Archives mensuelles : octobre 2013

Le papier découpé, un art populaire « transcendant »

Appelés canivets s’ils sont créés au canif, les papiers découpés relèvent d’une tradition millénaire en Chine et ont traversé les siècles en Europe, les couches sociales et même les genres. Ils ont tantôt été créés par des détenus, des nonnes, des paysans et des bourgeois aussi. Leur parcours a de quoi surprendre car l’art est difficile et minutieux, il demande de la patience, il est de l’ordre de l’intime, de la création modeste, humble, il s’offre. Il naît en maintes occasions, se manifestent lors de célébrations et aborde de nombreux thèmes : la religion et plus particulièrement le Christ, mais aussi les mariages, les fêtes ou les anniversaires.
L’ouvrage qui vient de paraitre est richement illustré et rappelle l’histoire de cet art populaire qui a pu transcender les genres, les classes sociales et les frontières.  Son auteure Felicitas Oehler, préside l’association suisse du découpage. Le parcours chronologique de son livre est centré sur l’Europe, plus particulièrement l’Allemagne et la Suisse, mais cette tradition existe aussi dans les régions de Lyon et de Besançon.

Parmi les premières créations mises en valeur, les images à décor de dentelles et les premiers canivets ( du XVIIe et de la fin du XIXe siècles). Cet art a ses collectionneurs, passionnés, ses galeries, ses expositions et ses rares musées. François Mathey, lui même collectionneur, les accueille dans son musée lors de deux expositions qui font date : « Ils collectionnent » en 1974 et « Artiste, Artisan ? » en 1977. A titre d’exemple, l’association  » trésors de ferveur » a sa propre collection de plus de 240 objets réunis depuis sa création, et gère une collection privée de plus de 4000 objets et 1500  “images de missel” comprenant, entre autres des reliquaires domestiques, des souvenirs de couvents, de pèlerinage et des canivets.

Felicitas Oehler décrit longuement dans son ouvrage les silhouettistes allemands et l’art de Johann Jacob Hauswirth (décédé en 1964), précurseur du découpage sur papier à sujet alpestre. Parmi les artistes présentés, Jean Huber, officier et juriste, peintre, graveur sur cuivre, et découpeur de papier, qui fut l’ami de Voltaire. Enfin,  notons la présence de nombreuses femmes au sein de la toute dernière génération de créateurs.

Le match perdu des néo conceptuels face à la « peinture/ peinture »

Le sociologue Alain Quemin a publié récemment un ouvrage relatif au classement des artistes qui révèle que ceux qui dominent aujourd’hui le marché de l’art sont très majoritairement : des hommes, âgés, américains, figuratifs.

La place des artistes français reste modeste, l’essentiel de leurs œuvres relevant du domaine du néo conceptuel, d’ ailleurs largement soutenu par les pouvoirs publics : Philippe Parreno  au Palais de Tokyo ou Pierre Huygue au Centre Pompidou. Or le public trouve à juste titre ces œuvres peu accessibles et les acheteurs sont d’abord séduits par la peinture abstraite ou figurative.
L’émergence des artistes chinois va d’ailleurs jouer en faveur de la peinture figurative, essentielle production de ces nouveaux artistes, et si Pékin s’apprête à « voler l’idée d’art moderne » à New York, c’est tout un pan de la création française qui va bientôt se démonétiser à vive allure. Cela peut en revanche favoriser la peinture figurative française, peu mise en valeur ces derniers temps.
Pour en savoir plus :
« Fiac : l’art contemporain, ou le triomphe du vieil Américain »:
http://www.lepoint.fr/tiny/1-1747413
« Le monde de l’art contemporain n’échappe pas, lui non plus, à la vogue des palmarès. Bruce Nauman, Gerhard Richter, Georg Baselitz, Jeff Koons ou Damien Hirst caracolent dans le Kunstkompass, sorte de hit-parade des artistes les plus en vue. Le galeriste star Larry Gagosian ou le méga-collectionneur François Pinault, eux, ont les honneurs du Power 100, classement des personnalités les plus influentes de l’art ».

