Une exposition, un livre, au croisement de l’Histoire et de l’histoire de l’art

– Sur le carnet d’ hypothèses  » Mémoires d’Indochine »,  un rappel sur l’exposition « Vivre au Kampuchéa démocratique ».

affiche_vivre_au_kampuchea_democratique

L’exposition s’est déroulée « Dans le cadre du 40e anniversaire de la création de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), les SHS face aux images d’archives :

« 1975: tandis qu’à Paris naissait l’EHESS, au Cambodge, les Khmers rouges arrivaient au pouvoir. Quarante années plus tard, Andrea Morales Acero et Adriana Escobar, deux doctorantes du CESPRA, mettent en lumière vingt-trois photographies d’archive qui montrent une partie du quotidien des Cambodgiens durant le régime du Kampuchéa démocratique. Dans le cadre du 40e anniversaire de l’EHESS, elles présentent ces clichés dans l’atrium du France, jusqu’au 28 novembre prochain, à travers une exposition qu’elles ont intitulée « Vivre au Kampuchéa démocratique ». Là où un œil non averti voit des photographies de propagande qui vantent les travaux des champs et le mariage heureux, les chercheuses décryptent les changements, souvent extrêmement violents, imposés à la société cambodgienne et à son mode de vie, que ces photos trahissent malgré elles. Sont ainsi posées la question de l’utilisation des photographies comme source d’information en histoire et en science politique, et celle de l’impératif méthodologique de leur recontextualisation ».

product_9782070122653_195x320

Vient de paraître le dernier ouvrage d’Eric Michaud,  directeur d’études à l’EHESS : Les invasions barbares. Une généalogie de l’histoire de l’art :  Comment les arts ont-ils accompagné, sous-tendu, préfiguré, les fantasmes de pureté raciale ou de génie des peuples ? Comment l’art s’est-il présenté comme l’essence d’une culture en s’assignant à un sol et à un peuple déterminés ?

 Eric Michaud et  Johann Chapoutot, (IHTP), professeur à l’université Paris III Sorbonne nouvelle, ont commenté cet ouvrage le 27.11.2015 sur France Culture, dans l’émission La grande table : partie 2.