Le Corbusier entre au patrimoine mondial de l’Unesco

Source : © LeMoniteur.fr : L’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) a annoncé, dimanche 17 juillet, l’inscription au patrimoine mondial de l’Humanité de 17 réalisations de l’architecte franco-suisse Le Corbusier. La troisième tentative aura été la bonne : après deux échecs, les promoteurs de l’oeuvre architecturale de Le Corbusier ont réussi, en 2016, à la faire inscrire au patrimoine de l’Humanité de l’Unesco. La 40e session du Comité du patrimoine mondial de l’Unesco, qui se tient à Istanbul, aura pourtant été bousculée. Après avoir été suspendus samedi 16 juillet, en raison de la tentative de putsch en Turquie, les travaux ont pu reprendre dès lendemain matin. Et, sans attendre, elle a entrepris d’annoncer l’allongement de la liste des sites classés au patrimoine mondial de l’Humanité. Comme le Parc national du Khangchendzonga en Inde ou le chantier naval d’Antigia dans les Caraïbes, l’oeuvre de Le Corbusier a donc enfin bénéficié de cette distinction. L’annonce a été faite sur Twitter par l’Unesco. Au total, ce sont 17 réalisations du célèbre architecte franco-suisse qui prennent place sur la prestigieuse liste. Dix d’entre elles sont situées en France, parmi lesquelles la Cité radieuse de Marseille, la chapelle de Ronchamp, le cabanon de Roquebrune-Cap-Martin et la Villa Savoye et la loge du jardinier à Poissy. Les autres œuvres élevées au rang de patrimoine de l’Humanité se trouvent en Suisse, en Belgique, en Allemagne, en Argentine et au Japon, témoignant ainsi de la dimension internationale du travail de Le Corbusier.

Focus sur quelques créations des années 1950, parmi les 17 réalisations de Le Corbusier inscrites au patrimoine mondial :

260px-Marseille_la_terrasse_de_la_citée_radieuse

3217-QP39

Affiche festival, 1956.

En France :

  • l’Unité d’habitation de Marseille, connue sous le nom de Cité radieuse, ou plus familièrement « La Maison du fada » est une résidence édifiée entre 1947 et 1952 : Michel Ragon, critique d’art et spécialiste de l’histoire de l’architecture, y réalisera en 1956 sur son toit, une exposition temporaire d’arts plastiques, dans le cadre du festival d’avant garde. danse 1956

Danseuses de la troupe de  Maurice Béjart et sculpture Cysp 1 de Nicolas Shöffer (festival 1956.). Sur le toit de la Cité Radieuse à Marseille.

  • La chapelle Notre-Dame du Haut à Ronchamp. Inaugurée en 1955.

Située  en Haute-Saône, elle a été démolie par les bombardements à la Libération. Elle a été reconstruite par Le Corbusier.Voir la genèse de la reconstruction de Ronchamp, ici  et notamment le rôle tenu par Maurice Jardot (associé du galeriste Daniel Kanweilher) et celui d’Eugène Claudius Petit, maire de Firminy, ministre en charge de la Reconstruction après guerre, qui confia à Le Corbusier la construction de Firminy-Vert.

inauguration ronchamp

1955 : Inauguration de la nouvelle chapelle de Ronchamp.

L'ART SACRE 1

japon museeph_building_02

 Musée National d’Art Occidental, Tokyo
Photo : Olivier Martin-Gambier 2006
© FLC/ADAGP

Untitled, 12/11/03, 2:53 PM, 16C, 3450x4776 (600+0), 100%, AIA repro tone, 1/50 s, R58.9, G46.8, B59.3

Claudius-Petit et Le Corbusier, in Architects in a Parisian cafe, ca. 1950 / UNESCO, photographer. Marcel Breuer papers, Archives of American Art, Smithsonian Institution.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search