Trois histoires contemporaines

En trois livres, une journaliste, un philosophe et une artiste, nous donnent à voir les affres du monde contemporain : de la fin du soviétisme et de la disparition d’une culture partagée largement ignorée depuis, au néant du super luxe issu de la mondialisation, jusqu’aux rivages déprimés de l’addiction où échouent parfois les créateurs-
Mais nul ne peut prétendre être son contemporain..

“La fin de l’homme rouge ou le temps du désenchantement”, de Sevtlana Alexievitch chez Actes sud. Cette journaliste et écrivain — Biélorusse ex soviétique- a recueilli les voix de centaines de témoins brisés. On ne fait plus la queue pour acheter un livre de poèmes d’Anna Akhmatova mais pour un hambuger. L’ ennui c’est que le hambuger n’est pas à un prix soviétique et qu’il a démonétisé la culture.
Si rien n’est tu à propos des atrocités du régime soviétique, ” l’humour et l’amour parvenaient toujours à se glisser. Et puis il y avait les livres, la puissance de l’Empire, la Russie éternelle… les arrière-cuisines où l’on refaisait le monde, les écrits dissidents que l’on se passait sous le manteau… Et l’idée de liberté, qui faisait tant rêver.”
A la place l’argent, et une société particulièrement violente :
http://www.slate.fr/culture/77856/c%E2%80%99etait-donc-ca-la-liberte

“Le nouveau luxe : expériences, arrogance, authenticité” de Yves Michaud chez Stock.
Extrait : ” Entre 1995 et 2012, le marché mondial du luxe, qui inclut traditionnellement mode, accessoires, produits de beauté, horlogerie, joaillerie, alcools, vins, parfums, est passé d’un chiffre d’affaires de 77 milliards à celui de 212 milliards d’euros. Dans le même temps, un nouveau luxe s’est développé, le luxe d’expérience, où l’on consomme palaces, festivals, instituts de remise en forme et spas, haute gastronomie, croisières, safaris et packages touristiques d’exception, automobiles de plus de 100000 euros, réceptions mondaines, cocktails sélects, îles et yachts privés, escorts de charme et voyages spatiaux. Le chiffre d’affaires annuel de ce nouveau luxe n’est plus de 200 milliards mais de 1 000 milliards d’euros… 
Dans cette débauche de dépense, il s’agit d’abord de jouir. Il faut aussi se différencier avec le plus d’arrogance possible. Il faut surtout se trouver une identité, même creuse et vide, à travers une quête obsessionnelle de l’authenticité – plus authentique ».

http://innervee.net/article63/michaud-luxe-fragile-1-2
http://innervee.net/article64/michaud-luxe-fragile-2-2

“Stéréoscopie” de Marina de Van chez Allia.
Extrait : ” Je me sens ainsi protégée, de façon régressive, de la violence du monde, de l’ennui, de la vacuité des journées d’un été dont je ne sais pas quoi faire. Je laisse l’alcool et les calmants me guider vers une stupeur animale, où je ne sais plus quoi penser.»

L’actrice et réalisatrice témoigne des différentes addictions auxquelles elle a eu à faire face dans le passé, sa cure de désintoxication et ses rapports parfois troubles avec les thérapeutes durant son hospitalisation. Une observation clinique de l’addiction et des relations d’asservissement qu’elle engendre.
http://www.liberation.fr/livres/2013/08/29/marina-de-van-entomologiste-de-soi_928084


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search