Tous les articles par Brigitte Gilardet

Photographier paysages et ruines

Photographe français né en 1976, Thomas Jorion vit à Paris et parcourt le monde entier pour réaliser ses paysages singuliers et intemporels. Photographe autodidacte, il réalise ses images en lumière naturelle à l’aide d’un appareil photographique analogique grand format. Il capture des lieux en ruines ou délaissés.

Thomas Jorion figeait les ruines de l’empire colonial français dans le cadre de la série intitulée Vestiges d’Empire, des édifices abandonnés datant de la période coloniale française. Cette série a été présentée à la galerie DX à Bordeaux en 2017 :

Renaissance, Villa Kep, Cambodge.
© Thomas Jorion
Tribunal de Première Instance, Chandernagor, Inde, 2016.
© Thomas Jorion

L’exposition en cours s’intitule Veduta : le photographe propose cette fois une plongée dans l’Italie d’autrefois. Jusqu’au 13 avril 2019 :

A la Galerie Esther Woerdehoff, ouverte du Mercredi au Samedi, de 12h à 19h. 36 rue Falguière, 75015 Paris.

Ses photographies figurent dans les collections des musées :

Au Musée Nicéphore Niepce, à Chalon-sur-Saône :


© Thomas Jorion

A la National Gallery of Victoria, Melbourne, Australie : deux photographies issues de la série réalisée sur l’étrangeté intemporelle des lieux abandonnés :

Blednik, Pologne. © Thomas Jorion

Voir également la conférence ‘Autour de Thomas Jorion’, Cité de l’architecture, Paris, février 2018 avec Monique Sicard (CNRS) : co- auteure de :

La fabrique photographique des paysages avec Aurèle Crasson, Gabrielle Andries.

et Marianne Jakobi, Historienne de l’art comtemporain, co-auteure de l’ouvrage :

Élaborer, transmettre, créer. Essais pour une histoire de l’art diachronique et pluridisciplinaire. Fabienne Colas Rannou, Marianne Jakobi.

Thomas Jorion – Vestiges d’empire, un entretien de 2016 :

Sur la poésie des ruines, voir l’ouvrage de l’archéologue Alain Schnapp, paru en 2015 Ruines : Essai de perspective comparée.

Dessins d’exception du musée Pouchkine

Le musée Pouchkine, à la Fondation Custodia, présente en 200 dessins, un condensé éblouissant de l’histoire de l’art et du dessin européens, du XVe au XXe siècle. L’ensemble des espaces d’expositions disponibles de la Fondation ont été mobilisés pour offrir une scénographie aérée, simple et bien éclairée.

Comme le précise Ger Luijten, directeur de la Fondation Custodia : « Les dessins du Musée Pouchkine sont mondialement connus mais n’ont, pour certains, jamais été montrés en Europe, et je suis heureux d’accueillir ces trésors ».

Albrecht Dürer (Nuremberg 1471 – 1528 Nuremberg), Putti danseurs et musiciens, avec un trophée antique, 1495
Plume et encre noire, 271 × 314 mm
Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.
Giuseppe Cesari, dit le Cavalier d’Arpin, les Collecteurs d’impôts (1591-1596).
Rembrandt Harmensz van Rijn (Leyde 1606 – 1669 Amsterdam), Étude d’une femme tenant un enfant dans les bras, vers 1650
Plume et encre brune, rehauts de blanc, 110 × 67 mm
Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.
Jean-Honoré Fragonard (Grasse 1732 – 1806 Paris), L’Attaque, fin des années 1770 Encre brune à la pointe du pinceau et lavis brun sur un tracé à la pierre noire, 343 × 460 mm Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.
Nicolas Poussin (Les Andelys 1594 – 1655 Rome), Zénobie trouvée sur les bords de l’Araxe, vers 1640 Plume et encre brune, lavis brun, traces de pierre noire, 146 × 205 mm Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.
Jacques-Louis David (Paris 1748 – 1825 Bruxelles), Étude pour la figure d’Hersilie, 1796.
Pierre noire, estompe, craie blanche sur papier beige, 488 × 395 mm
Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.
Caspar David Friedrich, Deux hommes au bord de la mer (1830-1835). Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.

