Archives pour la catégorie Séminaires, conférences, communications

Nouveau site pour la Lettre « Arts et Sociétés »

La lettre du séminaire Arts et Sociétés a adopté une nouvelle présentation à découvrir. Pour son numéro 100 ( Les choses au musée) David Guillet mène une réflexion sur les arts graphiques et plus précisément sur le dessin.

Arts & Sociétés

Les expositions de dessins à Paris

Peut-être moins visibles que le musée d’Orsay, qui met en valeur actuellement dans une exposition les dessins  de Degas trois autres institutions, La Fondation Custodia, le  département des Arts graphiques du musée du Louvre,  et le cabinet Jean Bonna  à l’ENSBA, accueillent plusieurs expositions de dessins qui permettent de souligner la richesse de ces fonds :

Trois expositions temporaires sont organisées simultanément par la Fondation Custodia qui accueille également une artiste contemporaine  :

L’Orage, huile sur toile, 48 × 63 cm
Strasbourg, musée des Beaux-Arts
inv. 937 / Photo : M. Bertola. DR

Le paysage sublime, Georges Michel, du 27 janvier au 29 avril 2018 : « L’occasion de venir découvrir Georges Michel (1763-1843), autour de la première exposition exclusivement consacrée à l’artiste. Admiré de Vincent van Gogh, Georges Michel est considéré comme le précurseur de la peinture en plein air. Influencé par les peintres du Siècle d’or hollandais et surnommé le « Ruisdael de Montmartre », il demeure encore aujourd’hui peu connu du grand public » .

Les Portraits en miniature, du 27 janvier au 29 avril 2018 présente pour la première fois la collection de portraits en miniature de la Fondation Custodia, soit près de 65 portraits qui permettent d’illustrer la richesse et la diversité de ce fonds : Initiée par Frits Lugt (1884-1970), la collection a été enrichie par les directeurs successifs de la Fondation Custodia. Ainsi, elle compte aujourd’hui plus de 100 portraits créés entre le XVIe siècle et les premières décennies du XIXe siècle, avant que la production ne soit peu à peu supplantée par la photographie. Reflet de l’histoire de son développement, les écoles anglaise, française, hollandaise et flamande prédominent dans la collection et a fortiori dans la sélection. A travers un parcours chronologique, l’exposition tend à faire découvrir au public la spécificité de ces précieux portraits en miniature, peints à la gouache ou à l’huile, sur ivoire, vélin ou sur cuivre. Les œuvres en émail participent également de cette typologie et sont illustrées par l’Autoportrait de Jean Petitot, qui parvint à perfectionner la technique de l’émail grâce à laquelle ses œuvres attinrent un grand raffinement.

Samuel Cooper (Londres 1607/08-1672 Londres)
Portrait de Margaret Lemon
Aquarelle sur vélin, 120 × 98 mm
inv. 395.©Fondation Custodia, Collection Frits Lugt, Paris. DR
  • L’Œil de Pascale-Sophie Kaparis : Ger Luijten, directeur de la Fondation Custodia, accueille régulièrement des artistes contemporains à l’occasion d’expositions au 121 rue de Lille à Paris. Il offre aujourd’hui un espace à Pascale-Sophie Kaparis. Artiste française née au Maroc, Pascale-Sophie Kaparis a eu carte blanche pour concevoir une œuvre en lien avec les portraits en miniature de la Fondation Custodia.Voir le site de Pascale-Sophie Kaparis.
Louis Jean Desprez, Promotion médicale, vers 1790.©Fondation Custodia, Collection Frits Lugt, Paris. DR

La Fondation Custodia présente également ses acquisitions récentes:  Art sur papier, du 27 janvier au 29 avril 2018 : « Une collection est un édifice, chacune de ses pièces venant consolider l’ensemble. Telle était la philosophie de Frits Lugt (1884-1970), historien d’art émérite, marchand, collectionneur et fondateur de la Fondation Custodia. Frits Lugt aimait particulièrement les œuvres sur papier – dessins, estampes, autographes d’artistes – qui constituèrent bientôt le cœur de sa collection, ainsi que sa spécificité. L’attachement de la Fondation Custodia aux arts graphiques relève donc de son identité, comme le prouve l’étendue de son fonds, ainsi que les nombreuses expositions dédiées à l’art sur papier qu’elle organise. L’objectif ici est de faire découvrir une partie des collections de dessins, estampes et lettres de la Fondation Custodia à Paris, qui ne sont habituellement accessibles que sur rendez-vous. Les œuvres sur papier étant particulièrement fragiles, elles ne quittent souvent leurs boîtes de conservation que le temps d’une consultation. Cette exposition est aussi un moyen de valoriser une politique d’acquisition exigeante autant que soutenue, qui fait de la Fondation Custodia l’une des institutions muséales privées les plus dynamiques en France. »

Au musée du Louvre : vient de se terminer l’exposition Dessiner en plein air Variations du dessin sur nature dans la première moitié du 19e siècle.

