Archives mensuelles : décembre 2013

Démocratisation culturelle, décentralisation culturelle

Deux séminaires sur ce sujet : celui du Comité d'histoire du ministère de la culture :

"Une histoire de la démocratisation culturelle et de ses mises en œuvre politiques est-elle possible ? C'est la réflexion que le Comité d'histoire a souhaité poser dans le cadre de son séminaire. Ce programme qui se poursuit en 2014 consacrera le 20 janvier et 10 février deux séances sur l'action culturelle et l'éducation populaire puis il abordera les industries culturelles au cours des séances de 17 mars, 7 avril et 5 mai.

Pour en savoir plus  :
http://www.culturecommunication.gouv.fr/Ministere/Les-services-rattaches-a-la-Ministre/Comite-d-histoire/Actualites-du-Comite-d-histoire/Programme-en-cours-La-democratisation-culturelle-au-fil-de-l-histoire-contemporaine

Informations pratiques :
Ces séances se tiendront de 14h00 à 18h00 du 20 janvier 2014 au 5 mai 2014 à Sciences Po Paris, 56 rue Jacob, 75006 Paris, salle de conférences (rez-de-chaussée).
Durée : séances d'une demie-journée chacune, interventions limitées de 20 à 30 minutes
Accès libre après inscription préalable auprès de comitehistoire@culture.gouv.fr

Par ailleurs, comme la décentralisation culturelle participe à la démocratisation culturelle (en tous les cas on peut le souhaiter), signalons le colloque Décentralisation et culture. Quel devenir pour les politiques publiques?  qui s’est tenu Nantes les 23 & 24 octobre 2013 à l’initiative de l’Observatoire des Politiques Culturelles,

Le carnet d’hypothèses http://enigmes.hypotheses.org/ d’Alain Faure, chercheur en science politique au CNRS, propose  une note de synthèse sur l’Atelier 1 intitulé Quelles politiques culturelles dans un cadre de coopération territoriale renforcé: QUEL HORIZON INTERTERRITORIAL POUR LES POLITIQUES CULTURELLES?

http://enigmes.hypotheses.org/1147

Hommage familial au galeriste Jean-François Jaeger

C’est le journal L’Alsace qui en parle le mieux :
” Jean-François Jaeger, galeriste par devoir. À 23 ans, le Strasbourgeois Jean-François Jaeger était catapulté à la direction de la très prestigieuse galerie Jeanne Bucher à Paris. Il fête aujourd’hui ses 90 ans et ouvre encore chaque jour les portes de « sa » maison” :
http://www.lalsace.fr/actualite/2013/11/25/jean-francois-jaeger-galeriste-par-devoir
Cet ancien galeriste de Jean Dubuffet à partir de 1964, (après Daniel Cordier) a longuement fréquenté le conservateur Mathey qui a exposé plusieurs artistes de sa galerie : Roger Bissière, l’ Américain Mark Tobey, Dubuffet bien sûr, de 1960 à 1978. Mathey rédigera plusieurs préfaces pour des artistes moins connus et exposés à la galerie comme Dodeigne en 1964 et une monographie pour Hans Reichel : http://www.jeanne-bucher.com/galerie/index.php?option=com_content&task=view&id=57&Itemid=49

Sa fille Véronique rend hommage au patriarche en exposant dans les deux galeries familiales des artistes majeurs des années 1950 à 1970 mais pas seulement : http://www.jeanne-bucher.com/galerie/index.php?option=com_content&task=blogcategory&id=46&Itemid=81
“Matière et Mémoire. La demeure du patriarche”, jusqu’au 25 janvier  2014.

Qu’est-ce que l’Atelier numérique de l’histoire ?

L’ Atelier numérique de l’histoire est un ensemble d’outils collaboratifs pour la recherche et l’enseignement de l’histoire, créé à Lyon. Il est directement inspiré par le site History Engine de l’Université de Richmond en Virginie. L’objectif de cette entreprise est de donner aux étudiants l’opportunité d’apprendre l’histoire en pratiquant le métier d’historienne et d’historien (recherche, écriture et publication).

