Archives mensuelles : septembre 2014

Histoire et mémoire : Monique Lévi-Strauss

monique L V StraussUn hommage unanime pour le livre témoignage de Monique Lévi-Strauss, un récit d’autant plus poignant qu’il est tardif :

« Le récit de mon enfance peut se lire comme un témoignage : le destin singulier d’une enfant belge, fille de mère juive, à qui on impose de vivre en Allemagne de 1939 à 1945 sous le IIIe Reich.Ce livre raconte aussi l’histoire d’une adolescente aux prises avec ses parents qu’elle juge irresponsables parce qu’ils ont entraîné leur famille dans la gueule du loup. J’aurais dû tenir un journal entre treize et dix-neuf ans, pendant ces années de guerre où mon père nous avait emmenés dans l’Allemagne nazie, ma mère, mon frère et moi. Or, dès mai 1940, la Gestapo perquisitionnait nos chambres. Nous étions prévenus : toute trace écrite pouvait nous trahir. Non seulement nous devions nous taire, mais ne rien posséder de suspect. Rentrée en France en 1945, les épisodes que je venais de vivre bouillonnaient dans ma tête, j’aurais tant aimé en parler. Personne pour m’écouter, on voulait tourner la page.Si j’avais été perspicace, j’aurais prévu qu’un jour une nouvelle génération s’intéresserait à la vie quotidienne pendant la guerre. Je n’ai pas anticipé, je n’ai pas écrit en 1945. J’ai donc attendu presque soixante-dix ans avant de livrer mes souvenirs décharnés. » Monique Lévi-Strauss.

https://www.franceculture.fr/oeuvre-une-enfance-dans-la-gueule-du-loup-de-monique-levi-strauss

http://www.rtbf.be/radio/article/detail_rencontre-avec-monique-levi-strauss-dans-et-dieu-dans-tout-ca?id=8358764

http://www.europe1.fr/mediacenter/emissions/l-interview/sons/monique-levi-strauss-une-enfance-dans-la-gueule-du-loup-2230045

 

Monique Lévi-Strauss a une passion, les cachemires, sur lesquels elle a écrit un ouvrage très documenté : Cachemires. La création française, 1800-1880 (Éditions de La Martinière, 2012).8452845486_cachemires-la-creation-francaise-1800-1880

 

 

Le sort du Musée Arménien de France toujours en suspens

arménieSarkis Pitzak, Roi Léon V, 1331, Musée Arménien de France – © Photo Eupator – 2005

Le musée arménien de France a fermé ses portes en 1994 pour des problèmes de mise aux normes de sécurité liés à l’accueil du public. Pour L’année de l’Arménie en 2007, il avait réouvert ses portes exceptionnellement pour deux mois :  « Deux salles d’un hôtel particulier du 16e arrondissement parisien abritaient ainsi une dizaine de vitrines et 500 pièces datant du premier millénaire avant J.-C. jusqu’aux arts plastiques du XXe siècle. »  Il a dû quitter en 2011 l’hôtel d’Ennery. Sa situation avait déjà été évoquée ici (http://musearti.hypotheses.org/?p=1450) car le musée disparu était devenu virtuel : http://www.le-maf.com/

femme arménienne

Issu de la Fondation Nourhan Fringhian (du nom de son initiateur), le Musée Arménien de France a ouvert ses portes à Paris en 1949, il a été inauguré  en 1953 et abrite des œuvres réunies par les descendants des victimes du génocide de 1915. Elles ont été léguées à l’Etat français en 1978 et reconnues d’utilité publique.