  • La commissaire Marie-Pierre Salé en fait une présentation d’une heure, illustrée par les dessins de l’exposition,  lors de sa conférence du 8/11/2017, en ligne :  » La pratique du dessin en plein air, sur le motif, est bien attesté en France (comme en Europe) au 17e siècle et devient courant au 18e siècle. Au 19e siècle, jugée indispensable à la formation des jeunes artistes, elle ne cesse d’évoluer et prend une place capitale dans l’histoire du dessin. Les expressions « sur nature », « d’après nature », « sur le motif » ont cependant une signification très fluctuante, incertaine, désignant aussi bien le dessin d’observation ou d’étude scientifique que le croquis d’étude, l’exercice d’élève, le relevé d’architecte, le dessin militaire, le dessin de mémoire, les notes de voyage – ou le rendu à peine esquissé d’une impression fugitive… Le dessin sur nature se définit progressivement comme une œuvre en soi, une œuvre achevée ayant sa propre justification, sa propre finalité. L’espace de l’atelier et le plein air ne sont pas toujours des mondes distincts, et les artistes se situent souvent dans un va-et-vient entre les deux. Si le sujet est bien distinct de celui de la peinture de plein air, la question de la couleur, prise directement sur le motif ou retravaillée en atelier à partir de notes de plein air, s’impose aussi au dessinateur. L’exposition réunit plus d’une centaine de dessins et eaux-fortes, et permettra de voir une trentaine de carnets de croquis, instrument par excellence du dessin de plein air ».

 

En cours, au cabinet Jean Bonna  à l’ENSBA : du 30 janvier au 13 avril 2018, Dessiner d’après les maîtres : Poussin, Fragonard, Géricault…

Commissariat : Emmanuelle Brugerolles  ( Téléchargez le communiqué de presse).

Après avoir obtenu l’appellation « Musée de France » en juillet 2017, les Beaux-Arts de Paris projettent de déployer et faire connaître leurs riches collections dans le cadre d’un futur parcours muséal. D’ores et déjà, le cabinet Bonna permet au public de découvrir l’originalité de ses collections de dessins, dont la vocation pédagogique fut et demeure essentielle. Pour illustrer cette dimension, les Beaux-Arts de Paris ont choisi de montrer le regard des artistes face aux maîtres qui les ont inspirés tout au long de leur parcours. 33 dessins aux approches et aux techniques variées (sanguine, pierre noire, lavis…), rendent compte de la force de ce rapport d’admiration et d’inspiration entretenu entre les grands artistes de divers générations, qu’il s’agisse d’études et de copies d’après d’illustres modèles ou d’emprunts mutuels. […] Dès la création de l’Académie royale de peinture et de sculpture, l’étude des grands maîtres fait partie intégrante de l’enseignement, par le biais des conférences prononcées par les académiciens qui prônent les exemples de Raphaël, Nicolas Poussin et de l’école bolonaise, et notamment les frères Carrache. Les dessins exécutés par Eustache Le Sueur, Sébastien Bourdon ou Paul Baudry illustrent leur attachement à ces maîtres qui deviendront des références bien ancrées dans la tradition française. Ainsi, l’École d’Athènes et les Stanze de Raphaël ou les Sacrements de Poussin servirent abondamment de sources d’inspiration aux artistes de toutes générations, peintres ou sculpteurs. Il faut attendre le XIXe siècle pour que la terribilità du Jugement Dernier et la majesté des tombeaux des Médicis de Michel-Ange, séduisent les artistes français, qui en donneront des interprétations d’une puissance étonnante, à l’image des études de Théodore Géricault ou de celles de Jean-Baptiste Carpeaux. L’école hollandaise n’est cependant pas oubliée, comme le montrent les interprétations d’après Rembrandt van Rijn, faites à l’occasion de la découverte de ses dessins ou de ses tableaux dans des collections particulières : l’étude d’homme nu de Charles-Nicolas Coypel ou L’enlèvement de Ganymède de Jean-Honoré Fragonard, d’une intensité graphique remarquable, en offrent des exemples saisissants.

