Archives de catégorie : Dans les galeries

Cette rubrique rend compte de l’actualité dans les galeries, d’artistes venus d’ailleurs qui ont choisi de vivre et travailler en France : elle constitue un corpus d’artistes consacrés ou non qui ne peuvent pas être
rassemblés sous l’étiquette historiquement datée d’Ecole de Paris. Il s’agit de générations postérieures.

Bien aimable Biennale Paris 2019

Un accueil aimable et pédagogique a été réservé aux visiteurs de ce lieu éphémère de vente d’objets d’art, mis en valeur au Grand Palais pour quelques jours mi-septembre. Dans chaque stand (ou presque), médiatrices et médiateurs vous décrivent peintures et objets sous l’œil vigilant du galeriste : seriez-vous un acheteur sérieux, ou bien un visiteur-amateur qui n’a pas renoncé à venir malgré le coût du billet d’entrée ?

Vues du Grand Palais. L’entrée de la Biennale Paris 2019.
Le décor métaphysique de Vincent Darré.

La scénographie est belle, aérée. Parmi les 71 exposants, aux spécialités très variées, voici quelques œuvres choisies :

  • L’hommage à Carlos Cruz-Diez. Son œuvre se situe au fond de la nef.
Vues de l’œuvre de Carlos Cruz-Diez
« Transchromie ». 1965. Paris.

Figure de l’art cinétique, il est décédé le 27 juillet à l’âge de 95 ans, la biennale le met à l’honneur, en partenariat avec La Patinoire Royale – Galerie Valérie Bach, en exposant une œuvre majeure de l’artiste franco-vénézuélien, « Transchromie ».

Carlos Cruz-Diez lors de son exposition « Carlos Cruz-Diez. El Color Sucede, Museo de Arte Abstracto Espanol, Cuenca, Espagne, 2009 © Courtesy Atelier Cruz-Diez Paris (DR).

Cette œuvre se découvre après la traversée du pavillon du BAHREÏN, Pays invité d’honneur de la biennale (le catalogue est uniquement en anglais). Il comprend essentiellement des œuvres figuratives d’artistes contemporains.

Les regroupements des stands dans les allées, ne sont pas thématiques : ainsi deux galeries, très éloignées l’une de l’autre au Grand Palais, se consacrent à l’art aborigène d’Australie, la jeune Galerie Aborigène de Nicolas Andrin (qui propose un petit catalogue très instructif )et la galerie Arts d’Australie de Stéphane Jacob qui voisine avec un joaillier de Saint-Tropez.

La galerie Capazza basée à Nancay en Sologne, présente un dôme en vitrail 6m x 1,30m, aux motifs gravés et peints avec grisailles, réalisé par Éric Bonte, maître verrier à Paris.

Éric Bonte, Rêveries étoilées, Paris.

La galerie réserve ses espaces aux œuvres récentes de Goudji :

Une sculpture de Dubuffet au détour d’une allée, un peu seule :

et, à la galerie Bayart, la découverte d’un sculpteur, Christophe Charbonnel : ses statues en bronze, monumentales, séduisent.

Christophe CHARBONNEL
Poséidon monumental, photo d’atelier, ca. 200 x 95 x 90 cm, 2018 © M. di Maggio (DR).
Galerie Bayart, vue du stand.

L’historique galerie Claude Bernard  qui a longtemps exposé Goudji, expose Sam Szafran décédé il y a peu :  l’ artiste fera l’objet d’une future exposition rétrospective prévue à l’Orangerie.

Une conférence organisée  par le cabinet des Arts graphiques du Louvre lui rendait hommage en décembre 2018. Elle s’intitulait “Sam Szafran et l’art du pastel”, avec Xavier Salmon, directeur du département des Arts graphiques et Daniel Marchesseau, conservateur général honoraire du patrimoine et historien d’art :

Dans une toute autre galerie figure un portrait exécuté en 1919 par Matisse (“une femme au fauteuil”) dont voici le cartel :

Simon Hantaï, Blancs (détail), 1973, huile sur toile, 212 x 220 cm ©Opera Gallery , Paris (DR).

Dans deux ans, cette manifestation se tiendra ailleurs qu’au Grand Palais, pour cause de travaux.

Photographier paysages et ruines

Photographe français né en 1976, Thomas Jorion vit à Paris et parcourt le monde entier pour réaliser ses paysages singuliers et intemporels. Photographe autodidacte, il réalise ses images en lumière naturelle à l’aide d’un appareil photographique analogique grand format. Il capture des lieux en ruines ou délaissés.