Le Musée (national) Guimet occupe actuellement des salles de l’Hôtel d’Ennery (http://www.guimet.fr/fr/musee-dennery/histoire-du-musee-dennery) initialement réservées au Musée Arménien. 04-Ennery-salle5-450x261 Le responsable du musée arménien cherche aujourd’hui à mobiliser des soutiens pour obtenir la réouverture. Il a lancé une pétition : http://www.change.org/p/françois-hollande-sauvez-le-musée-arménien-de-france-2?recruiter=151781425&utm_campaign=signature_receipt&utm_medium=email&utm_source=share_petition adressée au Président de la République française et à la ministre de la Culture et de la Communication.zbbnnjcCqlcbpsd-556x313-noPad

La question est devenue judiciaire. D’après le Journal des arts (Nathalie Eggs), « Une première décision en référé était attendue pour le 14 mai 2014. Le juge des référés n’a pas statué sur le fond et l’affaire a été renvoyée une première fois devant le tribunal de grande instance de Paris, le 4 juin. Puis l’avocat du Musée Guimet a réclamé l’incompétence du tribunal de grande instance et a demandé que l’affaire soit portée devant le tribunal administratif. Le procureur de la République est intervenu en ce sens et le TGI a décidé de se déclarer incompétent. Le Musée Guimet ayant par ailleurs refusé une médiation, l’affaire est désormais renvoyée au tribunal administratif en référé ».

 

D’autres fermetures de lieux d’exposition ont été évoquées récemment comme celle de l’Institut néerlandais qui est effective depuis janvier 2014. La Fondation Custodia qui l’abritait a su utiliser ces espaces : Elle  » s’est interrogée sur le devenir de ce bâtiment et a conclu qu’il fallait conserver sa vocation culturelle.  Ainsi, la bibliothèque de la Fondation va pouvoir s’étendre au 4ème étage de cet hôtel, ce qui lui permettra de bénéficier d’une grande salle pour accueillir tous les lecteurs intéressés (…)  L’Institut Néerlandais a offert son fonds littéraire et littérature de jeunesse à la bibliothèque de l’Université Lille 3. En revanche, tout ce qui concerne l’histoire de l’art, mais aussi la littérature et les études sur la littérature néerlandaise jusqu’en 1800 reste à la Fondation, comme les fonds d’histoire, d’architecture, de topographie et de design néerlandais. (…)  Les salles d’exposition du premier étage et celles du sous-sol (qui servaient surtout à l’Institut Néerlandais pour l’art contemporain) seront désormais affectées entièrement aux expositions de la Fondation Custodia » : http://www.latribunedelart.com/la-fondation-custodia-s-etend-apres-la-fermeture-de-l-institut-neerlandais

Philippe Hiquily, un sculpteur « baroque » presque oublié

Né en 1925, à Montmartre, décédé en 2013, Philippe Hiquily n’a pas cessé de créer durant les  années 1950 à 1960, il appartient alors à la même génération de sculpteurs en vogue, comme César et Arman, mais sa carrière s’infléchit vers 1965. Il n’a jamais souhaité intégrer un quelconque mouvement d’artistes comme les Nouveaux Réalistes : http://www.hiquily.com/fr/biographie?PHPSESSID=pa02isoe9o88c93b7bpuiuj0n5

Ses sculptures girouettes monumentales  http://culturebox.francetvinfo.fr/expositions/sculpture/le-sculpteur-philippe-hiquily-est-mort-134071

image4girouettesphshanghaip_0

font l’objet d’une exposition- vente, en cours au Donjon de Vez jusqu’au 14 septembre 2014 :

affiche_vezPhilippe Hiquily, Girouettes (Marbella-Shanghaï),1963/2010, acier, 3,5m. © Bruno Simon courtesy Artcurial.

Ses œuvres proches au début de celles de Germaine Richier, sont d’inspiration fantastique, onirique, et qualifiées en 1962 de baroques :  http://www.hiquily.com/fr/oeuvres

Pour une liste de ses expositions personnelles, voir : http://www.hiquily.com/en/expositions?PHPSESSID=pa02isoe9o88c93b7bpuiuj0n5

Le musée des Arts décoratifs à Paris met en valeur actuellement l’une de ses créations datant de 1960, un guéridon au cristal de roche : Linda Pinto propose un « piano-bar  à vin » avec un guéridon Onirique en laiton doré et cristal de roche créé à la fin des années 60 par Philippe Hiquily. Les claviers, que l’on retrouve d’un côté et de l’autre du guéridon, et son centre faisant office de « bar » projettent le visiteur dans une ambiance « jazzy » : http://galeriecaroledecombe.com/2014/08/19/ad-au-musee-des-arts-decoratifs/

