Archives mensuelles : juin 2015

Une nouvelle extension du musée de l’Ermitage : un hommage aux frères Morozov et à Sergueï Chtchoukine

Le musée de l’Ermitage est encyclopédique. Il s’ouvre à l’art contemporain et depuis 1997, il a acquis de nouvelles œuvres d’art du XXe siècle,  comme celles de Soulages (Peinture 220 x 324cm, 19 janvier 1995 (cat. n° 1135) acquise en 2002) ou de Louise Bourgeois. qui a bénéficié d’une exposition temporaire au musée en 2001.

Le bizot groupe a salué en ces termes le 250e anniversaire de ce musée : « On 26 November 2014, Directors of the world’s largest museums, the Bizot Group members, congratulated Mikhail Piotrovsky and all the employees of the State Hermitage Museum on the 250-year anniversary of the museum. The greeting says: “The State Hermitage Museum is a unique cultural institution and the world’s leading museum. Russian history and culture are represented here as nowhere else, yet the museum is also an outstanding scientific centre. Over these 250 years the Hermitage has remained a centre of international museum cooperation”.

A l’occasion de cet anniversaire, le musée de l’Ermitage a ouvert progressivement depuis décembre 2014, de nouvelles salles  consacrées à un musée de l’art européen des XIX-XX siècles, installé dans les salles de l’Etat-Major général de la garde impériale, situées de l’autre côté de la place du Palais, et qui n’avaient jamais été utilisées jusque-là à des fins muséales. Ces salles accueillent désormais des expositions temporaires nombreuses.

800px-Petersburg-square

« Petersburg-square ». Sous licence CC BY 2.0 via Wikimedia Commons –

Ce changement considérable de la structure et de la disposition des collections se présente au quatrième étage par un hommage à la mémoire des célèbres collectionneurs russes, les frères Morozov et  Sergueï Chtchoukine, évoqués en 2014 au festival de l’histoire de l’art de Fontainebleau,  par Tatiana Mojenok-Ninin  » Deux conceptions de la maison-musée, une même influence fondamentale sur l’avant-garde russe : De 1900 à 1917, Chtchoukine et Morozov rassemblèrent à Moscou des dizaines de Monet, Gauguin, Cézanne, Matisse, Picasso. L’un ne suivait que son intuition et ouvrait largement ses portes aux jeunes peintres. L’autre avait besoin de conseils, et sa collection n’était connue qu’au travers de revues. Mais tous deux inspirèrent une génération entière ».

Chtchoukine-Salon-Matisse-332x195

Grâce à eux, l’Ermitage peut réunir une brillante collection de peinture française, de l’impressionnisme aux mouvements du XXe siècle. Ce nouveau parcours de la peinture française débute avec la salle Claude Monet qui réunit quatorze tableaux du maître, puis une autre salle consacrée aux natures mortes d’Henri Fantin-Latour, la salle des paysages de Camille Pissarro et d’Alfred Sisley, le parcours se poursuit avec la salle d’Edgard Degas, et sa « Place de la Concorde ». Dans les deux salles suivantes sont installées les travaux d’Auguste Renoir. Ensuite figurent les œuvres de Paul Cézanne, Vincent Van Gogh, Paul Gauguin, les peintres du groupe « Nabi » :  Pierre Bonnard, Edward Vuillard, Maurice Denis. les salles consacrées à Matisse, Picasso et leurs contemporains, ferment la marche et viennent d’ouvrir en juin de cette année.

Le musée de L’Ermitage souhaite que ce nouvel accrochage, cette nouvelle exposition permanente de ses collections, qu’il a réalisée à titre expérimental, « devienne l’objet d’une discussion publique » : « Il  est important pour nous de recueillir les opinions des visiteurs du musée sur ses aspects positifs comme sur ses lacunes. Nous vous proposons de laisser une inscription sur le livre d’or spécial situé dans le bâtiment  de l’Etat-Major général de la garde impériale. Vous pouvez écrire aussi un commentaire sur le blog du musée, sur le site de l’Ermitage ou adresser un  message à cette adresse redactor@hermitage.ru ».

Pour le directeur du musée, le meilleur moyen de célébrer les 250 ans de l’Ermitage,  est d’organiser « un nombre encore plus grand d’expositions et de s’ouvrir encore plus au public ».

Visuels-hermisalles

Sur le musée de l’Ermitage voir également le documentaire de 83 minutes de  Margy Kinmonth : L’ermitage dévoilé, 250 ans d’histoire, sorti en salle, en France en septembre 2014.

 

Retour sur la scène d’exposition de la Fondation Vasarely

HEADER_OEIL_190222

La Fondation Vasarely est une fondation privée, reconnue d’utilité publique depuis le 27 septembre 1971.  Le Centre architectonique d’Aix-en-Provence est inscrit à l’Inventaire supplémentaire des Monuments historiques  depuis le 21 novembre 2003, partie intégrante du Plan Musées 2011-2013.

