Archives mensuelles : avril 2016

Le site public « L’Histoire par l’image  » rénové, Paul Klee à Paris

 Le nouveau site de  «  l’histoire  par l’image » vient d’être rénové  : https://www.histoire-image.org/

Dans  un souci de modernisation et d’ergonomie, le site est totalement refondu et réactualisé afin de correspondre aux nouveaux usages numériques.

La lisibilité des études se voit donc améliorée, les outils de navigation optimisés, la richesse du contenu, toujours grandissant, est plus largement mis en avant en renforçant l’offre cross-média. Le site s’en trouve plus simple d’accès et plus intuitif et est désormais adapté aux interfaces mobiles (responsive design).

Ce site est un service public entièrement gratuit, il s’adresse à tous, famille, amateur d’art et d’histoire, enseignant, élèves, étudiants… pourvu que l’on désire accroître ses connaissances historiques et artistiques, en découvrant les collections des musées et des fonds d’archives.

Mis en ligne en novembre 2001 en coproduction avec le ministère de la Culture et de la Communication et avec le soutien du ministère de l’Éducation nationale, le site propose à ce jour 1 335 études, 2 466 œuvres, 119 animations audiovisuelles, 3,2 millions de visites par an. Depuis 15 ans, le site a pour ambition d’enrichir la connaissance du passé à travers les œuvres d’art. Le site explore des événements de l’histoire de France et les évolutions majeures de la période 1643-1945.

Bien des œuvres, quelle que soit leur nature (peinture, sculpture, photographie, dessin, gravure …), restent trop souvent utilisées comme de simples illustrations et méritent d’être analysées au-delà de la brève légende.  (Voir le communiqué de la RMN-Grand Palais).

En matière  d’histoire  sur les expositions le site permet de trouver des illustrations et des commentaires brefs sur des expositions jalons du XIXe et XXe siècles. Par exemple, une recherche libre ou par mot clé  renvoyant à  l’histoire des « expositions coloniales », permet de trouver de nombreuses images pour l’exposition   de 1931 : Le site permet d’aboutir à une page consacrée aux pavillons éphémères de cette exposition, comme cette évocation  du site d’Angkor. La notice est rédigée par Claire Maingon.

 

mai09_angkor_001f

Le temple d’Angkor et le bassin de la Guadeloupe. © Photo RMN-Grand Palais – J.-G. Berizzi

Autre recherche sur  cette fois une exposition de sculpture : l’ exposition Rodin de 1900 au pavillon de l’Alma : la brève notice est rédigée par Frédérique Lesueur.

rod1_affiche_001f

Pour des textes plus fournis et des études  approfondies, il convient d’avoir recours à d’autres ressources en ligne, plus détaillées comme l’encyclopédie universalis. Par exemple, cet article de Claude Frontisi sur Klee et son œuvre :

KLEE PAUL (1879-1940) 650klee2-40d68

Les Sans-Espoirs, 1914. Cette aquarelle de Klee reprend les formes d’une figure proto-cubiste de Picasso : la Dryade de 1908, mais Klee transgresse la composition picassienne, s’affranchissant du statisme du cubisme et créant une scène imaginaire, à la fois fantastique et théâtrale. En savoir plus.

L’œuvre de Klee est actuellement visible au Centre Pompidou  et fait l’objet  de nombreux articles, qui notent que Paris n’avait pas mis Paul Klee à l’honneur depuis l’exposition de 1969 au musée national d’art moderne. L’exposition Klee est visible jusqu’ au 6 août 2016.

Gagnez-votre-place-pour-l-expo-Paul-Klee-l-ironie-a-l-oeuvre

©Paul Klee « Vorführung des Wunders – Présentation du miracle », 1916 © Adagp, Paris 2016.

 

Quelles expositions temporaires pour un musée des arts décoratifs ?

