Tous les articles par Brigitte Gilardet

Duras par Delas et autres paysages

Aller chercher une histoire qui va s’effacer avec le temps, avec la destruction sous-jacente de ces murs.L’art dans la rue est aujourd’hui un mode d’exposition qui se banalise, avec le soutien des pouvoirs publics. Au street art s’ajoutent d’autres modes d’expression qui investissent l’espace public, en cours de transformations, comme  en 2016 cette émouvante  Projection mapping d’une vidéo d’animation de Delphine Delas consacrée à Marguerite  Duras dans le quartier Belcier à Bordeaux :  Un hommage à Marguerite Duras, une histoire d’amour et puis, de peuple(s) : Rue de Saïgon, rue du Son Tay, rue Bac Ninh dans le quartier Belcier, derrière la gare Saint-Jean, à Bordeaux...Cet hommage se poursuit en 2017 avec une exposition de street art :

Delphine  Delas et Nicolas Louvancourt proposent enfin une nouvelle projection mapping d’une vidéo d’animation  incluse dans la Saison Paysage de la ville de Bordeaux, le 28 septembre prochain :

« A partir de recherches faites en collaboration avec le Musée d’Aquitaine, sur les mythes et les folklores anciens issus de la région bordelaise, le projet hybride contes de l’époque médiévale, mythes gaulois et légendes modernes pour former un seul récit où le fleuve devient divinité ».

Récit/Illustration: Delphine Delas. Musique/Animation: Nicolas Louvancourt.

Suivre les créations et les projets  de Delphine Delas :

Home

Dianne Bos : The Sleeping Green et ses poètes

Ploegsteert, Belgique, 2014 © Dianne Bos – Centre Culturel Canadien

L’espoir renaît toujours. Tel était le titre de l’exposition présentée au Centre  Culturel canadien qui vient de s’achever : « The Sleeping Green », sous-titré par le Centre Culturel Canadien « Un no man’s land cent ans après » :

« Dianne Bos : The Sleeping Green » est une véritable évocation enchantée d’un passé pourtant rougi du sang de millions d’hommes, de femmes et d’animaux tombés au champ d’honneur.          Coquelicot, Ploegsteert, Belgique, 2014 © Dianne Bos

Mémorial britannique de la Première Guerre mondiale à Ploegsteert.

 À l’aide de photographies réalisées via des boîtiers généralement très anciens (dont une chambre noire), Dianne Bos exploite toute la force esthétique du format carré pour parler, poétiquement, de cette guerre qui fit débuter le XXe siècle sous l’égide de l’horreur. Aberration chromatique, flou de bougé, flare et autres décolorations partielles ne doivent pas ici être considérées comme des erreurs techniques de la part d’un photographe débutant maîtrisant encore mal son appareil photo. Dianne Bos a volontairement choisi de mettre en scène les failles de ses anciens boîtiers de sorte à en faire surgir un lyrisme étonnant : utiliser des faiblesses pour mieux parler du chagrin, de l’horreur de la guerre, de la perte, mais aussi et surtout de l’espoir qui pourtant, renaît toujours ».

« Un no man’s land cent ans après ». Encore faut-il avoir en tête un code culturel typique des pays du Commonwealth pour pouvoir le déceler et comprendre le message. Dans l’exposition d’indénombrables taches écarlates, brillantes ou sourdes, fanées ou éclatantes : Ce sont des coquelicots, qui constellent de pourpre les photographies de Dianne Bos. Le coquelicot rouge, au Canada comme au Royaume-Uni, est devenu un symbole parfaitement éloquent de la question du souvenir, le « poppy » :

Comme le rappelle le musée canadien de la guerre, on trouve ses racines dans les écrits du poète et soldat canadien John McCrae et son poème le plus connu, « Au champ d’honneur » :

 

Manuscrit de « In Flanders fields. John McCrae a écrit ce poème pendant la Bataille d’Ypres. Cela deviendra le plus célèbre poème de guerre. Source : Bibliothèque et Archives Canada/C-128809).

L’exposition évoque également Break of Day in the Trenches, du poète britannique  Isaac Rosenberg, décédé en 1918 dans les tranchées.

  • Vues de l’ exposition au Centre culturel canadien :

  • Évocations canadiennes de la Bataille d’Ypres :

Richard Jack (1866-1952), La deuxième bataille d’Ypres, décembre 1917. Collection d’art militaire galerie d’art de Beaverbrook.

