Archives de catégorie : Séminaires, conférences, communications

Hommages à Michel Ragon, en ligne

Michel Ragon vient de disparaître.

France Culture a mis en ligne une émission diffusée pour la première  fois en 1985. Le bon plaisir – Michel Ragon (1ère diffusion : 19/01/1985) :

Par Jean Daive – Avec Michel Ragon (écrivain, critique d’art et d’architecture, historien de l’art, historien de la littérature prolétarienne et de l’anarchisme) ; les peintres Jean Chevolleau, Zao Wou-Ki et Jacques Poli ; Jean Chauvin (sculpteur), Jim Dandurand (libraire), Henri Laborit (neurobiologiste) et Maurice Joyeux (ouvrier, libraire, écrivain, militant) – Avec les voix de Henry  Poulaille et Le Corbusier – Réalisation Pamela Doussaud.

Le site internet du Centre Pompidou avait mis en ligne un entretien filmé avec Michel Ragon, qu’il présentait ainsi :

bibliographie-michel-ragon

Écrivain, poète, historien, essayiste, romancier, critique d’art et d’architecture, Michel Ragon s’engage très tôt aux côtés des artistes de CoBrA, de l’art abstrait, de l’art informel, de l’art cinétique ainsi que de l’art brut. En 1965, il fonde le GIAP (Groupe international d’architecture prospective), qui défend la prospective architecturale. Dans le cadre de la nouvelle présentation des collections modernes 1905-1965 du Centre Pompidou, une salle est consacrée à ce passeur immense, « visionnaire » engagé dans son temps”.

Dans cet entretien filmé de 45 minutes avec Bernard Blistène, Michel Ragon évoque notamment Martin Barré et James Guittet, ses amis de jeunesse, à Nantes,  Poulaille qui l’accueille  à Paris, la critique d’ art et d’architecture, Le Corbusier,  l’art abstrait, les Américains, mais aussi Dubuffet, Chaissac et l’art brut,  les modes d’expression populaire.

2015-10-06-09-45-46--708806071

D’autres vidéos sont en ligne, illustrant la multiplicité  de ses activités  et  de ses centres d’intérêt :

– Sur son livre, D’une berge à l’autre, qui retrace une partie de sa vie ;

– Sur sa passion pour l’architecture : il a participé à un documentaire qui retrace le parcours, en  Europe, à partir du milieu des années 1950, ” d’une jeune génération d’architectes  qui refuse le dictat hyperfonctionnaliste et rêve d’une autre manière de penser la ville et l’habitat. Cités spatiales ou mobiles, maisons bulles, souterraines ou volantes, l’architecture devient un champ d’expérimentation sans pareil, porté par l’innovation technologique et s’ouvrant à de multiples territoires”.

Ce film sur  l’utopie architecturale, a été réalisé par Julien Donada en collaboration avec le FRAC Centre. Il comprend le témoignage  de nombreux acteurs de cette génération : Yona Friedman, qui vient lui aussi de disparaître , Michel Ragon, Peter Cook, Hans Hollein, Claude Parent, Andrea Branzi.

Les Visionnaires (extrait) 2013 Une autre histoire de l’architecture Réalisation : Julien Donada Production : Petit à petit.

Un de ses nombreux livres lui tenait particulièrement à coeur :

L’Homme et les Villes :

“Confronter l’homme et les villes, c’est s’apercevoir que l’homme n’a cessé d’être fasciné par les villes, utopiques lieux de toutes les libertés mais qu’en même temps ces cités sont l’émanation d’un pouvoir qui devient vite tyrannie. Produit de l’Histoire et lieux où se fait l’Histoire, les villes sont à la fois le territoire de l’aliénation et de la permissivité”. 

Un lieu lui tenait aussi à  coeur : la chapelle de Notre-Dame du Haut à Ronchamp, conçue par Le Corbusier. Jean Prouvé y réalise un campanile dans les années 1970 et en 2011, Renzo Piano  intervient sur la colline qui entoure la chapelle  – (Sur l’histoire de ces constructions et de leurs acteurs).

– Sur le site Internet de Michel Ragon figurent d’autres vidéos.

L’INHA et les archives de la critique d’art avaient consacré  en 2010 à  Michel Ragon un colloque, tenu en sa présence : « Michel Ragon, critique d’art et d’architecture ».

Michel Ragon a consacré de nombreux articles aux expositions temporaires de son temps aux côtés, notamment, de Pierre Restany.

L’association des archives de la critique d’art, qui conserve une partie de ses archives, lui a rendu hommage.