Archives mensuelles : mars 2018

Parfums, de Chine et d’ailleurs : des parcours olfactifs

Les parfums et les parcours olfactifs ont toutes leur place dans les musées, ils participent notamment aux expositions temporaires de beaux-arts. En voici quelques exemples :

Le compte rendu du scribe accroupi résume l’exposition Parfums de Chine, réalisée avec le concours du musée de Shanghai. Elle se déroule du 9 mars  au 26 août 2018. 

Elle inclut un parcours olfactif grâce au concours d’un parfumeur-créateur qui a « réinterprété des parfums à partir des recettes anciennes. Le visiteur est invité à découvrir ces senteurs tout au long du parcours de l’exposition ».

Autre parcours significatif, qui s’est déroulé en 2017 dans les jardins du Palais Royal  :  le Centre des monuments nationaux a proposé aux visiteurs une expérience sensorielle originale, l’évocation de l’histoire du lieu par des odeurs :

© Yann Audino / Centre des monuments nationaux. DR

Ces senteurs naturelles reconstituées seront présentées dans l’univers du parfum, lors de cette reprise de l’exposition de Chantal Sanier présentée  au Grand Musée du Parfum du 12 décembre au 11 février dernier.

En 2017 le musée de la Chasse et de la Nature a présenté une exposition parfumée intitulée « Sentiment de la Licorne ».

Licorne – Maïder FORTUNÉ (née en 1973) France, 2005 – Vidéo – Inv. 005 146.    

– En 1979, c’était l’histoire d’un artiste symboliste belge, qui était déjà  mise en valeur dans l’exposition  « Khnopff » au musée des Arts décoratifs à Paris. Elle  recréait l’univers de celui  qui voulait « dissoudre silencieusement la frontière entre réel et rêve  » grâce à un environnement olfactif assez unique dans les scénographies d’alors :  » Les salles d’exposition sont décorées de fleurs, parfumées d’encens ».

L’art vidéo en ligne : les précurseurs suisses

L’art vidéo a très tôt été salué en Suisse  grâce notamment au directeur du Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne, René Berger, qui inaugure la collection de vidéos du musée par l’acquisition d’une œuvre de Jean Otth, Limite E (1973). Le musée lausannois fait ainsi œuvre de précurseur (il faudra attendre la fin des années 1970 pour que les musées de Bâle, Zurich et Berne commencent à introduire la vidéo dans leurs collections), en réponse aux œuvres des pionniers  romands de l’art vidéo. Ceux que René Berger, alors directeur du Musée, nommera les « mousquetaires de l’invisible » (René Bauermeister, Gérald Minkoff, Muriel Olesen, Jean Otth, Janos Urban) participent non seulement à créer, mais également à faire connaître l’art vidéo grâce aux évènements qu’ils organisent dès 1972, notamment dans le cadre du groupe Impact. Depuis, de l’expérimentation avec le médium à son utilisation pour capter des actions, du poste de télévision à la projection, du rapport frontal avec les spectateurs à leur implication dans l’espace de l’installation, la vidéo s’est déclinée sur des modes radicalement divers« .

Autre grand nom de la vidéo montré dès ses débuts à Lausanne et que le Musée a invité pour une exposition monographique en 1991 : Bruce Nauman. Bill Viola croisait les «mousquetaires» dès 1974 à Lausanne C’est ce qu’avait rappelé l’exposition temporaire de Lausanne, en  2016, intitulée « Interactions fictives, Making space 40 d’art vidéo ».  

Les textes de René Bergé sur l’art vidéo ont été rassemblés dans un ouvrage paru en 2014.

L’intérêt pour ce mode d’expression ne faiblit pas en Suisse. La Fondation SIKART vient de mettre en ligne  de nouvelles vidéos :

Gherkins Natural History de Christian Gonzenbach

 Les vidéos, si elles ne constituent pas la part la plus immédiatement visible de SIKART Dictionnaire sur l’art en Suisse, n’en sont pas moins un appoint essentiel. D’entente avec les artistes, de nombreuses pièces ont pu être mises en ligne sur SIKART. Des formes d’art basées sur la temporalité, telles que le film, la vidéo ou la performance, trouvent ainsi une résonance médiatique dans le dictionnaire.

