Archives mensuelles : mars 2014

Exposition à la BnF : de Picasso à Jasper Johns. L’atelier d’Aldo Crommelynck

du 8 avril 2014 au 13 juillet 2014 sur le site François-Mitterrand / Galerie François Ier

« L’imprimeur en taille-douce, ( 1931-2008), Aldo Crommelynck a contribué au renom de Paris dans le domaine de l’estampe. Après s’être initié à la gravure auprès du maître-imprimeur Roger Lacourière, il ouvrit un atelier à Montparnasse en 1956, dans lequel vinrent travailler Tal Coat, Juan Miro,Le Corbusier, Alberto Giacometti, André Masson, Georges Braque… Son frère cadet, Piero, vint alors le rejoindre. En 1963, les frères Crommelynck installèrent à Mougins un atelier proche de la maison de Picasso et travaillèrent dès lors presque exclusivement avec lui. Leur entière disponibilité poussa Picasso dans une véritable frénésie de création graphique. En 1969, l’atelier parisien fut déplacé rue de Grenelle : vinrent y travailler notamment Avigdor Arikha, Sam Szafran, Yuri Kuper, George Condo. À la suite de Richard Hamilton, l’atelier commença à être également fréquenté par des artistes étrangers, majoritairement anglais et américains, attirés par le renom de l’imprimeur de Picasso : parmi ces derniers, David Hockney, Peter Blake, Jim Dine, Ed Ruscha, Jasper Johns, Donald Sultan…Vinrent également les artistes italiens de la Transavant-garde Cucchi et Clemente, l’Allemand Penck, le Suisse Martin Disler. À partir des années 1980, Aldo Crommelynck partagea son temps entre Paris et New York jusqu’à la fin de sa carrière, travaillant notamment pour les éditions Pace. À tous les artistes de renommée internationale avec lesquels il a travaillé, Aldo Crommelynck a demandé de signer des épreuves pour la Bibliothèque nationale de France, contribuant ainsi, de façon exceptionnelle, à l’enrichissement des collections ».

http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/anx_expositions/f.picasso_crommelynck.html

Souvenir de cette frénésie « tout court » de Picasso exposée en 2006 au musée de la vie romantique à Paris, rue Chaptal :

Pablo Picasso né en 1881 est alors très âgé. De mars à octobre 1968,
puis en 1970 et 1971, il exécutera plus de 750 gravures parmi  lesquelles les célèbres suites 347 et 156 : http://www.deedeeparis.com/blog/picasso-au-musee-de-la-vie-romantique

 Le catalogue :

« Lorsque le jeune graveur Piero Crommelynck installe, avec son frère Aldo, son atelier de gravures à Mougins au début de l’été 1963, Pablo Picasso a 82 ans. De 1966 à 1972, Picasso y exécutera plus de 750 gravures parmi lesquelles « Le Cocu magnifique » (1966), la célèbre Suite 347 (1968) avec la série emblématique des vingt cuivres érotiques, Raphaël et la Fornarina et la non moins fameuse Suite 156 (1968-1972). Cette production considérable repose sur la confiance absolue que Picasso eut avec les frères Crommelynck au soir de sa vie. La disponibilité de Piero, le prince des graveurs, lui permit de travailler dans des conditions propices à toutes les innovations, pour transcrire sur cuivre les motifs récurrents de l’amour charnel à travers son imaginaire. Ces dialogues d’atelier regroupent plusieurs huiles monumentales, les nombreux portraits dessinés du graveur et sa famille – la plupart inédits – et environ 80 planches gravées, qui permettent de bien percevoir la noblesse du travail souverain de Piero Crommelynck, disparu en 2001. » http://www.bmvr.marseille.fr/in/faces/details.xhtml?id=p::usmarcdef_0000948916

9782879009490

Une ballade au musée : https://www.youtube.com/watch?v=KKaHRhK-TYE

Avant que de redécouvrir le musée Picasso tel qu’en lui -même en juin prochain et ses archives : http://www.sortiraparis.com/arts-culture/balades/articles/68174-le-musee-picasso-de-paris-a-redecouvrir-des-juin-2014

 

La parité malmenée dans les grands musées

La parité est malmenée dans les grands musées nord-américains nous apprend  Kate Deimling dans Le Journal des Arts – n° 410 – 28 mars 2014 – « Les femmes sont beaucoup moins nombreuses que les hommes à diriger les plus grands musées nord-américains et leur salaire est moins élevé ».

Un rapport sénatorial français rappelait les inégalités existantes en France : http://www.senat.fr/notice-rapport/2012/r12-704-notice.html

Un texte de Cécile Gladel du 7 mars 2014,  fait le point pour le Québec : « Au Québec, plusieurs femmes sont à la tête d’institutions muséales. Nathalie Bondil a été la première femme à la direction du Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM)  : http://www.mbam.qc.ca/expositions/a-venir

Originaire de la France, elle peut constater la différence entre les deux pays. « Le Québec est beaucoup plus sensible à la situation des femmes. Ici, elles dirigent de nombreux musées. En France, on n’aime pas parler de ça, mais la ministre de la Culture française, Aurélie Filippetti, a souligné sa volonté d’imposer la parité »: http://www.culturecommunication.gouv.fr/Actualites/En-continu/Pour-une-veritable-egalite-entre-les-hommes-et-les-femmes

