Archives de catégorie : Choses vues

Toutes les couleurs d’Herbin : enfin !

Le musée de Montmartre dédie une exposition très réussie au peintre Herbin.

 “Le musée de Montmartre est le premier musée parisien à consacrer une exposition rétrospective à Auguste Herbin, dans la ville où il a créé toute sa vie. Elle retrace, avec des œuvres souvent inédites, les sept périodes de création du peintre : postimpressionnisme, fauvisme, cubisme, objets monumentaux, nouvelle figuration, première et seconde abstraction. Herbin retrouve ici sa juste place dans l’histoire de l’art moderne, et nous donne à découvrir des œuvres de tout premier plan pour chacune des périodes créatrices traversées.”

Pourtant son talent est connu. Gilles Deleuze disait de lui en 1988 :

“Parmi les grands abstraits, celui qui est sans doute allé le plus loin dans le sens de l’invention d’un code pictural […] c’est Auguste Herbin. Pour ceux qui connaissent ce peintre abstrait, je crois que c’est un des seuls abstraits qui soit vraiment, dans son essence, un coloriste”. Gilles Deleuze, SUR LA PEINTURE, COURS DU 28 avril 1988.

 

Voici quelques vues de l’exposition qui suit un parcours chronologique, des premières peintures du jeune peintre, aux différents mouvements plastiques qui traversent successivement ses œuvres :

Auguste Herbin, né à Quiévy le 29 avril 1882 et mort à Paris le 31 janvier 1960, est un peintre abstrait français, théoricien autant que praticien de l’abstraction. Auguste Herbin a passé son enfance au Cateau-Cambrésis. Il étudie à l’académie des beaux-arts de Lille de 1898 à 1901 dans l’atelier de Pharaon de Winter, puis s’installe à Paris en 1909.

Œuvres de jeunesse :

Un mystérieux paysage nocturne qui évoque ceux des symbolistes belges (Paysage nocturne à Lille, 1901).

Auguste Herbin dans l’atelier de Picasso. Il se rapproche progressivement du cubisme après avoir rencontré Pablo Picasso et Georges Braque en 1909 au Bateau-Lavoir à Paris.
Présentation à l’étage, de la vie d’Auguste Herbin à Montmartre
Portrait d’Auguste Herbin, 1901.
La “nouvelle peinture”
Autoportrait
Herbin produit ses premières toiles abstraites en 1917.

La création d’objets monumentaux : en 1919, Herbin décide d’abandonner le cubisme, pour lui dépassé ; il écrit à Albert Gleizes: « L’art ne peut être que monumental. » Il réalise alors sa série d’« objets monumentaux ». Ses peintures sur bois géométriques en relief remettent en question le statut de la peinture de chevalet. Cependant elles sont très mal accueillies, y compris par les critiques favorables au cubisme. 

Il quitte Paris et se retire à Cateau-Cambrésis.

La courbe au milieu des années 1920.
Une nouvelle recherche : le réalisme magique
L’alphabet plastique

Salon des réalités nouvelles 1963

Herbin salué par Jean Cassou :

Le dossier de Presse : DP-Herbin-2024

La dernière rétrospective de son œuvre a eu lieu en 2013 au musée Matisse au Cateau-Cambrésis et au musée d’art moderne de Céret.

Merci à Céline Berchiche et à Mario Choueiry, historien de l’art, commissaires de cette exposition qui retrace les différentes étapes de la production picturale d’Herbin.

Céline Berchiche est historienne de l’art, critique d’art, enseignante et expert en art. Docteure, elle est l’auteur d’une thèse sur Auguste Herbin soutenue en 2012 à l’université Paris 4 Sorbonne, sous la direction de Serge Lemoine. Céline Berchiche écrit pour des musées, des galeries des revues et donne régulièrement des conférences. Spécialiste de l’art abstrait, concret et minimal, elle écrit sur des artistes historiques de ce mouvement (Richard Mortensen, Olle Baertling, Jean Dewasne, Victor Vasarely, Aurélie Nemours, Marcelle Cahn etc.) et sur des contemporains. Par ses nombreuses publications et conférences, elle a collaboré avec des musées, des galeries, et des institutions en France et en Europe. Elle est membre de l’AICA (l’Association Internationale des Critiques d’Art) depuis 2018.