Les artistes chinois en tête sur le marché des enchères d’œuvres d’art : http://www.lemonde.fr/culture/article/2012/02/23/l-artiste-chinois-zhang-daqian-numero-un-des-encheres-mondiales-en-2011_1647444_3246.html

http://www.lexpress.fr/actualites/1/actualite/l-artiste-chinois-zhang-daqian-devient-no-1-des-encheres-mondiales-et-detrone-picasso_1085738.html

« Comment le communisme a sauvé l’art chinois » :

http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/10/24/comment-le-communisme-a-sauve-l-art-figuratif_3502464_3246.html

L’ouvrage d’Alain Quemin : « Les stars de l’art contemporain », CNRS Éditions, http://www.cnrseditions.fr/Sociologie/6794-les-stars-de-l-art-contemporain-alain-quemin.html

« L’art contemporain en France, estime ce sociologue, a également été handicapé par un enfermement dans le minimal et le conceptuel le plus radical » : http://next.liberation.fr/arts/2013/10/23/art-les-foires-d-empoigne_941843

Les archives de Jim Shaw au Chalet Society à partir du 24 octobre

J’ai déjà évoqué cette exposition ( http://musearti.hypotheses.org/?p=987 ) qui a de multiples facettes :

« Jim Shaw ne présente donc pas ici son travail artistique, ni ses fameuses « peintures de brocante », mais ses archives — qui constituent l’une des sources principales de son inspiration — complétées par des prêts exceptionnels d’autres collections. Le Chalet Society propose ainsi au visiteur une véritable plongée dans un univers foisonnant et illuminé composé de peintures, sculptures, prospectus, t-shirts, livres, disques et autres illustrations à vocation pédagogique qui recyclent les mythes et les croyances de l’Amérique et d’ailleurs » : http://slash-paris.com/evenements/jim-shaw-archives

L’histoire de l’art s’attache depuis un certain temps déjà à l’étude des bibliothèques des artistes : par exemple, La bibliothèque d’André Masson, une archéologie, par Hélène Parant, Fabrice Flahutez et Camille Morando, paru en 2011. Depuis plus longtemps encore les éditeurs publient l’étude de leur correspondance ou de leurs manuscrits : par exemple, Guillaume Apollinaire, Correspondance avec les artistes,  (1903-1918), paru en 2009, présenté par Laurence Campa et Peter Read.

Les expositions ont suivi le même cheminement:  exposition de lettres et manuscrits au MLM :  en 2012, Sur la route de Jack Kerouac : L’épopée, de l’écrit à l’écran  http://www.museedeslettres.fr/public/exposition/sur-la-route-de-jack-kerouac-l-epopee-de-l-ecrit-a-l-ecran/85 ; ou bien, l’exposition originale d’une bibliothèque d’artiste à l’INHA en 2007 : « Martha Rosler Library » : http://www.inha.fr/spip.php?article1669

Si des  reconstitutions d’ateliers d’artistes ont déjà eu lieu ( « L’atelier
du sculpteur Brancusi » par le Centre Pompidou), la démarche de cette exposition « Jim Shaw » me semble plus originale encore, car elle s’attache à rassembler et exposer  les modèles, sources, objets et  artefacts qui nourrissent l’inspiration de l’artiste.

Explorations du paroxysme : traces, objets, regards, 19ème 21ème siècles : un séminaire IHTP/ Paris 13/IHA qui débute aujourd’hui le 24 octobre

