Archives mensuelles : novembre 2014

Les Bunkers s’exposent

 Les Bunkers s’exposent : cette démarche avait été entreprise par Paul Virilio en 1975 dans le cadre d’une exposition pionnière ( Bunker archéologie  au CCI,  musée des arts décoratifs)

FORTER~2 FORTER~1observation-post-on-a-channel-island

« Il découvre sur les plages de l’Atlantique les blockhaus de l’organisation Todt, ces puissantes architectures en attente face au vide et à l’horizon et, dès lors, il s’intéresse au paysage de la guerre, y compris dans sa dimension technique. Sa démarche est esthétique et philosophique. Esthétique, car il est d’abord captivé par la plasticité massive des bunkers qu’il photographie durant des années, travail qui aboutira, en 1975, à l’exposition « Bunker archéologie ». Dans la sensibilité de l’époque, la modernité de ces monolithes fait écho à cette nouvelle expressivité du béton armé, dite brutaliste, qui se développe dans le sillage de Le Corbusier«  : http://www.editions-galilee.fr/f/index.php?sp=livAut&auteur_id=2051

 

 Voici deux nouvelles visites-expositions qui mettent en scène ce mode de construction militaire :

En  Albanie : l’art contemporain investit le bunker d’Enver Hoxha comme le précise Le Courrier des Balkans : http://balkans.courriers.info/article26086.html

Bunkart« Inauguré en 1978, ce bunker a été officiellement baptisé « objet souterrain 0774 ». C’était le quartier-général de l’état-major des forces armées albanaises. Sa construction a commencé en 1972 et s’est achevée en 1978. 2 685 m² répartis sur cinq niveaux, 106 bureaux et une salle de réunion ou de projection, le tout construit pour garantir le fonctionnement politique et militaire du pays en temps de crise, mais aussi protéger les élites. Ce bunker est la seule structure capable d’accueillir l’ensemble du Parlement albanais en cas de guerre. L’idée de la salle de réunion revient aux chefs de l’armée, inspirés par une visite en Corée du Nord en 1964.[…]Les mystères de cet espace souterrain aménagé pour protéger la dictature communiste d’un éventuel danger impérialiste ont été dévoilés dans une exposition intitulée Bunk’art, sous la tutelle de l’historienne Sonila Boçi et de la journaliste Admirina Peçi. Grâce à des photos et documents d’archives, l’exposition a pour but de mieux faire comprendre l’Albanie des années communistes. L’exposition commémore également le 70e anniversaire de la Seconde Guerre mondiale. « En utilisant diverses formes d’expression, photos, documents d’archives, vidéos et objets authentiques, l’exposition revient sur la Seconde Guerre mondiale en Albanie et sur ses conséquences d’une façon plus équilibrée, sans se limiter à la résistance, et présente d’autres aspects de la vie politique et sociale »

Bunkart-1« Grâce aux œuvres de jeunes artistes albanais et étrangers Bunk’art réunit diverses approches historiques et artistiques pour illustrer la Seconde Guerre mondiale et le régime communiste, deux périodes particulièrement controversées de l’histoire nationale albanaise ».

En Allemagne, c’est le Bunker Valentin  qui devient un un lieu de visite dans le cadre d’un atelier de recherche qui porte sur  la « stratégie des émotions dans les expositions muséales » : « Emotional Strategies in Museum Exhibitions ».
« The Bunker Valentin is a monumental concrete structure set on the edge of the quiet town Bremen Farge. It was built by the Nazis towards the end of the Second World War using forced labour and approximately two thousand workers died during its construction. After decades being used as storage by the Bundeswehr, part of the Bunker site has recently been turned over to the Landeszentrale für politische Bildung Bremen for transformation into a ‘Denkort’ – a place for thinking ». http://musermeku.hypotheses.org/2031?utm_source=alert

L’ancien bunker à sous-marins « Valentin » est considéré de nos jours comme étant le deuxième plus grand bunker aérien d’Europe. Il est l’héritage le plus visible de trois grands projets d’armements nazis qui dès le milieu des années 1930 transformèrent radicalement une région, à l’origine agricole. Déjà dès 1935, la société de recherches économiques Forschungsgesellschaft mbH (Wifo), une société écran du ministère du Reich à l’Économie, commença la construction d’un dépôt de carburant souterrain entre Farge et Neuenkirchen. En 1938, d’autres bunkers à carburant furent érigés aux alentours par la Kriegsmarine (marine de guerre). Ces deux aménagements servirent comme préparatifs de guerre. À partir de la mi-1943, on réutilisa l’infrastructure existante et les camps de travail destinés au projet du « bunker à sous-marins Valentin ». De nos jours, il ne reste que très peu de témoignages des projets de dépôts de carburant des années 1930, de l’immense chantier de construction du bunker à sous-marins et des camps. Seul le bunker subsiste, nous offrant un témoignage indubitable de la machine de guerre nazie.