997-81gueridon hiquily

 

 

 

 

 

 

 

Philippe Hiquily a créé au cours des années 1960 d’autres objets- sculptures comme ce plafonnier exposé en 1962 au musée des Arts décoratifs :

plafonnier2

Feuille de laiton martelée, 48 cm x 100 cm. Edition limitée à 8 exemplaires + 4 E.A., signés et numérotés, Edition suivant un modèle original de 1960 Ancienne Collection de la Galerie du Dragon : http://www.jmlelouch.com/268/

(l’exposition Antagonisme II l’Objet, mars 1962 ), a réuni de très nombreux artistes qui ont proposé près de 500 objets : sculpture, peinture, dessin, bijoux d’artistes, meubles, mobilier, lampe, luminaires, architecture, céramique, tapis, tapisserie, vitrail (commissariat François Mathey et Yolande Amic): http://www.librairiedesarchives.com/Antagonismes-2-L-Objet.html

Yolande Amic, 1962Yolande Amic, au milieu des « objets » de l’exposition, 1962 (INA)

Dans cette exposition, Philippe Hiquily figure auprès de : Henri-Georges Adam, Yaacov Agam, Kosta Alex, Constantin Andréou, Willy Anthoons, Jean Hans Arp, Helen Ashbee, François Baschet, Frédéric Benrath, Harry Bertoia, André Bloc, Hans Bischoffshausen, Bocian, Martine Boileau, André Borderie, Marc Boussac, René Brault dit Bro, James Brown, Nino Calos, Alexander Calder, Agustin Cardenas, Carlos, Léonora Carrington, César Baldaccini dit César, Gaston Chaissac, Jean-Claude Champagnat, Louis Chavignier, Jean-Marie Chourgnoz, Jean Cocteau, Christo Coetzee, Gio Colucci, Pietro Consagra, William N. Copley, Costas Coulentianos, Michel Courcelle, Harold Cousins, Vincent de Crozals, Gérard Cyne, Olivier Debré, Jacques Delahaye, Jean Dubuffet, Nadine Effront, Max Ernst, Claire Falkenstein, Jean Filhos, Lucio Fontana, Günter Fruhtrunk, André Gaillard, Frans de Geetere, Michel Genier, Piotr Kowalski, Philippe Muel, Alberto & Diego Giacometti, Marcel Gili, Émile Gilioli, Roseline Granet, Juan Gris, Julio Gonzales, Michel Guino, Brion Gysin, Shamal Haber, Étienne Hajdu, Davos Hanich, Pierre Héricher dit Herry, George Him & Jean Le Witt, Paul van Hoeydonck, Ping Ming Hsiung, Jean Ipousteguy, Robert Jacobsen, Marcel Jean, Paul Jenkins, Élisabeth Joulia, Iaroslav-Jean Kapera, Alain de la Bourdonnaye, Norbert Kricke, Berto Lardera, Guy Lartigue, Henri Laurens, Le Corbusier, Adrien Liegme, Frank J. Malina, Michel Mangematin & Roger Bruny, Marie-Laure, Étienne-Martin, Georges Mathieu, Janine Matthey, Roberto Echaurren Matta, Brigitte Meier-Denninghoff, Claude Mercier, Jean Messagier, James Metcalf, Meylan, Luiza Miller, Richard Mortensen, Alicia Moï, Isamu Noguchi, Alexandre Noll, Meret Oppenheim, Joan Pala, Martha Pan, Georges Patrix, Alicia Penalba, Charlotte Perriand, Philolaos, Pablo Picasso, Édouard Pignon, Edgar Pillet, Marie-Thérèse Pinto, Marc du Plantier, Henri Plisson, Gio Pomodoro, Arnaldo Pomodoro, Antoine Poncet, Man Ray, Germaine Richier, Larry Rivers, Suzanne Rodillon, Félix Roulin, Saint-Maur, Valentine Schlegel, Nicolas Schöffer, Signori, Adam Sjohölm, Yerassimos Sklavos, K.R.H. Sönderborg, Ettore Sottsass, François Stahly, Pierre Szekely, Antoni Starczewski, Vassilakis Takis, Yves Tanguy, Dorothea Tanning, Torun Bulow-Hube, Marino di Teana, Paolo Vallorz, Victor Vasarely, Raymond Veysset, André Vigneau, Claude Viseux, Jean Weinbaum, Ossip Zadkine…).

