Archives mensuelles : février 2016

« Belles de jour » une exposition en itinérance

denis-maurice-soir-de-septembre-300x217

Soir de septembre, Maurice Denis, 1911, Musée des Beaux-Arts de Nantes. Photo (C) RMN-Grand Palais / Gérard Blot.

La  réouverture complète du musée des Beaux-Arts de Nantes est prévue pour  le début 2017 : un nouveau bâtiment / le Cube et 2000 m2 supplémentaires d’exposition, le palais des beaux-arts sera rénové et  doté  d’un auditorium et d’ateliers de médiation.  Les expositions temporaires se déploieront  alors dans quatre espaces :
– le Cube
–  le patio central 1 200 m², au cœur du musée
– la chapelle de l’Oratoire, magnifique espace baroque du XVIIe siècle de 450 m²,rendue accessible à tous
– la salle Blanche, 70 m².

mosaic-texte-general-expositions02

Le musée des beaux-arts de Nantes, sous la conduite de Blandine Chavanne a mené une dynamique et ambitieuse politique d’expositions temporaires accompagnées de publications, réunissant des photos de l’exposition, et des essais inédits. En attendant la réouverture du musée, ses collections sont montrées dans d’autres lieux, dans le cadre d’expositions temporaires itinérantes :

William Saadé, conseiller scientifique en charge des expositions du Palais Lumière à Evian, accueille jusqu’au 29 mai une partie des collections de Nantes  dans le cadre de l’exposition « Belles de jour « , Figures féminines dans les collections du musée des Beaux-Arts de Nantes 1860-1930 :

« A travers un parcours rassemblant plus de 70 œuvres provenant des collections du musée des Beaux-Arts de Nantes, l’exposition Belles de jour se propose d’étudier, la représentation de la figure féminine du XIXe  au début du XXe  siècle. De la femme au foyer à la travailleuse, de l’héroïne historique à la figure mondaine, de la courtisane à la muse, la femme est vue comme un symbole de fantasme et de liberté.

Le fonds est particulièrement important et riche d’une très grande collection en peintures, dessins, estampes et sculptures. Scènes d’histoire littéraire, religieuse ou mythologique illustrent le goût des artistes jusqu’au début du XXe  siècle pour les œuvres destinées au Salon mais aussi à une clientèle aisée et cultivée. En ce sens, la collection illustre particulièrement la représentation des portraits féminins, tout particulièrement pour la période 1860-1930. Les plus grands artistes de l’époque sont figurés, de Baudry à Van Dongen, de Maxence à Lempicka. Tous les courants artistiques majeurs sont représentés : l’académisme, mais aussi le symbolisme, le cubisme, le fauvisme reprennent ainsi l’allégorie féminine pour en développer des thèmes propres et singuliers ».

L’exposition se prolonge à Poitiers du 17 juin au 9 octobre 2016 au musée  Sainte-Croix.

300__300__auto__~wp-content~uploads~actu~lexposition-belles-de-jour-demarre-

Tamara de Lempicka, Kizette en rose (détail), 1927. Coll. Musée des Beaux-Arts de Nantes © RMN-Grand Palais / Gérard Blot © Tamara Art Heritage.

 

 

 

 

 

 

 

 

L’évènement Fromanger

Cbg4RYMW4AA-Ut1

Le Centre Pompidou consacre une rétrospective à Gérard Fromanger du 17 février au 16 mai 2016.‎ Le Centre lui avait consacré une exposition en 1980 : « Gérard Fromanger Centre Georges Pompidou 80 » de janvier à mars 1980.fromanger80

 

 

 

 

 

 

La rétrospective Gérard Fromanger qui a eu lieu en 2005 au musée des Beaux arts de Dôle : « Gérard Fromanger. Rétrospective 1962-2005 », est  reconnue. Anne Dary en a  été la commissaire. Gérard  Fromanger y a participé activement.