Dans un article documenté de Roxana Azimi, paru dans le journal Le Monde du 6 avril 2016, intitulé « Le Musée des Arts décoratifs veut devenir le temple de la French touch », sont mis en regard les stratégies respectives des deux musées consacrés aux arts décoratifs et à la mode, au champ des arts appliqués : le français, ( Les Arts Décoratifs) et le britannique, le Victoria & Albert Museum (V & A).  La fréquentation des Arts décoratifs a chuté, alors que l’autre grand musée le Victoria & Albert Museum (V & A), a le vent en poupe, comme le montrent  ces chiffres :

 Date de naissance : 1851 pour le V & A, 1882 pour les Arts décoratifs.

  1. Fréquentation : 3,3 millions de visiteurs pour le V & A, Le V & A a triplé sa fréquentation de 2001 à 2009. Aux arts décoratifs : 300 000 visiteurs en 2015 , contre 603 000 en 2012.
  2.  Surface : 50 000 mètres carrés pour le V & A, rue de Rivoli à peine 10 000 m2.
  3. Stratégie de rénovation :  les collections permanentes  du Musée des arts décoratifs ont fermé leurs portes  pendant dix ans (1996/ 2006). Au V & A, la rénovation n’a conduit qu’à des fermetures partielles.
  4. Complexité et articulation : pas toujours évidente entre le Musée des arts décoratifs, la bibliothèque des Arts décoratifs, le Musée Nissim de Camondo à la Plaine-Monceau, et l’école Camondo, qui forme en architecture intérieure et en design. Les musées des Arts décoratifs  : il s’agit en fait de plusieurs départements-musées : celui de la Mode et du Textile, celui des arts décoratifs et de la Publicité, le musée Nissim de Camondo.
  5. La subvention octroyée au musée parisien a augmenté de 1,5 million d’euros depuis 2014. Le V&A, lui, « a ses tutelles dans la poche » et perçoit de 2 à 3 millions de livres sterling (2,4 à 3,7 millions d’euros) grâce à ses produits dérivés. Aux Arts décoratifs, la concession de redevance du restaurant et de la boutique ne rapporte que 630 000 euros.

La programmation du V & A : une exposition consacrée au styliste Alexander McQueen en 2015,  une  exposition, érudite, consacrée au postmodernisme en 2011.

Aux arts Décos, la collection d’art asiatique a été sortie des réserves. Et pour l’année France -Corée, le musée a organisé l’exposition « Korea Now ! design, mode et graphisme en Corée »,  du 19 septembre 2015 au 3 janvier 2016. L’exposition retour prévue à Séoul n’aura pas lieu et a eu des conséquences inattendues en Corée.

Les remèdes avancés pour le musée parisien sont les suivants :

  • S’investir sur des projets ambitieux d’expositions temporaires plafonnés à 6 ou 8, contre 12 en moyenne actuellement ;
  • Adopter une présentation des collections à l’horizon 2017, avec de plus fortes ponctuations extra-occidentales. A l’accrochage patrimonial par siècle va se greffer un autre parcours davantage pluridisciplinaire, mêlant mode, design, graphisme, photos, livres et vidéos. Histoire d’épouser le rythme et le foisonnement de la création contemporaine.

Il semblerait en fait qu’il ne s’agisse pas d’un match entre la French touch  et la Britishitude, mais plutôt d’un débat entre art contemporain et Design : « A Paris, on a l’impression que l’art contemporain a le monopole de la créativité  » dixit Pierre-Alexis Dumas, président des Arts décoratifs, directeur artistique d’Hermès, « On doit emmener le public vers l’idée que ce musée est celui de tous ceux qui travaillent dans le champ des arts appliqués. On doit faire en sorte que les jeunes designers âgés de 20 à 30 ans aient envie d’exposer ici plutôt qu’au Palais de Tokyo. ».

Les créateurs qui, depuis le milieu des années 1960,  ont été formés dans des écoles d’arts décoratifs sont devenus des phares de l’art contemporain (Daniel Buren ouvrant le bal).