Le panorama est exceptionnel : Dürer, Véronèse, Rubens, Fragonard, Tiepolo, Caspar David Friedrich, Renoir, Degas, Toulouse-Lautrec et Van Gogh,Signac, mais aussi Franz Marc, Grotz, Kandisky, puis Picasso des années 1900, Matisse, des esquisses de la Danse et des dessins des années 1940, Léger des années 1950…
Picasso, Etude pour la Composition à la tête de mort (1908). (c) Succession Picasso. Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.
Vassili Kandinsky, Composition E (vers 1915). Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.
Portrait de Lydia Delektorskaya (1945). (c) Succession Matisse. Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.

Musée Pouchkine. 500 ans de dessins de maîtres. Commissariat : Marina Lochak, directrice du Musée Pouchkine.

Figurent des oeuvres d’artistes russes moins connus, du XIXe siècle, comme Karl Brioullov :

Karl Brioullov (Saint-Pétersbourg 1799 – 1852 Manziana), Vallée d’Ithôme avant l’orage ; Chemin de Sinano après l’orage, 1835
Aquarelle sur un tracé au graphite. Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.

L’exposition permet également de découvrir les dessins de nombreux artistes de l’avant garde russe créés à partir des années 1900 et qui ont été conservés à Moscou : Chagall, Larionov, Gontcharova, Malevitch (alors figuratif), Tatline ..

mais aussi le peintre et illustrateur Alexandre Deineïka « qui a joué un rôle majeur dans le développement de l’art soviétique dans les années 1920 ».

Vladimir Tatline (Moscou 1885 – 1953 Moscou), Un Szlachcic de Pologne, 1913 Aquarelle, lavis d’encre noire, graphite sur carton. Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.
Kasimir Malevitch (Kiev 1878 – 1935 Léningrad), Enfants dans un pré, 1908.
Graphite et  gouache. Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.

Conformément a la politique habituelle de médiation de la Fondation Custodia, une brochure gratuite destinée aux visiteurs, rassemble les notices détaillées de chaque dessin présenté.

Francesco Mazzola, dit Parmigianino (Parme 1503 – 1540 Casal Maggiore), Études de têtes, 1525-1527 Sanguine, 198 × 135 mm Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.

Du 2 février au 12 mai 2019, tlj de 12 h à 18 h sf lundi. Fondation Custodia – 121, rue de Lille – 75007, Paris.

Site Fondation custodia : http://www.fondationcustodia.fr

Le catalogue : Vincent van Gogh (Groot Zundert 1853 – 1890 Auvers-sur-Oise), Portrait d’une jeune femme (La Mousmé), 1888 Plume métallique, plume de roseau et encre noire, sur un tracé au graphite. Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.

Le  communiqué et le Dossier de presse

Visites guidées de l’exposition sur réservation les 1er, 16 et 30 mars, le 16 avril et le 8 mai à 12h30.

Matisse, La Danse, Composition 1, 1909, esquisse, plume et encre noire, aquarelle. (c)Succession Matisse. Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.

Tomi Ungerer

En souvenir de ce dessinateur exceptionnel, deux vidéos relatives à son exposition monographique de 1981 :

L’exposition Tomi Ungerer 1981.
TF1 Dernière : vidéo du 3 mai 1981 : à Paris se tient une exposition sur le caricaturiste alsacien Tomi UNGERER.- Interview de l’artiste sur sa spontaneité dans son oeuvre Dominique SANDA s’exprime sur l’humour de Tomi UNGERER.

Tomi Ungerer, Zig Zag, vidéo du 22 avril 1981 : un documentaire sur le dessinateur Tomi Ungerer dont l’exposition des oeuvres a lieu au musée des arts décoratifs. Pour présenter Ungerer, le réalisateur a choisi de procéder à une longue interview de l’artiste, assis sur un divan, dessinant des crânes allongé sur une banquette, dans un vieil appartement.
Réalisateur : José Maria Berzosa
Producteur : Teri Wehn Damisch
Participants : François Mathey, Tomi Ungerer.

