novembre 1966.

CHARLES-ROUX, Edmonde, « Cartier-Bresson au musée des Arts décoratifs, une exposition sans bavardages », Les Lettres Françaises, 24 novembre 1966, p. 18.

WEISS, R. Margaret, « Encore at the Louvre : Henri Cartier-Bresson », Saturday Review, 26 novembre 1966, p. 23.

BOCCHI, Lorenzo, « Una sua mostra in una sala del Louvre. Bresson mago dell’obbietivo non vuol mai essere fografato », Corriere della sera, décembre 1966.

DENTAN, Yves, « Un portrait de Henri Cartier-Bresson », titre du journal non signalé, 3 décembre 1966.

DESCARGUES, Pierre, « Henri Cartier-Bresson : « La photographie, qu’est-ce que c’est ? », La Tribune de Lausanne, 4 décembre 1966.

MARCHAND, Sabine, « Au musée des Arts décoratifs, photographies d’Henri Cartier-Bresson », Le Figaro, 6 décembre 1966.

KEIM, Jean-A., « Au musée des Arts décoratifs, les 1 000 yeux de Cartier-Bresson », titre du journal non signalé, 8 décembre 1966.

CRESPELLE, Jean-Paul, « Cartier-Bresson (œil photographique) veut disparaître derrière ses photos », France Soir, 9 décembre 1966.

CUTLER, Carol, « Paris, Artists of Paint Camera », New York Herald Tribune, Washington Post, 13 décembre 1966.

CARTIER, Jean-Albert, « Au musée des Arts décoratifs, Henri Cartier-Bresson », Combat, 19 décembre 1966.

CHABAUD, Isabelle, « Le cœur du photographe », Ouest France, 21 décembre 1966.

FERMIGIER, André, « Un géomètre du vif », Le Nouvel Observateur, n° 109, 14-20 décembre 1966, p. 44-45.

GASSER, Manuel, « Henri Cartier-Bresson : Im Polizeirevier bei der Cartier Bresson – Ausstellung in Louvre (Paris) », Wettvoche Zurich, décembre 1966.

SCHWARTZ, Paul Waldo, « Paris sees the photos of an artist », New York Times, 20 décembre 1966.

« La photographie est un art », article non signé, Le Figaro, 29 décembre 1966.

HEYMANN, Danièle, « Cartier-Bresson ne croit plus à la photo », L’Express, 2-8 janvier 1967, p. 30-31.

PLECY, Albert, « Cartier-Bresson », Point de vue images du monde, 3 février 1967.

RUFFINI, Giovanna, « La mostra parigina del piu grande fotografo », Corriere di Napoli, 3 mars 1967.

Hélène Adant photographe française (1903-1985) est de tous les vernissages de cette époque au musée des arts décos et prend de cette exposition des instantanés savoureux  : http://bibliothequekandinsky.centrepompidou.fr/clientBookline/service/reference.asp?INSTANCE=INCIPIO&OUTPUT=PORTAL&DOCID=0843522&DOCBASE=CGPP

Les archives des vernissages des expositions du musée des arts décoratifs auxquels elle participe se trouvent au fonds Hélène Adant, à la Bibliothèque Kandinsky, au Centre Pompidou,  et la boucle est bouclée..