Archives mensuelles : septembre 2015

Jean-Christophe Ammann

Mappa, 1971-1972, 201, 9 x 374, 7 cm, Glenstone, © Alighiero Boetti by SIAE/VEGAP,
Mappa, 1971-1972, 201, 9 x 374, 7 cm, Glenstone, © Alighiero Boetti by SIAE/VEGAP.

Traduit de l’allemand par Gérard Briche et paru en mai 2010 : « Fut une époque où les artistes indiquaient la direction à prendre. Aujourd’hui, au siècle de la mondialisation, ce sont les commissaires de la mondialisation qui ouvrent les perspectives. Ces perspectives sont-elles valables pour indiquer les directions à prendre ? Je laisse ouverte cette question. Mais la tendance à donner une compatibilité mondiale à l’art grève lourdement la tradition de l’Occident. Ce que j’entends par “compatibilité”, c’est la garantie d’une political correctness qui évite que l’art choque, et ce où que ce soit.

Il n’est plus possible de ne pas prêter d’attention à l’art. Non parce que le nombre des artistes s’est multiplié, mais parce que toutes les tentatives pour donner à l’art une unité ont échoué. Cela me plaît, parce que je m’occupe des artistes, d’où qu’ils viennent. Je ne me préoccupe pas de théorie, même s’il est nécessaire, parfois, de prendre en compte des éléments préalables qui permettent de penser l’activité des artistes avec une approche différente. »

Ces réflexions  sont celles de JC Ammann. Le journal « Le Temps » et E. Lebovici sur son blog, rendent hommage à Jean-Christophe Ammann (1939-2015):  l’Art commence là où s’arrête le goût.

Cet ancien responsable du kunstmuseum de Lucerne et commissaire de très nombreuses expositions,  vient de disparaître. Il a été l’assistant d’Harald Szeemann en 1967 à Berne et à la Documenta de Kassel en 1972, mais aussi le commissaire de plusieurs Biennales de Paris au cours des années 1970.

Historien de l art, son ouvrage principal a été traduit et publié aux Presses du réel en 2010  :  » En y regardant mieux ».

 

 

Histoire des expositions : un débat

couv_perspectives

A signaler dans le dernier numéro  de la revue de  Perspective – n° 1 – 2015, un débat avec Laurence Bertrand Dorléac, Philippe Descola, Pierre Georgel commissaires d’expositions : Qu’est-ce qu’exposer ?

Extrait : « Aujourd’hui nous assistons à un élargissement du domaine des expositions, tant du point de vue des sujets proposés que des objets présentés. Le critère esthétique, qui avait prévalu jusque dans les années 1980, n’est plus le seul paramètre de référence. Cet élargissement répond à des attentes profondes du public et, en même temps, aux exigences du « marché de la culture ». Nous pouvons citer un grand nombre d’expositions qui ne relèvent pas du domaine de l’histoire de l’art au sens traditionnel et qui ont rencontré un grand succès auprès du public : l’exposition sur la douleur à la Cité des Sciences et de l’Industrie en 1992-1993, La Mélancolie au Grand Palais en 2005 ou encore la série de grandes expositions d’anthropologie programmées ces dernières années par le Musée du quai Branly (on peut notamment citer : Qu’est-ce qu’un corps ?, Planète métisse, La Fabrique des images ou Exhibitions : l’invention du sauvage…). Même un musée d’art traditionnel comme le Louvre propose aujourd’hui..’.

Paru au comptoir des presses d’universités. le comptoir des presses d'universités

 

 

L’exposition des métiers d’art au Salon Révélations

 feb94ffda98b75f197b98486777ea629

L e Salon Révélations s’achève ce soir au Grand Palais. Cette Biennale dont c’est la deuxième édition sous la nef ( voir quelques commentaires sur celle de 2013), rassemble des représentants des métiers d’Arts, de toutes nationalités. Il a accueilli de nombreux intervenants,  dont les créations se rapprochent souvent du design et de l’œuvre d ‘art. L’exposition Le Banquet au centre de cet espace,  a regroupé cette année des créateurs de la Corée du Sud dont c’est l’année en France, mais aussi entre autres, des représentants de la Suède (Bijoux de Christer Jonsson), des Pays-Bas et du Sénégal (meubles d’assise ).

