Archives mensuelles : juillet 2014

De nouveaux musées à naître en 2014 : le musée des Confluences à Lyon

Capture10Une sorte de cabinet de curiosités (http://www.bpi.fr/fr/les_dossiers/arts2/le_cabinet_de_curiosites_d_hier_a_aujourd_hui.html) géant du XXIe siècle ? Le musée des Confluences doit ouvrir à Lyon, entre Saône et Rhône, en décembre prochain  : voir à ce sujet le très complet reportage de FR3 Lyon https://www.dailymotion.com/video/x20d3hx_le-musee-des-confluences-en-avant-premiere_tv

Comme d’habitude aujourd’hui, le musée se résume d’abord à son architecture, ses coûts et ses surcoûts, ses retards de chantier, et toutes les difficultés liées à la programmation et à la mise en œuvre de tels travaux (voir les nouveaux musées de 2014 Soulages, Louis-Vuitton, Picasso : http://m.culturebox.francetvinfo.fr/expositions/evenements/soulages-louis-vuitton-picasso-les-nouveaux-musees-de-2014-147513) Voir les musées inaugurés les années précédentes comme le Mucem (http://www.mucem.org/)

Capture8Ici, extérieurement, le musée est un espace flottant comme un énorme nuage, qui abrite 5 000 m2 de surfaces d’exposition pour une surface totale de 22 ooo m2. Pour l’architecte en chef responsable de cette construction, ces rapports sont justifiés : il faut imaginer la surface d’exposition comme la scène d’un théâtre, une toute petite partie d’un vaste ensemble comprenant notamment les réserves et les espaces de restauration. Le musée table sur 500 000 entrées par an, comme (peu ou prou) le Centre Pompidou, Metz en 2010. L’architecture du musée lyonnais séduit et suscite déjà de nombreux futurs donateurs.

Capture6 Ses collections ont deux sources principales issues du précédent musée qui a fermé pour des raisons de sécurité : les collections de l’ancien Muséum d’histoire naturelle, et les collections du premier musée fondé par Émile Guimet, grand voyageur, héritier d’une ingénieur d’Isère à l’origine d’un bleu outremer. Émile Guimet créera aussi une véritable entreprise industrielle qui sera plus tard à l’origine de l’entreprise  Péchiney.

Émile Guimet a été célébré en 2012 à Lyon : http://www.artaujourdhui.info/a06263-un-jour-j-achetai-une-momie-emile-guimet-et-l-egypte-antique.html « Quand en 1865, Émile Guimet (1836–1918) visite l’Égypte, il ne se doute pas que ce voyage va bouleverser sa vie. Fasciné par l’archéologie, la philosophie et l’histoire des religions orientales, le jeune industriel lyonnais commence alors une exceptionnelle collection : http://www.mba-lyon.fr/static/mba/contenu/pdf/expos/dp_EG-Egypte-antique.pdf. Émile Guimet fonde un premier musée  à Lyon en 1879. Il s’agit d’une centre de diffusion culturelle qui comprend une bibliothèque et un centre d’enseignement des langues. Mais déçu du manque de succès de son initiative auprès des Lyonnais, Guimet offre ses collections à la Ville de Lyon et crée un nouveau  musée des arts asiatiques, celui-ci plus connu, à Paris (http://www.guimet.fr), il est construit sur les mêmes plans que le musée initial de Lyon.

imagesCART8XFCexpo

Anonyme, Monsieur Guimet lisant une inscription égyptienne. Encre sur papier. Lyon, Musée des Beaux-Arts.

Le musée lyonnais possède également dans ses réserves beaucoup d’œuvres en dépôt, en provenance du musée du Louvre, comme ce sphinx. Capture5

 

Le futur musée comprendra aussi des œuvres contemporaines comme cette « création du monde  » de l’artiste contemporain Inuit, Manasie Akpaliapik qui appartient aux collections du Museum de Lyon :

CaptureLa création du monde de Manasie AkpCapture2aliapik, Nunavut, Canada © Museum de Lyon8773837_p

L’oubli créateur : un commencement, sans débris, sans cendres, sans braises anciennes ?