Jean-Baptiste Carpeaux sut reconnaître chez certains de ses contemporains, tels que Théodore Géricault ou Eugène Delacroix, la fougue créatrice qu’il traduira dans son propre langage. La collection des Beaux-Arts de Paris doit sa richesse à la générosité de ses donateurs – aussi bien artistes qu’amateurs parmi lesquels il faut citer Horace His de la Salle, Édouard Gatteaux, Jean Masson et Mathias Polakovits – qui ont eu le souci d’offrir à cette école leurs dessins à des fins pédagogiques, pour que les jeunes élèves puissent se nourrir des grands maîtres. Que cette exposition leur soit dédiée.

A paraître le catalogue : Carnet d’études n°42. Dessiner d’après les maîtres, Poussin, Fragonard, Géricault…Textes d’Olivier Bonfait, professeur à l’université de Dijon et d’Emmanuelle Brugerolles, conservateur général du patrimoine.

Colloque « Art et Camouflage »

Le colloque « Art et camouflage » se déroulera les 14 et 15 décembre prochains à l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris : Ce colloque est proposé par Patrice Alexandre, artiste, ancien enseignant aux Beaux-Arts de Paris, Jean Yves Jouannais, critique d’art, essayiste, enseignant (Beaux-arts de Paris), Alexandre Lafon, historien, conseiller à la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale, Patricia Ribault, enseignante (Beaux-arts de Paris, Humboldt Universität Berlin) et Didier Semin, enseignant, (Beaux-arts de Paris), en collaboration avec le séminaire « Spatialisation de la mémoire » de l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne.

Avec le soutien de la Mission du centenaire 14-18, de la Première Guerre mondiale :

« Dans Autobiographie d’Alice Toklas, paru en 1933, Gertrude Stein raconte une anecdote restée célèbre : en 1914, Picasso, voyant, boulevard Raspail à Paris, un canon recouvert de motifs zébrés noirs, kaki et ocre, en partance pour le front, se serait écrié « c’est nous qui avons fait ça ! ». « Nous », c’est-à dire, bien entendu, les cubistes. L’affirmation n’était pas absurde. Guirand de Scevola, un portraitiste qui a créé dans l’armée française, au début de la Première Guerre mondiale, les « sections de camouflage», a dit même s’être inspiré des formes brisées de la peinture cubiste pour concevoir les premiers motifs destinés à dissimuler sur les champs de bataille combattants et matériels. »

 Si en 14-18, l’armée française crée donc la première section de camouflage ( dont l’emblème est un petit caméléon brodé sur un brassard rouge et blanc), il est moins sûr que ses activités soient inspirées du cubisme :

Ce « mythe cubiste » repose sur des bases fragiles. En fait, si certains liens existent en effet entre cubisme et camouflage, les cubistes n’ont pas été à l’origine de cette activité nouvelle au sein de laquelle ils ont toujours été en minorité. Car en 1915-1918, il s’agissait bien moins de décomposer les formes que d’imiter le plus scrupuleusement possible la nature afin de dissimuler armements, positions, routes, véhicules, etc. Ainsi, même si cette vision des choses paraît moins séduisante, peut-être est-il temps de reconnaître que ce sont finalement les décorateurs de théâtre, d’opéra ou de cinéma qui ont donné le ton dans cette pratique nouvelle.

A découvrir dans le programme : prg-Colloque-CAMOUFLAGE-cahier-maison-DEF.-1.12.18

Les road movies de Jean Rouch

Filmer l’ Afrique dans les années 1950 jusqu’aux années 1970 : c’est ce qu’a fait Jean Rouch à qui la BnF consacre une exposition temporaire :

Jean Rouch et Damouré Zika sur le tournage de Jaguar, Gold Coast (Ghana), 1954, Département des Manuscrits/BnF © Fondation Jean-Rouch (DR).

« Jean Rouch aurait eu cent ans en 2017. L’exposition Jean Rouch, l’Homme-cinéma met en lumière la vie et l’œuvre d’un homme inclassable, explorateur, ethnographe, photographe, cinéaste. Auteur de 180 films tournés principalement en Afrique, Jean Rouch a lié le cinéma et l’ethnographie d’une manière unique. Entre ses mains, la caméra est devenue un nouvel outil d’investigation sur les hommes, leurs croyances, leurs imaginaires. Se moquant des prétentions à la neutralité de la science, Jean Rouch a assumé avec enjouement sa subjectivité et une relation de partage avec ceux qu’il filmait ».

Du 26 septembre au 26 novembre 2017, 40 films seront diffusés sur tous les écrans audiovisuels de la Bibliothèque du Haut-de-jardin, et en salle A, salle attenante à la Galerie des donateurs.