On retrouve dans les catalogues de vente des objets exposés en 1962 au musée des Arts décoratifs, une occasion de redécouvrir des créateurs comme Michel Mangematin (né en 1928) :  une grande table basse ovale, circa 1962, piètement tripode en bronze :

mangematin

Deux expositions en cours : Sheila Hicks, 16 décorateurs aux Arts décos

A signaler la parution d’un article saluant l’exposition de Sheila Hicks à Paris en ce moment et résumant les étapes de sa vie et de ses activités :

673774-news_art_sheilahicks«After the Rain», 2013. (Sheila Hicks)

Lointaine héritière du Bauhaus, l’Américaine Sheila Hicks est une figure de l’art textile. Après le Palais de Tokyo cette année, elle présente à la rentrée une installation à la galerie Frank Elbaz.

 http://next.liberation.fr/arts/2014/09/09/rendez-vous-avec-madame-hicks_1091307

Site de la galerie Elbaz : http://www.galeriefrankelbaz.com/wp/exhibitions/


0a8ce794c525cd4c56d105c51f79f5cbParis a accueilli récemment  Maison & Objet http://www.maison-objet.com/paris, la Design Week depuis le 6, http://www.parisdesignweek.fr/fr/news/

S’ouvrira bientôt la Biennale des Antiquaires le 11 : http://www.grandpalais.fr/fr/evenement/biennale-des-antiquaires-2014

Les Arts décoratifs présentent la 5 e édition d’« AD Intérieurs » du 6 septembre au 23 novembre 2014 :  elle mettra en scène des trésors méconnus du musée des Arts décos. Olivier Gabet a choisi de valoriser davantage les collections permanentes du musée en demandant à 16 décorateurs de concevoir « une pièce a vivre autour d’une œuvre de son choix sélectionnée dans les réserves du musée des Arts décoratifs.  C’est l’occasion pour le public de découvrir des objets d’art rarement présentés, mais aussi de déambuler dans des décors qu’ils ne peuvent le plus souvent découvrir que dans les pages du magazine. Il n’est en effet pas demandé à ces décorateurs, aux sensibilités et aux styles variés, de se conformer aux exigences scénographiques habituelles du musée, mais au contraire de concevoir de véritables pièces à vivre – dressing, bureau, boudoir, etc – dans les galeries latérales de la nef. Ce dispositif inédit a pour ambition de capter l’esprit du moment et de proposer des visions prospectives de la maison. Les projets visent à ériger l’art de vivre à son niveau le plus élevé, en faisant appel au savoir-faire des meilleurs artisans, rejoignant ainsi le principe fondamental des Arts Décoratifs, la réalisation du beau dans l’utile. C’est une nouvelle occasion pour le musée de perpétuer l’étroite collaboration qu’il entretient avec les décorateurs, architectes d’intérieur et designers. Une tradition inscrite dans l’histoire de l’institution depuis sa fondation » : http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/accueil-292/une-486/francais/arts-decoratifs/expositions-23/actuellement/decors-a-vivre-les-arts-decoratifs/

Pour un historique des années fondatrices des collections les plus anciennes du musée :http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/arts-decoratifs/expositions-23/actuellement/decors-a-vivre-les-arts-decoratifs/le-musee-des-arts-decoratifs-et

La très riche période des années 1950 aux années 1970 est représentée par plusieurs  créations issues des collections permanentes :

suspension-Sottsass-4935e-79842-234d1Ettore Sottsass, Suspension, 1957 © Les Arts Décoratifs / Photo : Jean Tholance

 

Le décorateur Charles Zana  met en scène une suspension sculpturale d’Ettore Sottsass (1917-2007) en métal et Plexiglas, fabriquée en 1957 par Arredoluce. Cette pièce rare, l’une des premières créations du maître du design transalpin, a été acquise en 2013 grâce au mécénat du Cercle Design des Arts Décoratifs.

