Archives par mot-clé : 1934 : Les « peintres de la réalité »

Qu’est-ce qu’exposer ?

Qu’est-ce qu’exposer ?

montage de l'exposition, photo DR - Click to enlarge, open in a new window1a618e41d71c59932c264de7e816f37e
f16ac489b0c60fe1b431dc57537984d9bb38898ad48dbd52305af142c5f1a82bMontage de l’exposition, Les désastres de la guerre photos DR

Vendredi 13 juin 2014

Débat avec Laurence Bertrand Dorléac (Sciences-Po Paris), Pierre Georgel (Musée de l’Orangerie http://www.musee-orangerie.fr/ ) et Philippe Descola (Collège de France: http://www.college-de-france.fr/site/philippe-descola/#|m=#course|), modéré par Monica Preti-Hamard (Musée du Louvre) et organisé par Perspective, la revue de l’Institut National d’Histoire de l’Art (http://www.openedition.org/7473) et le département de la Recherche et de l’Enseignement du musée du quai Branly :http://www.quaibranly.fr/en/programmation/scientific-events/conferences-and-symposiums.html

“Il semble que le domaine de l’exposition soit désormais infini et que l’étendue des sujets comme des objets exposables signe définitivement la rupture avec le seul critère esthétique, critère qui avait prévalu dans la fabrique de ces grands événements métropolitains jusque dans les années quatre-vingt. Ce constat dit le succès de l’exposition et surtout la réussite de ceux qui en sont les auteurs traditionnellement : les conservateurs et les commissaires, qui ont évidemment rendu enviable, à de nombreux chercheurs en sciences humaines et sociales, à des écrivains, à des philosophes… ce mode de narration et d’interrogation du monde. Aussi, le succès évident de la mise en exposition autorise et peut-être même impose en retour d’en éprouver les limites, de se demander si absolument tout peut être exposé.

Car, si la nécessité de faire constamment événement, de cadencer l’agenda des élites désireuses de repères culturels collectifs, a certainement exagéré la fabrication hâtive d’expositions, il n’en demeure pas moins que des expériences originales et audacieuses voient le jour dans des formats divers et suivant des ambitions contrastées : “Orangerie, 1934 : Les « peintres de la réalité » (http://www.musee-orangerie.fr/documents/catalogue_PRF.pdf ); “La fabrique des images” (http://www.quaibranly.fr/fr/programmation/expositions/expositions-passees/la-fabrique-des-images.html) et “L’art en guerre” (http://www.mam.paris.fr/sites/default/files/editeur/dpaeg_csoubise.pdf) en sont des exemples incontournables, sur lesquels nous aimerions revenir pour mieux connaître leur gestation et mesurer leur impact respectif, tant dans les recherches des auteurs que, plus généralement, dans le champ de l’histoire de l’art”.

exposition-l-art-en-guerre-france-1938-1947-XLf84c0135f2sans-titreInformations pratiques