Archives mensuelles : septembre 2015

Jean-Christophe Ammann

Mappa, 1971-1972, 201, 9 x 374, 7 cm, Glenstone, © Alighiero Boetti by SIAE/VEGAP,
Mappa, 1971-1972, 201, 9 x 374, 7 cm, Glenstone, © Alighiero Boetti by SIAE/VEGAP.

Traduit de l’allemand par Gérard Briche et paru en mai 2010 : « Fut une époque où les artistes indiquaient la direction à prendre. Aujourd’hui, au siècle de la mondialisation, ce sont les commissaires de la mondialisation qui ouvrent les perspectives. Ces perspectives sont-elles valables pour indiquer les directions à prendre ? Je laisse ouverte cette question. Mais la tendance à donner une compatibilité mondiale à l’art grève lourdement la tradition de l’Occident. Ce que j’entends par “compatibilité”, c’est la garantie d’une political correctness qui évite que l’art choque, et ce où que ce soit.

Il n’est plus possible de ne pas prêter d’attention à l’art. Non parce que le nombre des artistes s’est multiplié, mais parce que toutes les tentatives pour donner à l’art une unité ont échoué. Cela me plaît, parce que je m’occupe des artistes, d’où qu’ils viennent. Je ne me préoccupe pas de théorie, même s’il est nécessaire, parfois, de prendre en compte des éléments préalables qui permettent de penser l’activité des artistes avec une approche différente. »

Ces réflexions  sont celles de JC Ammann. Le journal “Le Temps” et E. Lebovici sur son blog, rendent hommage à Jean-Christophe Ammann (1939-2015):  l’Art commence là où s’arrête le goût.

Cet ancien responsable du kunstmuseum de Lucerne et commissaire de très nombreuses expositions,  vient de disparaître. Il a été l’assistant d’Harald Szeemann en 1967 à Berne et à la Documenta de Kassel en 1972, mais aussi le commissaire de plusieurs Biennales de Paris au cours des années 1970.

Historien de l art, son ouvrage principal a été traduit et publié aux Presses du réel en 2010  : ” En y regardant mieux”.