Archives pour la catégorie Le musée et l’artiste du mois

Kupka l’engagé : changer le monde avec la couleur

La reconnaissance éclatante d’un pionnier de l’abstraction,  c’est ce que l’exposition rétrospective des œuvres de František Kupka propose, au Grand Palais, du 21 mars au 30 juillet 2018. Ce peintre tchèque compte parmi les pères de l’abstraction avec Vassili Kandinsky, Gino Severini, Piet Mondrian, Kasimir Malevitch, Auguste Herbin et Robert Delaunay. Comme le rappelle le Centre tchèquePeu de noms d’origine tchèque enregistrent une réponse mondiale aussi forte que le nom de František Kupka. L’une des raisons est que la peinture abstraite est l’un des thèmes clés de l’histoire de l’art du 20ème siècle. Il est l’un des personnages fondateurs. Première rétrospective, depuis l’exposition de 1975-1976 au Solomon R. Guggenheim Museum de New York [ qui a bénéficié à l’époque du soutien de la belle-fille de l’artiste  Mme. Andrée Martinel-Kupka] et au Kunsthaus de Zurich, et celle de 1989 au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, elle couvre l’ensemble de l’oeuvre de l’artiste, de ses débuts marqués par le symbolisme jusqu’à ses dernières réalisations dans les années cinquante.

Plans diagonaux,Titre attribué : Orgue sur fond vert,  1925, Huile sur toile, 116,5 x 81 cm S.B.G.: Kupka Donation de Henry-Thomas en 1976 Inv. : AMVP 2426© Adagp, Paris Crédit photographique : Eric Emo/Parisienne de Photographie DR.

Grâce au parcours européen de František Kupka (1871-1957), enraciné dans sa Bohème natale, formé dans la Vienne fin de siècle et dans le Paris des avant-gardes, l’exposition conduit à une nouvelle approche de deux courants majeurs des XIXe et XXe siècles, le symbolisme et l’abstraction, dont Kupka fut l’un des principaux acteurs.

Disques de Newton, 1912, Philadelphia Museum of Art, Philadelphie, États-Unis.

Conjuguant parcours chronologique et thématique, cette exposition rassemble quelque 300 oeuvres – peintures, dessins, gravures, manuscrits, journaux, livres illustrés, photographies et films – déployées en huit sections qui permettent au public d’entrer de façon attractive dans l’univers spécifique du créateur : Autoportraits ; Allégories de la vie moderne ; Culture ancienne et histoire présente ; Sciences et correspondances ; Salons de Kupka ; Formes et couleurs ; Abstraction et Création et enfin la Consécration de l’après-guerre. Elle met l’accent sur les moments-clés de sa période créatrice, les chefs-d’oeuvre symbolistes et les premiers portraits expressionnistes parisiens, son passage à l’abstraction en 1912, le cycle des peintures organiques saturées de couleurs, l’abstraction géométrique finale tout en évoquant des épisodes moins connus comme la période dite « machiniste » à la fin des années vingt. L’exposition met également en valeur la personnalité riche et singulière de František Kupka, habité par une quête existentielle et souligne son intérêt pour la philosophie, les cultures anciennes et orientales, les religions, la poésie ou encore la science ».

 

« Plans par couleurs. Grand nu » (1909-1910), de Frantisek Kupka, huile sur toile, 150,2 x 180,7 cm. SOLOMON-GUGGENHEIM/ADAGP, PARIS 2018.
« Madame Kupka dans les verticales », 1910-1911 ‒ huile sur toile, 135,5 x 85,3 cm ADAGP, PARIS 2018/THE SOLOMON R. GUGGENHEIM FOUNDATION/ART RESOURCE, NY, DIST. RMN-GRAND PALAIS.

L’exposition sera présentée par la Galerie nationale de Prague au Palais Wallenstein du 7 septembre 2018 au 20 janvier 2019 puis à l’Ateneum Art Museum, à Helsinki, du 21 février au 19 mai 2019.

