Archives mensuelles : avril 2018

Bijoux d’artistes au Musée des Arts Déco

Très agréable promenade pour les amateurs de bijoux au Musée des Arts Décoratifs à Paris : du 7 mars au 1er juillet 2018, le musée présente l’exposition Bijoux d’artistes, de Picasso à Jeff Koons, inspirée des collections personnelles de Diane Venet, journaliste de formation, épouse de l’artiste Bernar Venet, qui collectionne depuis trente ans les bijoux d’artistes et cherche à comprendre le cheminement de chaque objet, leurs histoires et garde les souvenirs de ses rencontres avec les artistes qu’elle évoque  dans un livre paru  en 2011 : Bijoux d’artistes, de Picasso à Jeff Koons.

Le parcours  est essentiellement chronologique et revisite les courants artistiques internationaux, de l’art moderne à l’art contemporain, en mettant en regard quelques tableaux face aux vitrines :  des surréalistes aux nouveaux réalistes, du pop art au cinétisme, les bijoux dans leur vitrine  sont valorisés face aux quelques oeuvres de Dali, Ernst, Hains, Soto ou Roy Lichenstein,  Niki de Saint-Phalle, qui sortent de la  pénombre. La scénographie a été confiée à l’architecte d’intérieur Antoine Plazanet et aux graphistes Éricand Marie.

Niki de Saint-Phalle fait partie des donatrices qui ont enrichi le fonds des collections permanentes du musée. Alexandre Calder, Louise Bourgeois, Arman, Mathieu, César,  Wilfredo Lam, les young british artists et Weiwei, ont aussi créé des bijoux qui figurent dans ce parcours.

soit 15artistes français et internationaux et 230 bijoux. 

Le bijou d’artiste est une œuvre en soi et la joaillerie,  un terrain d’expérimentations.  Avec cette exposition, Diane Venet et la commissaire Karine Lacquemant illustrent un chapitre de l’histoire de l’art peu connu.

Claude Lévêque  et Jean-Luc Moulène ont réalisé, à la demande de Diane Venet, des bijoux inédits. Le parcours s’achève sur une scène contemporaine anglaise très active, la Young British Artists, à l’instar de Damien Hirst. 

L’ exposition est effectivement Non exhaustive, subjective et poétique. Ce peut être l’occasion aussi de revisiter les collections permanentes du musée des Arts décoratifs, qui en ce domaine, également, sont d’une grande richesse.

Artistes & robots d’hier et d’aujourd’hui

Le Grand Palais entraîne le visiteur dans un grand tour consacré aux robots d’hier et d’aujourd’hui ; l’exposition est sonore,  interactive, ludique, immersive, poétique et pédagogique. C’est la première exposition muséographique consacrée à Paris, exclusivement à l’imagination artificielle

Les robots de Tinguely,  l’oeuvre de Nam June Paik, la machine de Nicolas Schöffer de 1959,

sont remplacés aujourd’hui par des robots invisibles (souvent un algorithme), d’Elias Crespin ou de Miguel Chevalier.

C’est le robot qui, chez Orlan, récite des mots générés aléatoirement.

Parmi les multiples œuvres exposées, signalons, par exemple,  Nicolas Darrot, qui a bénéficié d’une exposition monographique à la Maison rouge en 2016 :

On peut également apprécier l’oeuvre interactive d’Edmond Couchot et Michel Bret, Pissenlits :

 

 

 

 

A signaler que Nicolas Schöffer fait actuellement l’objet d’une rétrospective : L’art cybernétique de Nicolas Schöffer au LaM de Villeneuve-d’Ascq.

 

 

Artistes & robots au Grand Palais, du 5 avril au 9 juillet 2018.

Commissariat : Laurence Bertrand Dorléac et Jérôme Neutres.

Conseil artistique de Miguel Chevalier, direction technique de Nicolas Gaudelet. Scénographie et mise en lumière Sylvie Jodar, Atelier Jodar Architecture. L’application mobile téléchargeable permet de poursuivre et d’approfondir la visite, d’en conserver un souvenir à la fois sonore et visuel, grâce notamment à des vidéos de robots artistes en fonctionnement.

Georges Jeanclos à Art Paris

Le Sculpteur français Georges Jeanclos , comme le rappelle Harry Bellet en 1997, (au moment de sa disparition), qu’il est né  à Paris le 9 avril 1933 : Georges Jeankelowitch, de son vrai nom, avait fait ses études à l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts, avant d’obtenir le Grand Prix de Rome de sculpture en 1959. Il a séjourné à la villa Médicis, alors dirigée par le peintre Balthus […]
Sociétaire du Salon de Mai, il exposait peu, et se consacrait à des œuvres qui, pour être monumentales, n’en sont pas moins discrètes.
Il est l’auteur du portail du ministère des Finances, à Bercy, d’un tympan pour le porche royal de l’église Saint-Ayoul de Provins et du monument à Jean Moulin, érigé, en 1984, dans le cadre des commandes publiques du ministère de la culture. Il fut personnellement choisi pour cette commande par le président Mitterrand et implanta dans le jardin des Champs-Elysées un véritable « hymne à la Résistance » composé de stèles couronnées de figures qui, dans ce contexte, ne sont pas sans rappeler les sculptures que KÄthe Kollwitz modelait dans les années 30 pour dénoncer le régime nazi. Les figures de Jeanclos composent une série d’allégories, la souffrance, la solitude, l’angoisse, et les stèles portent, estampés, des fragments du Chant des partisans et du Kaddish, la prière des morts, et la figure symbolique de Jean Moulin placée en bas-relief dans un médaillon. Jeanclos s’est en partie inspiré de ses souvenirs d’enfance en Auvergne, où son père était résistant, mais dépasse l’anecdote et le pathos pour atteindre une dimension universelle.
Le monument à la mémoire de Jean Moulin (1899-1943) se trouve dans les Jardins des Champs Elysées, près de l’avenue de Marigny. Les cinq bronzes qui le composent sont les Larmes, le Murmure de la Résistance, l’Emprisonnement muet, la Disparition et la Renaissance.
La Galerie Capazza montrera ses œuvres très prochainement  à l’Art Paris  2018 –  du  4 au  8 avril- au Grand Palais.