Archives mensuelles : mai 2014

L’art brut au FHA

Anic Zanzi, conservatrice à la Collection de l’Art Brut, participe au Festival de l’histoire de l’art, qui se tient jusqu’au 1er juin.
Anic Zanzi a parlé aujourd’hui des collections de Lausanne : « 1976-2014 : comment la Collection de l’Art Brut s’est-elle développée ? Alors qu’à son ouverture en 1976, la Collection de l’Art Brut compte près de 5000 œuvres, aujourd’hui l’inventaire en recense plus de 60 000. En 40 ans, l’institution a vu ses choix et ses modes d’acquisition évoluer dans un contexte qui s’est considérablement modifié, notamment ces dernières années. »
art brutL’exposition prochaine a pour titre :
L’Art Brut dans le monde,
à visiter à compter du 6 juin :
http://www.artbrut.ch/fr/21016/42/prochaines-expositions/l-art-brut-dans-le-monde

« Réunissant plusieurs créateurs du monde entier, l’exposition propose un tour du monde de l’Art Brut et de découvrir le fruit de plusieurs découvertes récentes : Machines à voler extravagantes de l’Allemand Gustav Mesmer, personnages découpés et coloriés par la Balinaise Ni Tanjung, animaux et esprits dessinés par l’Inuit Anarqaq, ces productions très surprenantes apportent une ouverture inédite sur la création qui transgresse toute classification habituelle ».

1974-2014 : Ils collectionnent, un premier bilan

affiche

P1020668

 

 

 

Moment anniversaire au festival d’histoire de l’art 2014 : 40 ans plus tôt en 1974 François Mathey organisait une exposition emblématique intitulée «  ils collectionnent« . Mon intervention sur ce thème sera mise en ligne très prochainement.

Le festival de FontaP1020674inebleau en 2015 aura pour pays invité les Pays Bas et pour thème l'(Im)matériel !

Le reportage audio – Fontainebleau, Festival de l’histoire de l’art  de la Tribune de l’Art :

Interviews d’Antoinette Lenormand-Romain, de Pierre Rosenberg et de François-René Martin à l’occasion de la première journée du Festival de l’histoire de l’art.

f9ae2e89ad35988e0687e973980f153aLa question d’une publication papier ou d’un enregistrement des conférences est à l’étude.

Une intéressante émission de radio sur « Le cerveau du collectionneur » à réécouter sur France Inter dans « la tête au carré », l’émission du mercredi 28 mai 2014 :

« Cartes postales, timbres, pots de yaourts, sable du bout du monde…Les collections sont aussi insolites que multiples ! Le collectionneur intrigue et fascine à la fois les psychiatres et les neurobiologistes », http://www.franceinter.fr/emission-la-tete-au-carre-le-cerveau-du-collectionneur

avec Jean- Pierre Changeux  : http://www.youtube.com/watch?v=LycLyc_zVJU

Otto Dix au Louvre Lens pour l’exposition « Les désastres de la guerre »

Otto Dix. La Guerre, bombardement de Lens, 1924, figure dans la magistrale exposition du Louvre Lens sur les  » Les désastres de la guerre. 1800-2014  » qui débute aujourd’hui :

lens otto dix

L’exposition (dont la commissaire est Laurence Bertrand Dorléac http://chsp.sciences-po.fr/chercheur-rattache/bertrand-dorleac ), est d’une telle richesse qu’il faudra revenir encore et encore sur ce qu’elle offre si généreusement à voir et à comprendre. http://www.louvrelens.fr/expositions

LENS ESPÈRE CONNAÎTRE AVEC SON ANTENNE DU LOUVRE LE MÊME SUCCÈS QUE BILBAO AVEC LE GUGGENHEIM

1936 – 1946 : oeuvres d’Otto Dix : « C’est beau… à en vomir… »

