Archives mensuelles : juin 2014

Dans la trame de la grande histoire : la vie inimitable

A sans-titrelire sur le carnet d’hypothèse de la bibliothèque de l’IHTP, le billet d’Anne Pérotin-Dumon, récit de ses recherches à la bibliothèque dans le cadre de la préparation de son ouvrage qui vient de paraître : La vie inimitable.

L’édition critique de La vie inimitable : puiser au « trésor de guerre » de l’IHTP : http://ihtpbibarch.hypotheses.org/291

“Cet ouvrage a deux facettes. Côté pile, c’est le récit d’un maquisard qui, au sortir de la guerre, en 1945, couche ses souvenirs sur le papier : c’est La vie inimitable, un témoignage passionnant, émouvant et drôle, aux qualités littéraires indéniables, qui raconte de l’intérieur la vie de ces maquisards de l’ombre, ces jeunes hommes engagés aux côtés de la Résistance dans les maquis du Trièves et du Vercors, en 1943 et 1944. Côté face, c’est l’histoire d’un manuscrit inédit, oublié pendant 70 ans, exhumé par la fille de l’auteur, archiviste et historienne, dont le travail de présentation et d’annotation du texte original en dégage toute la force historique. L’ouvrage d’Yves Pérotin a la puissance du vécu, l’intensité de la mémoire, la vivacité du souvenir encore chaud. Le travail d’Anne Pérotin-Dumon le resitue dans la trame de la grande histoire, tisse les passerelles avec les événements, retrouve la trace des compagnons, documente les photos”. http://www.pug.fr/produit/1178/9782706121036/La%20vie%20inimitable

La Vénus de Milo ou les dangers de la célébrité

Autre chef d’œuvre mythique, à l’égal de la Joconde, la Vénus de Milo a fait l’objet d’un culte similaire illustré par une exposition réalisée par Colette Lambrichs au début des années 1970..

man rayLa Vénus de Milo ou les dangers de la célébrité” est le titre d’une exposition itinérante créée en Belgique à laquelle des artistes très différents vont participer : en 1972, Philippe Geluck expose en effet dans ce cadre ses  créations au Palais des Beaux Arts de Bruxelles (https://www.bozar.be),  aux côtés de  Man Ray, Ronald Searle et Dali. L’exposition est reprise à Paris au Musée des arts décoratifs, du 19 janvier au 26 février 1973.

Grâce aux archives numérisées du journal Le Nouvel Observateur, voici un rapide aperçu des objectifs et des objets de cette exposition organisée par le groupe fondé par Colette Lambrichs, Ready museum :

p1

p2http://referentiel.nouvelobs.com/archives_pdf/OBS0429_19730129/OBS0429_19730129_061.pdf

Née à Bruxelles en 1946, Colette Lambrichs habite Paris depuis 1972. Directrice littéraire des Éditions de la Différence depuis 1976, elle est l’auteur de quatre recueils de nouvelles et d’un roman : Tableaux noirs (1980, 3e éd. 1997) ; Histoires de la peinture (1988, 2e éd. 1997) ; Doux leurres(1997) ; La Guerre (2003) ; Logiques de l’ombre (2006):  http://www.ladifference.fr/colette-lambrichs.html

lire Sur mesures, n °2,  “Colette Lambrichs, comment faire La Différence” : http://www.rtbf.be/musiq3/article_sur-mesures-n-2-colette-lambrichs-comment-faire-la-difference?id=8087580

Son dernier roman : Éléonore, http://www.ladifference.fr/Eleonore.html?indextitre=4&titre=%C3%89#livre2973

Akira Inumaru, “Mes chères ombres”

Mes chères ombres” la dernière exposition d’Akira Inumaru aura lieu à Paris, à l’Espace Architecture Gestion, dans le cadre des expositions de l’ESADHaR (Ecole Supérieure d’Art et Design le Havre/Rouen).

 du 27 juin à 2 octobre 2014
 Espace Architecture Gestion 
18 rue de l’Aubrac
75012 Paris
01 42 79 01 06
acf2d18dd6b3421e4cd756557f44ad44
ouverture du lundi au vendredi 9h30-13h,14h-17h30
sauf du 11 au 15 août.
Revoir les anciennes expositions :

La Joconde en 11 000 exemplaires

Le Louvre confirme l’acceptation du legs des 11.000 pièces de la collection du “jocondophile” Margat. Cela donne lieu à un certain nombre de commentaires :http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2014/06/20/03015-20140620ARTFIG00020-le-louvre-confirme-le-leg-des-11000-pieces-du-jocondophile.php

Pourquoi le Louvre accepte-t-il cette collection ? Elle semble pour certains indigne du musée qui l’accueille. En guise de boutade certains  verraient davantage cette collection au musée des ATP ( musée des arts et traditions populaires) mais ce musée créé en 1937 sous le Front Populaire par Georges- Henri Rivière (1897-1985) a fermé ses portes depuis 2005. Ou plus exactement ses collections ont rejoint celles du MUCEM, Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée : http://culturebox.francetvinfo.fr/expositions/evenements/les-arts-et-traditions-populaires-sinstallent-au-mucem-a-marseille-130875

En quoi cette collection d’objets dérivés du tableau de Mona Lisa par Léonard de Vinci ressortirait-elle des arts et traditions populaires ?  Pour Jean Margat, géologue de formation, spécialiste en hydrologie, il s’agit surtout de déconstruire le chef-d’œuvre pour ridiculiser l’idolâtrie. Il a déjà écrit sur ce thème un ouvrage paru le 1er avril (!) 1997, LE MYTHE DE LA JOCONDE. Déclinaisons sur le tableau le plus emblématique de tous les temps :

