Archives pour la catégorie Les carnets d’hypotheses.org

D’autres carnets de recherche traitent de sujets connexes et apportent un point de vue utile ou des informations précieuses pour le chercheur en histoire culturelle.

Histoires, musées, expositions : parutions récentes pour la nouvelle année

Voici pour la nouvelle année, quelques parutions et manifestations récentes, susceptibles d’apporter d’autres éclairages sur des sujets en rapport avec l’histoire et son exposition :

– Sur l’art contemporain dans la revue Critique d’art,  dont le sommaire du numéro 49 est en ligne, voir notamment  Elitza DulguerovaPenser avec les grandes manifestations périodiques : l’espace, l’histoire, l’art .

-Sur « La cérémonie publique dans la France contemporaine » : l’introduction du séminaire parue sur le site du comité d’histoire du ministère de la culture – Politiques de la culture, par Patrick Garcia, professeur à l’Université de Cergy-Pontoise, chercheur à AGORA Cergy-Pontoise et chercheur associé permanent à l’Institut d’histoire du temps présent.

-Sur l’histoire de l’art brut, à l’occasion des 40 ans du musée de Lausanne : les actes du colloque organisé en novembre 2016, sont parus :  Vincent Capt, Sarah Lombardi et Jérôme Meizoz (dir.), L’ART BRUT. Actualités et enjeux critiques, Ed. Antipodes, Lausanne, 2017.

De plus en plus de chercheur·e·s de toutes disciplines se penchent sur ces objets issus de lieux non répertoriés, tirés d’on ne sait où par des personnes sans légitimité artistique aucune. Un peu d’effet de mode, ainsi qu’un long travail de défense de l’Art Brut par des collectionneurs et par des amateurs, font de cet art hors catégorie un Sujet d’étude. Car cet objet, l’Art Brut, se révèle rapidement comme Sujet, actif, qui chahute des disciplines universitaires encore bien cloisonnées, qui les force à sortir de leur zone de confort et même à collaborer. En témoignent dans ce livre des textes d’historiens, de linguistes, de poéticiens, de sociologues, de critiques d’art et de théoriciens de l’esthétique.

-Un ouvrage du regretté Laurent Danchin sur Mai 68 : Laurent Danchin, Mai 68 : Entre Pierre Grappin et Benny Lévy.  MYCELIUM,   Les Bonbons aux  éditions LELIVREDART :

Pour ma part, de toutes ces années de lutte violente, d’agressivité et de contestation sans indulgence, j’ai gardé la conviction que l’on était à un tournant fondamental de l’histoire, dans une mutation de culture et de civilisation de très grande ampleur, dépassant de loin le cadre d’une seule vie humaine. Une époque critique où il fallait tout reconstruire à partir de nouvelles fondations.

As for me, from all these years of violent struggle, verbal agressiveness and protest without indulgence, remains the conviction we were at a fundamental turn of history, in a large-scale mutation of culture and civilisation exceeding by far the scale of a single human life. These were critical times when everything had to be rebuilt from new foundations.

Pour les autres publications de Laurent Danchin, voir notamment les Archives du site Mycelium.

– Enfin, sur une autre période historique, plus longue (1880-1930), à signaler la série de manifestations et d’expositions  actuellement  présentées à Strasbourg  :

LABORATOIRE D’EUROPE. STRASBOURG, 1880-1930
Du 23 septembre 2017 au 25 février 2018, Laboratoire d’Europe, Strasbourg 1880-1930,  cette vaste manifestation pluridisciplinaire organisée par les Musées de la Ville de Strasbourg en collaboration avec l’Université de Strasbourg, offre un ensemble d’expositions et de manifestations culturelles à travers la ville. La période chronologique retenue indique la volonté de déplacer le regard d’une histoire événementielle vers une approche d’un temps plus long, celui des productions et des échanges culturels qui  fondent aujourd’hui encore  la singularité strasbourgeoise. Le Commissariat général est assuré par Roland Recht et Joëlle Pijaudier-Cabot.