Le numéro 13 thématique « Trauma et création » de la revue Appareil, a pour pivot l’œuvre de Germain Rœsz « qui, alors que rien dans son contexte familial, culturel ou professionnel ne l’y destinait, s’est mis à manier la couleur et les mots après un très long coma. Le cours de son histoire individuelle s’est vu brisé par un temps impossible à récupérer, car échappant à la mémoire. Pourtant, ce blanc n’est pas rien… »

La revue Appareil prend pour départ « l’hypothèse que le trauma constitue une expérience-limite par rapport à laquelle penser la création. Il peut sembler paradoxal qu’une « blessure » (τραῦμα) aux conséquences apparemment seulement négatives : fractures, lésions, dysfonctionnements, déficiences et privation de fonctions corporelles, perte de conscience puisse être d’une quelconque fécondité pour la production plastique, poétique et philosophique. Pourtant, de la chute de cheval de Montaigne aux accidents d’avion de Sam Francis ou de Joseph Beuys, ces coupures sont perçues comme une matrice productive. Que nous disent les traumas, et notamment leur forme majeure qu’est le coma, du faire créateur ? Les concepts de corps, de mémoire, de conscience, les notions de durée, d’inscription, de volonté s’en voient réinterrogés »

Quelles sont les caractéristiques d’une production artistique qui surgit après un coma ? Telle est la question que se pose Jean-Louis Déotte (philosophe, professeur à Paris VIII)  dans un article intitulé Entre le trauma et le coma : http://appareil.revues.org/2002

Il commente l’expérience et l’œuvre de Germain Rœsz, ancien apprenti boucher des abattoirs de Colmar en Alsace, qui, à l’issue d’une longue hospitalisation,  devient artiste peintre en 1970 : « La question traitée sera celle des rapports entre les arts, ici la peinture, et les effondrements psychiques, individuels ou collectifs. Elle partira du constat qu’il y a de telles discontinuités historico-politiques que l’hypothèse métaphysique d’une « raison dans l’histoire » est bien problématique, parce que l’humanité n’est pas un sujet collectif, lequel pourrait se ressaisir, se réfléchir au moins comme « esprit » dans sa totalité depuis un supposé commencement.  […] Nous nous intéresserons donc à des artistes dont l’horizon ne fut pas muséal. Mais hospitalier, dans un sens large… « .

Jean-Louis Déotte  conteste   » la thèse de Warburg et Didi-Huberman, celle d’une survivance des formes esthétiques. Pour qu’il y ait mémoire (individuelle ou collective), il faut bien un support continu. Et pour les arts, cela suppose l’existence du musée, qui n’est qu’une invention du XVIII e siècle. »  Il a conclu dans ses travaux précédents, que paradoxalement, le musée est un appareil d’oubli. Il insiste sur le fait que dans « la vie des individus comme dans celle des sociétés, il y a des blancs ». L’humanité est à son sens, « globalement épileptique ».

 » Rœsz, jeune adulte, est revenu au monde à partir d’un long coma provoqué par un accident de la route qui aurait dû être son tombeau. C’est la très longue hospitalisation qui fut fondatrice, parce qu’elle interrompit durablement toute activité :  « L’origine de ma peinture se situe dans un choc fondateur, un trauma comatique. Ne pas voir ni penser le monde. Savoir, au retour, parmi les vivants et la parole qu’une partie de soi-même, de sa conscience fut abolie, oubliée. […] Mais cette anecdote qui est la mienne comment peut-elle interroger celui qui regarde ? Comment et pourquoi serait-il concerné ?  » Germain Rœsz, Peintures, 1970-2011, Paris, L’Harmattan / Cour carrée, 2012.

Cette expérience traumatisante fait écho à bien d’autres parcours individuels ou collectifs liés notamment aux génocides du XXe siècle, expériences vécues ou emblématiques des héros de La Storia d’Elsa Morante.

Germain Rœsz « n’était pas destiné à devenir artiste (qui l’est d’ailleurs en dehors de ceux qu’une loi commande un jour de peindre, d’écrire, etc. ?). Il faut souvent l’interruption de la vie par la maladie (Matisse), l’accident (l’avion de Sam Francis s’écrasant dans le désert), l’incarcération (Stiegler), l’isolement (Descartes), la solitude (Woolf) pour venir briser l’élan vital. Car sans cela, la répétition de l’habitus social, de l’hexis corporel s’imposeraient à tous, toujours. Et il n’y aurait pas d’art ».

Pour Jean-Louis Déotte :  » il faut donc considérer que la Mère des Muses, ce n’est pas Mnémosyne, mais l’Oubli.[…] Héraclite (frag. 30) chante un kosmos éternel, incréé, impérissable : Ce monde-ci, le monde pour tous, nul des dieux ni des hommes ne l’a fait. Mais il était toujours, est et sera feu éternel, s’allumant en mesure et s’éteignant à mesure ».