Commissariat : Brigitte Leal, conservateur général, directrice adjointe en charge des collections du Centre Georges Pompidou, Markéta Theinhardt et Pierre Brullé, historiens de l’art. La  scénographie (remarquable) est de Véronique Dollfus. Brigitte Léal (avec Markéta Theinhardt) présente pour la RMN l’exposition dont elle fait aussi un résumé  en cent secondes. Deux autres vidéos permettent de découvrir les espaces de l’exposition : celle d’Expo in the City et celle de Connaissance des arts.

L’ampleur du parcours illustre la richesse exceptionnelle de l’œuvre qui se déploie au Grand Palais que souligne également la presse (Voir aussi l’article d’Harry Bellet dans Le Monde).

 František Kupka, dit François Kupka, né à Opočno, le 23 septembre 1871 et mort à Puteaux, le 24 juin 1957,  a été formé à Vienne capitale de l’empire austro-hongrois. Il vient vivre à Paris à Montmartre, à partir de 1896. Pacifiste, anarchiste, iI dessinera  pour les nombreuses revues qui contestent  le capitalisme du début de siècle, comme Cocorico, ou L’assiette au beurre,

Kupka s’engage aussi auprès du géographe Elisée Reclus.

L’eau (la baigneuse), 1906-1909, Centre Pompidou, Musée National d’art moderne, Paris, France.

La gamme jaune (1907), Huile sur toile (79 x79). Paris, Centre Pompidou – Musée national d’art moderne – Centre de création industrielle. 

Plans par couleurs (Femme dans les triangles), 1910-1911, Centre Pompidou, Musée National d’art moderne, Paris, France.

Kupka s’engagera physiquement pendant la première guerre mondiale. Engagé volontaire dans la légion étrangère, combattant puis réformé, il soutient l’indépendance de la République tchécoslovaque en 1918 et jouera un rôle dans son histoire naissante.

Après de nombreuses recherches plastiques qui traversent les mouvements artistiques et philosophiques du début de siècle (théosophie, symbolisme, fauvisme) Kupka est à l’origine des premiers tableaux abstraits exposés en 1912 à Paris au Salon d’Automne :

 « Amorpha, Fugue  à deux couleurs » et « Amorpha Chromatique chaude ».

 

 

 

 

 

 

František Kupka, 1912, Amorpha, fugue en deux couleurs (Fugue in Two Colors), 210 x 200 cm, Narodni Galerie, Prague.

František Kupka, 1912, Amorpha Chromatique jaune, museum Kampa- Nadace Jada a Medy Mladkovych.

Nommé professeur à l’Académie des beaux-arts de Prague, il revient en France et participe à la création du groupe Abstraction-Création pensé par Auguste Herbin dans les années 1930. Installé dans un pavillon/atelier à Puteaux où il restera jusqu’à sa mort, Kupka y fréquente  les frères Villon, notamment  Jacques, dont il a été le voisin à Montmartre. À la différence de maîtres reconnus, Kupka restera volontairement à l’écart du jeu mondain de la communication et de la publicité. Kupka perdra son seul mécène et ami, Jindřich Waldes, déporté à Buchenwald en 1939.

Après la guerre, La jeune génération de l’abstraction géométrique consacrera Kupka en l’exposant  régulièrement au Salon des Réalités nouvelles à Paris.

Le Ruban bleu, 1910, Huile sur toile, Musée d’Art Moderne de Saint-Etienne.

Le MNAM lui consacre dès 1958 (un an après sa mort)  une exposition monographique. En 1960, Jean Cassou l’inclut dans l’exposition du Conseil de l’Europe « Les sources du XXe siècle » : le musée national d’art moderne possède une collection riche constituée pour  une large part de la donation de sa veuve, Eugénie Kupka au Mnam en 1963.

 En 2010le Mnam/Cci  réalise une exposition sur Kupka,  hors-les-murs au Musée Picasso de Malaga évoquant un artiste habité par une vision spirituelle et scientiste de l’abstraction et aspirant à l’universel. 

