Tous les articles par Brigitte Gilardet

Portrait de Cérès Franco/Duc

La collection Cérès Franco et Pierre Bettencourt à Montolieu

 

La collection Cérès Franco à Montolieu, dans l’Aude, non loin de Toulouse et à deux pas de Carcassonne, accueille une exposition temporaire intitulée « L’internationale des visionnaires ». La Coopérative – Collection Cérès Franco, donne en effet depuis trois ans, carte blanche à un commissaire  invité. Cette année et jusquˋau 5 novembre,  il s’agit de Jean-Hubert Martin, qui a choisi au sein de la collection près de 280 oeuvres,  complétées par plusieurs pièces provenant de la collection Daniel Cordier.

Le titre de l’exposition est une référence à l’époque à laquelle Cérès Franco, collectionneuse brésilienne, ouvre sa galerie L’OEil de Boeuf à Paris en 1972 : des réfugiés de tous pays, fuyant les dictatures, affluent alors dans la capitale. Sur son site internet, la coopérative évoque cette histoire et l’approche adoptée par l’exposition temporaire :

 « La galerie de L’OEil de Boeuf était une ruche où se mêlaient des artistes du monde entier. Cérès Franco en était la reine,écrit Jean-Hubert Martin. Des peintres d’origines les plus diverses se retrouvaient là autour de cette infatigable animatrice d’un havre de liberté créative. Là s’élaboraient les idées neuves et audacieuses sur une peinture qui s’attachait à représenter l’homme, ses plaisirs, ses tourments et ses violences. »

Jean-Hubert Martin privilégie « Le regard avant toute chose » :

« Cette exposition privilégie une approche vagabonde, invitant le visiteur à mettre son sens de l’observation en éveil et à se poser la question suivante : « Que voit-on ? ». Avec une méthode qui s’apparente à celle d’un jeu de dominos ou à la structure d’une comptine, l’accrochage se présente comme une longue suite où chaque oeuvre dépend de la précédente et annonce la suivante, par un jeu d’affinités thématiques ou formelles. De petits ensembles monographiques (Chaïbia, Roman Cieslewicz, Manuel Mendive Hoyo…) viendront ponctuer l’exposition. Eloignée d’un ordonnancement muséal classique, cette logique associative et décloisonnante, où les sujets s’enchaînent sans obéir à des critères historiques, se rapprocherait plutôt de celle d’une collection privée, où époques et genres se mêlent bien volontiers, reflet d’un goût pluriel et évolutif. Ici, nul besoin de connaissances en histoire de l’art ; cette exposition, où se côtoient sans hiérarchie, artistes célèbres et parfaits inconnus, se veut ouverte à tous et repose avant tout sur les oeuvres et le regard actif de qui veut bien se prêter au jeu des différences et des ressemblances ».

Vue du premier étage.

Des oeuvres et des objets de curiosité provenant de la donation Daniel Cordier, galeriste et collectionneur, en dépôt depuis 1999 aux Abattoirs de Toulouse, complètent l’accrochage : Dado, Combas, Chaissac, Schröder Sonnenstern, ou encore des poupées de Nedjar entreront ainsi en résonance avec les oeuvres de la collection de Cérès Franco. Ce prêt permet aussi d’établir des rapprochements intéressants entre ces deux collections désormais implantées sur le territoire régional de l’Occitanie.

A découvrir, sur le site de la coopérative, la richesse et la diversité de la collection Cérès, où figurent des œuvres d’horizons très divers, comme cette photographie de Roman Cieslewicz (ci-dessus: Portrait de Cérès Franco/Duc) ou des créations de Chomo, Adzak, César ou Bengt Lindström :

Nouvelle exposition temporaire  à la Fabuloserie à Dicy dans l’Yonne : 130 œuvres de 25 créateurs et artistes se mêlent à la collection permanente constituée par la famille Bourbonnais.

La Collection du polonais Andrzej KWASIBORSKI (AK)  présente des oeuvres de créateurs polonais mais aussi tchèques ou allemands.  On y retrouve quelques créateurs présentés au Musée de la Création franche, à Bègles, lors de l’exposition intitulée « Les saints de l’art polonais »  comme Zarski, Dembinski, Glowala. Une personnalité émerge, un ancien musicien de jazz,  Ryszard Kosek, qui se consacre à  partir de 1980  à cette nouvelle activité artistique en mélangeant peintures et matériaux peu communs. Ses créations, notamment des portraits, sont saisissants.

