Archives de catégorie : Lectures / Readings /letture

lectures, résumés

8 mai 1945 : expositions temporaires sur l’utopie nazie et sa fin

Des recherches récentes menées sur la Deuxième guerre mondiale, font référence à des expositions temporaires organisées au moment de l’utopie nazie et après sa chute à Berlin en mai 1945. En voici deux illustrations. 

– Il y a 75 ans, le 8 mai 1945 marquait  la fin de la Deuxième Guerre mondiale pour les Européens.  Christian Ingrao, Directeur de recherche au CNRS, membre du CESPRA, ancien directeur de l’Institut d’Histoire du Temps Présent (2008-2013), spécialiste français du nazisme et du paroxysme, raconte dans son ouvrage paru en octobre 2016, La Promesse de l’Est. Espérance nazie et génocide (1939-1943), comment les nazis ont rêvé leur victoire et le « Reich de mille ans » :

« Entre 1939 et 1944, l’utopie impériale nazie connut des débuts de réalisation dans les espaces conquis à l’Est, brutalement vidés de leurs habitants, déplacés, réduits en esclavage et, pour les Juifs, assassinés. Elle eut ses ingénieurs, ses agences et ses pionniers (pas moins de 27 000 jeunes Allemands). Elle suscita de la ferveur et de l’adhésion. Dans le Reich de mille ans aux frontières élargies par la conquête, une communauté racialement pure vivrait bientôt une existence réconciliée de prospérité sereine[1]. »

Une exposition temporaire organisée par les nazis à Berlin en mars 1941 met en scène cette utopie. L’homme qui l’organise est Konrad Meyer-Heitling : en 1941, il fait visiter l’exposition temporaire « Planung und Aufbau im Osten », « Planifier et construire à l’Est. »

Une découverte inattendue

C’est en 1998,  que Christian Ingrao a découvert dans les archives allemandes, l’existence de cette exposition, qu’il qualifie de stupéfiante. C’est  en effet un « objet » historique étrange, qui lui semble anormal, mais qui dit beaucoup sur l’utopie nazie.

Les régimes totalitaires, dès l’entre-deux guerres, s’attachent en effet à réaliser des expositions extrêmement graphiques, de grande qualité, favorisant l’adhésion à la propagande. Cette mobilisation artistique est visible et frappante lors de l’exposition universelle de Paris, en 1937, où se font face les deux pavillons, stalinien et nazi.

Dans notre entretien fin 2016, Christian Ingrao précise que Konrad Meyer-Heitling, l’homme qui a mis en place l’exposition du 2 mars 1941, n’est pas un commissaire d’exposition professionnel. Il va pourtant chercher à organiser une exposition temporaire pour le grand public, consacrée à la germanisation de ces vastes espaces conquis à l’Est. Il est géographe agraire de formation. Universitaire, il a soutenu sa thèse en 1926, il obtient son habilitation en 1930 et fait une carrière assez brillante : il s’occupe de l’organisation de l’espace agraire dans l’Allemagne orientale. Dans la palette de ces activités, celle de commissaire d’exposition démarre vraisemblablement dans le courant de l’hiver de 1940.

Le pouvoir nazi a reconnu l’intérêt de ses recherches sur le passé et, en qualité d’universitaire, le « contrat faustien » qu’il a en quelque sorte conclu, a consisté à accepter sur ces bases de construire l’avenir. C’est une espèce de fantasme, de piège. Membre du parti nazi, c’est un militant sensible à la rhétorique du droit du sol lié au sang, il croit à la construction du futur par l’espace, une idéologie à laquelle il adhère pleinement. Il va être au cœur de toutes les dynamiques de la germanisation des territoires de l’Est. En 1939 déjà, il est membre depuis quatre ans du RuSHA, Rasse- und Siedlungshauptamt (« Bureau pour la race et le peuplement »), et, quand arrive le moment où doit survenir la réalisation de « l’Utopie », c’est déjà un vieux « routier » de ces politiques : il a déjà réalisé des études à partir de relevés cadastraux, en imaginant ce qui pourrait être réalisé sur des terres déjà confisquées. Ce qui est inédit pour lui en mars 1941 et qu’il doit maîtriser, c’est de recourir au medium de l’exposition pour apprendre à la population, ce qui est programmé à l’Est, dans le cadre du Reich de mille ans.