 Frantisek Kupka, Les touches
de piano. Le Lac
, 1909, huile
sur toile, Prague, Narodni Galerie.

Comme l’écrivait en 1975 Thomas Messer, le directeur du Guggenheim, qui réunissait alors 200 oeuvres du peintre, l’exposition fera date en raison des difficultés croissantes de toutes sortes qui sont maintenant inhérentes à l’organisation des grandes expositions modernes, il est probable qu’il faille  attendre des  décennies avant qu’un effort comparable soit mené pour célébrer l’œuvre de Frantisek Kupka dans un musée à New York.

Le  nouveau cadre d’exposition offert en 2018 par le Grand Palais permet de redécouvrir un artiste qui voulait changer le monde avec la couleur.

 

Les treillis soudés d’Edoardo Tresoldi

Edoardo Tresoldi, Locus  (Photographie Roberto Conte DR).

L’artiste Edoardo Tresoldi né en 1987 dans la province de Milan, est considéré comme l’un des nouveaux talents italiens. Depuis 2016, il est à l’origine de  créations différentes : la « reconstitution » de la Basilique de Siponto et une création architecturale éphémère vu au Bon Marché cet automne. Ces créations sont réalisées à partir de treillis soudés.

Photographies de  Giacomo Peppo (DR).

Le souvenir d’une basilique : «  De ses treillis soudés, il crée des architectures qui sont lien entre le ciel et la terre. En 2016, Il fait revivre dans le sud de l’Italie (entre Pescara et Bari sur la mer Adriatique) la basilique Santa Maria Maggiore di Siponto qui était en ruine depuis le XIIIème siècle. Linstallazione-di-Edoardo-Tresoldi-per-la-Basilica-paleocristiana-di-Siponto-©-Giacomo-Pepe-6[1]4 500 mètres carrés de treillis soudé, un poids de 7 tonnes, une structure haute de 15 mètres et 3 mois de travail pour l’équipe de jeunes architectes et d’ingénieurs chargés du projet. C’est aussi un projet pertinent qui va changer radicalement la perception d’un site historique majeur.  Dans son tissage de fil de fer, de ses treillis tressés, Edoardo Tresoldi crée une architecture transparente en rappel d’un tremblement de terre. […] Au départ, pour le ministère de la culture, il s’agissait de créer une couverture pour protéger une très ancienne mosaïque chrétienne.

L’ artiste précise que « le  projet a évolué plusieurs fois, jusqu’à ce que l’architecte Francesco Longobardi voit mon travail et ma pensée” .

Il sera soutenu par le surintendant archéologue Luigi La Rocca. C’est à ce moment-là que le projet a pris forme et que l’idée a été de composer une installation contemporaine dialoguant avec l’architecture du passé.

Autre réalisation cette fois à Paris : le Bon Marché, centre commercial de luxe, a présenté une nouvelle exposition pour  ses clients , sous le nom de  « Aura » : Edoardo Tresoldi a monté deux grandes structures métalliques représentant des fantômes de l’architecture italienne ancienne. Ces structures ont été construites à partir d’armatures de fil métallique.

L’œuvre  a été réutilisée dans le cadre  de la soirée caritative annuelle de la Elton John AIDS Foundation  qui s’est tenue récemment à Londres :

Duras par Delas et autres paysages

Aller chercher une histoire qui va s’effacer avec le temps, avec la destruction sous-jacente de ces murs.L’art dans la rue est aujourd’hui un mode d’exposition qui se banalise, avec le soutien des pouvoirs publics. Au street art s’ajoutent d’autres modes d’expression qui investissent l’espace public, en cours de transformations, comme  en 2016 cette émouvante  Projection mapping d’une vidéo d’animation de Delphine Delas consacrée à Marguerite  Duras dans le quartier Belcier à Bordeaux :  Un hommage à Marguerite Duras, une histoire d’amour et puis, de peuple(s) : Rue de Saïgon, rue du Son Tay, rue Bac Ninh dans le quartier Belcier, derrière la gare Saint-Jean, à Bordeaux...Cet hommage se poursuit en 2017 avec une exposition de street art :