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERAp

 Son travail est exposé pour la première fois en 1993 à Plock et Radom. En 1996, il a été présenté au musée de la Création Franche dans l’exposition collective internationale « Les Jardiniers de la mémoire ».

L’approche thématique adoptée par la commissaire ( Déborah Couette), le travail du scénographe  (Marek Mlodecki),  donnent l’occasion, en traversant les collections permanentes, de redécouvrir leur richesse : Verbena,  Podestà,  F. Marshall ou les turbulents  d’Alain Bourbonnais, en 2 ou  en 3 D, ou bien les oeuvres si particulières  de  Michèle Burles. La Fabuloserie  propose une nouvelle médiation, une nouvelle scénographie, de nouveaux cartels. Il est possible également  d’y  voir  des documentaires consacrés  aux créateurs hors normes qui figurent dans sa collection permanente.

Immagini 021

A signaler enfin l’œuvre de Genowefa Magiera, dont les créations ont pu être vues à Paris, rue Jacob, où la Fabuloserie  a recréé depuis quelques mois une galerie, la Fabuloserie, Paris, face à son implantation historique.

 

Conférence : Un art d’État ? Commandes publiques aux artistes plasticiens (1945-1965)

A signaler la soirée de présentation/discussion qui aura lieu le Jeudi 20 avril 2017 à 19h30, autour de l’ouvrage :

« Un art d’État ? Commandes publiques aux artistes plasticiens (1945-1965) »

à la Lucarne des écrivains 115 rue de l’Ourcq  Paris 75019, autour du livre co-édité par les Archives nationales et les Presses universitaires de Rennes à l’occasion de l’exposition Un art d’État ? Commandes publiques aux artistes plasticiens (1945-1965) en présence des auteurs :

Laurence Bertrand Dorléac, historienne de l’Art,  Julie Verlaine, Historienne, le Conservateur du patrimoine, Philippe Bettinelli, responsable de la collection d’ art public au Centre national des arts plastiques,  qui comprend 1 200 œuvres installées dans l’espace public depuis 1945,

Christian Hottin  Conservateur du patrimoine, co -directeur de l’ouvrage avec Clothilde Rouillet, Conservateur du patrimoine, Archiviste, commissaire de l’exposition :

Jardin infini à Metz

Un titre +  un événement + un lieu +des artistes modernes et contemporains  confirmés : soit une nouvelle  évocation des jardins cette fois à Metz.

Depuis mars au Centre Pompidou Metz, et jusquˋen août 2017, Emma Lavigne  (et Hélène Meisel ) présentent  une exposition intitulée « Jardin infini, de Giverny à l’Amazonie ».

Il s’agit d’abord de célébrer l’anniversaire des 150 ans du jardin botanique de la ville de Metz.

 L’exposition ensuite « loin d’être un espace clos et limité, explore le jardin comme un territoire infini. Il représente un lieu d’hybridation, d’expérimentation et d’étrangeté aux yeux de nombreux artistes. Perpétuelle source d’inspiration, ce Jardin infini rassemble environ 300 œuvres de la fin du 19ème à nos jours.

A vocation pluridisciplinaire et sensorielle, l’exposition présente un grand nombre d’installations contemporaines, dont le monumental Léviathan-main-toth d’Ernesto Neto (2005).  La sculpture élargit le sujet jusqu’à évoquer l’Amazonie : dix ans après avoir été déployée au Panthéon, à Paris, cette œuvre donne d’ailleurs à Jardin infini l’illustration de son affiche, et une partie de son sous-titre. 

Centre Pompidou Metz

Panthéon

La scénographie est réalisée par l’artiste catalan Daniel Steegmann Mangrané, qui investit les deux galeries du Centre Pompidou-Metz.

Les artistes Bonnard ou Max Ernst sont  présents à travers des oeuvres peut-être moins connues :

Pierre Bonnard : « L’Atelier au mimosa », hiver 1939, octobre 1946 – huile sur toile. CENTRE POMPIDOU, MNAM-CCI, DIST. RMN-GRAND PALAIS/PHILIPPE MIGEAT

Max Ernst – « Pétales et jardin de la nymphe Ancolie » – 1934 © Adagp, Paris 2016

Des artistes vivants, de renom, Dominique Gonzalez-Foerster, Laurent Grasso, Rebecca Horn, Yayoi Kusama participent à l’exposition.

