Archives mensuelles : mai 2015

La salle 25 au musée national d’art moderne

Dans le cadre du nouvel accrochage des collections modernes 1905-1965 au Centre Georges Pompidou, ne pas manquer l’ hommage rendu à Michel Ragon, salle 25  :

« Spread over 40 rooms, the new presentation takes visitors chronologically through the major modern art movements. Room 25, above, devoted to Michel Ragon, displays a collection of publications and archival documents with the works of artists Ragon was close to…. »

http://www.wsj.com/articles/pompidou-opens-new-presentation-of-its-modern-art-collection-1432725125

BN-IP680_1pompi_M_20150527064346Photo: Philippe Migeat/Centre Pompidou

voir également : http://www.archicool.com/index.php/actualites2/item/4194-nouvel-accrochage-des-collections-modernes-1905-1965-au-centre-georges-pompidou

FHA 2015, au festival de l’histoire de l’art à Fontainebleau du 29 au 31 mai

bandeau-defautUne proposition des éditions des Presses du Réel, la présentation de l’ouvrage « Réinventer le musée : François Mathey, un précurseur méconnu (1953-1985) », le Samedi 30 mai, 15h00 à 15h45, Château de FontainebleauVestibule Serlio : http://festivaldelhistoiredelart.com/programmes/une-proposition-des-editions-des-presses-du-reel-reinventer-le-musee-francois-mathey-un-precurseur-meconnu-1953-1985/

VIN_126_L204Voir la recension : Claire Maingon, “Gilardet Brigitte, Réinventer le musée. François Mathey, un précurseur méconnu (1953-1985), Dijon, Les Presses du réel, 2014″, Revue Vingtième Siècle, revue d’histoire 

 

FHA_affiche_40x60L’intégralité du programme du festival, qui débute ce vendredi soit 368 évènements : http://festivaldelhistoiredelart.com/programme/

A signaler la table ronde « Conscience et inconscience du patrimoine en Orient : destructions et protection » : 30/05/2015 – 14h00 à 15h00, Château de Fontainebleau – Salle des Colonnes, intervenants : Marielle Pic, Directrice du département des Antiquités orientales, musée du Louvre, Alain Schnapp,Professeur d’archéologie grecque à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et  Philippe Marquis, conservateur, musée du Louvre : http://festivaldelhistoiredelart.com/programmes/conscience-et-inconscience-du-patrimoine-en-orient-destructions-et-protection/

Des nouvelles du triangle d’or: la Fabuloserie de Dicy rend hommage à Caroline Bourbonnais

CAROLINE-mailing

photo P.Couette

2 Expositions à La Fabuloserie, musée d’art hors-les-normes de Dicy (Yonne) jusqu’au 2 novembre 2015, le commissariat est assuré par Déborah Couette :

Un hommage à Caroline Bourbonnais l’exposition s’intitule « Des jardins imaginaires au jardin habité, des créateurs au fil des saisons » (Voici l’hommage du poignard subtil : http://lepoignardsubtil.hautetfort.com/tag/caroline+bourbonnais)

Les héritières de Caroline Bourbonnais, Agnès et Sophie Bourbonnais, ont décidé de rendre un hommage appuyé à cette fondatrice, avec son mari Alain, disparu en 1988, de la collection de la Fabuloserie, un ensemble d’œuvres hors-normes conservé dans un bâtiment-labyrinthe, ainsi qu’autour d’une pièce d’eau, au sein du petit village de Dicy dans l’Yonne. Elles ont y été aidées par Déborah Couette, qui avait déjà réalisé, en compagnie d’Antoine Gentil et d’Anne-Marie Dubois en 2013-2014, juste avant la disparition de Caroline Bourbonnais donc, au musée Singer-Polignac, dans l’Hôpital Sainte-Anne à Paris une expo consacrée aux œuvres moins connues conservées dans les réserves de la Fabuloserie, « Un Autre Regard« .

Et une exposition de Francis Marshall – Parcours turbulents # 1 dont on connaît les créations déjà exposées au musée comme Mauricette.