Delphine  Delas et Nicolas Louvancourt proposent enfin une nouvelle projection mapping d’une vidéo d’animation  incluse dans la Saison Paysage de la ville de Bordeaux, le 28 septembre prochain :

« A partir de recherches faites en collaboration avec le Musée d’Aquitaine, sur les mythes et les folklores anciens issus de la région bordelaise, le projet hybride contes de l’époque médiévale, mythes gaulois et légendes modernes pour former un seul récit où le fleuve devient divinité ».

Récit/Illustration: Delphine Delas. Musique/Animation: Nicolas Louvancourt.

Regarder « Garumna ».

Suivre les créations et les projets  de Delphine Delas :

Home

Exposition hommage au Musée Tomi Ungerer

043_dpa-pa_161116-99-200019_dpai A Strasbourg

TOMI UNGERER FOREVER

19|11|2016-19|03|2017
tu_85_antonelli_1-650x1437
Tomi Ungerer vu par Christian Antonelli (détail de l’oeuvre) © Christian Antonelli.
 
Pour fêter le 85e anniversaire de Tomi Ungerer, 100 artistes de France et d’ailleurs ont taillé leurs crayons pour illustrer les liens que leur œuvre entretient avec celle de leur aîné. Si celle-ci s’est d’ores et déjà inscrite par sa diversité et sa créativité dans le vaste champ  de l’histoire de lart.
 La première rétrospective consacrée à Tomi Ungerer a eu lieu  au musée des Arts décoratifs en 1981.
 
006_affiche
 

1981
Connue également sous le titre de « Der kleine Unterschied » (La petite différence), devenue emblématique depuis, cette affiche fut réalisée par Tomi Ungerer pour la rétrospective que François Mathey lui organisa au Musée des Arts décoratifs de Paris à l’occasion de son 50e anniversaire.

Il ne peut s’empêcher d’ironiser sur la fonction de l’artiste avec le motif de l’éléphant trempant sa queue dans un pot de peinture … Il utilise ici son principe de choc visuel, destiné à attirer l’attention du spectateur, et qu’il obtient avec une gamme de couleurs réduite sur un fond sombre, un trait noir compact et une mise en page sobre. 

Kunihiko Moriguchi, artiste japonais, maître de l’art du Yûzen, est à Paris

triangle-au-cercle-1

 

 

 

 

 

 

 

Du triangle au cercle, Kunihiko Moriguchi, 2012. Photo : © Kunihiro Shikata.

Kunihiko Moriguchi est un artiste japonais, maître de l’art du Yûzen, cette technique tricentenaire de peinture sur des kimonos d’apparat. Il a été élevé au rang de « Trésor national vivant » par le gouvernement japonais en 2007. Son père était également « trésor national » et l’a formé à son retour au Japon. En effet, Kunihiko Moriguchi  a vécu en Europe où il a étudié les arts graphiques.

Né en 1941, il étudie la peinture de « style japonais » (nihonga) à l’université des Arts de Kyoto. Il part pour la France à l’âge de 22 ans et étudie à l’École nationale des arts décoratifs.  Il a fréquenté le musée des Arts décoratifs, où il rencontre François Mathey.  

Il se lie d’amitié avec le critique Gaëtan Picon et le peintre Balthus qui l’invite à la Villa Médicis. Ce dernier le persuade de se consacrer à l’art du yûzen, dont le père de Kunihiko est un illustre représentant. Kunihiko Moriguchi  a réalisé son premier kimono en 1967.

Une exposition rétrospective de ses œuvres,  la première, se déroule actuellement à la Maison de la Culture du Japon jusqu’au 17 décembre prochain. Elle réunit 26 kimonos et 11 peintures de l’artiste.

fructification-1