Le parcours libre est ouvert sur la ville de Metz, avec l’aménagement de trois jardins d’artistes hors les murs : au quai des Régates, le land artist Peter Hutchinson installe son œuvre Thrown Ropes : un tracé de plates-bandes sinueuses et aléatoires, planté de fleurs et de pierres. 

Six siècles de jardins européens au Grand Palais

Trois commissaires ont préparé l’exposition « Jardins » actuellement au Grand Palais : Laurent Le Bon, le directeur du musée  Picasso à Paris : il a dirigé l’ouvrage consacré à Pascal Cribier : itinéraires d’un jardinier,  et participé à celui consacré au Lorrain et photographe Jean-Luc Tartarin : Grands Paysages, Bestiaire, Fleurs, Ciels 1997-2003, paru en 2010 ;

 Marc Jeanson, qui est responsable de l’Herbier du Museum national d’histoire naturelle  et Coline Zellal, conservatrice du patrimoine, commissaire de l’exposition « Jardins extraordinaires » sur les grilles du jardin du Luxembourg,  et l’auteure de  l’Ombre des usines en fleurs. Genre et travail dans la parfumerie grassoise, 1900-1950, publié dans la collection « Penser le Genre » des Presses universitaires de Provence, en 2013.

« Conçue comme une « promenade jardiniste » en trois temps, le vocabulaire des jardins, l’élaboration du jardin comme œuvre totale, les représentations artistiques du jardin, l’exposition explore l’histoire et les formes revêtues par les jardins en Europe à partir de la Renaissance. Soit six siècles de création humaine autour du jardin, cette figure symbolique qui se veut miroir ordonné du monde.

Le jardin, c’est la plus petite parcelle du monde et puis c’est la totalité du monde , Michel Foucault (Dits et écrits 1954-1988). »

La scénographie « aérée » de  Laurence Fontaine  (dont le travail a déjà été souligné pour l’exposition  » Formes simples » au Centre Pompidou Metz), est conforme à l’esprit du jardin  : elle facilite des  rapprochements et des circulations qui permettent au visiteur  de créer sa promenade. Elle s’est inspirée ( selon JJ. Birgé) du film de Peter GreenawayMeurtre dans un jardin anglaisLe réalisateur qui a débuté une carrière de peintre, a eu un grand-père pépiniériste. Il témoigne de son goût des jardins dans le DVD produit à l’occasion de cette exposition.

Une peinture murale de Pompéi ouvre la marche, puis la pluralité des objets et des œuvres, des supports d’expression assemblés,  étonne :  dessins, herbiers et herbiers d’artistes, photographies, bijoux , cires et outils de jardin, panoramas de jardins royaux et tableaux de chevalet, films et vidéos ( peut être les plus difficiles à mettre en valeur), font progresser le visiteur au milieu d’ œuvres de la Renaissance, jusqu’aux créations les plus contemporaines, sans aucune sensation de rupture.

Attention, il y a aussi une surprise olfactive…

Des extraits de nombreux films et de vidéos d’art, des œuvres de grands artistes peintres sont présentées :  Brueghel, Paul Klee , Dürer, Watteau, Fragonard, Monet, Picasso, Dubuffet, Bonnard, Berthe Morisot, Caillebotte, Vuillard, Klimt, Nolde). Tetsumi Kudo est également présent. L’exposition offre également des œuvres inédites de peintres moins connus, comme Edouard Debat-Ponsan (1847-1913) que le Musée des Beaux-Arts de Tours a évoqué récemment.

 

A signaler, les aquarelles d’iris mourants de Patrick Neu.

Et enfin la présence des Acanthes de Matisse, prêtée par la Fondation Beyeler. Réalisée en 1953, restaurée en 2012, cette œuvre appartient à la série des Papiers découpés, œuvres tardives auxquelles le peintre tenait tant, mais dont l’accueil par la critique et les musées restait incertain. Elles ont été présentées par la Kunsthalle de Berne en 1959, le Stedelijk Museum d’Amsterdam en 1960 et par François Mathey, à Paris, en 1961 (avec les Acanthes) au musée des Arts décoratifs :  les gouaches découpées, pour elles-mêmes, seules, comme des œuvres légitimes, dans leur plénitude.