 

Suivre le fil à la maison rouge

Pour apprécier l’exposition Inextricabilia, enchevêtrements magiques , à la maison rouge, il peut être utile de lire la brochure fournie avec le billet d’entrée, et de débuter la visite, non pas à la suite de l’exposition parallèle, mais en suivant le chemin qui se dessine à main gauche. Deux têtes – rapiécées et recousues- ouvrent le parcours : l’une est de Louise Bourgeois, l’autre de Michel Nedjar. On entre dans le sujet grâce aux étonnants documentaires- vidéos  de l’anthropologue Manoël Pénicaud. Pour demander l’accomplissement  d’un vœu, pour qu’une prière soit exaucée, chaque année, le jour de la Saint Georges,  des femmes  des deux confessions, catholique et musulmane, déroulent des bobines de fil sur le chemin d’un monastère sur  l’île de Büyükada, au large d’Istanbul : chaque fil matérialise ce voeu, cette prière.

Dans le même esprit, toujours en Turquie, dans la région d’Éphèse, considérée comme le lieu de mort de la Vierge, un foisonnement de noeuds couvre un mur de la ville près d’un sanctuaire :  des milliers de pèlerins de toutes les confessions, nouent un ruban de tissu de papier ou de plastique, laissant ainsi des traces de leurs voeux et de leurs prières.

Le parcours de visite s’éclaire ensuite et il est  impossible de perdre le fil d’une illustration agencée dans des espaces adaptés et différenciés pour les oeuvres d’art brut, d’art religieux, d’art contemporain notamment grâce à des pièces exceptionnelles de Louise Bourgeois, Annette Messager, Chen Zhen, Max Ernst..

Amulettes et objets magiques du Musée de l’Homme collectés au Sénégal dans les décharges de Dakar,  par Alain Epelboin (médecin et anthropologue au CNRS ) côtoient un sac magique prêté par le musée du quai Branly et des reliques de saints conservées par des pèlerins du XIXe siècle.

 

 

 

 

 

 

 

 

La commissaire de l’exposition, Lucienne Peiry, est fascinée par l’oeuvre de Judith Scott.

Elle tente des interprétations de son œuvre et propose,  plus classiquement cette fois, des rapprochements formels, décelant des  affinités insolites, s’inspirant en cela de ce que réalise souvent Jean-Hubert Martin dans ses expositions, depuis Artempo,  en 2007.

Anonyme, Tomeligi, amulette (Togo, Lomé), bois, cauris, coton sans date. Musée du Quai Branly.

Elle suscite le débat, la comparaison ne valant pas raison, elle met aussi en avant des constantes : Protéger et occulter, conserver précieusement la chose en la dissimulant, la cacher en la montrant, c’est le principe qui unit toutes les œuvres de l’exposition.[…] C’est la technique (maîtrisée) orientée vers une fin (constante) qui fait de l’art humain une famille humaine.

 C’est peut être en sous-sol que les créations brutes de Marc Moret peuvent susciter, chez certains, surprise ou effroi. Mais, comme à son habitude, Lucienne Peiry, ancienne directrice à Lausanne de la Collection de l’Art Brut pendant dix ans (de 2001 à 2011),  a pris soin de faire figurer  dans le parcours un documentaire où ce créateur raconte  son cheminement.

Marc Moret, 1999-2000 – Photo : Mario Del Curto – Coll. particulière

Comme de coutume à la maison rouge, une  autre exposition se déroule en parallèle : il s’agit d’art purement contemporain, une carte blanche à Hélène Delprat :  I did it my way. Un art cultivé, coté, un art de citation, qui ne manque pas de force et d’humour,  dans un décor de « conte de fée », soutenu par une bande-son délicieuse et éclectique.

A voir jusqu’au 17 septembre.

Le rêve des formes : Arts, sciences & cie

Œuvre de l’artiste d’art numérique, Katja Novitskova : Approximation V, 2013, photo: Nils Klinger.

Katja Novitskova  expose actuellement au Pavillon estonien de la 57e Biennale de Venise. Elle aborde les potentialités émergentes de la culture visuelle, du big-data et de l’écologie :

If Only You Could See What I’ve Seen with Your Eyes. Commissaire: Kati Ilves
Lieu d’exposition : Palazzo Malipiero.

