CEIJA STOJKA (1933-2013) Une artiste Rom dans le siècle

 

Un livre, une exposition et une rencontre rendent hommage à Ceija Stojka, une représentante de l’invisible culture Rom (linvisble-cuture-Rrom).Cette artiste a été découverte récemment en France  : une artiste rom qui a connu la déportation ( Auschwitz, Ravensbruck et Bergen-Belsen) à  l’âge de 9 ans  et qui, comme l’a écrit  Florence Aubenas en 2016 «  a en 1988, brisé le silence et témoigné dans un livre sur la déportation des Tziganes dans les camps nazis. La peintre rom autrichienne, morte en 2013, laisse une œuvre considérable. La petite vendeuse de tapis, tout à fait autodidacte, commence sa deuxième vie à 56 ans : elle devient un emblème ».

« Auschwitz 1944 » de Ceija Stojka (2009). CEIJA STOJKA/HODJA STOJKA/COURTESY MATTHIAS REICHELT

  • Le recueil  Auschwitz  est mon manteau et autres chants tsiganes est paru :
  •   Antoine de Galbert a décidé de retarder la fermeture de La maison rouge, pour pouvoir accueillir l’exposition Ceija Stojka – Une artiste rom dans le siècle« du 23 février au 20 mai 2018, après l’avoir co-corganisée à Marseille, à la Friche Belle de Mai, au printemps 2017 (commissaires :  Antoine de Galbert et Xavier Marchand /Lanicolacheur).

Le dossier de presse de l’exposition :mrDPfrCeijaStojka10206

  • Une soirée poétique et musicale est en outre organisée le 23 février prochain autour de l’œuvre de Ceija Stojka,  pour saluer celle qui est   » la première femme rom rescapée des camps de la mort à témoigner par l’art et par la poésie. Les poèmes de cette autodidacte ont été arrachés aux carnets où se mêlaient dessins, souvenirs de l’horreur, notes journalières et listes de mots allemands dont elle voulait apprendre l’orthographe. Publiés pour la première fois en France, ils révèlent une artiste majeure de notre temps ». (Médiathèque Matéo Maximoff ).

Musique de son neveu Harri en concert à la Maison rouge jeudi 3 mai 2018.

« Moi

Ceija

je dis

qu’Auschwitz vit

et respire

aujourd’hui encore en moi

je sens aujourd’hui encore

la souffrance

Chaque brin d’herbe chaque fleur là-bas

est l’âme d’un mort ».