Le résultat est une collection de productions, accessibles en ligne. Le projet de l’Atelier numérique de l’histoire est d’utiliser les outils numériques pour l’enseignement et la recherche de l’histoire, tant pour les étudiants que pour les enseignants-chercheurs et de montrer aux lecteurs non universitaires comment le numérique transforme les manières de faire de l’histoire. Cet outil permet d’aborder l’histoire de manière plus créative et plus collaborative tout en conservant toutes les exigences auxquelles l’historienne ou l’historien doit répondre :

http://atelier-histoire.ens-lyon.fr/AtelierHistoire/pages/home

Établissements utilisant l’Atelier numérique de l’histoire

Une exposition historique sur “Les Paris de l’industrie (1750-1920)” (5 décembre – 7 janvier 2014)

Pourquoi Paris est devenu une ville industrielle au XIXe siècle ?

Une exposition scientifique très documentée est actuellement consacrée au passé industriel de la capitale parisienne.
“À la fin du XVIIIe siècle, l’entrée de la France dans l’ère industrielle est un bouleversement de très grande ampleur, bien souvent réduit au déclin de l’artisanat manuel. En réalité, cette révolution est non seulement technique mais aussi politique et culturelle. Concrètement, l’industrie s’ancre dans l’espace des villes de manière plus visible, mais aussi parfois conflictuelle avec les autres formes d’activités urbaines. Comprendre les enjeux et les formes de cette insertion parfois conflictuelle dans l’espace parisien, des paris de l’industrie, est l’objectif de cette exposition. Le parti pris est celui d’un parcours chrono-thématique en cinq parties qui en reprenant les principales étapes de l’industrialisation dans l’espace parisien montre les modalités de cette greffe industrielle dans la ville jusqu’à l’entre-deux-guerres.
L’exposition s’appuie sur quelque 400 documents dont une centaine d’originaux. La collaboration du commissaire et des scénographes permet de proposer une exposition vivante et graphique, mêlant dessins, gravures, peintures, photographies, maquettes, films, pour certains inédits, soulignant la multiplicité des sources existant sur cette période” : https://quefaire.paris.fr/fiche/75153_les_paris_de_l_industrie_1750_1950

Au réfectoire des Cordeliers, 15, rue de l’Ecole de Médecine, Paris, 7506. L ‘exposition s’accompagne d’un programme de conférences, vous pourrez les écouter à partir de ce lien :

http://www.paris.fr/politiques/histoire-et-patrimoine/comite-d-histoire-de-la-ville-de-paris/cycle-de-conferences-paris-de-l-industrie-comite-d-histoire/rub_9317_stand_135960_port_22755

 Dépliant du cycle de conférences à consulter au format pdf

4 octobre – Paris au risque de l’industrie
Thomas Le Roux (CNRS, Maison Française d’Oxford) le commissaire de cette exposition :  Consultez le diaporama diffusé lors de la conférence

11 octobre – Les grandes usines à Paris : les exemples de la manufacture des tabacs et de l’usine Citroën
Paul Smith (Ministère de la Culture) ECOUTEZ LA CONFERENCE   Consultez le diaporama

 

 

Drouot vend des dieux amérindiens aux enchères

hopis-masques-2224323-jpg_1933843_480x209Deux articles du journal Le Point appellent l’attention sur la vente à Drouot (Paris) le 9 décembre d’objets sacrés d’une tribu amérindienne :

http://mobile.lepoint.fr/culture/masques-hopis-dieux-aux-encheres-08-12-2013-1765994_3.php

Le masque “Mère corbeau” vendu le 9 décembre à Drouot. Arnaug Guillaume / AFP

http://mobile.lepoint.fr/culture/masques-hopis-les-etats-unis-veulent-suspendre-la-vente-07-12-2013-1765918_3.php?type=acc

Voir également :

http://www.france24.com/fr/20130410-indiens-hopis-vente-encheres-masques-drouot-neret-minet-tessier-sarrou-etats-unis

“Pour les Hopis, qui sont environ 18 000, répartis dans 12 villages dans le nord de l’Arizona, ces objets faits de cuir ou de bois, ornés de crin de cheval ou de peintures, ne sont en effet pas considérés comme de l’art, mais comme des êtres vivants qui n’auraient jamais dû quitter leur territoire. ‘Ils permettent de personnifier des esprits, les ‘Kachinas’, qui vont faire venir la pluie ou encore permettre la fécondité. Ils sont utilisés dans un cadre religieux. Ce sont des amis”, précise à FRANCE 24 l’anthropologue Patrick Pérez, auteur de “Les Indiens Hopi d’Arizona : six études anthropologiques” (éd. L’Harmattan, 2004).”Perez-Patrick-Les-Indiens-Hopi-D-arizona-6-Etudes-Anthropologiques-Livre-896268772_ML

La justice a débouté à deux reprises l’association “Survival International”, qui contestait la vente d’objets sacrés d’une tribu amérindienne. L’ambassadeur des USA en France demande la suspension de la vente pour que la tribu dont proviennent ces œuvres identifie les objets cultuels à retirer de cette vente.

