Archives mensuelles : avril 2014

Vidéos d’art inattendues : Peter Zokosky et Courbet

Surprenante vidéo sur le site du Getty : l’artiste Peter Zokosky fait une démonstration assez convaincante des techniques  que Courbet  a pu utiliser pour peindre la Grotte Sarrazine : http://www.getty.edu/art/gettyguide/videoDetails?segid=3731

La  grotte Sarrazine, près de Nans-sous-Sainte-Anne, Huile sur toile – 50 x 60 cm – 1864. Los Angeles, Getty Museum :

sarrazine

Le site de Peter Zokosky : http://www.peterzokosky.com/

Les collections des musées d’art américains en ligne

En ligne sur Eduscol : http://eduscol.education.fr/histoire-geographie/actualites/actualites/article/les-collections-des-musees-dart-americains-en-ligne.html

La National Gallery of Art de Washington vient de mettre à disposition des internautes plus de 35 000 œuvres d’art téléchargeables légalement et gratuitement. En cochant dans le moteur de recherche la case « Open access available », les enseignants et les élèves auront accès aux ressources libres de droit qui pourront également être imprimées avec une haute résolution. Par exemple dix images d’œuvres pour Signac :

R-20100618-0085.jpg

Cette offre s’ajoute à celles d’autres musées américains qui avaient lancé ce mouvement depuis quelques mois :

 

 

 

  • Le musée Guggenheim
  •  voir notamment Explore our Archives, visit the Findings Blog for interesting highlights from the Library & Archives collection.

 

 

Tumulte Gaulois, réalités et représentations à Clermont-Ferrand

Une exposition consacrée aux Gaulois, tels qu’ils furent et tels qu’on les représente, Tumulte Gaulois, réalités & représentations, est programmée  du 20 juin au 23 novembre 2014 et présentée simultanément au musée Bargoin ( archéologie, tapis et arts textiles: http://www.clermont-ferrand.fr/-Musee-Bargoin-.html ) et au musée d’art Roger Quilliot de Clermont-Ferrand ( http://www.clermont-ferrand.fr/-Musee-d-art-Roger-Quilliot-MARQ-40-) : http://www.latribunedelart.com/exposition-tumulte-gaulois-a-clermont-ferrand  et http://www.calameo.com/read/000000209eafa4627e2d9

A la une : Affiche publicitaire Pneumatiques Le Gaulois
 Ets Bergougnan , vers 1880
 Lithographie sur papier
 Clermont-Ferrand, musée d’art Roger Quilliot
Photo : collection MARQpneumatiques_le_gaulois-5ae3a

Plusieurs prêts d’objets sont prévus : 

1) de la part du  British Museum, Londres : le Battersea Shield (bouclier de Battersea), entre 350 et 50 av. J.-C., bronze, verre. Trouvé à Londres dans la Tamise, probablement près du pont de Battersea,

http://www.britishmuseum.org/explore/online_tours/britain/war__art_in_iron_age_britain/battersea_shield.aspx

ps260149_l
le Waterloo Helmet (casque de Waterloo), entre 150 et 50 av. J.-C., bronze, alliage cuivreux, verre. Trouvé à Londres dans la Tamise, probablement près du pont de Waterloo ;Britishmuseumwaterloohelmet

2) de la part du  Museum Archäologischer Park, Wiesbaden (Allemagne) : une réplique de la statue coiffée du prince celtique du Glauberg ou The Keltenfürst, Ve siècle av. J.-C., réplique en résine ; des Coiffes du Glauberg, répliques  ;europe-glaubergprince

 

 

 

 

 

3) appartenant au musée des beaux-arts, Lausanne (Suisse) :  Vercingétorix rendant ses armes à César, 1858-1859, dessin au fusain sur papier ocre, de Charles Gleyre ( peintre français, d’origine suisse, né à Chevilly, dans le canton de Vaud : Voir le dossier pédagogique consacré à ce peintre d’histoire : http://www.bcu-lausanne.ch/wp-content/uploads/2013/05/dp-09.pdf) ;thumbnail

 

 

 

 

 

 

 

4) appartenant au Musée national suisse, Zürich (Suisse) : un Casque provenant de la tombe 119, âge du fer, bronze, nécropole de Giubiasco ; un Casque provenant de la tombe 32, âge du fer, La Tène D, fer, nécropole de Giubiasco ; une Fibule type Ornavasso (fibule arbalète), provenant de la tombe 80, âge du fer argent, nécropole de Giubiasco.
La nécropole de Giubiasco compte parmi les ensembles archéologiques les plus riches du sud des  Alpes. Elle a été fouillée – en partie sans contrôle scientifique – au début du XXe siècle ; le  Musée national suisse conserve les découvertes et la documentation faites à cette occasion. Cette  nouvelle publication de la nécropole propose, pour la première fois, une analyse complète et  synthétique de la documentation, des structures et du mobilier du cimetière :