. Mot clé « Design » sur le site du Palais de Tokyo.

Voir l’entretien d’Olivier Gabet, directeur des musées des Arts Décos, sur les perspectives et la stratégie des Arts Décos.

CfQtfbjW8AAfD8g

Pour de belles photographies de l’exposition temporaire en cours, aux Arts Décos, « Fashion Forward. Trois siècles de mode – 1715 – 2016 », du 7 avril au 14 août, voir le carnet d’hypothèse :  (Histoire de mode).

L’autre exposition en cours aux Arts décos,  porte sur « Barbie »: elle est source de produits dérivés et devrait contribuer aux finances du musée.

A signalerlast but not least,  Le Contemporain dessiné – Parcours aux Arts Décoratifs, présenté à l’occasion de la 10e édition de DRAWING NOW PARIS I LE SALON DU DESSIN CONTEMPORAIN
du 17 mars au 28 juin 2016, aux Arts décoratifs, 107 rue de Rivoli, Pavillon de Marsan, étages 5 à 9, commissariat d’Agnès Callu.

CP-LeContemporainDessine_1

enfin, les Papiers peints sont de retour aux Arts décos, du 21 janvier au 12 juin 2016 : présenté dans les galeries d’études, cet événement révèle le fonds exceptionnel du département des papiers peints, en rendant publiques trois cents pièces emblématiques de la collection qui compte aujourd’hui plus de 400 000 œuvres en réserve.

  • mais aussi au musée des maisons comtoises à Nancray, « Paper is not dead #2 », du 27 mars au 3 juillet 2016.
  • Au musée de Rixiem : à voir actuellement  « MADE IN FRANCE » Le papier peint en 2015 12 juin 2015 – 31 octobre 2016.
  •  « La collection Zuber : 100 000 documents, du début du XIXème siècle à 1983) et celle du Musée de l’impression sur étoffes de Mulhouse ont été complétées par des milliers d’autres documents acquis depuis l’ouverture du Musée; ils restituent un panorama complet, des dominos du XVIIIème siècle aux créations les plus récentes, avec des papiers peints de toutes origines géographiques ». 

Actuellement, au V&A, à Londres, l’exposition en cours est consacrée aux chefs-d’œuvre des Lumières :

  • Les vingt conservateurs du département ont réuni une sélection de deux cents chefs-d’œuvre, sous la direction de Lesley Miller, qui leur avait demandé de dresser « la liste des objets les plus importants pour raconter des histoires ». « On a eu dix-huit mois de débats, reconnaît-elle, le département est riche de 90 000 pièces de cette période. » Au total, les 1 100 retenues – 300 françaises, 800 européennes – proviennent pour la plupart de la donation John Jones, un collectionneur de la fin du XIXe siècle, fan absolu de l’art décoratif du XVIIIe. Entrée libre : www.vam.ac.uk

 D’autres musées du Design développent des stratégies alternatives de présentation de l’objet, très originales, à partir de collections plus modestes, c’est le cas du musée de Francfort le Museum Angewandte Kunst :

Depot Show. Happiness and Promise February – 10. April 2016 more

Richard Meier. A Style Room Continuing Presentation more

Elementary Parts. From the Collections Continuing Presentation more

Stylerooms. From the Collections Continuing Presentation more

Secret Compartments July 2015 – 06. March 2016 more

Des notices de catalogue en ligne, pour promouvoir l’exposition « Carambolages »

Dans le cadre de leur promotion et de l’aide à la visite, les expositions RMN-Grand Palais bénéficient depuis assez longtemps d’application téléchargeables. C’est le cas aussi de l’exposition  » Carambolages » qui bénéficie d’une application officielle gratuite, optimisée pour tablettes. La RMN -Grand Palais a choisi aussi de faire la promotion de ses expositions en mettant en ligne certaines notices de catalogue. Son magasine a ainsi mis en ligne depuis le début mars, les notices suivantes :

Un œil qui regarde  

oeil

(École française, Un oeil qui regarde, XVIII siècle, Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques).

