Exposition Lam : peindre le drame, défendre la dignité de la vie et saluer la Liberté

Exposition Wifredo Lam au dernier étage du Centre Pompidou. 30 septembre 2015 – 15 février 2016, Galerie 2.

Sur le site consacré à l’artiste, ce résumé : « Le peintre cubain Wifredo Lam (1902-1982), de renommée internationale, est l’initiateur d’une peinture métissée alliant modernisme occidental et symboles africains ou caribéens. Il a côtoyé tous les mouvements d’avant-garde de son époque – cubisme, surréalisme, CoBrA – qui incitent à la liberté, favorisent l’accès à l’inconscient ou explorent le merveilleux, à travers l’automatisme graphique… Mais Lam affronte également les problèmes du monde ; il poursuit dans son œuvre le même combat que son ami, Aimé Césaire : « peindre le drame de son pays, la cause et l’esprit des Noirs ». Il a ainsi inventé un langage propre, unique et original, pour « défendre la dignité de la vie » et « saluer la Liberté » ». 

Le commissariat est de Catherine David qui connait parfaitement l’artiste et son œuvre. La grande richesse de la rétrospective, tient aussi à la mise en avant des livres des poètes illustrés par Lam comme René Char (A la santé du serpent ):

20151102_123358

Il reste une profondeur mesurable là où le sable subjugue la destinée.

Comme dans d’autres scénographies actuellement, de grandes reproductions photographiques rythment le parcours  de l’exposition et (ou !) marquent les césures temporelles (Pour un autre exposition en cours,  « Fragonard amoureux » au Luxembourg, ce sont des reproductions de gravures)..20151102_122422

Il s’agit de découvrir le  » multiculturalisme original et sensuel  » de Lam évoqué ici, et les autres dimensions de son œuvre, forte, soulignées par  Aimé Césaire : « Et c’est libre de tout scrupule esthétique, libre de tout réalisme, libre de tout souci documentaire, que Wifredo Lam tient, magnifique, le grand rendez-vous. Terrible : avec la forêt, le marais, le monstre, la nuit, les graines volantes, la pluie, la liane, l’épiphyte, le serpent, la peur le bond, la vie ».

Un regret : le plafond du Centre est omniprésent et domine l’exposition. Le gris enrobe des grands formats cernés par la vidéosurveillance, des tubulures partout…

01-10-15-18-vue-de-salle-wifredo-lam-photo-georges-meguerditchian-centre-pompidou20151102_122949

Pour d’autres angles de vues, plus poétiques et plus chaleureux,au plus près des œuvres, voir et écouter Catherine David, ici.

S’y ajoutent des extraits SLIPCASE lamd’un coffret DVD passionnant et vivant, une production Aube & Oona Elléouët-Breton – Seven Doc, sortie en 2011, (Réalisateur Fabrice Maze et Barbro Schultz Lundestam).
Ce coffret contient un livret et quatre films répartis sur deux DVD et un livre de 88 pages retraçant la vie et l’oeuvre de Wifredo Lam :
« Au carrefour des mondes » 1902-1946, réalisé par Fabrice Maze (87 min)
 « A la recherche de l’unité perdue » 1946-1982, réalisé par Fabrice Maze (80 min) 
« Wifredo et les poètes », réalisé par Barbro Schultz Lundestam (52 min) 
« Poussière d’atomes », réalisé par Barbro Schultz Lundestam (48 min)

Dans « A la recherche de l’unité perdue » 1946-1982″, son ami Riccardo Porro, l’architecte cubain qui va aussi  rejoindre Paris et s’y installer à partir de 1968 témoigne. Il rappelle à quel point l’artiste était traumatisé, angoissé par sa vie d’exils et d’errances : il avait peur encore, lui confiait-il dans les années 1970, de finir sa vie dans un camp de concentration.

Riccardo Porro, décédé il y a peu, a été fortement influencé par Lam : « Il a développé une idée de son métier largement dérivée du romantisme allemand, proclamant qu’il fallait, par le biais de l’architecture, « romantiser la vie ». Mais c’est peut-être sa vision de la sexualité, de l’érotisme et des mythes de la fécondité en tant que ferments de son œuvre qui constitue la dimension la plus originale de son travail. Il la doit notamment à son ami le peintre surréaliste Wilfredo Lam, et à un désir de ressusciter à Cuba ce qu’il appelle la « tradition noire », celle du vaudou par exemple. Cette intention culminera dans son chef-d’œuvre, l’école des arts de la Havane, réalisée à la demande de Castro et Che Guevara au lendemain de la révolution castriste. »  : une rencontre en deux parties avec Riccardo Porro à réécouter ici sur France Culture, émission réalisée par François Chaslin dans le cadre des « jeudis de l’architecture », diffusions des 9 juin et 8 octobre 2011.