Retour aux années 1920 : la Villa Bouilhet, « L’ ange volant » Garches, Paris, France – Giò Ponti

La revue « Connaissance des arts » rend hommage à Albert Bouilhet :  » Celui qui a consacré toute sa vie à la maison de luxe familiale Christofle est décédé le 14 février à l’âge de 86 ans.
C’est à Garches dans les Hauts-de-Seine, là où il naquit en 1929, qu’Albert Bouilhet s’est  éteint dimanche dernier.
Diplômé d’Oxford, il était rentré en 1949 comme stagiaire aux cotés de son père chez Christofle, la marque d’orfèvrerie française fondée en 1830 par son aïeul, le bijoutier Charles Christofle. Devenu PDG de la maison familiale en 1969, Albert Bouilhet fut le grand artisan de l’expansion de la marque à l’international. […] il quitte son fauteuil de PDG en 1993. La trajectoire d’Albert Bouilhet était étroitement liée au monde de l’art. Comme il l’avait rappelé lors d’une interview pour le magazine italien Living en 2008, son grand-père Henri Bouilhet était l’un des fondateurs du musée des Arts décoratifs à Paris.

Albert Bouilhet est mort à « L’Ange Volant », villa conçue en 1928 par son grand-oncle, l’architecte milanais Giò Ponti, dans laquelle il aura vécu sa vie durant ».

cover

Retour aux années 1920 : Giò Ponti souhaitait d’abord surnommer la villa «  La Saint-Cloudienne », pour cette construction « palladienne »  conçue en 1926 pour Tony Bouilhet et construite à Garches, en dehors de Paris à proximité du club de golf de Saint-Cloud : un endroit qui semblait stimuler les créations architecturales  dans les années 1920 : la villa conçue par Le Corbusier construite entre 1927 et 1928 pour les quatre Américains de Paris, Gertrude, Leo, Michael et Sarah Stein 420px-Stein_11

ou la Villa construite par Auguste Perret pour Nubar BeyCNAM-30-03-0119

Giò Ponti a finalement donné à cette maison familiale le nom de « L’Ange Volant », en référence à Carla Borletti, l’épouse de Tony Bouihet, mais aussi la nièce par alliance de Gio Ponti (par son épouse milanaise Giulia Vimercati).

Cette villa à deux étages a été la première maison que Ponti  a construite à l’étranger.  Il reprendra  sa conception pour d’autres projets. Son plafond peint a été conçu par Ponti, il s’agit d’une sorte de grande tente colorée, suspendue au-dessus de la salle.

Il est aussi l’architecte de la villa Borletti à Milan en 1928, il crée également en 1929-1931  le caveau familial des Borletti sur le bord du lac d’Orta,  au Cimitero monumentale de Milan.

A l’époque Gio Ponti est  déjà un designer reconnu qui a remporté un grand prix à  l’Exposition internationale des Arts décoratifs  en 1925. Il travaillera beaucoup pour la maison Christofle, comme le rappelle une exposition de 2008 qui se tiendra dans le cadre du salon du meuble de Milan dans l’enceinte du Palais de la Triennale.

Bonbonnière Flèche, créée par Gio Ponti en 1928 à l’oChristofle_Bonbonniereccasion du mariage de Carla Borletti avec Tony Bouilhet, héritier et directeur à l’époque de Christofle.

Gio Ponti crée en 1928 la revue Domus, une revue d’architecture et de design qui fera l’objet d’une exposition rétrospective au musée des Arts décoratifs à Paris en 1973.