Articles du même auteur :

Expo 2015, « Food in Art », Demetrio Paparoni, Celant et l’Arte povera

 » Le critique d’art Demetrio Paparoni,  a adressé une lettre ouverte au maire de Milan, Giuseppe Pisapia, au commissaire de l’Exposition universelle, Giuseppe Sala, et au commissaire gouvernemental pour l’exposition, Raffaele Cantone, pour se plaindre du salaire accordé à Germano Celant. « C’est immoral, écrit celui qui considère qu’en Italie, il existe des retraites à 800 euros par mois ; que Pompéi s’écroule ; que le jeune art italien est inexistant à l’étranger, à cause des mandarins du système de l’art italien qui ne promeuvent qu’eux-mêmes ; que le directeur des Offices de Florence gagne 1 890 euros par mois et que les salles du même musée ne sont pas correctement déshumidifiées par absence de fonds. » traduction  par le Journal des Arts :(http://www.lejournaldesarts.fr).

01_dettaglio_art_food_1280x500Expo 2015 : http://www.expo2015.org/en/explore/thematic-areas/art-and-food

Demetrio Paparoni sul caso Celant : http://www.artribune.com/2014/05/expo-2015-demetrio-paparoni-sul-caso-celant/

La réponse du commissaire Celant : http://www.artwireless.it/aw/ultima-ora/1885-presentato-arts-foods-per-expo-2015,-e-celant-risponde-alla-polemiche.html

Sur le même site, lire  : Germano Celant e la sua guerriglia culturale, di Valentina Spata : http://www.artwireless.it/aw/l-occhio-del-critico/251-germano-celant-e-la-sua-guerriglia-culturale.html

Sur Germano Celant et l’arte povera : Arte povera, une question d’image, Germano Celant et la représentation critique la néo-avant-garde, de Giuliano Sergio, Traduction de James Gussen :  » L’arte povera est un cas critique exemplaire. Inventé en 1967 par Germano Celant, ce label a eu une fortune extraordinaire qui a attiré l’attention des spécialistes et a suscité les jugements les plus divers » : http://etudesphotographiques.revues.org/3224

et 1967 : ARTE POVERA, Germano Celant,  – Flash Art  n.5 – 1967 : NOTES FOR A GUERRILLA WAR, FIRST COMES THE HUMAN : http://www.flashartonline.com/interno.php?pagina=articolo_det&id_art=352&det=ok&title=ARTE-POVERA

Site officiel de Demetrio Paparoni : http://www.demetriopaparoni.com/

Biographie : http://www.arte.rai.it/articoli-programma/demetrio-paparoni/17704/default.aspx

Site d’un acteur majeur de l’Arte povera , décédé lui en 1968,  Pino Pascali : http://www.museopinopascali.it/

Minolta DSCLe musée des Arts décoratifs à Paris (François Mathey), l’exposera en 1969, aux côtés de Ceroli, Kounellis et  Marotta .

Mathey souhaite alors exposer une œuvre « la mer faite d’eau » acquise par la Galleria nazionale d’arte moderna (GNAM), à l’époque de Palma Bucarelli : http://www.gnam.beniculturali.it/index.php?it/446/dalle-collezioni-della-galleria-nazionale-darte-moderna&pag=5

Nave,1964, tecnica mista su masonite, cm. 146 x 62

http://acoulange.wordpress.com/2013/05/13/pino-pacali-sauver-ce-qui-peut-letre-dune-forme/

Sala 40 – Pascali : http://www.gnam.beniculturali.it/index.php?it/371/sala-40-pascali

IMG_0665pino pascaliœuvre illustrant l’article du 15 juin 2011, par Lunettes Rouges :

Pour finir en beauté (Venise 6) :http://lunettesrouges.blog.lemonde.fr/2011/06/15/pour-finir-en-beaute-venise-6/

 

Une politique d’accrochage inédite et des musées d’art et d’histoire : de nouvelles pistes pour la démocratisation culturelle

Dans le rapport Gaillard paru le 4 juin dernier, aujourd’hui en ligne (Les musées nationaux : quelles ressources pour quelles missions ?), un chapitre est consacré à la La démocratisation culturelle et la diversification du public : Si une démocratisation des pratiques s’est produite dans les trente dernières années, elle se limite néanmoins aux classes moyennes et ne connaît pas de développement récent notable, malgré l’augmentation générale (mais pas uniformément répartie) de la fréquentation ». D’après les statistiques disponibles, un tiers des Français n’est jamais allé dans un musée et 50 % ne sont jamais entrés ans un musée des beaux-arts.

chamaC’est loin des musées nationaux que de nouvelles pistes se dessinent :

Annick Notter, conservatrice des Musées d’Art et d’Histoire de La Rochelle http://www.franceinter.fr/emission-carnets-de-campagne-la-charente-maritime-25, a trouvé une approche audacieuse et unique pour lever les blocages socio-culturels et valoriser l’ensemble de ses collections permanentes :  « Depuis 2008, le Musée des Beaux-arts de La Rochelle http://www.ville-larochelle.fr/ a mis en place une politique d’accrochage inédite de ses collections. Chaque année, c’est un groupe de citoyens rochelais qui choisit, parmi les collections du musée, les œuvres qu’il aimerait voir exposées pendant un an. Pour cette 8e édition, qui sera inaugurée à la rentrée, ce sont les rugbymen du Stade Rochelais qui sont aux commandes !  » Les collections sont constituées « d’environ 800 à 850 tableaux, pour une surface d’exposition de 400m2. L’espace disponible « permet d’exposer qu’environ 70 à 80 œuvres, ce qui représente seulement 10 % de la collection ».