Si certains objets peuvent être échangés sur le marché (comme les petites poupées Kachina donnés aux enfants amérindiens et, pendant des années, vendus aux touristes), d’autres en revanche n’ont rien à y faire bien que ces ventes soient en Europe, comme aux Etats-Unis, légales : pour l’historienne Joëlle Rostkowski, spécialiste des Indiens d’Amérique et enseignante à l’EHESS, ces masques sont portés lors des rituels par des danseurs qui abritent alors en eux les esprits. Ils ne sont pas montrés en dehors de ces occasions.

Le catalogue Drouot :
http://catalogue.drouot.com/html/d/index.jsp?id=17979

L’avocat français de Survival International, Pierre Servan-Schreiber précise : “Nous avions travaillé à une définition des objets cultuels qui pourraient être interdits à la vente :

– qu’ils soient issus d’une communauté d’hommes qui les considère comme absolument essentiels à sa culture ;

– que cette communauté soit toujours existante ;

– qu’ils appartiennent non à un individu, mais à la communauté qui s’en prévaut ;

– qu’enfin ils ne puissent être trouvés et achetés dans le commerce”.

“La réponse qui nous a été donnée, ajoute-t-il, revient à nous sommer de ne pas revenir au tribunal une troisième fois”.

“Aux aspects juridiques s’ajoutent, ici, des enjeux éthiques, note Joëlle Rostkowski. L’Icom (International Council of Museums), qui traite des questions de déontologie dans les musées, se pose par exemple la question de l’attitude à adopter envers ce type d’objets”. La France, qui a restitué ces dernière années à la Nouvelle-Zélande des têtes maories appartenant à des collections publiques, est d’ailleurs elle-même confrontée à ces enjeux.”

A la une : Des masques censés être vendus aux enchères le 9 décembre 2013. Arnaud Guillaume / AFP

Le temps où les surréalistes collectionnaient ces masques avec émotion est  passé mais ces œuvres religieuses ont, comme d’autres objets cultuels des sociétés dites primitives, grandement inspiré la création de l’entre-deux guerre et durant l’après- guerre :

Miro conservent dans son atelier de Palma de Majorque des poupées Kachina :

http://www.fondation-hermitage.ch/fileadmin/user_upload/presse/2013_Miro/MIRO_dossier_de_presse_ok_01.pdf

“Une fois installé dans son atelier, Miró cherche à apprivoiser ce nouveau lieu de travail et à stimuler sa créativité. Pour cela, il y accumulera sans cesse des éléments naturels et artificiels: cartes postales, coupures de journaux, cailloux, papillons, coquillages, siurells (sifflets-statuettes en terre cuite, typiques de l’artisanat majorquin), jouets, kachina (figurines en bois peintes) des Indiens Hopi ou encore masques d’Océanie.”

Voir à ce propos l’ouvrage de Rémi Labrusse sur Miró : Rémi Labrusse, Miró : un feu dans les ruines, Paris, Hazan, 2004.

Sur cet ouvrage, lire l’article  de Maria Stavrinaki paru dans la revue Perspective : http://perspective.revues.org/1053 : “Modernité préhistorique : techniques d’« auto-imitation » et temporalités à rebours chez Max Ernst et Joan Miró”, Prehistoric modernity: techniques of “self-imitation” and reverse temporalities in work by Max Ernst and Joan Miró, Maria Stavrinaki, p. 574-579

“Le travail de Miró entrait en résonance, comme l’écrit Labrusse, avec « la poésie […], la psychanalyse et l’anthropologie », conférant « à l’activité imaginative et plastique des enfants une puissance de fascination singulière, quoique vague, en communication directe et grave avec un chaos originel obscur dont la civilisation occidentale aurait méthodiquement – mais vainement – voulu occulter la besogne toujours menaçante » (Labrusse, 2004, p. 67).