Archives mensuelles : mars 2019

Deux expositions, un autre printemps, de Ratilly à La Force

Voici deux expositions temporaires, à découvrir, qui débutent ce printemps :

Château de Ratilly (Yonne).

Des oiseaux en voyage – ZigZag Color, Peintures, sculptures et photos de jeunes autistes artistes, de l’association ZigZag Color, le vernissage aura lieu en présence de leurs amis musiciens Les Harry’s.

Anne-Sophie ; crayon, feutre, 44 x 36 cm, 2013; photo © Gilles Vilquin.

Ces êtres rares et volants planent parmi les nuages ; libres, ils vagabondent ; ils vont à l’aventure ; nomades, ils divaguent.
Gilbert Lascault.

  • A La Force, depuis le 27 mars 2019, au musée Maison John et Eugénie Bost, la Fondation Bost, (dans la foulée du colloque sur ” L’art brut existe-t-il ?” ), montre des oeuvres appartenant à une collection privée numérisée, la Collection Anne Wachsmann – Emmanuel Guigon, et parallèlement, présente ses propres Collections, ainsi que les photographies de Bruno Montpied. L’exposition est présentée avec le concours de résidents.
Maison John et Eugénie Bost
(Dordogne).

La Fondation Bost propose également sur son site une exposition téléchargeable gratuite, Voir /Ne pas vour les handicaps. Téléchargement gratuit de l’exposition : panneaux – format basse définition.

Photographier paysages et ruines

Photographe français né en 1976, Thomas Jorion vit à Paris et parcourt le monde entier pour réaliser ses paysages singuliers et intemporels. Photographe autodidacte, il réalise ses images en lumière naturelle à l’aide d’un appareil photographique analogique grand format. Il capture des lieux en ruines ou délaissés.

Thomas Jorion figeait les ruines de l’empire colonial français dans le cadre de la série intitulée Vestiges d’Empire, des édifices abandonnés datant de la période coloniale française. Cette série a été présentée à la galerie DX à Bordeaux en 2017 :

Renaissance, Villa Kep, Cambodge.
© Thomas Jorion
Tribunal de Première Instance, Chandernagor, Inde, 2016.
© Thomas Jorion

L’exposition en cours s’intitule Veduta : le photographe propose cette fois une plongée dans l’Italie d’autrefois. Jusqu’au 13 avril 2019 :

A la Galerie Esther Woerdehoff, ouverte du Mercredi au Samedi, de 12h à 19h. 36 rue Falguière, 75015 Paris.

Ses photographies figurent dans les collections des musées :

Au Musée Nicéphore Niepce, à Chalon-sur-Saône :


© Thomas Jorion

A la National Gallery of Victoria, Melbourne, Australie : deux photographies issues de la série réalisée sur l’étrangeté intemporelle des lieux abandonnés :

Blednik, Pologne. © Thomas Jorion

Voir également la conférence ‘Autour de Thomas Jorion’, Cité de l’architecture, Paris, février 2018 avec Monique Sicard (CNRS) : co- auteure de :

La fabrique photographique des paysages avec Aurèle Crasson, Gabrielle Andries.

et Marianne Jakobi, Historienne de l’art comtemporain, co-auteure de l’ouvrage :

Élaborer, transmettre, créer. Essais pour une histoire de l’art diachronique et pluridisciplinaire. Fabienne Colas Rannou, Marianne Jakobi.

Thomas Jorion – Vestiges d’empire, un entretien de 2016 :

Sur la poésie des ruines, voir l’ouvrage de l’archéologue Alain Schnapp, paru en 2015 Ruines : Essai de perspective comparée.