Jean Rouch est décédé en 2004 au Niger. Ces films, tournés essentiellement en Afrique dans le cadre des missions ethnographiques au Soudan et au Niger, par cet élève de Marcel Griaule, se déroulent pour les plus connus,  avant les indépendances.

Aux côtés de Jean Rouch, Damouré Zika. Infirmier, acteur preneur de son, il a participé au film Jaguar Gold coast et au célèbre Maîtres fous, de 1955,  Grand Prix de la Biennale internationale du cinéma de Venise –  dans la catégorie Film Ethnographique, en  1957.

Plus récent en 1974, le film Cocorico Monsieur poulet est un road movie franco-nigérien de Dalarou – pseudonyme pour le trio Damouré Zika, Lam Ibrahim Dia et Jean Rouch – sorti en France en 1977.

A l’occasion de l’exposition, la BnF met aussi en avant ses archives sonores :  en ligne sur Gallica, ces « échos de la forêt africaine » et ces percussions d’un festival au Ghana, extraits d’un disque  45 tours datant de 1960.

Comme le précise Clara Pacquet :

« Rouch construit sa définition de l’anthropologie à partir d’un héritage hétérogène, dans lequel il puise toujours à nouveau, afin de produire des formes de savoir par le cinéma ».

Clara Pacquet interviendra au séminaire Arts et Sociétés  le 7 mars 2018 sur le thème « Jean Rouch et les choses ».

PROGRAMME ARTS & SOCIETES

Le rêve des formes : Arts, sciences & cie

Œuvre de l’artiste d’art numérique, Katja Novitskova : Approximation V, 2013, photo: Nils Klinger.

Katja Novitskova  expose actuellement au Pavillon estonien de la 57e Biennale de Venise. Elle aborde les potentialités émergentes de la culture visuelle, du big-data et de l’écologie :

If Only You Could See What I’ve Seen with Your Eyes. Commissaire: Kati Ilves
Lieu d’exposition : Palazzo Malipiero.

Alain Prochiantz, titulaire de la chaire Processus morphogénétiques, au Collège de France et Alain FleischerLe Fresnoy – Studio national des arts contemporains, organisent du 5 au 7 septembre 2017, un colloque au Collège de France, ayant pour thème « Le rêve des formes : Arts, sciences & cie » (COLLOQUE LE REVE DES FORMES). Au sein de ce programme pluridisciplinaire, deux interventions  d’historiens de l’art, qui sont également commissaires d’exposition, peuvent être plus particulièrement signalées :

  • Le 5 septembre, Laurence Bertrand Dorléac, Professeure à Sciences Po, évoquera la prochaine exposition temporaire dont elle est co-commissaire, au Grand Palais, en mars 2018 : Artistes et Robots. Acte 2 ; 
  • Le 7 septembre, Georges Didi-Huberman (Directeur d’études, EHESS ) traitera de La dialectique des formes : une question disputée.

Alain Fleischer  et Claire Moulène sont par ailleurs commissaires d’une exposition temporaire intitulée « Le Rêve des formes – Art, science, etc » qui est actuellement présentée au Palais de Tokyo jusqu’au 10 septembre prochain :

«  L’exposition présentée à l’occasion du vingtième anniversaire du Fresnoy – Studio national des arts contemporains, est conçue comme un paysage imaginaire, un jardin monstrueux où se cultivent des formes périssables et des surfaces en germination, des organismes protubérants et de plates silhouettes. Les artistes et chercheurs rassemblés dans « Le Rêve des formes » témoignent de leur rencontre avec de nouvelles possibilités de représentation, issues de découvertes scientifiques et techniques récentes, qui bouleversent notre façon de voir et de montrer. En renouvelant grâce à cela le champ du perceptible – nanotechnologies, imagerie de synthèse, scan 3D, stéréolithographie… –, ces nouvelles visualisations nous laissent présumer de géométries encore inconnues. Des images, des transcriptions, des modélisations, des formes spéculatives produites par les inventeurs et savants des sciences prospectives, issues des mathématiques, de la physique, de la biologie, de l’optique ou de la chimie par exemple, rejoignent ou inspirent des œuvres qui résultent des greffes opérées entre art et science, entre spéculation et invention, par une vingtaine d’artistes contemporains ».

Toujours au Palais de Tokyo, Claire Garnier, Laurent Le Bon et Florence Ostende  présentent une exposition intitulée  » Dioramas » qui fait redécouvrir « une source d’inspiration inattendue des artistes contemporains : le diorama. L’exposition déconstruit de manière inédite l’histoire du regard, au croisement de l’histoire, de l’histoire de l’art, du cinéma, du monde de la scène, des arts populaires et forains et de l’histoire des sciences et techniques ».

Feuilleter le catalogue.