Cette exposition a été très soigneusement préparée, elle a bénéficié d’un plan de communication, d’une publicité diffusée pour la faire connaître au public. C’est Heinrich Himmler, chef du RKFdV[2], Commissaire du Reich pour le renforcement de la Germanité, qui décide de l’organiser, c’est lui qui va la faire visiter  aux plus hauts dignitaires du Troisième Reich. Heinrich Himmler, Werner Hoffmann, le chef du RUSHA et  Konrad  Meyer-Heitling se concertent auparavant pour décider de ce qui sera montré au cours de l’exposition.

Le Troisième Reich pense alors qu’il est suffisamment installé, sûr de son futur, pour pouvoir exposer ses vues. D’après ce que révèlent les archives, l’exposition qui ouvre en mars 1941, a été préparée pendant six mois, donc dans un délai très court. Un catalogue est édité à cette occasion, il est préfacé par Konrad Meyer-Heitling. L’exposition montre des cartes, des plans, des maquettes d’architecture, mais aussi des dessins. Elle n’a aucun aspect « artistique » affiché, tel que l’on conçoit ce terme aujourd’hui, mais l’exposition a lieu à Berlin, à l’École des Beaux-Arts, sur le site de l’ancienne école royale prussienne des Beaux-Arts, située l’Hardenbergstraße. Il n’y a pas de textes proposées aux visiteurs, en revanche l’exposition est animée pas un souci marketing évident : ces dessins, cartes et maquettes figurent des maisons, des paysages qui doivent susciter l’intérêt, voire l’adhésion du public. C’est une exposition qui va durer six mois. Bien sûr les comptes rendus de la presse régionale sont dithyrambiques : il n’y a pas d’espace pour la  critique. Si le catalogue a été archivé, rien n’évoque la fréquentation de l’exposition, le nombre de ses visiteurs.

File:Academy of the Arts, Berlin 1908.jpg

L'école des Beaux-Arts de Berlin, 1908.


Les archives préparatoires de l’exposition montrent les maquettes qui ont été choisies et qui résultent d’un concours d’architectes et de paysagistes, dont les propositions ont, elles-aussi, été archivées. Elles doivent représenter l’avenir des futurs occupants civils dans ce grand Est. La scénographie s’apparente plutôt  un diaporama un peu grossier. Outre les maquettes, les autres objets exposés sont assez simples, il s’agit d’affiches très informatives. Les modalités d’utilisation de l’espace sont plus particulièrement décrites : comment vont être bâtis des places, des lotissements différents, en fonction des travaux dévolus à chaque type de population : près d’une usine, à la campagne, et pour des catégories de populations différentes : les SS et ceux qu’ils devront encadrer voire mater, l’ensemble étant très encadré par les structures de propagande.

Une pratique des années de guerre et d’occupation.

Comme le précise Christian Ingrao, au même moment en mars 1941, un autre organisme nazi, le RSHA[3], l’Office principal de la sécurité du Reich, est en train de penser à un autre projet d’exposition similaire (qui a avorté) et qui s’intitule Die große Heimkher, expression qui pourrait se traduire par « Le grand retour à la maison » c’est-à-dire, dans la « mère patrie ». Cette exposition devait avoir lieu au Palais des Princesses – le Prinzessinenpalais, en plein cœur du Berlin « politique » sur l’avenue Unter den Linden, ancienne résidence des membres de la famille royale des Hohenzollern. Le Palais du « Prince Héritier » est adjacent au Palais des Princesses et a été transformé après 1918 en département des Beaux-arts de la Galerie Nationale, abritant la première collection permanente d’art contemporain au monde : C’est là qu’ont été présentées des œuvres de Kokoshka, Otto Dix et Paul Klee. Mais c’est aussi, en 1937, la fameuse  exposition « Entartete Kunst » sur l’art « dégénéré », selon la terminologie nazie.

Les archives des deux expositions sont mêlées et il a été au départ assez difficile pour le chercheur de distinguer ce qui a relevait finalement de l’une ou de l’autre. L’exposition projetée  « Die große Heimkehr « prend du retard, et en 1942, compte tenu du contexte de guerre, elle sera finalement abandonnée.

Ces deux expositions sont d’un petit format, et comprennent quelques salles. Elles ont donné lieu à des expositions « filles », dont l’une, qui a eu lieu à l’été 1942, à Cracovie, où un autre état d’esprit prévaut : dans la première exposition, il n’y a aucune mise en scène d’êtres humains, alors que l’exposition de Cracovie est ethnographique, elle reprend les cadres des expositions pensées à Berlin mais utilise les créations d’un peintre mobilisé, envoyé en résidence dans ces camps de réfugiés, de réorganisation ethnique, pour y réaliser des portraits, des paysages, des colonnes de chars, de voitures attelées, de gens qui « reviennent chez eux ». Le titre de l’exposition projetée et abandonnée en 1942, (« Die große Heimkehr » ) est repris. L’exposition de Cracovie sera ensuite présentée à Prague.