Pour mémoire, le Centre de Création Industrielle (CCI) a exposé Ettore Sottsass Jr. : de l’objet fini à la fin de l’objet, au Musée des Arts Décoratifs à Paris, du 21 octobre 1976 au 3 janvier 1977.

Les livres d’Ettore Sottsass ont fait l’objet d’une exposition à la bibliothèque en 2012 : Les livres d’Ettore Sottsass : bibliothèque des Arts décoratifs, Paris, 7 mai – 27 juillet 2012 (Commissaires Giorgio Maffei et Bruno Tonini).

Vincent Darré a recours à la « sculpture-assemblage Accumulation Renault n° 180, combinaison de collecteurs d’échappement, de l’artiste franco-américain Arman (1928-2005), pionnier dans le détournement d’objets manufacturés ».

A-2010-1249-JT-d95b0-f2e73-7537dArman, Sculpture Accumulation renault n° 180, 1972 © Les Arts Décoratifs, Paris / photo : Jean Tholance

L’œuvre fut donnée par Arman aux Arts Décoratifs l’année même de sa création en 1972« . Les Accumulations Renault ont fait l’objet d’une exposition de mars à juin 1969 au musée des Arts décoratifs : voir à ce propos le document de l’INA  (qui confond Mathey le commissaire de l’exposition avec un autre personnage) : http://www.ina.fr/video/CAF97001122/exposition-arman-video.html

voir également l’article de Michel Ragon, « Arman : à propos de l’exposition du musée des Arts décoratifs », Cimaise, no 93-94, septembre-décembre 1969, p. 39-51.

Pour cette aspect de la création d’Arman, voir  les archives de Claude-Louis Renard : « Art chez Renault, Claude-Louis Renard, la régie Renault et l’art, 1966-1985 » : http://www.art-renault-renard.com/index.php
– le témoignage d’Alain Bizos, photographe, dans un entretien filmé du 10 janvier 2007 (durée : 12 min 48 s). Assistant d’Arman de 1967 à 1979, il participe à la création des pièces qui seront exposées au musée des Arts décoratifs en 1969.
– le témoignage de Catherine Millet, critique d’art, dans un entretien filmé du 6 décembre 2006 (durée : 24 min 55 s).

Enfin, une création de César, a inspiré Chahan Minassian : il s’agit d’un » travail sur les pales de réacteur d’avion en acier inoxydable, soudées les unes aux autres, d’un bureau recouvert de verre fumé, réalisé en 1966 par le sculpteur César (1921-1998) . L’œuvre fut donnée aux Arts Décoratifs par Marcel Lefranc en 1992″.

Chahan-Minassian
 César, Bureau, 1966 © Les Arts Décoratifs / Photo : Jean Tholance

César a participé à plusieurs expositions dans ce musée :

 Antagonismes l’objet, 1962, Trois sculpteurs : César, Roël d’Haese, Tinguely : Juin-septembre 1965. Cette exposition a donné lieu à une interview de Tinguely, alors peu connu du public : à voir sur l’INA :« Le magasine des arts de l’actualité télévisée », Adam Saulnier, TF1, 05/09/1965 – 11 min 29 s

César a aussi créé pour la cristallerie Daum et exposé en 1969 : César/Cristal/Daum 1969, source INA : César au musée des Arts décoratifs, – L’amour de l’art – ORTF – 24/10/1969 – 5 min 25 s : http://www.ina.fr/video/CAF97001629/cesar-au-musee-des-arts-decoratifs-video.html

Hors ce musée, François Mathey  a préfacé plusieurs catalogues d’exposition pour cet artiste, de 1966 à 1984 :

Amsterdam, César, Stedelijk Museum, 1966 : http://www.stedelijk.nl/en

Marseille, César, Musée Cantini, 1966 : http://www.marseille.fr/siteculture/les-lieux-culturels/musees/le-musee-cantini

César : plastiques, Paris, CNAC, 1970.