Thomas Jorion figeait les ruines de l’empire colonial français dans le cadre de la série intitulée Vestiges d’Empire, des édifices abandonnés datant de la période coloniale française. Cette série a été présentée à la galerie DX à Bordeaux en 2017 :

Renaissance, Villa Kep, Cambodge.
© Thomas Jorion
Tribunal de Première Instance, Chandernagor, Inde, 2016.
© Thomas Jorion

L’exposition en cours s’intitule Veduta : le photographe propose cette fois une plongée dans l’Italie d’autrefois. Jusqu’au 13 avril 2019 :

A la Galerie Esther Woerdehoff, ouverte du Mercredi au Samedi, de 12h à 19h. 36 rue Falguière, 75015 Paris.

Ses photographies figurent dans les collections des musées :

Au Musée Nicéphore Niepce, à Chalon-sur-Saône :


© Thomas Jorion

A la National Gallery of Victoria, Melbourne, Australie : deux photographies issues de la série réalisée sur l’étrangeté intemporelle des lieux abandonnés :

Blednik, Pologne. © Thomas Jorion

Voir également la conférence ‘Autour de Thomas Jorion’, Cité de l’architecture, Paris, février 2018 avec Monique Sicard (CNRS) : co- auteure de :

La fabrique photographique des paysages avec Aurèle Crasson, Gabrielle Andries.

et Marianne Jakobi, Historienne de l’art comtemporain, co-auteure de l’ouvrage :

Élaborer, transmettre, créer. Essais pour une histoire de l’art diachronique et pluridisciplinaire. Fabienne Colas Rannou, Marianne Jakobi.

Thomas Jorion – Vestiges d’empire, un entretien de 2016 :

Sur la poésie des ruines, voir l’ouvrage de l’archéologue Alain Schnapp, paru en 2015 Ruines : Essai de perspective comparée.

Le précieux art textile de Marie-Rose Lortet

Tricologie monacale© DR Photo Clovis Prevost. 

Au 52 rue Jacob, face à l’emplacement historique de la galerie fondée par Alain Bourbonnais à Paris, la petite galerie d’art et librairie, représentante de la Fabuloserie, expose du 28 octobre 2017 au 30 décembre 2017, les créations de Marie-Rose Lortet.

Cette plasticienne strasbourgoise vit et “tresse” depuis plus de 40 ans à Vernon. En 1967, ses « ouvrages » sont remarqués par Jean Dubuffet qui lui achète quelques pièces.  Elle expose Galerie Delpire en 1969 puis à l’ atelier Jacob. Gilbert Lascault, Colin Rhodes, Linda Goddard, Lucienne Peiry, Laurent Danchin et bien d’autres conservateurs et critiques d’art, ont depuis rendu célèbres ses travaux délicats et poétiques, qui ont rejoint notamment  les collections permanentes nationales, mais aussi celles de la collection de la Neuve Invention à LausanneElle figure depuis longtemp au sein des collections de la Fabuloserie. Alain Bourbonnais l’a fera participer à l’exposition des Singuliers de l’art en 1978, alors que Suzanne Pagé est directrice de l’ARC2, section d’art contemporain du musée d’art moderne de la Ville de Paris.

Architectures de fil, territoires de laine, Masques de laine, théâtre de têtes, ses créations très diverses ont été exposées en 2016 au château de Laval.

Sources :

Collection en ligne du FNAC :

Marie-Rose LORTET Strasbourg (Bas-Rhin, France), 1945.

Vêtement de pluie n°44. Autre titre : Objet qui lutte contre son environnement1987. Objet-sculpture Coton, lin, sucre, résine 100 x 85 x 35 cm S. à la base : Rose Lortet Achat à l’artiste en 1989 Inv. : FNAC 89314 Centre national des arts plastiques. En dépôt depuis le 23/05/1995 : Musée d’art et d’industrie (Roubaix).

VIVRE !! Une exposition de la collection d’art contemporain d’Agnès b.