Alain Prochiantz, titulaire de la chaire Processus morphogénétiques, au Collège de France et Alain FleischerLe Fresnoy – Studio national des arts contemporains, organisent du 5 au 7 septembre 2017, un colloque au Collège de France, ayant pour thème « Le rêve des formes : Arts, sciences & cie » (COLLOQUE LE REVE DES FORMES). Au sein de ce programme pluridisciplinaire, deux interventions  d’historiens de l’art, qui sont également commissaires d’exposition, peuvent être plus particulièrement signalées :

  • Le 5 septembre, Laurence Bertrand Dorléac, Professeure à Sciences Po, évoquera la prochaine exposition temporaire dont elle est co-commissaire, au Grand Palais, en mars 2018 : Artistes et Robots. Acte 2 ; 
  • Le 7 septembre, Georges Didi-Huberman (Directeur d’études, EHESS ) traitera de La dialectique des formes : une question disputée.

Alain Fleischer  et Claire Moulène sont par ailleurs commissaires d’une exposition temporaire intitulée « Le Rêve des formes – Art, science, etc » qui est actuellement présentée au Palais de Tokyo jusqu’au 10 septembre prochain :

«  L’exposition présentée à l’occasion du vingtième anniversaire du Fresnoy – Studio national des arts contemporains, est conçue comme un paysage imaginaire, un jardin monstrueux où se cultivent des formes périssables et des surfaces en germination, des organismes protubérants et de plates silhouettes. Les artistes et chercheurs rassemblés dans « Le Rêve des formes » témoignent de leur rencontre avec de nouvelles possibilités de représentation, issues de découvertes scientifiques et techniques récentes, qui bouleversent notre façon de voir et de montrer. En renouvelant grâce à cela le champ du perceptible – nanotechnologies, imagerie de synthèse, scan 3D, stéréolithographie… –, ces nouvelles visualisations nous laissent présumer de géométries encore inconnues. Des images, des transcriptions, des modélisations, des formes spéculatives produites par les inventeurs et savants des sciences prospectives, issues des mathématiques, de la physique, de la biologie, de l’optique ou de la chimie par exemple, rejoignent ou inspirent des œuvres qui résultent des greffes opérées entre art et science, entre spéculation et invention, par une vingtaine d’artistes contemporains ».

Toujours au Palais de Tokyo, Claire Garnier, Laurent Le Bon et Florence Ostende  présentent une exposition intitulée  » Dioramas » qui fait redécouvrir « une source d’inspiration inattendue des artistes contemporains : le diorama. L’exposition déconstruit de manière inédite l’histoire du regard, au croisement de l’histoire, de l’histoire de l’art, du cinéma, du monde de la scène, des arts populaires et forains et de l’histoire des sciences et techniques ».

Feuilleter le catalogue.

OH COULEURS ! Todo es de color

Charpin, collection de vases Torno Subito, 1998-2001 édition limitée, Galerie Kreo, Cirva, centre international de recherche sur le verre et les arts plastiques.   

L’exposition « OH COULEURS ! LE DESIGN AU PRISME DE LA COULEUR » AU MUSÉE DES ARTS DÉCORATIFS ET DU DESIGN

Le musée des Arts décoratifs et du Design à Bordeaux, dirigé depuis 2013  par Constance Rubini, organise une exposition temporaire sur les liens entre la couleur et le design, qui se tiendra du 29 juin 2017 au 5 novembre 2017 :

« La forme est aussi couleur. Sans couleur, il n’y a pas de forme. Forme et couleur ne font qu’un. » Johannes Itten, peintre, enseignant à l’école du Bauhaus (1919-1923). « Alors que les historiens du design ont privilégié les questions liées à la forme, à la fabrication, aux matériaux et aux nouvelles technologies, peu d’entre eux se sont intéressés à la couleur. Pourtant elle influence directement notre perception des objets et la façon dont on interagit avec eux. La couleur participe également de la définition des périodes et des styles. Autant d’aspects que les visiteurs pourront découvrir à travers des exemples constitutifs de l’histoire des objets et du design : les couleurs des Tupperware ; la place de la couleur dans l’œuvre du designer Verner Panton ou encore le rôle méconnu de la décoratrice Paule Marrot pour la firme automobile Renault. Le parcours donnera également à voir des objets d’une histoire oubliée ou méconnue du public occidental, comme ces boro japonais, vêtements populaires faits de morceaux de tissus assemblés, teints à l’indigo de façon artisanale. Le musée étant voisin de la Cité Frugès de Le Corbusier, à Pessac, l’exposition fera une incursion du côté de l’architecture pour montrer le rôle qu’a joué la polychromie architecturale dans l’œuvre de ce dernier, expérimentée pour la première fois en extérieur lors de la construction de cette cité ouvrière, dans les quartiers de Pessac, au sud-ouest de Bordeaux (1924-1926)

