Archives de catégorie : Choses vues

Habitants paysagistes : contribuer à une cartographie des maisons et jardins singuliers

Le Musée “Lille Métropole Musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut”, le LAM à Villeneuve d’Ascq, a lancé une initiative destinée à  rechercher, signaler, pour les conserver, les sites des habitants paysagistes qui ne font pas encore  l’objet d’une protection, au titre du patrimoine :

“Il a réuni par ses propres recherches une importante documentation grâce, notamment, aux fonds d’archives de L’ Aracine, de Francis David, d’André Escard, de Claude et Clovis Prévost. Il a créé des réseaux d’échanges avec des amateurs, des universitaires, des restaurateurs, mais aussi avec les services de l’Inventaire du Patrimoine et la conservation des Monuments historiques. Il y a urgence à sauver – le maintien du site sur place est toujours à privilégier –, à restaurer dans leur matérialité ces réalisations mais aussi urgence à les documenter pour sauvegarder leur mémoire immatérielle. Le lien entre patrimoine physique et patrimoine immatériel apparaît indispensable pour assurer une meilleure représentation des sites d’habitants paysagistes qui font le lien entre art savant et art populaire”.

Ces sites sont fragiles : ” Parce qu’ils ont longtemps été considérés comme une manifestation du mauvais goût, comme des curiosités ou des excentricités, la destruction des sites d’habitants paysagistes s’est souvent imposée. Ces œuvres développées sur des années, sont étroitement liées à la personnalité et à la vie quotidienne de leur auteur ; dès lors que celui-ci disparaît, l’œuvre est en péril en subissant rapidement le vandalisme, les intempéries. Néanmoins, ces architectures, ces environnements ont suscité un intérêt réel qui les a fait entrer dans le champ de l’art. Comment préserver et restaurer ces environnements construits avec des matériaux précaires ? Comment enregistrer la mémoire des bâtisseurs et comment documenter ces sites ? Comment les prendre en charge ? La cartographie proposée ici est un outil pour faire connaître ces lieux, préserver leur mémoire et les faire revivre”.

À partir des fonds d’archives conservés à la bibliothèque Dominique Bozo du LaM (dirigée par Corinne Barbant) : ” le musée a décidé de constituer une base de données à l’aide du logiciel libre Omeka afin de porter à la connaissance de tous, ces lieux disparus ou encore visibles dans leur contexte. De nouveaux contenus issus des archives du musée et des contributions des internautes enrichissent la base le 10 de chaque mois”.

Explorer les sites d’habitants paysagistes.

Après cette période dédiée aux voyages immobiles imposés à tous,  il sera possible de sillonner à nouveau  le territoire, pour contribuer à cette cartographie :  Vous connaissez un site d’habitants paysagistes ? Nous faisons appel à tous pour contribuer à la valorisation et la documentation des habitants paysagistes. Nous vous invitons via la page de contribution à déposer des informations et des documents permettant d’enrichir notre cartographie des maisons et jardins singuliers. N’hésitez pas à nous signaler l’existence de sites d’habitants paysagistes et à nous informer de leur sauvegarde ou de leur mise en péril”. Pour contribuer, voir le projet.

Musée de la Création Franche.

Récit d’un découvreur, parmi d’autres : à l’occasion des 30 ans du musée de la Création Franche à Bègles, Bernard Chevassu, qui a contribué à la genèse du musée, comme l’indique son fondateur, Gérard Sendrey, a rappelé ses vagabondages  en France  à la découverte de ce type d’environnements et le sauvetage en 1977, des sculptures de  François Portrat à Champjean dans l’Yonne.  La fille de François Portrat ne s’est pas opposée au sauvetage de ces créations, que Bernard Chevassu a transportées lui-même jusqu’à Lausanne, pour rejoindre la collection de la Cie de l’Art Brut créée par Jean Dubuffet.

Bernard Chevassu est aussi un créateur :“Il utilise de nombreux matériaux tels que le bois et le papier qu’il assemble pour créer des profils de primates. Ses sculptures évoquent des scènes de chasse sous la forme de silhouettes bleues confrontées à des ours et à des mammouths dans des environnements sombres, parfois noirs de lave qui semblent pétrifiés et sourdement hostiles.”

Biographie de Gérard Sendrey.
Sculptures de François Portrat en exposition à la Collection de l’Art Brut, 1980. photo : Pierre Battistolo, Archives de la Collection de l’Art Brut, Lausanne (DR) en ligne.

B. Chevassu a écrit sur François Portrat et il a intégré le conseil consultatif de la collection de l’art brut, jusqu’en 2001.

L’Art Brut ,numéro 11, 1982.
par Albert Dasnoy : Léontine ; par André Requet : Sylvain Fusco ; par Guy Filippa : Aloïs Wey ; par Michel Thévoz : Edmund Monsiel, Samuel Daiber et Thérèse Bonnelalbay ; par Roger Gentis : André Robillard ; par Vittorino Andreoli : Les dernières années de Carlo ; par Claude Massé : Joseph Vignes ; par Dominique Stroobant : Italo Perugi ; par Bernard Chevassu : François Portrat.