Cette photographie "Le nageur" de Ryan McGinley, de 2004,
lart-contemporain-version-agnes_0_730_385 ouvre l'exposition en cours à la Cité de l'immigration. Elle regroupe 70 œuvres qui appartiennent à la styliste de mode Agnès b. Cela représente une petite partie d'une collection qui s'est constituée progressivement depuis près de 40 ans.claude-leveque-sans-titre-ensei-gnes-tubes-multicolores-1995-740x370Claude Leveque-sans titre-enseignes tubes multicolores-1995.
C’ est au gré d’affinités, de rencontres avec des cultures et des réseaux très divers, en fonction « d’histoires naturelles », qu’elle a réuni un ensemble unique.  De nombreuses expositions préalables ont permis de dessiner le portrait d’une grande collectionneuse, discrète.
 Agnès b. avait déjà exposé sa collection aux Abattoirs de Toulouse en 2004.
A Villeneuve d’Ascq, c’est une autre facette de cette collection qui a été présentée plus récemment au Lam en 2015.
Depuis longtemps,  Agnes b. mène une action de mécénat et effectue des prêts  d’oeuvres pour des expositions temporaires très diverses.
Elle a par exemple été partenaire de l’ exposition “Seydou Keïta” et de l’exposition “Carambolages”, au Grand Palais en 2016.alighiero-boetti-mappa-del-mondo-tapisserie-sur-toile-1984-600x402
Alighiero Boetti-Mappa del Mondo, tapisserie sur toile-1984.
 jean-michel-basquiat-autoportrai-1983-courtesy-collection-agnes-b-498x700
JEAN-MICHEL BASQUIAT-autoportrait-1983-collection-Agnes-b
Agnès b. a ouvert dès 1984 sa galerie, la galerie du jour, qui poursuit sa programmation.
Mais elle cherche depuis quelque temps un lieu à la périphérie parisienne pour installer sa fondation :
Elle aimerait trouver dans un quartier défavorisé du Grand Paris un lieu qui serait « fonctionnel et sans luxe ». Il comporterait des salles d’exposition, une salle de spectacle et de projection, des résidences d’artistes :
A l’heure où les grands musées du centre de Paris fêtent leur 30 ou 40 ans et où les fondations privées  se focalisent sur leur installation  dans la capitale,  Agnès b. est à la recherche d’un lieu “ouvert vers des visiteurs qui ne sont pas habitués aux musées traditionnels”.

A chacun sa Fiac 2015

Organisée du 22 au 25 octobre, la FIAC, à Paris,  a accueillie cette année 171 exposants. La Directrice du salon depuis douze ans est Jennifer Flay. Au Grand Palais, il y a eu peu de galeries d’art françaises et peu de peintures d’avant les années 1950 et 1960 représentées : donc pratiquement plus d’abstraction géométrique en vue.

20151022_134403

A la galerie Jaeger-Bucher :  on découvre dans la pénombre des petits formats de Klee et de Kandinsky.

20151022_134313

et un beau tableau de Gérard  Fromanger intitulé “Florence, rue d’Orchampt”, 1975. Il a figuré lors de l’exposition ” Mémoire d’un patriache” organisée à l’occasion du 90e Anniversaire de Jean-François Jaeger et de ses 66 années de galerie.

 

20151022_134204
Fromanger

A la galerie Applicat Prazan : une exposition exclusive dédiée à Maurice Estève très colorée,  incluant ses œuvres les plus récentes,

et à la Landau Fine art,  une galerie canadienne de Montréal  : entre autres, Magnelli , Fernand Léger, Jean Dubuffet et Le Corbusier.

Magnelli
Magnelli

20151022_133317

La galerie italienne Tornabuoni  a choisi de rester “en blanc“, en écho à l’une de ses expositions. Elle présentait également  une œuvre  d’ Alighiero e Boetti (1940-1994) :

 

:20151022_13460120151022_134525

Par le choix de la broderie, technique obsessionnelle souvent mise en oeuvre, Alighiero e Boetti est un artiste conceptuel sans équivalent connu dans le monde des artistes contemporains consacrés, la grande Louise Bourgeois l’utilisant de manière moins systématique pour ses auto-analyses arachnéennes.