Les séquences filmées invitent à l’immersion: faites l’expérience de l’histoire naturelle avec Gherkins Natural History<http://sik-isea.cmail19.com/t/t-l-urjibl-ohjlrdtuu-i/> de Christian Gonzenbach ou mettez-vous dans la peau d’une femme d’Amazonie équatorienne avec Forest Law<http://sik-isea.cmail19.com/t/t-l-urjibl-ohjlrdtuu-d/> d’Ursula Biemann, où il est question du droit de la nature face à l’exploitation des ressources premières. Osez une excursion dans l’étrange Scanner<http://sik-isea.cmail19.com/t/t-l-urjibl-ohjlrdtuu-h/> de Max Philipp Schmid ou voyez combien le quotidien est transfiguré dans Mare Mitochondrium<http://sik-isea.cmail19.com/t/t-l-urjibl-ohjlrdtuu-k/> de Saskia Edens. Roman Signer vous emmènera dans une course en Kajak<http://sik-isea.cmail19.com/t/t-l-urjibl-ohjlrdtuu-u/> cahoteuse, Sonja Feldmeier quant à elle dans une ascension tranquille mais très imagée dans Neverending<http://sik-isea.cmail19.com/t/t-l-urjibl-ohjlrdtuu-o/>. Si vous souhaitez en revanche demeurer dans le fleuve du temps, optez pour Denkmal<http://sik-isea.cmail19.com/t/t-l-urjibl-ohjlrdtuu-b/> d’Herbert Distel. Des vidéos de Judith Albert<http://sik-isea.cmail19.com/t/t-l-urjibl-ohjlrdtuu-n/>, Thomas Kneubühler<http://sik-isea.cmail19.com/t/t-l-urjibl-ohjlrdtuu-p/> et Rémy Markowitsch<http://sik-isea.cmail19.com/t/t-l-urjibl-ohjlrdtuu-x/> sont dorénavant aussi en ligne.

Forest Law d’Ursula Biemann

sikart.ch

« Réactiver la collection » et faire participer le public

En 2014, ce carnet a fait référence à de nouvelles pistes pour la démocratisation culturelle à travers une politique d’accrochage inédite des musées d’art et d’histoire.

Annick Notter, conservatrice des Musées d’Art et d’Histoire de La Rochelle http://www.franceinter.fr/emission-carnets-de-campagne-la-charente-maritime-25, avait trouvé une approche audacieuse et unique pour lever les blocages socio-culturels et valoriser l’ensemble de ses collections permanentes « Depuis 2008, le Musée des Beaux-arts de La Rochelle http://www.ville-larochelle.fr/ a mis en place une politique d’accrochage inédite de ses collections. Chaque année, c’est un groupe de citoyens rochelais qui choisit, parmi les collections du musée, les œuvres qu’il aimerait voir exposées pendant un an. Les collections sont constituées « d’environ 800 à 850 tableaux, pour une surface d’exposition de 400m2. L’espace disponible « permet d’exposer qu’environ 70 à 80 œuvres, ce qui représente seulement 10 % de la collection ».

Il s’agit « pour ces groupes de choisir des œuvres qu’ils aiment, qui leur font plaisir et qu’ils aimeraient voir accrochées dans le musée. La première étape consiste à convaincre un groupe de personnes de le faire et ce n’est pas toujours facile ! Le travail de préparation commence une année en amont. Un groupe de travail est constitué, il se réunit lors de plusieurs séances. Au programme : consultation des catalogues photographiques des œuvres, sélection individuelle d’images dans un premier temps puis mise en commun ensuite ».

L’exposition dure un an : ont été par exemple invités les gardiens du musée,  les élèves de la classe de terminale en histoire des arts d’un lycée, la société des amis des arts, un collectif d’artistes locaux, les agents du centre technique municipal, un groupe de femmes d’un quartier, et pour  la 8ème édition les rugbymen du Stade Rochelais. Cette expérience s’est installée dans la durée puisqu’elle en est à sa onzième édition : ce sont les élèves du lycée hôtelier qui ont choisi les œuvres  présentées lors de leur exposition : Le palais des sens.

« Après avoir cherché à explorer la notion de plaisir, les lycéens ont réorienté leur travail autour des cinq sens.  Ils ont porté leur regard sur les 900 oeuvres des collections du musée et ont retenu 70 peintures et dessins de grands maîtres et de peintres régionaux, du XVIe siècle à nos jours.  Les jeunes muséographes ont organisé l’exposition en six espaces thématiques distincts : les coups de coeur, la vue, l’ouïe, l’odorat, le toucher et le goût.  Pour ce dernier, ils ont dressé une table du XVIIIe siècle évoquant la cérémonie du thé et le repas contemporain ».  L’exposition dure de septembre 2017 à septembre 2018.

A découvrir ici, la richesse de la programmation des musées de la Rochelle.