La Seconde Guerre mondiale et le Stedelijk museum

Du 27 février au 31 mai 2015, une exposition est consacrée au stedelijk museum et à la seconde guerre mondiale. Moins connues en France que les aventures de J. Jaujard au Louvre, les activités résistantes d’un responsable du Stedelijk museum, Willem Sandberg (1887-1984) méritaient elles aussi d’être soulignées, à l’occasion du 70 e anniversaire de la libération des Pays-Bas qui sera célébré en mai 2015. L’exposition est structurée à partir de la collection permanente mais présente également des documents photographiques inédits. Elle raconte cinq histoires fascinantes survenues durant de cette période. Ainsi, en 1943, sous l’occupation, le Stedelijk a été contraint d’organiser deux expositions de propagande: Kunstenaars zien den Arbeidsdienst et De Jeugdherberg van morgen. Mais le musée a également organisé sa petite résistance en programmant des thèmes plus patriotiques tels que Stad en Land (1942), Le musée est alors placé sous la direction de David Roëll (1936 – 1945) et de son adjoint Sandberg, responsable de la section d’art moderne : ils mettent à l’abri les collections dans un bunker situé dans les dunes, près de Castricum, aux côtés d’environ 500 collections dont celle de la famille royale, des héritiers de Van Gogh et de nombreux collectionneurs juifs. Après la guerre, des collectionneurs et des artistes juifs, en geste de remerciement, ont effectué des dons au profit du musée, notamment des œuvres de Van Gogh et de Kokoschka. 

 2014-04-06-17-39-26_schuilkelder tne bunker The bunker near Castricum, with work from a.o. Van Gogh. Foto Joh. de Haas.

 

matisse%20Odalisque%201921

Collectie Stedelijk Museum Amsterdam Henri Matisse, Odalisque, 1921

sandberg-portraitsandberg logo

W. Sandberg, graphiste de formation (il a notamment créé après la guerre le logo de son musée) s’est engagé dans la résistance et a fabriqué de faux papiers : il a dû à son tour se cacher à partir de 1943 au moment de l’arrestation des membres de son réseau (dont l’artiste Gerrit van der Veen). Après la libération, le Stedelijk était également impliqué dans la récupération internationale des œuvres d’art pillées depuis 1933.  Cette recherche se poursuit encore aujourd’hui : voir à ce propos le site du Dutch national research project

Directeur de son musée après la guerre (1945-1962) il est devenu une figure majeure parmi les conservateurs promouvant l’art contemporain dans les années 1950 aux années 1970, eu Europe, grâce à son implication et à l’intérêt constant  qu’il a porté à la création contemporaine, locale aussi bien qu’internationale : il a été salué par son collègue François Mathey qui a exposé son œuvre graphique au musée des Arts décoratifs à Paris en 1973 :Sandberg “désigne” le Stedelijk : Amsterdam, 1945-63… Typographie, muséographie. Musée des Arts Décoratifs, Paris, 30 mars-30 avril’73 l’Institut néerlandais de Paris lui a consacré des années plus tard une exposition très riche et intéressante, en 2007 : http://strabic.fr/Willem-Sandberg-precurseur