Archives pour la catégorie Fonds d’archives

Un art d’État ? Commandes publiques aux artistes plasticiens (1945-1965)

L’exposition programmée par les Archives nationales à Pierrefitte, du 31 mars au 13 juillet 2017, s’intitule « Un art d’État ? Commandes publiques aux artistes plasticiens (1945-1965) ».

small11rayarn

« L’exposition, réalisée en partenariat avec le centre national des arts plastiques CNAP, s’attache à retracer les liens étroits qui unirent, à la fin de la Seconde Guerre mondiale et jusqu’aux prémices de la décentralisation, artistes et pouvoirs publics ».

Les archives audiovisuelles de l’INA, pour la période des années 1980- 2000, illustrent fort bien ce thème, à travers l’exemple de Pierre Soulages et de la commande publique des vitraux de Sainte-Foy de Conques.

26 mars 1991 : le Ministère de la Culture, mené par Jack Lang, décide de confier à Pierre Soulages une commande exceptionnelle : composer un nouvel ensemble de vitraux pour l’abbatiale romane Sainte-Foy de Conques. L’annonce de ce projet est fraîchement reçue par la critique qui craint de voir le « peintre du noir » assombrir l’édifice et qui remet en cause la dépose des précédents vitraux, témoins des arts décoratifs limousins d’après-guerre.

15 juin 1994 :  un nouveau reportage porte sur la conception et la réalisation des vitraux de l’abbatiale Sainte-Foy de Conques par Pierre Soulages et le maître verrier Jean-Dominique Fleury.

Il débute par quelques vues de la mise en presse de l’ouvrage consacré à ce sujet, coécrit par Christian Heck, Jean-Dominique Fleury, Pierre Soulages et préfacé par Georges Duby.

22593_couverture_hres_0

En novembre 2016  c’était l’anniversaire des vingt ans :

< C’est dans la sobriété et dans la lumière diffuse que l’abbatiale de Conques s’apprête à célébrer un anniversaire un peu particulier. Les 106 vitraux blancs de Pierre Soulages qui ornent l’ abbatiale  fêtent leurs vingt ans d’existence. En 1994, l’installation de vitraux abstraits au sein d’une église romane suscitait une certaine réticence, aujourd’hui, la fierté a gagné le cœur des aveyronnais>.

Exposition Roger Tallon aux Arts Décos : aux origines de la création

20160907_192237tallon

La donation de Roger Tallon aux Arts Décos est ici célébrée à travers une exposition temporaire rue de Rivoli, qui est répartie sur deux étages. Françoise Jollant et Dominique Forest en sont les commissaires. 

L’exposition est  très riche, la revue de presse accueille l’exposition Roger Tallon avec intérêt, compte tenu de l’ingéniosité du designer et de l’incroyable diversité des objets qui l’intéressaient : Sage dans sa scénographie, l’exposition Roger Tallon des Arts décoratifs, à Paris, étonne par la diversité et la modernité des créations de ce designer disparu en 2011. Il a touché à tous les domaines, du « frigidaire » au TGV :

  • les moyens de transport ( une moto « Taon », le rail, avec une collaboration au long cours avec la SNCF : le Corail, le TGV, mais aussi le funiculaire de Montmartre, etc. );
  • la maquette du journal Artpress toujours d’actualité,
  • les mobiliers ( les sièges comme la chaise Sentou ou le lit et les sièges qui figurent dans le film  » La piscine » )
  • le tube de produit solaire Bergasol et les lunettes de soleil ;
  • les bidons d’essence ;
  • les conditionnements de produits de pharmacie,
  • jusqu’à une improbable crèche composée de sièges, commandée pour l’aéroport d’Orly  et dont on expose ici le siège César.
  • L’enfant jésus apparaissait dans une télévision, ce qui est normal pour l’auteur de la célèbre Téléavia. televiseur_portatif_tallon

Roger Tallon était très lié aux Nouveaux réalistes dont Yves Klein, décédé prématurément. César a moulé le fameux pouce de Roger Tallon pour l’une de ses sculptures les plus connues.cesar-baldaccini-vgj

Le portrait et l’histoire de Roger Tallon par Françoise Jollant Kneebonne.

20160907_192552

Pour les amateurs d’art et de design, Roger Tallon (1929-2011), c’est l’extraordinaire escalier hélicoïdal Module 400 en aluminium (1966 et 1974).

tallon-tt-width-653-height-368-fill-1-crop-0-bgcolor-ffffff

Exposition des composants de l’escalier Module M400 édité par la galerie Lacloche, 1966.(©Les Arts Décoratifs, Paris/ADAGP 2016).

 

Car ces créations ont bien sûr été exposées avant cette très complète rétrospective. Michel Ragon, écrivain, critique d’art, a participé avec François Mathey à une exposition de la galerie Lacloche : « Je travaillais sur l’architecture, les objets, je connaissais bien Lacloche un bijoutier de grand luxe de la place Vendôme. Il avait ouvert sa galerie au premier étage, il faisait des expositions de peinture que je soutenais. Un jour, il m’a proposé de faire une exposition sur l’objet. L’exposition chez Lacloche était innovante : les artistes étaient invités à faire des sièges, des bijoux. J’ai incité Lacloche à faire des bijoux d’artistes, comme avec Penalba, puis la seconde exposition, je l’ai faite avec Mathey : ce qu’il avait réalisé au musée des Arts décoratifs sur le même thème m’avait beaucoup plu ».