Les gardiens du musée ont été les premiers conviés à choisir «  les œuvres qu’ils avaient envie de voir exposées pendant un an« . Les élèves de la classe de terminale en histoire des arts d’un lycée ont suivi, puis la société des amis des arts, un collectif d’artistes locaux, les agents du centre technique municipal et un groupe de femmes d’un quartier. L’accrochage dure toujours un an de septembre à août. La conservatrice souhaite : « Toucher des catégories de personnes très différentes (âge, milieu social, centres d’intérêt) et pas nécessairement, mais de préférence, éloignées des problèmes culturels. Il n’y a aucunement besoin de posséder des connaissances préalables en histoire de l’art pour participer, bien au contraire. Il s’agit pour ces groupes de choisir des œuvres qu’ils aiment, qui leur font plaisir et qu’ils aimeraient voir accrochées dans le musée. La première étape consiste à convaincre un groupe de personnes de le faire et ce n’est pas toujours facile ! Le travail de préparation commence une année en amont. Un groupe de travail est constitué, il se réunit lors de plusieurs séances. Au programme : consultation des catalogues photographiques des œuvres, sélection individuelle d’images dans un premier temps puis mise en commun ensuite. »

2014-06-15Les gardiens du musée ont été les premiers à vivre cette expérience,  ils ont été suivis par des élèves d’une classe de terminale en histoire des arts d’un lycée, puis par la société des amis des arts,  un collectif d’artistes locaux, des agents du centre technique municipal et  en 2013-2014 par un groupe de femmes d’un quartier de la ville. L’accrochage dure toujours un an de septembre à août. Les accrochages du Musée des Beaux-Arts de La Rochelle : http://www.arttes.org/les-accrochages-du-musee-beaux-arts-decouverte-dune-belle-initiative/

Un  projet de réunification du Musée des Beaux Arts et du Nouveau Monde (actuellement réunis sous l’appellation Musées d’Art et d’Histoire) est en cours pour raconter l’histoire de la ville de La Rochelle à travers ses collections artistiques.  « Or parler de La Rochelle, c’est aussi évoquer l’histoire de la traite négrière, de la relation de la ville au Canada et du commerce transatlantique. Il s’agirait ainsi d’intégrer le Musée du Nouveau Monde dans cette fresque historique. Pour cela, nous souhaiterions joindre physiquement les deux établissements ».

Sur ce concept de musée d’art et d’histoire et sur le lien organique qui doit unir l’art et l’histoire en un même lieu, voir le constat et la réflexion menée par le musée d’art et d’histoire de Genève http://institutions.ville-geneve.ch/fr/mah/lieux-dexposition/musee-dart-et-dhistoire/: » Pour mieux répondre à l’attente du public de demain, la construction et l’application d’un concept original de musée d’art et d’histoire est indispensable »:  http://blog.mahgeneve.ch/quest-ce-quun-musee-dhistoire-aujourdhui/#sthash.O9z5XgI6.dpuf

Le Numero 18 de Diacronie, Les expositions : propagande et construction identitaire

N18_SIMONLa revue italienne en ligne, trimestrielle, originaire de Bologne, Diacronie. Studi di Storia contemporanea, vient de consacrer un numéro aux expositions sous le titre Le esposizioni: propaganda e costruzione identitaria. Le sommaire : http://www.studistorici.com/2014/06/29/sommario-numero-18/

A lire notamment, dans la section « Propagande », sur les expositions internationales : 13/ La Exposición Internacional de Barcelona en 1929 y su utilización propagandística. La montaña de Montjuïc, espacio público de ocio, cultura y deporte
14/ Il potere dell’architettura. L’ideologia di regime all’Esposizione Internazionale di Parigi 1937

– et les articles portant sur deux expositions de propagande qui se déroulent pendant la deuxième guerre mondiale, en 1942, l’une en Espagne, l’autre en Allemagne :

15/ Bajo el signo de la esvástica. La Exposición de Arquitectura Moderna alemana en España (1942) : http://www.studistorici.com/2014/06/29/vilanova_vila-abadal_numero_18/

16/ La gran exposición anticomunista del Tercer Reich: Das Sowjetparadies (1942) : http://www.studistorici.com/2014/06/29/moreno-cantano_lopez-zapico_numero_18/