Otto Dix qui jeune aimait tant la guerre puis l’a si bien décrite dans toutes ses conséquences dans ses nombreuses œuvres, comme dans le triptyque  » La Guerre » réalisé entre 1929 et 1932 et conservé à Dresde, au Stadtmuseum http://www.stmd.de/ : dix_wartriptycha laissé des témoignages artistiques jusque là moins vus et moins connus : certains furent retrouvés dans une maison qu’il a habitée en 1936 sur la presqu’île d’Höri sur le lac de Constance : lac de constanceconstance 2« C’est beau… à en vomir… » Ces mots sont du peintre allemand Otto Dix, arrivé sur la presqu’île d’Höri en 1936 dans le Bade Wurtemberg.[…] Il s’installe dans une magnifique villa qui surplombe le Lac.  » Arrivé ici, Dix s’est retrouvé coupé de sa source d’inspiration, la ville et les laissés pour compte de la société urbaine. Alors il a décidé de peindre ce qu’il avait sous les yeux, des paysages ! « . Sven Beckstette est le conservateur d’un petit musée très spécial : le musée de la maison d’ Otto Dix à Hemmenhofen.  » Dix était intéressé par la proximité de la Suisse, juste de l’autre côté du lac. Comme cela, en cas de coup dur – il était considéré comme un artiste dégénéré par les nazis, ne l’oublions pas – il pouvait fuir » […] Otto Dix le fêtard, a décoré sa cave d’une fresque à l’occasion d’une fête de carnaval.  » La cave n’est ouverte qu’exceptionnellement au public. Elle est très humide, et les fresques pourraient être détériorées. Même si ces fresques ne sont pas extraordinaires, nous voulons les préserver »: « http://alsace.france3.fr/2013/08/17/otto-dix-hermann-hesse-sur-le-lac-de-constance-la-presquile-de-hori-est-un-refuge-pour-les-artistes-302653.html La maison-musée  (http://kunstmuseum-stuttgart.de/index.php?site=Museum_Haus_Dix;Das_Haus&id=25&1401297170# ) est gérée par le Kunstmuseum de Stuttgart :http://www.kunstmuseum-stuttgart.de/Bild: 10_1306_MHD_EOE_167_FB_082440.jpg

ottodixatelier
 
Atelier Otto Dix © Kunstmuseum Stuttgart
Photo Frank Kleinbach © VG

 

 

 

ottodixgraffitiottodixgraffiti2Photo Frank Kleinbach © VG Bildkunst Bonn

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Très récemment le musée privé d’Unterlinden  à Colmar ( http://www.musee-unterlinden.com/) a acquis une représentation du Christ : otto_dix-a2668Otto Dix (1891-1969) Tête de Christ, 1946 Huile sur bois –   Colmar, Musée Unterlinden Photo : Musée Unterlinden Vu sur la Tribune de l’Art :  » C’est bien malgré lui qu’Otto Dix passa plusieurs mois à Colmar, prisonnier de guerre entre avril 1945 et février 1946. Il multiplia alors les représentations du Christ – dessins ou peintures – incarnation des soldats sacrifiés et d’une humanité immolée. C’est de cette période que date la superbe tête offerte au Musée Unterlinden par la Société Stihlé, qui l’a acquise dans une vente aux enchères à Belfort le 23 novembre 2013. Sa facture et son style évoquent les maîtres anciens, Schongauer, Grünewald, une influence  que le Musée Unterlinden avait plus généralement analysée dans une exposition en 1996″ : http://www.latribunedelart.com/un-tableau-d-otto-dix-pour-le-musee-unterlinden hoeri-1_1174991386_35461449Otto Dix est mort à Hemmenhofen en 1969, il est enterré dans son cimetière. La toute petite église Saint Pierre de Katterhorn, construite en 1958, possède des vitraux que l’artiste dessinés pour les habitants de la presqu’île d’Höri.

François Mathey au prisme de trois critiques d’art

Le dernier numéro de la revue Critique d’art  n°42 (Hiver 2013/ Printemps 2014) est paru :

couvertureDans la rubrique « archives », je consacre un article à François Mathey au prisme de trois critiques d’art : Pierre Restany, Michel Ragon,  Gérald Gassiot-Talabot :

L’action de François Mathey au prisme de trois critiques d’art / François Mathey’s Programme, Through the Eyes of Three Art Critics.

Voici le sommaire de ce numéro : http://www.archivesdelacritiquedart.org/revue_critique_d_art/numeros/show/71

L’éditorial par Jean-Marc Poinsot : http://www.archivesdelacritiquedart.org/uploads/numero/editorial_pdf/71/Edito_42.pdf

A signaler l’intégralité des anciennes rubriques du dossier « Archives », en version bilingue en anglais, en ligne sur critiquedart.revues.org

Encore disponible :
– Photo_LinardMémorial socio-politique de Jacques Villeglé :
« Aux Critiques disparus » (2012), sur simple demande à : sylvie.mokhtari@archivesdelacritiquedart.org