Cette exposition rassemblait des sculptures, des mobiliers, des meubles de François Arnal, Arman, Alexandre Babeanu, Jef Banc, Berrocal, Martine Boileau, Cesar, Celine Chalem, Louis Chavignier, Michel Guino, James Guitet, Philippe Hiquily, Jacobsen, Radivoje Knezevic, Caroline Lee, Robert Malaval, Matta, Metcalf, Alicia Moi, Nikos, Marta Pan, Georges Patrix, Alicia Penalba, Philolaos, Bernard Rancillac, Day Schnabel, Jurgen Schneyder, François Stahly, Jose Subira Puig, Roger Tallon, Aurello Teno, Claude Viseux, Artigas, Bondt, Din Vanh, Filhos, Knoop, Torun.

C’était un clin d’œil à la célèbre exposition Antagonismes 2 , l’Objet organisée en 1962 au musée des Arts décoratifs.

 

 

 

Christian Sorg au Château de Ratilly

CH_Sorg_002_ok_SRGB_p

Christian Sorg, Rouge de Naples, 2015, techniques mixtes sur toile, 215 x 315 cm

Nouvelles du triangle d’or, suite au Château de Ratilly (89520 Treigny Yonne), l’exposition estivale est consacrée aux peintures de Christian Sorg,
Télécharger le dossier de presse (Peintre français né en 1941, Christian Sorg travaille en France : à Paris et dans les environs de Vézelay, et en Espagne : dans le sud de l’Aragon à Calaceite-Teruel).

jaimeL’exposition de printemps PAPIERS consacrée à Natalia Jaime-Cortez se termine dimanche 12 juin.

Pan 7, encre et pigment sur papier replié, environ 160×140 cm, 2015.

Les différents  concerts et stages proposés font également partie intégrante de ce Centre d’Art vivant.
RAT_4113_b

photo : © Claude Gaspari, 2014.

L’ histoire de Ratilly a fait l’objet d’un ouvrage : « Ratilly, Centre d’art vivant » : Ce livre présente plus de cinquante ans d’ouverture publique et d’animation culturelle variée.  Composé essentiellement des textes originaux qui ont accompagné les catalogues des expositions les plus emblématiques et le concours d’amis poètes, il est illustré de plus de 270 photos . Différents tableaux synoptiques traduisent de manière exhaustive l’ensemble des manifestations depuis les années 1950.

Voir par exemple, 1979 : André du Bouchet et Pierre Tal-Coat, page 112 et 114

page_112_114 Tal coat

1986-2016 : le musée de Laduz fête ses 30 ans

Le musée  de Laduz  créé par la famille Humbert, fête ses trente ans.

Souvent évoqué ici et soutenu par François Mathey et par bien d’autres amateurs d’art  populaire, ce musée va être animé par une nouvelle génération issue de la famille Humbert. Elle axe ses premières expositions temporaires sur le thème des livres  d’artistes et sur celui des créations  réalisées  à  partir des papiers « choisis » :

PAPIERS CHOISIS II du 2 Juillet au 28 Août 2016, Vernissage le samedi 2 Juillet -17h30.

Œuvres de Odon, Bernadette Chéné, et Marie-Thérèse Herbin.

Ces artistes sont issus d’une grande famille liée par le même besoin de créer avec des matériaux simples de la vie quotidienne: papier journal, papier kraft…pour qu’ils soient découpés, pliés, tissés, froissés, tressés, sculptés…se transformant ainsi en véritable œuvre d’art contemporain.  En référence à notre exposition de 2004, “De fibre et de fil”, nous reprenons nos recherches et découvertes d’artistes talentueux et reconnus par leurs œuvres innovantes et étonnantes dans leur conception.

Conférences de juin et recherches en histoire de l’art

 L’ange au sourire de la cathédrale de Reims, XIIIe siècle © Creative Commons – Eric Santos

Le Festival d’histoire de l’art ( FHA) 2016 aura lieu précisément à Fontainebleau, du 3 au 5 juin prochains. Les conférences et tables rondes sont très nombreuses.

 A noter la présence de Nathalie Boulouch, pour une présentation des archives de la critique d’art, au château, salon des fleurs :

Selon le principe d’un inventaire à la Prévert, cette conférence présentera la richesse des collections des Archives de la critique d’art qui ont pour missions de collecter, conserver et valoriser les écrits et les archives des critiques d’art actifs depuis le milieu du XXe siècle. Elles offrent des ressources sur l’art et la création contemporaine grâce à des collections patrimoniales et à une bibliothèque spécialisée.

L’auditorium du musée d’Orsay accueille le 9 juin prochain une journée d’étude ayant pour thème Les musées moteurs de la recherche.

dont voici la présentation :
 Depuis une dizaine d’années, la plupart des grands musées parisiens et en région ont engagé un travail de valorisation de l’aspect scientifique de leur activité.   Pour prolonger et enrichir la réflexion que le musée d’Orsay a lancée sur le rôle et l’organisation de la recherche en son sein, il convie dans son auditorium, avec le soutien de l’Institut national d’histoire de l’art, des personnalités appartenant au monde des musées ou à celui de l’université, à témoigner de leur expérience récente dans ce domaine.
Ce premier rendez-vous est l’occasion pour le musée d’Orsay et l’Institut national d’histoire de l’art d’annoncer la mise en ligne d’une base de données dédiée aux livrets de Salons et expositions de groupe (1673-1914), un outil attendu par tous les historiens d’art.  Au-delà, il est question de mieux appréhender et de faire partager au public les enjeux actuels et futurs ainsi que les modalités de la recherche, telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui dans nos musées.
Le programme  est ici.