Archives mensuelles : février 2014

Numériser les archives contemporaines : la TGIR Huma-Num.

Signalons un nouveau carnet d’hypothèses.org : http://humanum.hypotheses.org

Ce carnet du CNRS a pour ambition d’ouvrir un espace de convergence d’informations relatives aux activités de la TGIR (Très grand instrument de recherche) et de ses consortiums.

Archives des mondes contemporains (arcmc) est un consortium qui a pour objet “ la création d’un instrument de recherche collectif qui permette de répondre aux problèmes qui découlent de la nature même des archives de la période contemporaine (XIXe-XXe siècle) qui sont caractérisées tout à la fois par leur masse, l’hétérogénéité des supports (du papier au microsillon en passant par la photographie ou les disquettes informatiques, CD-rom et les supports vidéo anciens et récents), leur fragilité, la diversité de leur statut juridique (public ou privé), et la dispersion des lieux où elles sont conservées”.

 Un exemple : le fonds des archives industrielles des Établissements Vairet-Baudot : “La briqueterie Vairet-Baudot est une ancienne usine de production céramique installée au cœur de ce qu’on appelait au début du XXe siècle la « Vallée de la céramique ». Les premiers bâtiments sont édifiés en 1893, les plus récents en 1920. L’entreprise, créée par Jean-Baptiste Baudot, puis dirigée à partir de 1896 par son gendre Ernest Vairet, s’est spécialisée dans la fabrication de briques de pavage et de produits anti-acides destinés à l’industrie chimique. L’usine connaît son apogée durant la Première Guerre mondiale, employant alors une centaine d’ouvriers, et ferme ses portes en 1967, date à partir de laquelle l’usine est abandonnée au vandalisme, à la rouille et à la végétation ” [Source : http://www.ecomusee-creusot-montceau.fr/spip.php?rubrique63] En 1995, l‘Écomusée du Creusot-Montceau devient propriétaire de ce qui est devenue une épaisse friche industrielle. Il lance ensuite un chantier de restauration”. 

Un fonds d’archives industrielles classé et en partie numérisé :http://arcmc.hypotheses.org/840

 

 

Retour de la fresque murale de Keith Haring à Barcelone

Elle faisait partie de la Barcelone disparue : http://barcelofilia.blogspot.fr/2011/10/mural-contra-la-sida-keith-haring-pl.html

25 ans plus tard, après restauration de cette fresque contre le sida, sa remise en place dans la ville est prévue : elle retourne dans les rues de Barcelone, cette fois pour y rester, à proximité du Musée d’Art Contemporain de Barcelone (MACBA ) qui la conservait jusque là:
  Mural de Keith Haring en Barcelona 25 años después del original : http://www.rtve.es/m/alacarta/videos/telediario/reproduccion-del-mural-keith-haring-barcelona-25-anos-despues-del-original/2399147/?media=tve

 

Cartier-Bresson : une nouvelle exposition du 12/02/2014 au 09/06/2014

Où a-t-il fait sa première exposition à Paris ? Au musée des Arts décoratifs en 1955 avec François Mathey et  Robert Delpire. 15 jours seulement pour le photographe alors peu connu. Il exposera à nouveau dans le même musée dix ans plus tard en 1966. Entretemps la photographie et le photographe seront connus et légitimés au musée.

cartier bresson

http://www.ina.fr/video/CPD12002955/le-siecle-de-cartier-bresson-video.html

http://www.centrepompidou.fr/cpv/agenda/expositions?agenda.dateCal=22-10-2013

” Dix ans après la disparition de l’artiste, le Centre Pompidou consacre au photographe français Henri Cartier-Bresson, figure emblématique de l’art moderne, la première grande rétrospective présentée en Europe, événement particulièrement attendu dans le monde de la photographie. En réunissant plus de trois cent cinquante tirages, films, documents et archives, cette exposition inédite propose une relecture des grands événements du XXe siècle à travers le regard de celui que l’on surnomme « l’oeil du siècle » : du Surréalisme à la Guerre froide, en passant par la guerre d’Espagne, la Seconde Guerre Mondiale et la décolonisation” :http://www.exponaute.com/expositions/8140-henri-cartier-bresson/

Picasso “Persona non grata”

Au fameux restaurant le Four Seasons créé en 1959 au sein du building de Mies van der Rohe, le Seagram de New York, est installée une oeuvre de Picasso : “le tricorne” un rideau de scène créé pour  le ballet éponyme de Manuel de Falla. La chorégraphie est de Léonide Massine et  Picasso a conçu les décors et les costumes en 1919. Philip Johnson a intégré l’œuvre dans sa conception du restaurant.
L’oeuvre est fragile et doit être restaurée mais l’actuel propriétaire du restaurant n’en veut plus : il a ses propres collections et Picasso est “persona non grata” ! Parce que ” Le Tricorne ” est une peinture , ce n’est pas une partie physique du Seagram Building . Si elle est sous la protection de la ville de New York, le propriétaire du restaurant peut le déplacer et risque de l’abîmer voire de le détruire : Le MoMA a proposé de garder ” Le Tricorne ” non pour l’exposer mais pour le protéger. L’affaire a été portée devant la justice et un membre de la cour suprême à New York a ordonné que l’on ne déplace pas l’œuvre dont le sort doit être jugée le 11 mars. Le magistrat déclare qu’il “ne veut pas être celui qui a détruit un Picasso”!

“Pablo Picasso’s most readily accessible painting isn’t in a museum. It hangs in a New York restaurant—a restaurant that is housed in a building whose owner reportedly thinks that the painting is a piece of junk and wants to get rid of it. “Le Tricorne” is a 19-foot-tall canvas that Picasso painted in 1919 for Sergei Diaghilev’s Ballets Russes. It was originally used as a curtain for “The Three-Cornered Hat,” a now-classic ballet composed by Manuel de Falla and choreographed by Léonide Massine for which Picasso designed the sets and costumes. John Richardson, Picasso’s biographer, considers the décor for the ballet to be his “supreme theatrical achievement,” and the curtain is a priceless relic, one of the last surviving souvenirs of the most influential ballet company of the 20th century. Forty years after Picasso painted it, Philip Johnson incorporated “Le Tricorne” into his plans for the Four Seasons Restaurant, which is located in Mies van der Rohe’s Seagram Building, a 38-story skyscraper that is itself a classic of modern architecture. Ever since the Four Seasons opened in 1959, “Le Tricorne” has hung in the entryway, where it can be seen not only by patrons but by passers-by. The interior of the Four Seasons was designated as a landmark in 1989, meaning that it can’t be altered without official approval […] The Museum of Modern Art has offered to store “Le Tricorne” but not to display it, and art conservators believe that the painting, which is brittle, can’t be moved without destroying it.[…] Justice Matthew F. Cooper of the New York State Supreme Court issued a temporary injunction last Friday preventing RFR Holding from moving the painting, which had been scheduled to be taken down two days later, until the case can be heard on March 11. “I don’t want to be the judge who has a Picasso destroyed,” he said” :

http://online.wsj.com/news/articles/SB10001424052702304104504579375293785466778?mod=e2tw

Des costumes et  décors de Picasso pour les ballets russes ont été exposés au musée des Arts décoratifs en 1939. La bibliothèque des Arts décos conserve à ce  propos un fonds important à propos et lui consacrera le 11 mars prochain une conférence dans le cadre des rencontres « Petits trésors et autres découvertes » : http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/bibliotheque/

ballets-russesCostume de chinois du Ballet « Parade », aquarelle de  Picasso. Programme des Ballets Russes, 1917© DR