En 2001, Tomi Ungerer feuilletait le livre de sa vie avec Christian Hahn, à l’occasion de son 70e anniversaire :

Tomi UNGERER, né en 1931, est d’origine alsacienne, il fut témoin de la libération de COLMAR. Des instants qui ont marqué à jamais ses oeuvres futures et qui ont forgé son engagement européen :

Cinq émissions d’entretien radiophonique sur France Culture : « A voix nue » : Tomi Ungerer
s’exprime longuement sur son oeuvre.
Première diffusion le 09/01/2012
Producteur : Martin Quenehen
Réalisation : Anne Secheret
Prise de son : Yann Fressy
Avec la collaboration de Claire Poinsignon :
Tomi Ungerer A voie nue 1.
A voie nue. 2.
A voie nue. 3.
A voie nue.4.
A voie nue.5.

Thérèse Willer, directrice du Musée Tomi Ungerer à Strasbourg, lui rend hommage soulignant la richesse de ses donations successives qui ont débuté en 1975 :

1981, Reproduction offset, 850 x 590 mm.
Connue également sous le titre de « Der kleine Unterschied » (La petite différence), affiche réalisée par Tomi Ungerer pour la rétrospective que François Mathey lui organisa au Musée des Arts décoratifs de Paris à l’occasion de son 50e anniversaire.

La saison France-Roumanie 2019 avec André Cadere

La saison France-Roumanie 2019  au Centre Pompidou, est  l’occasion de revenir sur un moment essentiel dans l’histoire des dynamiques culturelles internationales du 20e siècle, pour lesquelles les acteurs des scènes artistiques de l’Europe Centrale et de l’Est jouèrent un rôle de premier plan. Cette saison comporte plusieurs expositions temporaires permettant de les découvrir (commissariat /coordination Frédéric Paul).

© Manuel Braun.
Vue de l’atelier Brancusi .
Brancusi 1922 : « En art il n’y a pas d’étranger ».

Ghérasim Luca Héros-limite, qui a pris fin le 7 janvier 2019 :

Le Centre Pompidou propose une installation du créateur, performeur Mihai Olos (1940-2015), présentée dans l’atelier Brancusi jusqu’au 25 février 2019.

Une exposition est consacrée au lettriste Isidore Isou, du 6 mars 2019 au 20 mai 2019 :

Le Centre Pompidou consacre une « exposition » à André Cadere (1934-1978) : une cinquantaine d’œuvres de l’artiste sont disséminées dans les collections permanentes, jusqu’en 2020. Le même dispositif avait été adopté en 2008 au musée d’art moderne de la Ville de Paris : Peinture sans fin (commissariat François Michaud) du 14 février au 11 mai 2008) .

Peinture sans fin
André CADERE
Production date : 1972
© Courtesy Succession André Cadere.

Le flâneur au bâton André Cadere, qui mourut à 44 ans en 1978, était un artiste à la fois discret et intrusif. Ses bâtons colorés obéissent à la fois à une logique mathématique implacable de combinaison et de permutation et au léger dérangement d’une erreur systématique et aléatoire dans leur formule d’assemblage.

Photographie de Bernard JOUBERT
Production date : 1978
© Bernard Joubert.

Cadere abandonnait ses bâtons ici et là, marquant son territoire, laissant des traces. Mais il laissait aussi volontiers des traces dans les musées ou les galeries, au moment des vernissages d’expositions d’autres artistes, tel un coucou pondant ses oeufs, tout en l’annonçant par cartons à l’avance. Remettant en question l’institution et le schéma de l’exposition, il affirmait son indépendance et sa différence.

Au point de parfois ‘tricher’ avec le système et d’en déjouer les rituels et les codes : ainsi, invité par Harald Szeemann à Kassel, Cadere y alla en train après avoir fait croire qu’il irait à pied depuis Paris en semant ses bâtons le long du chemin.( Blog Lunettes Rouges, mars 2008).

Comment ne pas voir dans les déplacements de “l’artiste au bâton multicolore” une parenté avec le fameux roman éponyme de James Joyce (1922) dans lequel les voyages d’Ulysse sont figurés et parodiés par les déplacements dans la ville de Léopold Bloom, l’antihéros créé par Joyce. (Habiter poétiquement le monde, François Michaud, Villeneuve d’Asq : LaM, Lille Métropole Musée d’art moderne, 2010).

Relier la figure d’Ulysse, à celle d’André Cadere se justifie lors de l’exposition conçue pour Marseille-Provence 2013, capitale européenne de la culture : les mêmes thèmes traversent la vie de l’artiste, l’histoire, la guerre et l’exil.