Victor VASARELY a fondé  un musée didactique au château de Gordes, créé en 1970 où son œuvre peinte a été exposée jusqu’en 1996. La Fondation VASARELY, sous la présidence de Pierre VASARELY, petit fils de l’artiste Victor Vasarely et fils d’Yvaral, revient sur la scène des expositions :

La fondation propose une exposition permanente de

44 œuvres monumentales de  Vasarely expo permanentes vasa

et pour l’été, accueille une exposition temporaire,  L’ŒIL PHÉNOMÈNE/ Les artistes du GRAV / Michel PAYSANT : la collection de Lélia MORDOCH & José MIJAN du 19 juin au 20 septembre 2015. Michel MENU, chef du département Recherche du C2RMF (Centre de recherche et de restauration des musées de France) en est le commissaire,  il présente les œuvres des artistes du GRAV : Horacio GARCIA-ROSSI, Julio LE PARC, François MORELLET, Francisco SOBRINO, Joël STEIN, YVARAL et de Michel PAYSANT : « Dans la Fondation de Victor Vasarely à Aix-en-Provence, L’Œil Phénomène est une exposition art et science qui témoigne de la permanence de la recherche sur la transmission de la sensation visuelle. L’hôte de l’exposition considéré comme l’inventeur de l’art perceptuel, de l’Op art a parrainé le Groupe de Recherche d’Art Visuel (initialement intitulé Centre de Recherche d’Art Visuel) qui a réuni entre 1960 et 1968 six artistes: Horacio Garcia-Rossi, Julio Le Parc, François Morellet, Francisco Sobrino, Joël Stein et Yvaral. Passionnés de la lumière en mouvement, des illusions d’optique, tous créent des œuvres qui  enchantent et troublent la perception et qui sont l’aboutissement de recherches artistiques alliant science et technique. Dans la continuité Michel Paysant rebondit avec son dessin réalisé à l’échelle nanométrique N.O.A. (Nano Optic Art) et qui ne peut être vu qu’à l’aide de microscopes puissants« . Michel Menu.

 

 

Henry Darger, l’art brut et la guerre au Musée d’art moderne de la Ville de Paris

bat_darger_invit_print3

Voici une introduction possible à l’exposition actuellement visible au musée d’art moderne de la Ville de Paris : la visite guidée proposée par le compositeur Philippe Cohen-Solal (Gotan Project) qui vient de terminer un projet musical en hommage à ce créateur de l’art brut, une victime psychologique de l’enfermement dans sa prime jeunesse, dont il a pu s’échapper.

darger lausanneL’œuvre gigantesque de Darger retrace une guerre colorée et parfois sanguinolente, entre enfants et adultes, particulièrement saisissante. Obsédé par les concepts de vulnérabilité, de protection, de contrôle, de pouvoir et de liberté, mais aussi d’esclavage, l’œuvre d’Henry Darger peut être tout à la fois sucrée et d’une violence extrême : elle a traduit magistralement sa vision (unique en son genre) d’une guerre épique.

Cette exposition propose, au delà des 45 dessins donnés au musée, par Kiyoko Lernerla veuve de son ancien logeur Nathan Lerner ,  une vison assez complète de l’ œuvre de Darger grâce notamment à des prêts émanant du MoMA de New-York, et de la Collection d’Art Brut de Lausanne.

Voir l’ouvrage (en anglais) de Klaus Biesenbach paru en 2014 :

 ouvrage darger

 

Au château de Ratilly : Colette Brunschwig

Château de Ratilly – Saison 2015 –
CB_S02
Sur la proposition et sous la conduite de Jacqueline Cohen : une exposition Colette Brunschwig : « Née au Havre en 1927, Colette Brunschwig y a passé son enfance, mais elle sera, « dans le Paris de 1945, confrontée à un monde chaviré auquel l’art va à nouveau essayer de donner forme ». Et c’est aussi dès ce temps-là qu’elle découvre, ainsi que le relève le professeur Steven Shankman, l’art de l’ancienne Chine,…’ dans son lien essentiel avec la notion de vide.[…] Elle peint depuis 1955.  Autour d’elle bien des avant-gardes se sont faites et défaites, cependant que depuis toujours Colette Brunschwig « semble se situer sur une lisière où ses œuvres témoignent, tout en se taisant ».[…] Elle reste l’un des peintres les plus significatifs de cette seconde moitié du vingtième siècle pendant laquelle elle s’est vouée à l’abstraction ». En dialogue permanent avec la peinture chinoise, entre écriture et image, elle a eu un compagnonnage constant avec des peintres comme Soulages ou Marfaing .. » Le site documentaire sur l’artiste

« Critique d’art » n° 44 est paru

couverture_44_gb-small250

Est paru et partiellement en ligne le n° 44 | Printemps/Eté 2015 de
CRITIQUE D’ART, dédié à l’actualité internationale de la littérature critique sur l’art contemporain: The International Review of Contemporary Art Criticism :

Voici le sommaire dans son intégralité : http://critiquedart.revues.org/16829

Editorial : Jean-Marc Poinsot : Frontières et tours de passe-passe [Texte intégral disponible en juin 2016] Boundaries and Magic Tricks [Texte intégral disponible en juin 2016]