« Si Thérèse St-Gelais, professeure au Département d’histoire de l’art à l’UQAM, concède que les femmes sont très présentes à la tête des musées québécois et que la situation s’améliore, elle souligne que l’exposition sur les artistes importants de l’histoire du Québec au Musée national des beaux-arts du Québec n’inclut aucune femme. « On a quatre hommes.[. ..] La situation au Québec n’a pas toujours été aussi rose. En 2003, le Musée d’art de Joliette présentait l’exposition L’école des femmes, 50 artistes canadiennes au musée. À cette occasion, France Gascon, directrice du musée, expliquait que le domaine des arts visuels est demeuré plus longtemps un bastion masculin que d’autres formes d’art. L’histoire des femmes en arts visuels est relativement récente, soulignait France Gascon dans un reportage de ICI Radio-Canada » : http://archives.radio-canada.ca/arts_culture/arts_visuels/clips/9151/

Site du Musée d’art de Joliette : http://www.museejoliette.org/fr/expositions/en_cours_au_maj

« Les chiffres de l’Association des directeurs de musées d’art :  •42 % des directeurs de musées sont des femmes en Amérique du Nord,  •48 % pour les musées qui ont un budget inférieur à 15 millions  •24 % pour les musées qui ont un budget supérieur à 15 millions » : http://m.radio-canada.ca/nouvelles/arts_et_spectacles/2014/03/07/004-femmes-artsvisuels-8mars.shtml

 

José-Maria de HEREDIA (1842-1905) – Bretagne

Bretagne

Pour que le sang joyeux dompte l’esprit morose,
Il faut, tout parfumé du sel des goëmons,
Que le souffle atlantique emplisse tes poumons ;
Arvor t’offre ses caps que la mer blanche arrose.

L’ajonc fleurit et la bruyère est déjà rose.
La terre des vieux clans, des nains et des démons,
Ami, te garde encor, sur le granit des monts,
L’homme immobile auprès de l’immuable chose.

Viens. Partout tu verras, par les landes d’Arèz,
Monter vers le ciel morne, infrangible cyprès,
Le menhir sous lequel gît la cendre du Brave ;

Et l’Océan, qui roule en un lit d’algues d’or
Is la voluptueuse et la grande Occismor,
Bercera ton cœur triste à son murmure grave.

Brise marine

L‘hiver a défleuri la lande et le courtil.
Tout est mort. Sur la roche uniformément grise
Où la lame sans fin de l’Atlantique brise,
Le pétale fané pend au dernier pistil.

Et pourtant je ne sais quel arôme subtil
Exhalé de la mer jusqu’à moi par la brise,
D’un effluve si tiède emplit mon cœur qu’il grise ;
Ce souffle étrangement parfumé, d’où vient-il ?

Ah ! Je le reconnais. C’est de trois mille lieues
Qu’il vient, de l’Ouest, là-bas où les Antilles bleues
Se pâment sous l’ardeur de l’astre occidental ;

Et j’ai, de ce récif battu du flot kymrique,
Respiré dans le vent qu’embauma l’air natal
La fleur jadis éclose au jardin d’Amérique.

Marine (Le Port de Lorient), huile de Berthe Morisot (1841-1895)

Berthe-Morisot-Marine-The-Harbor-at-Lorient-

 

 

 

 

Blog littéraire sur les artistes et la Bretagne : http://enfinlivre.blog.lemonde.fr/2010/10/10/jose-maria-de-heredia/

Les peintres de la Bretagne, Éditions Palatines, 2011 : http://enfinlivre.blog.lemonde.fr/2011/12/13/les-peintres-de-la-bretagne/

Les-peintres-de-la-Bretagne1

 A la une : Odilon Redon – Village breton

I don’t think in any language. I think in images

I don’t think in any language. I think in images.  » Nabokov a exprimé à de nombreuses reprises sa passion pour les arts visuels et, en particulier, la peinture […]. Le passé s’offre d’emblée comme une image, un artefact peint ».  Extrait du très intéressant article de Laure de Nervaux-Gavoty , intitulé

« De l’exposition à la décomposition prismatique : art de la mémoire et arts visuels dans Speak, Memory de Vladimir Nabokov ».

Référence électronique :

Laure de Nervaux-Gavoty, « De l’exposition à la décomposition prismatique : art de la mémoire et arts visuels dans Speak, Memory de Vladimir Nabokov », Sillages critiques [En ligne], 17 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 31 mars 2014.

URL : http://sillagescritiques.revues.org/3415

nabokovNabokov (« Portrait de l’artiste en jeune homme », photo de Jean Vong): http://www.jeanvong.com/

Le cyclop ouvre un œil en avril

Une sculpture de 22,50 mètres et de 350 tonnes d’acier : cette œuvre collective créée à partir de 1969, à l’initiative de Jean Tinguely est à nouveau visible à partir d’avril.

À Milly-la-forêt au milieu des bois, une tête appelée Cyclop, abrite un nombre important d’œuvres, conçues par les amis de Jean Tinguely : une colonne de Niki de Saint Phalle, une accumulation de gants composés par Arman et un pénétrable sonore de Jesus-Rafael Soto, une œuvre de César, une cheminée du Centre Pompidou… L’œil du cyclop est toujours en mouvement.

Description de l’oeuvre au CNAP : http://www.cnap.fr/le-cyclop-de-jean-tinguely

À Milly : http://www.millylaforet-tourisme.com/Le-Cyclop

Le programme : http://www.lecyclop.com/Programmation-program

Actuellement en Suisse, au musée Tinguely  : une exposition Objets ludiques – L’Art des possibilités :

http://www.tinguely.ch/fr/ausstellungen_events/aktuell_und_vorschau.html