Un nom coupé en deux, à moins que soudé : Au début des années 1970, Alighiero Boetti se rebaptise Alighiero e Boetti. Cet ajout, qui rompt autant qu’il lie son identité, mérite que l’on égrène quelques interprétations subjectives tant l’OEuvre de cet immense artiste est justement liée à la représentation de l’identité. Alighiero e Boetti comme un  dédoublement, une diférenciation entre le social et l’intime, un pied de nez à l’identité attribuée d’office, une dilution et un renforcement, un signe à la fois morcellement et réunifcation, une manière de disparaître, un point de suture….Alighiero e Boetti est principalement connu par ses grands planisphères et énigmatiques damiers aux carrés de couleur, dont chacun isole la lettre d’un mot, qu’il concevait puis faisait broder par des femmes en Afghanistan, pour un résultat esthétiquement somptueux et, comme il ne s’agit pas de décoration, une sorte de tour de passepasse éblouissant. Bien que cloisonnée par la couleur, la réalisation n’apparaît jamais fragmentée, l’oeil isole difficilement un morceau coloré, elle forme un tout dans les contradictions et le miroitement des couleurs, car la ligne-frontière n’existe pas”.

 

Dans un renfoncement du Grand Palais, on découvre les dernières acquisitions du FMAC (Fonds municipal d’art contemporain de la Ville de Paris) et la démarche artistique du colombien Marcos Avila Forero, ” basée sur la rencontre avec des personnes, un lieu, une histoire, et cherchant à renouer des fils perdus entre traditions ancestrales et pratiques contemporaines”.

Pour son projet Alapargatas de Zuratoque (2013), l’artiste a travaillé avec des familles déplacées par le conflit armé en Colombie. Il leur a proposé d’écrire leur histoire sur des sacs de toile de jute qui ont ensuite servi à fabriquer des chaussures tressées traditionnelles des paysans.20151022_13562820151022_135618

ALPAGATAS DE ZURATOQUE, COSTAL #2, FAMILLE RUSSO CANAS, 2013 – Installation 1 Paire de chaussures en toile de jute tissées à la main, Tirage photographique numérique couleur sur papier Classic RC, plastification matte, contrecollée sur plaque Dibond 2mm et châssis aluminium sur CC, 100 x 150 cm, Pièces uniques, Production Palais de Tokyo (Paris), Prix Découverte des Amis du Palais de Tokyo 2012. A découvrir ici.

fiac_01marteau

Gilles Drouault de la galerie de Multiples, face à l’entrée, (et à la sortie) proposait à la vente des marteaux : un “marteau au manche ondulé qui est censé représenter l’onde de choc produite quand on enfonce un clou quand on s’en sert”.

Ils rappellent un peu ceux que propose Carelman, dès les années 1970 :

 Catalogue d’Objets Introuvables (Catalogue d’Objets Impossibles) :Jacques Carelman, Français, Marseillais pour être plus précis, et un contemporain. Peintre, sculpteur, illustrateur, metteur en scène et, fondamentalement, autodidacte. Il utilise l’humour en créant. Il invente et imagine en fusionnant la logique et l’absurdité avec une grande subtilité. Il déforme la réalité que nous connaissons tous. Il amuse et s’amuse.
who_is_banner_1

Il est né en 1929 et dès 1956 il vit à Paris où il  a commencé par réaliser des décors pour théâtre et des illustrations de livres. Il est connu dans le monde entier principalement par son Catalogue d’Objets Introuvables (Catalogue d’Objets Impossibles), imaginé et publié en 1969 comme une parodie à un catalogue de vente par correspondance en imitant le style du fameux Manufrance. À partir de 1972 avec sa première exposition,[organisée au musée des Arts décoratifs à Paris avec François Mathey] et sans interruption, ses objets ont été présentés dans de nombreux musées, galeries d’art, de centres culturels, d’étrennes et salons d’Europe, du Canada, des États-Unis, de l’Amérique latine et du Japon. 

Au Grand Palais, à signaler cette année, l’activité soutenue des visites guidées  qui permettait au public de s’initier à l’ art contemporain : elles ont rencontré un grand succès. Le prix d’entrée (35 euros) reste toutefois très élevé car il s’agit bien d’une foire commerciale et non d’un musée.

L’ancien commissaire du 60 e salon de Montrouge, Stéphane Corréard dans le Quotidien de l’Art, a annoncé qu’il allait lancer une foire de galeries françaises à Paris :

L’idée était dans l’air depuis un moment. Ancien directeur du Salon de Montrouge, Stéphane Corréard compte lancer un nouveau salon baptisé « Galeristes » en décembre 2016, sans doute au Carreau du Temple, à Paris. « J’aimerais réunir quarante des meilleures galeries indépendantes françaises, des galeries qui sont des passeurs », nous a-t-il confié. Et d’ajouter : « J’ai beaucoup d’amis marchands déboussolés par les évolutions du marché de l’art »..