L’exposition a été organisée en coproduction avec la Villa Tamaris, à La Seyne-sur-Mer :

« On croyait bien connaître le peintre Gérard Fromanger, né en 1939 à Pontchartrain. Or l’exposition « Gérard Fromanger. Rétrospective 1962-2005 », qui a lieu à La Seyne-sur-Mer, révèle des facettes inédites d’un artiste trop souvent cantonné à la seule période de la figuration narrative des années 1960. Elle est pourtant initiée par deux spécialistes de ce mouvement : Anne Dary, conservatrice au Musée de Dole, et Robert Bonaccorsi, responsable de la Villa Tamaris, où a lieu la manifestation. Mais l’exposition itinérante de Gérard Fromanger est la plus grande rétrospective jamais organisée sur l’œuvre de ce peintre, qui fut l’ami de Deleuze, de Guattari ou de Michel Foucault et, plus tôt, de Jacques Prévert. Certains parmi eux ont écrit sur son œuvre. Avec tant de talent qu’ils l’ont oblitéré, parfois« . Harry Bellet, Le Monde, 18 août 2005.

fromanger
L’exposition, pionnière, a été itinérante de 2005 à 2007 :  un voyage au long cours qui  est passé par Séoul et Cuba : « Les quelque deux cents œuvres présentées à La Seyne-sur-Mer ne sont qu’à une étape d’un grand voyage. D’abord montrées aux Musées des beaux-arts de Dole et de Lons-le-Saunier (Jura) de mars à juin, elles quitteront la rade de Toulon le 18 septembre, pour le Musée national d’art contemporain de Séoul, en Corée, où elles seront exposées du 5 novembre au 5 janvier 2006. Elles regagneront ensuite l’Europe et le Musée national d’histoire et d’art du grand-duché du Luxembourg (du 20 janvier au 5 mars 2006), avant de repartir vers l’ouest, et le Museo nacional de Bellas Artes de La Havane (15 avril- 15 juin 2006). Après Cuba, elles reviendront en France, dans l’Eure, où elles seront montrées au Musée municipal de Louviers et à l’hôtel de département d’Evreux (15 septembre-28 novembre 2006). Du fait de la configuration de certains lieux, les expositions au centre d’art de La Seyne-sur-Mer , Villa Tamaris, et de Séoul sont les plus complètes ».

Le catalogue en français contient notamment des textes et notices de Bernard Ceyssson, Anne Dary, Robert Bonaccorsi, et Blandine Chavanne.

L’exposition a aussi été accueillie au Brésil : en 2009, à Brasilia, au Centro Cultural Banco do Brasil   

04/09/2009. Cr�dito: Iano Andrade/CB/D.A Press. Brasil. Bras�lia - DF. Artista Franc�s Gerard "Fromanger, mostra obras expostas no Centro Cultural Banco do Brasil - CCBB.
04/09/2009. Credito: Iano Andrade/CB/D.A Press. Brasil. Brasilia – DF. Artista Frances Gerard « Fromanger, mostra obras expostas no Centro Cultural Banco do Brasil – CCBB.

 

Le travail de Fromanger  a été également montré à Rio, accueilli par Luiz Camillo Osorio au MAM. Il a été rapproché de celui de Carlos Vergara, exposé au même moment, représentant de la Nova Figuração au Brésil dans la seconde moitié des années 1960 :

vergara

Gravura da série « 5 problemas para 5 estampas » (1967): traço pop da Nova Figuração

Pour la rétrospective qui commence voir l’entretien entre Michel Gauthier Conservateur, musée national d’art moderne, commissaire de l’exposition et Gérard Fromanger, extraits :

GF –« L’arc-en-ciel est toujours venu à mon secours dans les périodes de doute comme dans les moments d’évidence. Les claires et les foncées, les primaires, les complémentaires et leurs intensités font socle, code et gamme permanents ».

MG – Quel rôle ont joué les événements de Mai 68 ainsi que vos rencontres avec quelques-uns des grands intellectuels de l’époque dans le développement de votre travail ?
GF – Comment traduire en bonheurs de peinture les bonheurs d’une grande fête collective comme Mai 68, sinon par un langage-couleur capable de donner à l’image une fraîcheur, une nouveauté, un enchantement ? Mai 68 confirme, enrichit et stimule la nécessité de mon code couleur. Quand Mai 68 clamait « l’énergie, c’est nous », j’y trouvais une force pour peindre l’énergie du monde. Quand les philosophes (Sartre, Deleuze, Foucault, Guattari ou Lyotard) ou les poètes (Jouffroy, Bulteau ou Bailly) me parlent de cette « énergie du monde », ils me donnent envie de leur parler en peinture, c’est ainsi à travers l’échange des langages que se crée l’amitié.