978-3-0340-0758-0

http://www.nationalmuseum.ch/ci/sammlung/publikationen/archaeologie/giubiasco_2.pdf

http://www.chronos-verlag.ch/php/book_latest-new.php?book=978-3-0340-0758-0&type=Kurztext

Magritte a aussi été « impressionniste » ou « vache »

Le musée Magritte est situé dans le même ensemble que le musée fin de siècle près de la gare centrale de Bruxelles : http://www.musee-magritte-museum.be/Portail/Site/Typo3.asp?lang=FR&id=languagedetect

Un audio guide de qualité, fait partager une vie et des créations multiples  : toutes les périodes de création sont représentées, notamment la période impressionniste durant la guerre et l’Occupation et la période « vache » adoptée pour l’exposition provocatrice de 1948 à Paris. Les relations tumultueuses de Magritte avec André Breton ou de Magritte avec les communistes sont retracées avec humour à travers des commentaires sonores de l’artiste ou témoignages de ses amis Marcel Lecomte, Paul Nougé, E.L.T. Mesens, Camille Goemans, Louis Scutenaire, Irène Hamoir, Marcel Mariën
« 1930 • 1950:   Frappé par la crise économique des années trente, Magritte se consacre à ce qu’il appelle ses « travaux imbéciles », autrement dit son travail dans la publicité, qui est d’une importance capitale dans son appréhension de la notion d’image et de sa répétition. Cette période est également marquée par son rapprochement avec le Parti communiste de Belgique. Mis au banc par les nazis, Magritte se fait discret pendant la Seconde Guerre mondiale où il se lance dans le surréalisme en plein soleil, version impressionniste de sa peinture :

moisson

La Moisson (1943)

 

 

 

 

A la Libération, il renoue de façon ambiguë avec Paris en exposant la série dite de la période vache :  http://www.musee-magritte-museum.be/Portail/Site/Typo3.asp?lang=FR&id=languagedetect

wpid-1226009078image_webRené Magritte
L’Ellipse (The Ellipsis), 1948
Oil on canvas, 50,3 x 73 cm
Royal Museum of Fine Arts of Belgium, Brussels
© Charly Herscovici, London 2008 / c/o ADAGP, Paris

 

 

 

interieur5
Tableaux figurant dans la salle  » période vache ».

 

Alexandre Iolas son galeriste, a manifestement pesé sur la production ultérieure de l’artiste  et orienté le style de Magritte vers ces grandes compositions qui séduisaient davantage le public et les mécènes.

 

A la une : René Magritte – Souvenir de voyage (Memory of a journey) 1955

Memory-of-a-Journey-1955

 

Villa Art Déco : la maison musée Van Buuren

Une autre maison musée privée à Bruxelles dont les jardins sont également exemplaires : la maison musée Van Buuren: la collection de peintures parcourt cinq siècles d’histoire de l’Art; Maîtres flamands et italiens du 15ème au 19ème s., dont plusieurs huiles des deux fils de P.Bruegel, une École de Rembrandt, Guardi, Fantin-Latour, Ensor ou Van Gogh. Au 20ème s., Signac,Van Dongen, Foujita, M.Ernst et l’école belge de C. Permeke, R.Wouters, G. Desmet et autres : http://www.museumvanbuuren.be/oeuvres.php

Les objets Art déco sont nombreux : certaines pièces ont notamment été acquises lors de l’Exposition universelle de 1925 comme ce lustre :  ima_5044ee38e547c

ima_5044edc59afd5

David van Buuren fut seul mécène de G. van de Woestyne, précurseur du surréalisme. La maison abrite 32 de ses tableaux.

ima_5044ea3c3ac41

Cette œuvre de Van Dongen ne figure plus dans la collection, elle a été volée.ima_5044e9a348936

C’est dans la maison même où vécurent les Van Buuren qu’est établi un musée à leur nom. David (1886-1955), d’origine hollandaise, s’installe à Bruxelles en 1909. Sa carrière financière s’inscrit parmi les grands événements sociaux, politiques et économiques mondiaux du XXème siècle. 

Les jardins accueillent actuellement une exposition originale : http://www.museumvanbuuren.be/home.php

expo-jardins-fr