Archives mensuelles : janvier 2017

Laurent Danchin..

aurent Danchin par Danchin par Jean-Luc Giraud
Laurent Danchin par Jean-Luc Giraud.

Laurent Danchin n’est plus. Correspondant en France de Raw Vision et proche de la revue Artension, sa disparition suscite hommages et  témoignages  émus et nombreux. 

Commissaire de plusieurs expositions temporaires, à la Halle Saint-Pierre, à l’abbaye d’Auberives, Laurent Danchin est avant tout un écrivain qui se passionnait pour la création brute singulière, hors normes ou apparentée et toutes ses manifestations qui résultent d’un besoin, d’une pulsion,  bien loin d’un métier ou d’une profession. Il a souhaité défendre ces créateurs et en parler lors de très nombreux entretiens et tout récemment encore. Il insistait tout particulièrement sur le mysticisme qui caractérise de nombreux auteurs d’art brut.

Laurent Danchin qui a écrit sur Artaud,  et Dubuffet, a aussi laissé  des « bonbons », ces petits ouvrages de l’association Mycelium,  dont le nom renvoie à ce tissu créatif, ce réseau organique de connections fécondes, comme il le définissait.

 20091012085659exposchom_0

Un de ces petits ouvrages, paru en septembre 2016,  est un condensé sur Chomo, un artiste auquel il a porté un très grand intérêt et à qui il avait consacré une exposition temporaire particulièrement réussie à la Halle Saint- Pierre.

Laurent Danchin était aussi  à la tête d’une association ayant pour but de sauvegarder l’oeuvre de Chomo dans la forêt d’Achères. Il était fier d’avoir pris cette responsabilité.

20170111_224447-1

Un art d’État ? Commandes publiques aux artistes plasticiens (1945-1965)

L’exposition programmée par les Archives nationales à Pierrefitte, du 31 mars au 13 juillet 2017, s’intitule « Un art d’État ? Commandes publiques aux artistes plasticiens (1945-1965) ».

small11rayarn

« L’exposition, réalisée en partenariat avec le centre national des arts plastiques CNAP, s’attache à retracer les liens étroits qui unirent, à la fin de la Seconde Guerre mondiale et jusqu’aux prémices de la décentralisation, artistes et pouvoirs publics ».

Les archives audiovisuelles de l’INA, pour la période des années 1980- 2000, illustrent fort bien ce thème, à travers l’exemple de Pierre Soulages et de la commande publique des vitraux de Sainte-Foy de Conques.

26 mars 1991 : le Ministère de la Culture, mené par Jack Lang, décide de confier à Pierre Soulages une commande exceptionnelle : composer un nouvel ensemble de vitraux pour l’abbatiale romane Sainte-Foy de Conques. L’annonce de ce projet est fraîchement reçue par la critique qui craint de voir le « peintre du noir » assombrir l’édifice et qui remet en cause la dépose des précédents vitraux, témoins des arts décoratifs limousins d’après-guerre.

15 juin 1994 :  un nouveau reportage porte sur la conception et la réalisation des vitraux de l’abbatiale Sainte-Foy de Conques par Pierre Soulages et le maître verrier Jean-Dominique Fleury.

Il débute par quelques vues de la mise en presse de l’ouvrage consacré à ce sujet, coécrit par Christian Heck, Jean-Dominique Fleury, Pierre Soulages et préfacé par Georges Duby.

22593_couverture_hres_0

En novembre 2016  c’était l’anniversaire des vingt ans :

< C’est dans la sobriété et dans la lumière diffuse que l’abbatiale de Conques s’apprête à célébrer un anniversaire un peu particulier. Les 106 vitraux blancs de Pierre Soulages qui ornent l’ abbatiale  fêtent leurs vingt ans d’existence. En 1994, l’installation de vitraux abstraits au sein d’une église romane suscitait une certaine réticence, aujourd’hui, la fierté a gagné le cœur des aveyronnais>.