 a.cundy_bunker1-672x372Pour la première fois dans son histoire – bientôt vieille de soixante-dix ans – le bunker est utilisé à des fins civiles depuis janvier 2011. Le « Bunker Valentin » a laissé la place au « lieu de mémoire du bunker Valentin », créant ainsi un mémorial. De nombreux citoyens de Farge, Rekum et Neuenkirchen virent enfin leur vœu se réaliser. En collaboration avec les associations d’anciens détenus, ceux-ci s’investissent depuis les années 1980 pour que l’on n’oublie pas les événements survenus entre 1935 et 1945.  http://www.denkort-bunker-valentin.de/index.php?id=231&PHPSESSID=1e21195f97e76590858cffce9bce0cdc

Hommage à Lucien Clergue, aux origines de l’exposition photographique

Capturelucien« Il a réalisé 800 000 clichés et est l’initiateur des « Rencontres d’Arles » : le photographe Lucien Clergue est mort cette nuit à l’âge de 80 ans. 

Le revoir : http://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes/2014/11/15/le-photographe-arlesien-lucien-clergue-est-decede-592660.html

Lucien Clergue était très fier d’avoir été exposé par Steichen au  Museum of Modern Art de New York en 1961 et au
« Louvre (musée des Arts décoratifs) » en 1962. Le commissaire de cette exposition parisienne, était François Mathey.

Dans notre entretien du 21 mai 2011 , il se souvenait avoir eu cette chance grâce à une première exposition de ses photographies à Zurich : « J’avais exposé en 1958 au musée des Arts et métiers de Zurich. Le musée était mitoyen avec l’École des arts et métiers, qui était très célèbre en Europe et où avaient étudié les grands noms de la photographie suisse : Robert Franck, Burri, Werner Bischoff (qui est mort trop jeune). L’exposition d’Edward Steichen, « Family of man », était montrée au même moment dans ce musée. C’est donc à ce moment-là qu’Edward Steichen, ou son assistante Grace Mayer ont dû voir mon travail. Il a acheté neuf de mes photos qui sont ainsi entrées dans le fonds photographique du MoMA. J’ai ensuite été exposé au MoMA deux ans plus tard, en 1961, aux côtés de Yasuhiro Ishimoto et de Bill Brandt : Edward Steichen faisait une série d’expositions intitulées « Diogenes with a camera » et m’a fait figurer dans la cinquième et dernière d’entre elles. J’avais vingt-sept ans, c’était inespéré. Edward Steichen a achevé sa carrière au musée sur cette exposition ».

«  Comment  Mathey a-t-il eu l’idée d’organiser cette exposition ? Je n’en sais rien, peut-être avait-il entendu parler de l’exposition de New York. Il était dans une veine d’expositions de photographes, il avait exposé auparavant Cartier-Bresson, puis après moi, je crois, Denis Brihat. Nous avons préparé ensemble l’exposition, avec son assistante,  (Yolande Amic) et avec qui nous avons réglé bien des détails ».

A l’époque, par exemple, j’ai réalisé et payé l’affiche (le musée n’avait pas de moyens pour cela). Je l’ai même distribuée moi-même rue de Rivoli, au grand dam de Jean Cocteau ! Avec l’accord de François Mathey, l’affiche mentionnait que l’exposition se déroulait au « Louvre, Pavillon de Marsan, musée des Arts décoratifs ». On avait l’impression d’exposer au Louvre, ce qui est vrai, d’une certaine façon, puisqu’il s’agit des bâtiments du Louvre. Pour accéder à l’exposition, on montait le grand escalier pour se diriger vers de grandes salles, à droite, munies de grandes fenêtres. »
Les lieux d’expositions étaient rares à cette époque : le musée des Arts décoratifs était connu pour favoriser la photographie mais il n’y avait pas beaucoup d’autres lieux d’exposition, ni d’ailleurs de marché :
«  Il n’y avait pas grand-chose, c’est d’ailleurs pourquoi j’ai créé en 1970 les Rencontres de la photographie d’Arles. À vrai dire, c’était le vide sidéral ! Le seul lieu valable c’était le hall de la Bibliothèque Nationale, rue de Richelieu, où une fois par an, dans le cadre d’un concours national mélangeant amateurs et professionnels, nous montions les photos sur des panneaux en bois. »

La photographie n’était pas alors considérée comme un art  :  » Le fait d’avoir exposé au MoMA à New York a déclenché toutefois des choses. L’exposition chez François Mathey a provoqué quant à elle la réaction de Jean-Marie Drot qui est venu, pour la télévision, réaliser un film sur moi, à Arles, accompagné de toute son équipe. Il avait déjà réalisé toute une série d’émissions sur les artistes contemporains, cela a donc joué un rôle certain dans la reconnaissance de mon travail. Mais il ne faut pas oublier qu’à l’époque, le MNAM ne s’occupait pas du tout de la photographie, il n’y avait pas de galeries, ni à Paris, ni à New York et pas d’amateurs ni de collectionneurs non plus : il n’y avait pas de marché. Mon exposition à New York en 1961 n’a pas abouti à la signature d’un quelconque contrat avec une galerie, cela n’existait tout simplement pas à l’époque ».