Voir l’application téléchargeable, accompagnant la visite.

Quelles expositions temporaires pour un musée des arts décoratifs ?

Dans un article documenté de Roxana Azimi, paru dans le journal Le Monde du 6 avril 2016, intitulé « Le Musée des Arts décoratifs veut devenir le temple de la French touch », sont mis en regard les stratégies respectives des deux musées consacrés aux arts décoratifs et à la mode, au champ des arts appliqués : le français, ( Les Arts Décoratifs) et le britannique, le Victoria & Albert Museum (V & A).  La fréquentation des Arts décoratifs a chuté, alors que l’autre grand musée le Victoria & Albert Museum (V & A), a le vent en poupe, comme le montrent  ces chiffres :

 Date de naissance : 1851 pour le V & A, 1882 pour les Arts décoratifs.

  1. Fréquentation : 3,3 millions de visiteurs pour le V & A, Le V & A a triplé sa fréquentation de 2001 à 2009. Aux arts décoratifs : 300 000 visiteurs en 2015 , contre 603 000 en 2012.
  2.  Surface : 50 000 mètres carrés pour le V & A, rue de Rivoli à peine 10 000 m2.
  3. Stratégie de rénovation :  les collections permanentes  du Musée des arts décoratifs ont fermé leurs portes  pendant dix ans (1996/ 2006). Au V & A, la rénovation n’a conduit qu’à des fermetures partielles.
  4. Complexité et articulation : pas toujours évidente entre le Musée des arts décoratifs, la bibliothèque des Arts décoratifs, le Musée Nissim de Camondo à la Plaine-Monceau, et l’école Camondo, qui forme en architecture intérieure et en design. Les musées des Arts décoratifs  : il s’agit en fait de plusieurs départements-musées : celui de la Mode et du Textile, celui des arts décoratifs et de la Publicité, le musée Nissim de Camondo.
  5. La subvention octroyée au musée parisien a augmenté de 1,5 million d’euros depuis 2014. Le V&A, lui, « a ses tutelles dans la poche » et perçoit de 2 à 3 millions de livres sterling (2,4 à 3,7 millions d’euros) grâce à ses produits dérivés. Aux Arts décoratifs, la concession de redevance du restaurant et de la boutique ne rapporte que 630 000 euros.

La programmation du V & A : une exposition consacrée au styliste Alexander McQueen en 2015,  une  exposition, érudite, consacrée au postmodernisme en 2011.

Aux arts Décos, la collection d’art asiatique a été sortie des réserves. Et pour l’année France -Corée, le musée a organisé l’exposition « Korea Now ! design, mode et graphisme en Corée »,  du 19 septembre 2015 au 3 janvier 2016. L’exposition retour prévue à Séoul n’aura pas lieu et a eu des conséquences inattendues en Corée.

Les remèdes avancés pour le musée parisien sont les suivants :

  • S’investir sur des projets ambitieux d’expositions temporaires plafonnés à 6 ou 8, contre 12 en moyenne actuellement ;
  • Adopter une présentation des collections à l’horizon 2017, avec de plus fortes ponctuations extra-occidentales. A l’accrochage patrimonial par siècle va se greffer un autre parcours davantage pluridisciplinaire, mêlant mode, design, graphisme, photos, livres et vidéos. Histoire d’épouser le rythme et le foisonnement de la création contemporaine.

Il semblerait en fait qu’il ne s’agisse pas d’un match entre la French touch  et la Britishitude, mais plutôt d’un débat entre art contemporain et Design : « A Paris, on a l’impression que l’art contemporain a le monopole de la créativité  » dixit Pierre-Alexis Dumas, président des Arts décoratifs, directeur artistique d’Hermès, « On doit emmener le public vers l’idée que ce musée est celui de tous ceux qui travaillent dans le champ des arts appliqués. On doit faire en sorte que les jeunes designers âgés de 20 à 30 ans aient envie d’exposer ici plutôt qu’au Palais de Tokyo. ».