« Le paroxysme… Sans s’attarder sur la définition d’un terme que l’on peut
circonscrire en rappelant qu’en cardiologiecirconscrire en rappelant qu’en cardiologie il désigne la séquence la plus aigüe d’une affection, rappelons tout d’abord que son usage n’est pas inédit en histoire, qu’Alain Corbin en a longtemps désiré l’étude ; qu’il est déjà employé par certains chercheurs.
Le présent séminaire se voudrait lieu de rassemblement et de discussion de la
notion, exploration collective de ses traces, délimitation des objets qu’elle embrasse, inventaire des outils propres à équiper le regard de ceux qui veulent l’affronter.
Le paroxysme est tout à la fois un ensemble d’objets et un multiplicateur sensoriel,
au sens où Pierre Chaunu employait ce terme, désignant ainsi les artefacts(télescope et microscope, essentiellement) qui, en prolongeant les sens des
Européens des années 1620, leur avaient permis de révéler de nouveaux champs de recherche. Le terme permet en effet d’une part, de faire émerger des objets qui
échappaient jusqu’alors à notre attention, et constitue d’autre part en lui même un
champ qu’il faut maîtriser à l’aide de concepts.
À ceux qui voudraient sortir du flou de cette brève présentation, on peut préciser
qu’on y traitera de guerre, de révolution, de violence, de religieux, de temporalité,
de ferveur, de sexe, d’émotions, d’érotisme et d’accouchement, de fête et d’agonies, de musique et d’arts, d’angoisse et de rituels ; qu’on y mobilisera l’histoire dans toutes ses acceptions utiles et les sciences sociales de l’expérience ; que se tiendront trois types de séances de travail : les unes consistant à traiter collectivement une « source » (archive, entretien, oeuvre d’art, image, musique, parfois le tout ensemble) ou un ensemble documentaire travaillé à l’avance ; les secondes, à débattre avec un intervenant ayant l’expérience de ce type de démarches ; les troisièmes explorant l’un ou l’autre de ces paroxysmes ».

Séminaire en 8 séances. La quatrième semaine du mois, le jeudi, de 17 heures à 19 heures d’octobre 2013 à mai 2014.

Les séances se ventilent entre l’IHA et l’IHTP. La première année du séminaire, qui est prévu sur trois ou quatre, sera uniquement composé de séances à invités,
exception faite de la séance d’ouverture et de celle de clôture.

Programme 2013-2014 :
Jeudi 24 octobre 2013 : Séance introductive (Q. Deluermoz, H. Mazurel, C. Ingrao)
Lieu : Institut d’Histoire du Temps Présent
Jeudi 28 novembre 2013 : Stéphane Audoin-Rouzeau (EHESS), « Le saisissement guerrier. Temps, espaces, gestuelles. »
Lieu : Institut Historique Allemand
Jeudi 19 décembre 2013 : Christian Ingrao (IHTP/CNRS) « Pister les paroxysmes. Les Juifs soviétiques et leurs tueurs. »
Lieu : Institut Historique Allemand
Jeudi 30 janvier 2014 : Denis Crouzet (Paris IV), « Paroxysme d’angoisse, paroxysme de violence: la genèse d’une conscience de l' »inhumanité » au XVIe siècle. »
Lieu : Institut Historique Allemand
Jeudi 27 février 2014 : Véronique Nahoum-Grappe (EHESS), « Rire, Ivresse, alcool, addictions. »
Lieu : Institut d’Histoire du Temps Présent
Jeudi 27 mars 2014 : Elisabeth Claverie (EHESS), « “Juger les faits paroxystiques : ethnographie d’une chambre de jugement pour crime contre l’humanité“ // “Voir une foule voir les voyants voir, ethnographie d’un site d’apparition de la Vierge“. Réflexions sur deux expériences de détournement de la vue. »
Lieu : Institut d’Histoire du Temps Présent
Jeudi 24 avril 2014 : Alain Corbin (Paris 1) Titre non communiqué.
Lieu : Institut historique Allemand
Jeudi 29 mai 2014 : Conclusion (Q. Deluermoz, H. Mazurel, C. Ingrao)
Lieu : Institut d’Histoire du Temps Présent
Note : séance à confirmer.
Séminaire de recherche Institut d’Histoire du Temps Présent, Centre Georges Chevrier (Université de Dijon), Université Paris 13-Villetaneuse.

Contacts :
Quentin Deluermoz (Paris 13) : quentin.deluermoz@gmail.com
Christian Ingrao (CNRS/IHTP) : ingrao@ihtp.cnrs.fr
Hervé Mazurel (Université de Dijon) : hmazurel@hotmail.fr

La frénésie de l’art contemporain : Paris « reine du monde » du 24 au 28 octobre

Il est difficile de relayer toutes les expositions d ‘art contemporain qui pendant ces quelques jours accompagnent la FIAC à Paris. Ce n’est d’ailleurs pas l’objet de ce carnet. Mais force est de constater que cette immense foire attire sur les Champs-Elysées, essentiellement, badauds et acheteurs potentiels du monde entier. Pour autant, peut-on penser que Paris est redevenue, « Reine du monde »  la capitale des arts vivants ? Rien n’est moins sûr..