César : œuvres 1960-1970, Montreuil, Galerie municipale Marie-Thérèse Douet, 1971.

César, Marseille, Musée Cantini, 1972.

Les Fers de César, Jouy-en-Josas, Fondation Cartier pour l’art contemporain, 1984 : http://fondation.cartier.com/fr/

Séjours d’artistes américains à Paris : quelques archives

Les Archives of American Art, du Smithsonian Institution, sont diverses et couvrent tous les champs de l’activité artistique, de la tapisserie à l’architecture, en passant par la sculpture et la peinture. Elles sont constituées de retranscriptions d’entretiens oraux, de photographies, lettres et autres documents issus de fonds d’archives privés numérisés. Elles peuvent utilement être consultés pour connaitre des  activités de ces artistes en France et notamment à Paris.

Trois exemples de ces « séjours d’artistes » saisis à Paris, grâce à ces archives et à d’autres sources disponibles en ligne :

– s’agissant des architectes : les photographies et papiers de Marcel Breuer,

une image d’archive où figurent Marcel Breuer, Le Corbusier, et Eugène Claudius -Petit, intitulée :  Architects in a Parisian cafe 

parisian cafe 1950 Creator: UNESCO, photographer, Walter Gropius, second from the left; Marcel Breuer, right foreground; Le Corbusier, background on the right with head turned away. Forms part of: Marcel Breuer papers, 1920-1986 

View all Image Gallery items from the Marcel Breuer papers

Sa biographie très détaillée est en ligne :http://www.aaa.si.edu/collections/marcel-breuer-papers-5596/more

Le CCI , après le MoMA, lui consacrera en 1974 une exposition au pavillon de Marsan. « Marcel Breuer at the Metropolitan Museum of Art » (traveling exhibition),  Centre de Création Industrielle, Pavillon de Marsan,  Musée des Arts Décoratifs, Paris, France.

Autre ressource, une retranscription de l’entretien de Sheila Hicks avec Monique Levi-Strauss : Oral history interview with Sheila Hicks, 2004 : http://www.aaa.si.edu/collections/interviews/oral-history-interview-sheila-hicks-11947

Sheila Hicks, évoque sa participation à l’exposition de 1972 « bilan de l’art contemporain 1960-1972, qui se tient au Grand Palais et dont François Mathey est le commissaire.

sheila hicks2Hicks in 1972

http://news.slowandsteadywinstherace.com/2012/04/hero-sheila-hicks.html

 

Le sculpteur Alexandre Calder :http://www.aaa.si.edu/collections/alexander-calder-papers-7294 a longuement séjourné en France, il témoigne dans un entretien du 26 octobre 1971 : http://www.aaa.si.edu/collections/interviews/oral-history-interview-alexander-calder-12226

Calder_CSL w_b&w shot backFamilier du musée des Arts décoratifs, Calder y expose pour une journée en 1975 une voiture décorée par ses soins : BMW’s Art Cars debuted to the public in Paris at the Musee des Arts Decoratifs at the Louvre in May 1975. It was an elegant creative alliance of racer and art auctioneer Herve Poulain and American sculptor Alexander Calder mixed with the foresight of BMW Motorsport chief Jochen Neerpasch. Calder started with a scale model of the Batmobile, cloaking it in broad swaths of red, blue and yellow while ignoring the car’s structure and shape.http://www.carguychronicles.com/2013/12/calders-bmw-batmobile-art-car-amelia.html

Le mot clé « Paris » sur le site de l’American Art, du Smithsonian Institution, permet de découvrir :

– un guide des archives disponibles,  Guide to Archival Sources for American Art History :http://www.aaa.si.edu/files/publications/guide-american-art-related-archival-resources-paris.pdf

– des photographies d’artistes académiques parisiens et d’artistes américains dans leur atelier, entre 1880 et 1890, Photographs of artists in their Paris studios, 1880-1890 :http://www.aaa.si.edu/collections/photographs-artists-their-paris-studios-10228

sargentJohn Singer Sargent in his studio

ou une photo d’atelier de Sam Francis à Paris en 1956 :

AAA_freebett_27657sam Francis