Les créateurs qui, depuis le milieu des années 1960,  ont été formés dans des écoles d’arts décoratifs sont devenus des phares de l’art contemporain (Daniel Buren ouvrant le bal).

. Mot clé « Design » sur le site du Palais de Tokyo.

Voir l’entretien d’Olivier Gabet, directeur des musées des Arts Décos, sur les perspectives et la stratégie des Arts Décos.

CfQtfbjW8AAfD8g

Pour de belles photographies de l’exposition temporaire en cours, aux Arts Décos, « Fashion Forward. Trois siècles de mode – 1715 – 2016 », du 7 avril au 14 août, voir le carnet d’hypothèse :  (Histoire de mode).

L’autre exposition en cours aux Arts décos,  porte sur « Barbie »: elle est source de produits dérivés et devrait contribuer aux finances du musée.

A signalerlast but not least,  Le Contemporain dessiné – Parcours aux Arts Décoratifs, présenté à l’occasion de la 10e édition de DRAWING NOW PARIS I LE SALON DU DESSIN CONTEMPORAIN
du 17 mars au 28 juin 2016, aux Arts décoratifs, 107 rue de Rivoli, Pavillon de Marsan, étages 5 à 9, commissariat d’Agnès Callu.

CP-LeContemporainDessine_1

enfin, les Papiers peints sont de retour aux Arts décos, du 21 janvier au 12 juin 2016 : présenté dans les galeries d’études, cet événement révèle le fonds exceptionnel du département des papiers peints, en rendant publiques trois cents pièces emblématiques de la collection qui compte aujourd’hui plus de 400 000 œuvres en réserve.

  • mais aussi au musée des maisons comtoises à Nancray, « Paper is not dead #2 », du 27 mars au 3 juillet 2016.
  • Au musée de Rixiem : à voir actuellement  « MADE IN FRANCE » Le papier peint en 2015 12 juin 2015 – 31 octobre 2016.
  •  « La collection Zuber : 100 000 documents, du début du XIXème siècle à 1983) et celle du Musée de l’impression sur étoffes de Mulhouse ont été complétées par des milliers d’autres documents acquis depuis l’ouverture du Musée; ils restituent un panorama complet, des dominos du XVIIIème siècle aux créations les plus récentes, avec des papiers peints de toutes origines géographiques ». 

Actuellement, au V&A, à Londres, l’exposition en cours est consacrée aux chefs-d’œuvre des Lumières :

  • Les vingt conservateurs du département ont réuni une sélection de deux cents chefs-d’œuvre, sous la direction de Lesley Miller, qui leur avait demandé de dresser « la liste des objets les plus importants pour raconter des histoires ». « On a eu dix-huit mois de débats, reconnaît-elle, le département est riche de 90 000 pièces de cette période. » Au total, les 1 100 retenues – 300 françaises, 800 européennes – proviennent pour la plupart de la donation John Jones, un collectionneur de la fin du XIXe siècle, fan absolu de l’art décoratif du XVIIIe. Entrée libre : www.vam.ac.uk

 D’autres musées du Design développent des stratégies alternatives de présentation de l’objet, très originales, à partir de collections plus modestes, c’est le cas du musée de Francfort le Museum Angewandte Kunst :

Depot Show. Happiness and Promise February – 10. April 2016 more

Richard Meier. A Style Room Continuing Presentation more

Elementary Parts. From the Collections Continuing Presentation more

Stylerooms. From the Collections Continuing Presentation more

Secret Compartments July 2015 – 06. March 2016 more

Une exposition, un livre, au croisement de l’Histoire et de l’histoire de l’art

– Sur le carnet d’ hypothèses  » Mémoires d’Indochine »,  un rappel sur l’exposition « Vivre au Kampuchéa démocratique ».