En attendant, signalons quelques évènements, autour de la FIAC, ou FIAC hors les murs, susceptibles d’intéresser le badaud et/ou l’acheteur :

Exposition franco-chinoise , CHIFRA 2013 :

http://chi-fra.com/fr/About.aspx?pid=5

Des tableaux chinois et français dans une espace immense organisé par  le commissaire Alin Avila, de la galerie Area. L’exposition va ensuite se rendre en Chine.

A signaler un grand éclectisme et notamment deux beaux tableaux de Vladimir Velickovic, les œuvres de Zwy Milshtein, de Jean Le Gac, et de trois artistes femmes soutenues par la galerie Area :

Nathalie Miel, qui va également exposer aux Hivernales 2013  : http://www.artistescontemporains.org/Natalie-MIEL,662.html

Christine Jean dont les tableaux sont magnifiques : http://www.christine-jean.com/home.php?page=press

et Marie Rauzy, arrière-arrière-petite-fille de Paul Cézanne, qui a son propre talent !

http://www.marierauzy.com/peinture/home.php?page=galerie
Art Élysées 2013 : http://www.artelysees.fr/accueil.html

Art Élysées 2013 est associé au salon Design Élysées :  » En intégrant le salon Design Élysées à la foire Art Élysées, les organisateurs réunissent les acteurs majeurs du XXème siècle. Les deux événements présentent une sélection pointue d’oeuvres exceptionnelles et offrent chaque année de nouvelles éditions toujours plus exhaustives et de qualité. Leur association offre un large panorama de l’art moderne et contemporain «classique» ainsi que du design historique d’Après-Guerre. »

La foire Slick (art contemporain) se tient sous le pont Alexandre III :

http://www.slickartfair.com/paris/fr/programme/la-liste-des-artistes-de-slick-paris-2013

La FIAC hors les murs, se tient aux Tuileries : « une vingtaine de projets conjuguant installations, sculptures, performances ou oeuvres sonores qui, en interaction avec le public, prennent corps entre les allées, les bassins et les pelouses du jardin ».
En savoir plus sur http://www.fiac.com/fr/tuileries2013.html#M4Ybjwm5DG40vy1K.99

La FIAC  est aussi au jardin des Plantes  : sont exposés Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla,  Abbas Akhavan,  Gilles Barbier,  Clédat & Petitpierre,  Johan Creten,  Mark Dion, Erik Dietman, Philippe Droguet, Barry Flanagan,  Richard Jackson,  Pierre Labat, Claire Morgan,  Jaume Plensa,  Pablo Reinoso,  Julia Rometti & Victor Costales,  Julien Salaud,  Shimabuku,  William Turnbull et  Stéphane Vigny ! !

En savoir plus sur http://www.fiac.com/fr/jardin-des-plantes-2013.html#7XhO24bsk8TOimRp.99

Et puis aussi,  Cutlog, a jump away from the Palais Royal, and 10 minutes from the Grand Palais : http://www.cutlog.org/cutlog-art/ :

« L’Atelier Richelieu est un hotel particulier du XVIIe siècle d’environ 800 m2. Ce batiment parisien prestigieux construit sur deux niveaux encouragera le dialogue entre les galeries et les visiteurs. Foire parisienne d’art contemporain, cutlog s’inscrit dans la dynamique des off internationales et s’est installée depuis cinq ans comme un rendez-vous. En présentant cette cinquième édition du 24 au 27 octobre 2013, cutlog proposera des galeries “under the radar“. Concentrée sur l’avant garde, l’émergence et la découverte, elle présente aux artistes en devenir une plateforme, et construit un pont entre les galeries, les collectionneurs établis et les institutions. »

Et La foire YIA, (Young International Artists) qui investit plusieurs lieux d’exposition : http://yia-artfair.com/

« Paris reine du monde » ? Pour quelques jours encore !