« La couleur existe-t-elle ? … Qu’est-ce que la couleur ? Les couleurs ne sont pas seulement présentes dans la lumière, ni seulement présentes dans la matière des objets éclairés, en fait, la couleur n’existe que s’il y a un spectateur pour en faire l’expérience. » Verner Panton, conférence au Bella Center, Copenhague, 1982 Si le sujet est souvent écarté de l’histoire du design, c’est qu’il est insaisissable. La couleur n’existe pas en soi, elle n’est perceptible que dans la lumière et varie selon sa quantité, le support qui la reçoit et l’œil qui la regarde. Ainsi, rien de définitif ne peut être dit sur la couleur. Le parti pris de cette exposition sera donc de l’interroger à partir de différents points de vue, en donnant notamment la parole à des spécialistes des domaines du design, de la mode, de l’industrie et de la sociologie. Ils mettront en évidence l’ambiguïté du concept, sa plasticité au regard des objets, de leur processus de fabrication et de leur perception : Irma Boom (illustratrice et typographe néerlandaise), Massimo Caiazzo (historien de la mode et viceprésident de l’IACC Italia), Michel Pastoureau (historien médiéviste, spécialiste des couleurs), Arthur Rüegg (architecte et spécialiste de l’œuvre de Le Corbusier).

Suzanne Ramié, vase, 1956 Atelier Madoura © Hervé Lewandowsky.

Martin Szekely, vase Jaune-froid Marseille, 1988 – Réalisé dans le cadre de la commande publique 30 vases au Cirva.

L’exposition est mise en scène par le designer Pierre Charpin. Des citations, des textes explicatifs très courts et des documentaires vidéos animent un parcours complet, qui donne très simplement une leçon de design, à la fois synthétique et accessible, qui donne à voir un panorama des tendances à travers les décennies, qui livre une approche pédagogique et ludique des différents domaines d’application du design : de l’architecture au design produit, de la mode aux environnements mobiliers,  des casques de chantier aux robes de créateurs,  des papiers peints aux plastiques compressés et aux plumes de paon, l’exposition accueille aussi une collection inattendue, celle d’Olivier Saillard, et réserve une salle consacrée à la théorie des couleurs de Joseph Albers.

Evoquant  à la fois des thématiques  locales ( le papier peint créé pour l’occasion par Irma Boom, ou la cité Frugès de Le Corbusier), elle retrace aussi les grands courants internationaux du design et montre le travail de grands créateurs comme Ettore Sottsas,  Martin Szekely. Cette exposition est une vraie réussite,  déjà saluée dans la presse, ici (« Un jeu de piste fascinant ») ou.

C’est donc un vrai plaisir de la visiter, dans cet endroit  à part,  qui vient compléter le musée et ses collections permanentes. Certaines créations de l’exposition temporaire sont aussi visibles dans le parcours permanent.

Un lieu à part

Comme beaucoup d’hôtels particuliers, l’hôtel de Lalande de Bordeaux, siège du musée des arts décoratifs et du design, a été construit entre cour et jardin. L’exposition prend place dans l’ancienne prison de la rue Boulan, située à l’arrière du musée et construite au 19e siècle par la ville de Bordeaux pour les services de police occupant alors l’hôtel de Lalande. Transformée en lieu de stockage pour les réserves du musée dans les années 1980, elle a été vidée et rénovée afin d’ouvrir ses portes au public en septembre 2016. 

La municipalité de Bordeaux, qui prend possession des lieux en 1880, y installe l’hôtel de police et rase le jardin pour construire cette prison qui demeure active jusque dans les années 1960. Les anciennes portes, les cellules, les graffitis sur les murs rappellent au visiteur le quotidien des détenus. Des archives et des photographies redécouvertes au fil des recherches permettent également de retracer l’évolution de ce dépôt de sûreté devenu un espace dédié aux expositions temporaires du musée.

 

 

 

 

 

 

Pour compléter la visite, il manque pour l’instant le catalogue qui est en cours d’édition. Il comprendra des photographies de l’exposition, qui se poursuit jusqu’au début novembre.

Télécharger le dossier de presse