La présence d’une création de Josette Rispal, une artiste « sous le vent de l’art brut », qui expose notamment à la galerie Berst, confirme bien cet engouement actuel pour des artistes d’art brut ou s’en inspirant.

20150912_102626-1 20150912_102626-2

Yunhee Lee et Jaehyo Lee

20150912_102659-120150912_102743

 Simone Crestani

20150912_102923

Les meubles d’assise sénégalais Babacar et Balla Niang

20150912_103600-220150912_103607

Les papiers gouachés de Dienke Dekker

20150912_103147

20150912_102827Merry go round , un « tournez manèges », de Christer Jonsson

Artefacts Encyclopédiques de Bernard Heesen

20150912_10331320150912_103307 

area 31Le dernier numéro (31) d’Area revue (Mains de maître) a pour thème les métiers d’art, il est centré sur les créateurs du Salon, mais pas seulement, une partie de son propos est plus historique et porte sur William Morris, Sonia Delaunay, mais aussi François Mathey, bien sûr, l’un des pionniers en matière d’expositions en ce domaine ( Artiste, Artisan ? 1977, Les métiers de l’Art, 1980).

1980

 

Cette exposition de 1980, voulue par les pouvoirs publics,  était d’ailleurs planifiée pour le Grand Palais et a finalement eu lieu au musée des Arts décoratifs à Paris.

L’actuel Directeur général des Arts Décoratifs , David Caméo, commente également  dans la revue, les évolutions récentes des métiers d’art et des Arts décos.

 

Toujours d’actualité : quand le défaut de parité fait exposition

Une exposition sur le thème de la parité a eu lieu du 2 au 31 mars 2015 à Marseille. Intitulée « Potentielles », elle était illustrée de chiffres clés et de repères documentaires.

La parité était également le thème d’une exposition itinéraire empruntable  

« La parité ? pasted-graphicFemmes et Hommes au musée Condé »

dont voici le catalogue. » Le Domaine de Chantilly se mobilise en faveur des principes d’égalité entre les Femmes et les Hommes. Il ambitionne de faire découvrir au public jeune les trésors du château de Chantilly à travers une thématique originale et contemporaine, celle de la parité « ,

Pour  ce thème  toujours d’actualité  dans les musées et les institutions culturelles, voir : http://www.senat.fr/notice-rapport/2012/r12-704-notice.html

Des oeuvres d’art brut à découvrir à la biennale de Lyon

La Biennale d’art contemporain de Lyon s’est ouverte le 10 septembre dernier, et se tient jusqu’au 3 janvier 2016, son commissaire, Ralph Rugoff, a choisi pour titre « La vie moderne », un clin d’œil à Jacques Tati.

Lyon accueille à nouveau l’art brut, apparenté, et l’art singulier,  l’art dissident, dans le cadre d’une 6e Biennale Hors Normes  à partir du 3 octobre jusqu’au 18, et expose dans près de 30 lieux à Lyon et en Rhône-Alpes. Au Fort de Vaise, ce sont plus de 200 créations d’art brut  provenant des collections permanentes du musée de la création franche de Bègles qui seront exposées. Le musée prépare actuellement sa prochaine exposition « Visions et créations dissidentes « .

3-Musee-Creation-Franche-Martha-GRUNENWALDT

Martha-GRUNENWALDT.Musée de la création Franche

1-Musee-Creation-Franche-2L’art brut et apparenté tend manifestement à devenir un « must » au sein des biennales d’art contemporain : on peut l’envisager après le précédent significatif constitué par le commissaire et critique d’art, Massimiliano Gioni, à la Biennale de Venise de 2013 quand plusieurs œuvres d’Augustin Lesage, Shinichi Sawada et Morton Bartlett avaient été prêtées par la Collection de l’Art Brut de Lausanne et figuraient au Pavillon central de la Biennale et à l’Arsenal, du 1er juin 2013 au 24 novembre 2013.

Cet engouement est sans doute aussi un autre signe, un indice d’une possible fin de l’ère « post moderne » évoquée ici.