______________________________________________________________________

[1].Christian Ingrao, La Promesse de l’Est. Espérance nazie et génocide (1939-1943), Paris, Ed. du Seuil, 2016.

[2]. Reichskommissar für die festigung deutschen volkstums, le Bureau de liaison des Allemands de « souche ».

[3] Le Reichssicherheitshauptamt (Office central de la sécurité du Reich).

______________________________________________________________________

– L’anniversaire de  cette fin de guerre  renvoie également aux combats menés à Berlin et aux incendies qui ont dévasté la ville, notamment ceux du bunker de Friedrichshain :

En mai 1945, deux incendies mystérieux ont détruit la tour de contrôle du bunker de Friedrichshain à Berlin, l’une des tours en béton armé construites par Hitler pour sécuriser les œuvres des musées de Berlin pendant la Seconde Guerre mondiale.
Des centaines de peintures, sculptures et objets d’art ont disparu dans les flammes. Au fil du temps, certaines de ces œuvres sortent de l’oubli. Parfois sous forme de fragments difficilement reconnaissables, parfois dans des endroits très éloignés des lieux de l’incendie, hors d’Allemagne. 

Une exposition en 2015 avait rappelé la richesse de cette collection perdue : « The Lost Museum, The Berlin Painting and Sculpture Collections 70 Years after WWII

Elle s’est déroulée au Bode-Museum, de mars à septembre 2015, elle rappelait que le Bode-Museum conservait avant la guerre l’un des plus importants fonds d’œuvres de Donatello – c’est encore le cas aujourd’hui –, une partie des collections du musée berlinois mises en sécurité dans des dépôts à l’approche de l’Armée rouge a disparu lors d’un incendie. 

Parmi les travaux de recherche menés depuis pour les retrouver, il convient de signaler ceux menés conjointement par les conservateurs du Bode-Museum de Berlin, le Suisse Julien Chapuis, directeur du Bode-Museum, et le Français Neville Rowley, conservateur du Bode-Museum et de la Gemäldegalerieet, avec leurs homologues russes  : Marina Lochak nommée à la tête du musée Pouchkine, à Moscou. Celle-ci a en effet contribué  à  l’identification des oeuvres perdues :

« Elle a décidé d’intégrer dans le parcours muséal les œuvres rapportées d’Allemagne après la guerre, tout en indiquant systématiquement leur provenance sur les cartels. Bien décidée à ne surtout pas priver les chercheurs de ces œuvres, elle a accueilli à bras ouverts le Suisse Julien Chapuis, directeur du Bode-Museum, et le Français Neville Rowley. Trois mois après le début de l’exposition à Berlin, ceux-ci ont découvert dans les réserves du musée Pouchkine des œuvres disparues depuis soixante-dix ans ».Le Bode-Museum et le musée Pouchkine travaillent ensemble sur l’histoire de ces oeuvres.

Vue du Bode-museum

L’exposition de 2015 sur le site du musée. L’enquête sur les œuvres d’art détruites partiellement au cours des incendies de Berlin, se poursuit, la restauration des sculptures endommagées également.

Ces recherches et restaurations bénéficient notamment de la documentation conservée dans les archives du musée mais aussi des ressources de la Fondation Zeri qui est en mesure de restituer photographiquement le patrimoine perdu grâce à la photothèque de l’historien de l’art italien Federico Zeri.

Neville Rowley fait le point en mai 2020 sur les recherches en cours menées sur des sculptures perdues ou partiellement détruites :

F. Laurana. Portrait d’une princesse de Naples. Buste disparu. 

Ce sont par ailleurs 434 tableaux, dont des œuvres capitales pour l’histoire de la peinture qui ont aussi été perdues : Andrea del Sarto, Caravaggio, Piero di Cosimo, Domenico Ghirlandaio, Cranach, Goya, Rubens, Veronese. Beaucoup de ces oeuvres sont documentées par des photographies historiques conservées dans la photothèque de Federico Zeri. Ce sont des tirages au charbon, réalisés pour la plupart par le studio allemand Hanfstaengl.

Portrait reconstitué d’une princesse de Naples par Laurana : la tête est un original, le buste est un moulage de l’original disparu. 
 

Les applications multimédia de l’exposition de 2015 :