Dès son arrivée en France au printemps 1967 après qu’il eut réussi à quitter définitivement la Roumanie — André Cadere (Varsovie 1934 – Paris 1978) n’eut de cesse de développer son travail ou plutôt ses activités, à un rythme effréné. L’artiste s’invitait là où il lui semblait bon d’apparaître afin de pervertir les usages du petit monde de l’art.

CADERE / LA BARRE DE BOIS ROND ET SES AVATARS. Exposition. 15 février • 27 avril 2013.
Portrait d’André Cadere au Museum van Hedendaagse Kunst, Gand, 1977 courtesy Succession Cadere et Galerie Hervé Bize, Nancy. DR.

Tous les autres événements de la saison France- Roumanie.


Aides à la visite /SOUFFLEURS D’IMAGES

Depuis 2009, le service Souffleurs d’Images permet à une personne aveugle ou malvoyante d’accéder à l’événement culturel de son choix ( théâtre, exposition, cirque, danse… ). Elle est accompagnée d’un étudiant en art ou d’un artiste, bénévole, qui lui souffle les éléments qui lui sont invisibles. Le service est conçu comme un partenariat entre le CRTH, les lieux, les spectateurs et les souffleurs (écouter).


INFORMATION / RÉSERVATION/ INSCRIPTION
01 42 74 17 87 ou @ Souffleurs d’Images.
De nombreuses expositions temporaires proposent l’accessibilité Souffleurs d’Images à leurs publics. En voici quelques exemples sur Paris :
• A la BNF : Vladimir Jankélévitch, figures du philosophe :

Exposition sur le site François-Mitterrand | Galerie des donateurs : jusqu’au 3 mars 2019.


• Au Grand Palais : Eblouissante Venise ! Jusqu’au 21 janvier 2019 :


• Au Jeu de Paume : Dorothea Lange. Politiques du visible
jusqu’au 27 janvier 2019 :

Au musée Cernuschi Trésors de Kyoto, trois siècles de création Rinpa jusqu’au 27 JANVIER 2019


• Au Musée Cognacq-Jay, La Fabrique du luxe. Les marchands merciers parisiens au XVIIIe siècle.
jusqu’au 27 JANVIER 2019 :


• Au Musée de l’Orangerie, jusqu’au 14 janvier 2019 : Les contes cruels de Paula Rego


• Au Musée d’Orsay Renoir père et fils. Peinture et cinéma jusqu’au 27 janvier 2019 :

• Au Musée du Louvre : Un rêve d’Italie, la collection Campana au Louvre jusqu’au 18 février 2019 :

Visite privée Le scribe accroupi.


• Au Musée du Luxembourg : Mucha jusqu’au 27 JANVIER 2019 :

• Au Musée Yves Saint Laurent Paris : L’Asie rêvée d’Yves Saint Laurent
jusqu’au 27.01.2019

Au Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme la Visite des cinq sens le 21 février 2019 de 11 h à 12 H 30 :
Que trouve – t – on dans un musée comme le mahJ qui mêle art et histoire ? Des oeuvres et des objets, des récits, des poèmes, des musiques et des contes drôles ou nostalgiques, des odeurs et des couleurs.


Au Petit Palais : Jean Jacques Lequeu (1757-1826) Bâtisseur de fantasmes  jusqu’au 31 mars 2019 :

Vue de l’exposition.

Écouter la conférence, « Trésors de Richelieu » le 20 novembre 2018 – sur le fonds Jean-Jacques Lequeu.

Fernand Khnopff (1858-1921)
Le maître de l’énigme.
Jusqu’au 17 mars 2019 :
Sur cette exposition et sur l’exposition Khnopff, olfactive et sonorisée, qu’organisa en 1979 le musée des Arts décoratifs, lire le compte rendu du blog Paseos Art nouveau.

Vue de l’exposition.


Vue de l’ exposition.

Souffleurs d’Images peut également organiser des visites au 104, au Maif Social Club,à la Maison Balzac, au Musée Carnavalet, au Musée Bourdelle, au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris , au Musée de la Vie Romantique, à la Maison de Victor Hugo, à la Maison d’Europe et d’Orient, à la Monnaie de Paris, au Musée Zadkine, au Palais Galliera, au parc de la Villette, au Musée du Quai Branly-Jacques Chirac, au Musée National des Arts Asiatiques – Guimet.