« Dès 1785, Lady Eleanor Butler écrit qu’un ami lui a montré « « Un oeil fait à Paris, serti dans une bague, une vraie idée française ».Mais c’est l’histoire du prince de Galles, futur George IV, qui lança la mode des yeux peints. À l’âge de 21 ans, en 1784, il tombe amoureux de Maria Fitzherbert, mais ne peut l’épouser, car son père George III n’y consentirait pas. En effet, la dame est catholique et la règlementation royale exige l’accord du père pour un mariage avant l’âge de 25 ans. Il simule alors un suicide qui ébranle la convoitée. Après avoir accédé à sa demande, elle s’enfuit pour plus d’un an sur le continent. Mais la passion du prince ne tarit pas et il lui envoie une lettre accompagnée de son oeil peint par le miniaturiste Richard Cosway « …………

 Listen to your eyes

  • Maurizio Nannucci, Listen to Your Eyes, 2010, installation à Villeneuve-d’Ascq, Paris, Centre national des arts plastiques
  • « L’installation de Maurizio Nannucci, qui se compose de cette courte injonction à destination de l’oreille de son spectateur, émet un paradoxe particulier. Il place l’individu qui le regarde dans une position inconfortable: le premier mot, qui invite l’auditeur à tendre l’oreille, le met vis-à-vis d’un phénomène oculaire, qui a priori, par définition, ne s’écoute pas. Cela intervient à trois niveaux de la pensée »….

  • Anne et Patrick Poirier : Mnémosyne, 1991-1992, bois peint à la tempera, collection Anne et Patrick Poirier, Paris, galerie Jean-Gabriel Mitterrand.
  • « L’œuvre d’Anne et Patrick Poirier déploie un complexe architectural, construit sur la base d’un plan elliptique, forme géométrisée du cerveau. Mnémosyne, la déesse de la Mémoire dans la mythologie grecque, lui a donné son titre » ……

Joachim-Raphaël Boronali, dit « l’Âne Lolo», Et le soleil s’endormit sur l’Adriatique, 1910, Milly-la-Forêt, espace culturel Paul-Bédu.

Ce paysage n’est pas l’œuvre d’un artiste mais un canular exposé au 26e Salon des indépendants en mars 1910. Ce Salon, créé en 1884 à Paris …accueillait toutes les tendances d’avant-garde que refusaient en général d’exposer la Société des artistes français ou la Société nationale des Beaux-Arts. Son auteur n’est pas « Joachim-Raphaël Boronali », peintre né à Gênes, mais l’âne Lolo du tenancier du « Lapin agile » à Montmartre, qui «peint» lorsqu’on lui présente des carottes………….
Selon Guillaume Apollinaire, ce tableau farce ne mystifia personne. Les organisateurs du Salon ne pouvaient le refuser sans bafouer leurs statuts. Ils l’accrochèrent donc dans la salle 22 réservée aux « artistes humoristes », sous le titre Et le soleil s’endormit. …….
 On a voulu mettre les rieurs du côté de l’art traditionnel, contre les peintres qui incarnent une recherche picturale inédite, les disqualifier, en leur déniant toute victoire possible sur les champs de bataille de l’art. Ce fut peine perdue. …………..
Car l’âne donna naissance à une véritable lignée : le 30 juin 2012, l’exploit est réitéré en public par Ben Vautier qui amena un âne à la villa Arson à Nice : « Lolo II » qui peignit la toile Et le soleil s’endormit sur Nice. Pour l’ouverture de la Fondation du doute (Blois, 6 avril 2013), Alain Biet fabriqua un âne-jupon, « Lolo III », qui réalisa à son tour une peinture performance, Et le soleil s’endormit sur la Loire.