MG – Êtes-vous un peintre pop ?
GF – Si la question est « êtes-vous pop ? » comme on disait « êtes-vous cubiste, surréaliste ou dadaïste ? », ma réponse est négative. En France, seuls quelques artistes passés par Londres ou New York entre 1958 et 1965 peuvent revendiquer cette appartenance. Je n’en suis pas. En revanche, je me situe volontiers dans cette mouvance culturelle mondialisée qui se sentit en rupture avec le monde esthétique et idéologique d’avant les années 1960″.

 

 

Retour aux années 1920 : la Villa Bouilhet, « L’ ange volant » Garches, Paris, France – Giò Ponti

La revue « Connaissance des arts » rend hommage à Albert Bouilhet :  » Celui qui a consacré toute sa vie à la maison de luxe familiale Christofle est décédé le 14 février à l’âge de 86 ans.
C’est à Garches dans les Hauts-de-Seine, là où il naquit en 1929, qu’Albert Bouilhet s’est  éteint dimanche dernier.
Diplômé d’Oxford, il était rentré en 1949 comme stagiaire aux cotés de son père chez Christofle, la marque d’orfèvrerie française fondée en 1830 par son aïeul, le bijoutier Charles Christofle. Devenu PDG de la maison familiale en 1969, Albert Bouilhet fut le grand artisan de l’expansion de la marque à l’international. […] il quitte son fauteuil de PDG en 1993. La trajectoire d’Albert Bouilhet était étroitement liée au monde de l’art. Comme il l’avait rappelé lors d’une interview pour le magazine italien Living en 2008, son grand-père Henri Bouilhet était l’un des fondateurs du musée des Arts décoratifs à Paris.

Albert Bouilhet est mort à « L’Ange Volant », villa conçue en 1928 par son grand-oncle, l’architecte milanais Giò Ponti, dans laquelle il aura vécu sa vie durant ».

cover

Retour aux années 1920 : Giò Ponti souhaitait d’abord surnommer la villa «  La Saint-Cloudienne », pour cette construction « palladienne »  conçue en 1926 pour Tony Bouilhet et construite à Garches, en dehors de Paris à proximité du club de golf de Saint-Cloud : un endroit qui semblait stimuler les créations architecturales  dans les années 1920 : la villa conçue par Le Corbusier construite entre 1927 et 1928 pour les quatre Américains de Paris, Gertrude, Leo, Michael et Sarah Stein 420px-Stein_11

ou la Villa construite par Auguste Perret pour Nubar BeyCNAM-30-03-0119

Giò Ponti a finalement donné à cette maison familiale le nom de « L’Ange Volant », en référence à Carla Borletti, l’épouse de Tony Bouihet, mais aussi la nièce par alliance de Gio Ponti (par son épouse milanaise Giulia Vimercati).

Cette villa à deux étages a été la première maison que Ponti  a construite à l’étranger.  Il reprendra  sa conception pour d’autres projets. Son plafond peint a été conçu par Ponti, il s’agit d’une sorte de grande tente colorée, suspendue au-dessus de la salle.

Il est aussi l’architecte de la villa Borletti à Milan en 1928, il crée également en 1929-1931  le caveau familial des Borletti sur le bord du lac d’Orta,  au Cimitero monumentale de Milan.

A l’époque Gio Ponti est  déjà un designer reconnu qui a remporté un grand prix à  l’Exposition internationale des Arts décoratifs  en 1925. Il travaillera beaucoup pour la maison Christofle, comme le rappelle une exposition de 2008 qui se tiendra dans le cadre du salon du meuble de Milan dans l’enceinte du Palais de la Triennale.

Bonbonnière Flèche, créée par Gio Ponti en 1928 à l’oChristofle_Bonbonniereccasion du mariage de Carla Borletti avec Tony Bouilhet, héritier et directeur à l’époque de Christofle.

Gio Ponti crée en 1928 la revue Domus, une revue d’architecture et de design qui fera l’objet d’une exposition rétrospective au musée des Arts décoratifs à Paris en 1973.