MARSHALL-mauricette

 

« L’Action de François Mathey au prisme de trois critiques d’art » : Michel Ragon, Pierre Restany et Gérald Gassiot-Talabot

citiqueart_couv_42-small250En ligne, depuis mai 2015 sur le site de La revue critique d’art, Actualité internationale de la littérature critique sur l’art contemporain le n° 42 | 2014 : CRITIQUE D’ART ,  l’article intitulé :  « L’Action de François Mathey au prisme de trois critiques d’art » :
 » François Mathey (1917-1993), conservateur puis conservateur en chef au musée des Arts décoratifs (1953-1985) a réalisé plus de 350 expositions. Les collections des Archives de la critique d’art retracent son activité foisonnante. Il partage avec Michel Ragon, Pierre Restany et Gérald Gassiot-Talabot les mêmes goûts et la même envie de promouvoir l’art vivant. Les trois critiques le soutiennent dans cette aventure. De son côté, François Mathey les appuie lorsqu’ils défendent le Nouveau réalisme, la Figuration narrative ou l’architecture utopique. L’exposition 60/72 : douze ans d’art contemporain en France met un coup d’arrêt à ce soutien mutuel, car François Mathey ose présenter sa propre histoire de l’art. L’exposition est jugée en outre politique, donc condamnée.

Les débuts de François Mathey sont pourtant jugés prometteurs. En 1960, Pierre Restany salue son audace et celle de Julien Alvard, son co-commissaire pour l’exposition Antagonismes : «Les portes du musée national d’Art moderne seront les dernières à s’ouvrir […] Devant cette trop habituelle carence, c’est le Pavillon de Marsan qui marque les points, François Mathey aspirant à pleines goulées les effluves pures et impures de la nouvelle vague. L’exposition “Antagonismes”, au musée des Arts décoratifs, constitue un événement capital de la vie artistique parisienne »: http://critiquedart.revues.org/13591

La version anglaise : François Mathey’s Programme, through the Eyes of Three Art Critics

Traduction de Simon Pleasance :

 « François Mathey (1917-1993), curator then head curator at the Musée des Arts Décoratifs (1953-1985), organized more than 350 exhibitions. The collections of the Archives de la critique d’art trace his hectic activity. With Michel Ragon, Pierre Restany and Gérald Gassiot-Talabot he shared the same tastes and the same desire to promote living art. The three critics all backed him in this adventure. François Mathey, in turn, supported them when they championed Nouveau Réalisme, Figuration Narrative, and utopian architecture. The exhibition 60/72 : douze ans d’art contemporain en France brought this mutual back-slapping to an end, because François Mathey had the audacity to present his own history of art. The show was deemed to be political, to boot, and duly condemned.

 Yet François Mathey’s early days were nevertheless seen as promising. In 1960, Pierre Restany hailed his daring, along with that of his co-curator for the exhibition Antagonismes, Julien Alvard: “The doors of the National Museum of Modern Art will be the last to open […]. Faced with this all too customary shortfall, it is the Pavillon de Marsan which is scoring points, with François Mathey gulping in the emanations, pure and impure alike, of the new wave. The exhibition Antagonismes, at the musée des Arts décoratifs, is an event of paramount importance for the artistic life of Paris”  http://critiquedart.revues.org/13593

Hantaï à Paris

L’artiste Hantaï et ses « Meuns « (1967-1968) à voir en ce moment à la galerie guttkleinfineart, Galerie L’Or du Temps, 12, rue de Seine – 75006 Paris,  http://guttkleinfineart.com/current-exhibition-simon-hantai-meuns/

Comme le rappelle le catalogue du Centre Pompidou à l’occasion de la rétrospective consacrée à Hantaï en 2013,

hantai_affiche_2

l’exposition « Simon Hantaï 1960-1976″qui s’est tenue au Capc de Bordeaux en 1981 a fait date : elle  s’organisait autour de ses années « pliages » et montrait 6 Meuns (http://mediation.centrepompidou.fr/education/ressources/ENS-Hantai/).

Hantai-capc81g

(Jean-Marc Poinsot, « L’Œuvre de Simon Hantaï’, in Catalogue Hantaï : 1960-1976: capc Entrepôt Lainé, bordeaux, 15 mai-29 août 1981, Bordeaux: capcMusée d’art contemporain, 1981, p. 73-74).

Un documentaire de l’INA de 1981 offre des vues étonnantes de l’artiste évoquant sa carrière, ses projets, ses théories picturales. Il déplie à terre ses immenses pliages : http://www.ina.fr/video/CAA8101907301

L’année suivante, en 1982,  l’artiste représentait la France à la Biennale de Venise.

Hantai-Venise82g