Il exposait des nus dans la mer, des animaux, des études de marécages. Lucien Clergue avait bien voulu témoigné sur Mathey et cette exposition dont il se souvenait avec plaisir : « Jean Cocteau, Georges Mathieu, Michel Tournier, César étaient présents au vernissage« . Mathey avait « un côté très humain, très direct, il se mettait au service de l’artiste, il n’y a pas eu de heurts. D’autres artistes m’ont fait part de son comportement très respectueux, il était merveilleux. Il n’était pas très grand, sa corpulence lui donnait un air un peu terrien, accroché à la terre, il était sans doute d’origine paysanne, il faisait preuve vis-à-vis de moi, si jeune, de beaucoup d’attention : c’était très agréable ».

Lucien Clergue est retourné plus tard au musée des Arts décos : « Beaucoup plus tard, car une partie de mon travail a consisté à réaliser des surimpressions de photos de nus ou de corridas sur des tableaux, j’ai eu l’accord de Marie-Claude Beaud[1] pour aller dans les salles du musée prendre quelques photos, mais je suis allé plus souvent au Louvre dans le cadre de ce travail ».

corrida


Le tournage du Testament d’Orphée par Lucien Clergue : Le photographe Lucien  CLERGUE raconte le tournage du film Le Testament d’Orphée dans le Val d’Enfer des Baux de Provence : http://www.ina.fr/video/I00006527

[1]Directrice générale des musées de l’UCAD (et directrice du musée de la Publicité), de 1996 à 1999.

Art sacré : la salle Matisse aux musées du Vatican

06_evento_matisseen 2011, les musées du Vatican ( http://www.museivaticani.va/2_IT/pages/MV_Home.html) ont inauguré une Salle Matisse, un autre hommage aux dernières années de création de l’artiste actuellement célébrées aux USA ( après la Tate Modern de Londres: http://musearti.hypotheses.org/?p=2897=)

la décoration de la Chapelle du Rosaire de Vence a été réalisée entre 1948 et 1952  :

http://mv.vatican.va/2_IT/pages/z-Info/MV_Info_Evento06.html

« I Musei Vaticani si è inaugurata la Sala Matisse, interamente dedicata ai bozzetti preparatori della Chapelle du Rosaire di Vence, in Provenza » :http://www.arte.rai.it/articoli/sala-matisse/2113/default.aspx

François Mathey a exposé Matisse  (http://musearti.hypotheses.org/?p=4420 )et a participé activement à la création de la section contemporaine des musées du Vatican bien avant son inauguration par Paul VI en 1973.

L’abbé Morel avait été chargé par Pie XII, après la guerre, de travailler à l’extension, au XXe siècle, des collections de la pinacothèque vaticane.  Le pape Paul VI amplifie le mouvement car pour lui  » Le thème est le suivant : il faut restaurer l’amitié entre l’Eglise et les artistes », in  Paul VI aux artistes, Chapelle Sixtine, 7 mai 1964.

En 1970, le père Régamey nommé à Rome se préoccupe de faire reconnaître le travail de la commission diocésaine d’art sacré de Besançon. Il saisit Lucien Ledeur des projets du secrétaire du Pape, Mgr Macchi qui souhaite créer au Vatican des salles sur l’art religieux moderne. Dans ces salles vont figurer des œuvres de Rouault, du Père Couturier et des maquettes des vitraux de Manessier pour l’église des Bréseux.

Depuis 2000, la Collezione d’Arte Contemporanea dei Musei Vaticani, soit 800 œuvres de 250 artistes internationaux, est dirigée par Micol Forti : http://www.micolforti.it/

Forti M (2008). Paolo VI e le Collezioni Vaticane, in « Arte Cristiana », vol. XCVI, n. 847, luglio-agosto 2008, pp. 247-252.

Pour en savoir plus sur  François Mathey  et l’art sacré  :

http://www.lespressesdureel.com/sommaire.php?id=2947&menu=

http://www.lespressesdureel.com/ouvrage.php?id=2947&menu=

 

Le Pape Paul VI est également à l’origine d’une collection d ‘art contemporain moins connue et située à Brescia, celle de l’Associazione Arte e Spiritualità : Constituée de divers legs (gérés essentiellement par Monseigneur Pasquale Macchi, ancien secrétaire particulier de Paul VI), la collection de l’Associazione Arte e Spiritualità s’enrichit régulièrement de donations et de nouvelles acquisitions. Elle fut ouverte au public en 1988, et se trouvait jusqu’en juillet 2009 dans un édifice de la ville de Brescia. Elle est située à proximité de cette ville :
de carliLe patrimoine considérable que rassemble la Collection Paul VI – art contemporain compte près de 7000 œuvres. Des artistes majeurs du XXe siècle italien et international y sont représentés : Henri Matisse, Marc Chagall, Pablo Picasso, Salvador Dalí, René Magritte, Erich Heckel, Oskar Kokoschka, Gino Severini, Mario Sironi, Giorgio Morandi, Felice Casorati, Georges Rouault, Jean Guitton, Emilio Vedova, Hans Hartung, David Hockney, Lucio Fontana, Giò et Arnaldo Pomodoro et beaucoup d’autres.

http://www.collezionepaolovi.it/storia-collezione-paolo-vi.asp?lingua=4