affiche_vivre_au_kampuchea_democratique

L’exposition s’est déroulée « Dans le cadre du 40e anniversaire de la création de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), les SHS face aux images d’archives :

« 1975: tandis qu’à Paris naissait l’EHESS, au Cambodge, les Khmers rouges arrivaient au pouvoir. Quarante années plus tard, Andrea Morales Acero et Adriana Escobar, deux doctorantes du CESPRA, mettent en lumière vingt-trois photographies d’archive qui montrent une partie du quotidien des Cambodgiens durant le régime du Kampuchéa démocratique. Dans le cadre du 40e anniversaire de l’EHESS, elles présentent ces clichés dans l’atrium du France, jusqu’au 28 novembre prochain, à travers une exposition qu’elles ont intitulée « Vivre au Kampuchéa démocratique ». Là où un œil non averti voit des photographies de propagande qui vantent les travaux des champs et le mariage heureux, les chercheuses décryptent les changements, souvent extrêmement violents, imposés à la société cambodgienne et à son mode de vie, que ces photos trahissent malgré elles. Sont ainsi posées la question de l’utilisation des photographies comme source d’information en histoire et en science politique, et celle de l’impératif méthodologique de leur recontextualisation ».

product_9782070122653_195x320

Vient de paraître le dernier ouvrage d’Eric Michaud,  directeur d’études à l’EHESS : Les invasions barbares. Une généalogie de l’histoire de l’art :  Comment les arts ont-ils accompagné, sous-tendu, préfiguré, les fantasmes de pureté raciale ou de génie des peuples ? Comment l’art s’est-il présenté comme l’essence d’une culture en s’assignant à un sol et à un peuple déterminés ?

 Eric Michaud et  Johann Chapoutot, (IHTP), professeur à l’université Paris III Sorbonne nouvelle, ont commenté cet ouvrage le 27.11.2015 sur France Culture, dans l’émission La grande table : partie 2.

 

 

Numéro d’hommages à Nicole Racine, Publication des Cahiers Jean-Richard Bloch, n° 21.

Sur le Carnet de l’IHTP : Publication des Cahiers Jean-Richard Bloch, 21.

CahJRB21_NR-214x300bloch

Numéro d’hommages à Nicole Racine, cette édition des Cahiers est le résultat de deux journées d’études auxquelles l’IHTP s’était associé. Nicole Racine a participé pendant de longues années au Groupe de recherche de l’Histoire des intellectuels à l’IHTP avec Michel Trebistch.

Nicole Racine s’était (entre autres) intéressée aux écrits et prises de position de Fernand Léger lors de la « querelle du réalisme, 1935-1936 » : «  Fernand Léger, « Le nouveau réalisme continue », second débat, La Querelle du réalisme, op. cit., p. 74-75.

« Léger s’interroge de façon prémonitoire dans ce texte sur la concurrence apportée dans le domaine des représentations par le cinéma, la radio, la publicité, « avec ces énormes mécaniques modernes qui vous donnent de l’art vulgarisé à puissance 1000 « .

 In Nicole Racine, « La Querelle du Réalisme » (1935-1936) , Sociétés & Représentations, 2003/1 n. 15, p. 113-131.  Voir également son texte dans  » Aux frontières des attitudes entre le politique et le religieux. Textes en hommage à Guy Michelat« .

 

“François Mathey’s innovative intiatives for cultural democratization (1953 – 1985)”

Sur le carnet d’hypothèses, « Politiques de la culture Carnet de recherches du Comité d’histoire du Ministère de la culture et de la communication sur les politiques, les institutions et les pratiques culturelles »,
vous pouvez trouver notamment une synthèse en anglais rédigée par Madeleine Planeix-Crocker sur mon intervention réalisée dans le cadre du séminaire sur la démocratisation culturelle : “François Mathey’s innovative intiatives for cultural democratization (1953 – 1985)”
7 janvier 2015 : http://chmcc.hypotheses.org/947