Les expositions annulées se multiplient

Un nouveau phénomène, dont il faudra tenir compte dans l’évolution de l’exposition temporaire, ” vecteur privilégié de la transmission de la culture plastique” (Francis Haskell, Le Musée éphémère : les maîtres anciens et l’essor des expositions, Paris, Gallimard, 2002), de nombreuses expositions temporaires en France, en Europe et dans le monde entier, ont été annulées ces derniers mois, pour des raisons diverses d’ailleurs : soit parce que l’exposition déplaît, peut choquer le public, soit parce que certaines œuvres s’avèrent indisponibles pour un prêt. Voici quelques exemples au hasard, de l’exposition la plus modeste, aux plus ambitieuses :

Novembre 2014 : Noté sur le site du  monde de l’édition : L‘exposition Crocodiles, de Thomas Mathieu, censurée à Toulouse : “Thomas Mathieu, auteur, avait ouvert un blog sur lequel il dessinait les témoignages de femmes victimes de harcèlement et de violences, revus en remplaçant les agresseurs par des crocodiles. Des histoires vraies, donc, croquées crues et sans fard. La mairie de Toulouse a annulé cette dernière, pour cause d’« immoralité » et de « vulgarité »).https://www.actualitte.com/societe/expo-crocodiles-nous-sommes-un-peu-consternes-par-cette-annulation-53968.htm: “Nous sommes un peu consternés par cette annulation”

Début novembre 2014 à Lille cette fois: Pierre Bergé fait faux-bond au musée des Beaux-Arts, sur le site de la Voix du Nord : 

Pierre Bergé a choisi «  à son grand regret de se retirer du projet Open Museum  », dont il était l’invité au printemps 2015, a fait savoir le musée lillois. En cause : l’indisponibilité de certaines œuvres des collections permanentes qu’il souhaitait intégrer à sa carte blanche. «  Certains prêts avaient en effet déjà été accordés à des musées français et étrangers, sur lesquels il n’était pas possible de revenir  », précise-t-on au palais des Beaux-Arts. Le musée est contraint de chercher un nouvel invité.. (…) La première carte blanche offerte au groupe de musique électronique Air, cette année, avait attiré près de 75 000 personnes, entre le 10 avril et le 24 août dernier. L’opération avait ainsi permis de vendre autant d’entrées que pour la fréquentation habituelle des collections permanentes.Publié le 04/11/2014 – 

http://www.nordeclair.fr/info-locale/lille-pierre-berge-annule-sa-participation-au-prochain-jna49b0n523110?xtor=RSS-2

En Europe, même phénomène :  Un musée allemand annule une exposition de Balthus, en février 2014 (musée Folkwang d’Essen ): http://www.museum-folkwang.de/

Dernier exemple en date, au Mexique le Museo Jumex annule ses expositions dédiées à Hermann Nitsch et à l’Actionnisme viennois sous la pression d’une pétition qui a recueilli 5 000 signatures comme l’écrit dans le Journal des Arts, Frédéric Bonnet :
” Le Museo Jumex http://fundacionjumex.org/site/museojumex a officiellement fait part, vendredi 30 janvier, de la « suspension » de ses prochaines expositions dédiées à l’Actionnisme viennois et à l’un de ses principaux acteurs, Hermann Nitsch, qui devaient s’ouvrir le 26 février prochain, mises en musique par le curateur français Michel Blancsubé […]Une pétition critiquant Nitsch au motif que le terreau de son travail tiendrait dans la mise à mort d’animaux, déjà signée par un peu plus de 5 000 personnes à la date du 1er février, semble avoir conduit à cette décision. “.
http://www.lejournaldesarts.fr/
Si le phénomène n’est pas nouveau il semble qu’il s’amplifie ces dernières années, l’exposition temporaire n’est plus ni “obligatoire”, ni “incontestable”, ni “incontournable”, même très avancée dans sa préparation, elle est susceptible d’être remise en cause par le public ou par les autorités qui la financent, avant d’avoir pu être vue et appréciée.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search