9782828905477FS“devenue un personnage à part entière, mythifié par notre société de consommation, à laquelle elle prête les multiples facettes de son visage. La Joconde et le sourire ambigu qu’elle arboré ne nous révèlent jamais entièrement sa véritable personnalité. Ses Intentions, son caractère, les sentiments que cache son visage neutre et flou, tout en elle nous échappe. C’est peut-être la raison pour laquelle nous tentons à tout prix de la travestir et de la défigurer, à travers les Innombrables pastiches qui ont été faits d’elle. Car elle est véritablement partout. En première page des magazines, elle vole la vedette aux cover-girls du XXI siècle pour mieux personnifier La Femme immuable, une sorte d’essence de la féminité qui traverserait l’espace-temps. Sur une quantité de cartes postales, elle devient l’ambassadrice du Louvre et des richesses culturelles de Paris. Elle apparaît également dans la publicité et sur toutes sortes d’affiches. Parfois même, on lui vole son identité pour remplacer son visage par celui d’hommes ou de femmes célèbres. C’est alors l’ultramédiatisation de Mona Lisa que l’on utilise, afin de symboliser la renommée internationale de personnages connus. La Joconde devient donc à la fois la déesse que l’on vénère et que l’on désacralise, selon que l’on accepte humblement son mystère ou que l’on tente irrévérencieusement de résoudre son énigme. Car les multiples caricatures qu’elle a subies ou inspirées sont en vérité autant de moyens de s’approprier ce personnage et de le comprendre. Ce sont ces pastiches et ces transfigurations que cet album retranscrit, en témoignage à la femme qui aura fait le plus fantasmer l’humanité”. Jean Margat

En enrichissant ainsi ses fonds, le musée du Louvre pourra sans doute prochainement renouveler l’esprit de l’exposition déjà réalisée en 1971 par le musée des Arts décoratifs sur le même thème grâce à des artistes idolâtres japonais :  Japon-Joconde. Joconde cent sourires, par Makoto Nakamura ( né en 1926, voir sa collection au MoMA : http://www.moma.org/collection/artist.php?artist_id=4212) et Shigeo Fukuda (1932 – 2009 http://www.graphistes-world.com/shigeo-fukuda). Il s’agissait alors de Variations graphiques sur le tableau de Vinci par ces deux graphistes japonais.japon_nakamura_fukuda_00

Claude Viallat à Ratilly

2013459_500Des nouvelles du triangle d’or : du 22 juin au 30 septembre 2014, Claude VIALLAT expose ses peintures et objets récents à Ratilly.
Vernissage le samedi 21 juin 2014 à partir de 18h
en présence de Claude Viallat
Projection à 19h30
Un jour dans la vie de Claude Viallat
Un film de Martin Pierlot avec le concours d’Illés Sarkantyu
26 mn, 2014 :

http://chateauderatilly.fr/saison_expo_ete.html

l’exposition a lieu parallèlement à la grande rétrospective Claude Viallat affiche_viallat_large
au Musée Fabre de Montpellier (http://museefabre.montpellier-agglo.com/Visiter/Les_expositions/Viallat_une_retrospective), prévue du 28 juin 2014 au 2 novembre 2014.

“Né en 1936, Claude Viallat vit et travaille à Nîmes. Il est l’un des fondateurs de Supports/
Surfaces, mouvement d’avant-garde artistique qui éclot au début des années 70. Ce mouvement
éphémère questionne les moyens picturaux traditionnels comme la toile et le châssis.
Remettant en permanence le métier à son ouvrage, son œuvre foisonnante et multiple se
caractérise par le plaisir incarné de la peinture mouvementée, joyeuse, surprenante et vitale,
par la somptuosité de la couleur qui l’impose comme l’un des grands coloristes de l’histoire de
la peinture occidentale”. Le dossier de presse : http://chateauderatilly.fr/dp-CV-ratilly-expo-ete-2014.pdf

Cet ancien artiste de la galerie Fournier, a été exposé en 1972 lors de l’exposition bilan du Grand Palais sur l’art contemporain organisée par François Mathey.

Sur le site du musée Fabre, figurent les cartons d’invitation de la galerie de Jean Fournier, qui constituent un véritable historique des mouvements artistiques, des années 50 à aujourd’hui   :

imageJean Fournier défendit inlassablement la peinture face à l’émergence de l’art conceptuel, de la photographie ou de la vidéo. Acquis aux artistes nord-américains installés en France tel Jean-Paul Riopelle ou Joan Mitchell, Fournier présenta les groupes BMPT (Buren, Parmentier…) et Supports-Surfaces (Viallat…). Il fut également très lié avec Simon Hantaï et Sam Francis. Les choix de Jean Fournier iront toujours vers une peinture abstraite et radicale : économie de moyens, refus de virtuosité pour laisser la couleur prendre toute sa place et tout son sens.  En 2007, au moment de sa réouverture, le musée Fabre avait choisi de rendre hommage à Jean Fournier (1922-2006), collectionneur et marchand d’art qui a marqué de son empreinte la scène artistique parisienne des années 50 à aujourd’hui. A cette occasion, la galerie Jean Fournier a bien voulu laisser au musée le soin de numériser l’ensemble de ses cartons d’invitation, témoins des choix du galeriste.

http://museefabre.com/index.php/Etudier/Archives/Archives_privees/Cartons_d_invitation_de_la_galerie_Jean_Fournier