De nouveaux musées à naître en 2014 : le musée des Confluences à Lyon

Capture10Une sorte de cabinet de curiosités (http://www.bpi.fr/fr/les_dossiers/arts2/le_cabinet_de_curiosites_d_hier_a_aujourd_hui.html) géant du XXIe siècle ? Le musée des Confluences doit ouvrir à Lyon, entre Saône et Rhône, en décembre prochain  : voir à ce sujet le très complet reportage de FR3 Lyon https://www.dailymotion.com/video/x20d3hx_le-musee-des-confluences-en-avant-premiere_tv

Comme d’habitude aujourd’hui, le musée se résume d’abord à son architecture, ses coûts et ses surcoûts, ses retards de chantier, et toutes les difficultés liées à la programmation et à la mise en œuvre de tels travaux (voir les nouveaux musées de 2014 Soulages, Louis-Vuitton, Picasso : http://m.culturebox.francetvinfo.fr/expositions/evenements/soulages-louis-vuitton-picasso-les-nouveaux-musees-de-2014-147513) Voir les musées inaugurés les années précédentes comme le Mucem (http://www.mucem.org/)

Capture8Ici, extérieurement, le musée est un espace flottant comme un énorme nuage, qui abrite 5 000 m2 de surfaces d’exposition pour une surface totale de 22 ooo m2. Pour l’architecte en chef responsable de cette construction, ces rapports sont justifiés : il faut imaginer la surface d’exposition comme la scène d’un théâtre, une toute petite partie d’un vaste ensemble comprenant notamment les réserves et les espaces de restauration. Le musée table sur 500 000 entrées par an, comme (peu ou prou) le Centre Pompidou, Metz en 2010. L’architecture du musée lyonnais séduit et suscite déjà de nombreux futurs donateurs.

Capture6 Ses collections ont deux sources principales issues du précédent musée qui a fermé pour des raisons de sécurité : les collections de l’ancien Muséum d’histoire naturelle, et les collections du premier musée fondé par Émile Guimet, grand voyageur, héritier d’une ingénieur d’Isère à l’origine d’un bleu outremer. Émile Guimet créera aussi une véritable entreprise industrielle qui sera plus tard à l’origine de l’entreprise  Péchiney.

Émile Guimet a été célébré en 2012 à Lyon : http://www.artaujourdhui.info/a06263-un-jour-j-achetai-une-momie-emile-guimet-et-l-egypte-antique.html “Quand en 1865, Émile Guimet (1836–1918) visite l’Égypte, il ne se doute pas que ce voyage va bouleverser sa vie. Fasciné par l’archéologie, la philosophie et l’histoire des religions orientales, le jeune industriel lyonnais commence alors une exceptionnelle collection : http://www.mba-lyon.fr/static/mba/contenu/pdf/expos/dp_EG-Egypte-antique.pdf. Émile Guimet fonde un premier musée  à Lyon en 1879. Il s’agit d’une centre de diffusion culturelle qui comprend une bibliothèque et un centre d’enseignement des langues. Mais déçu du manque de succès de son initiative auprès des Lyonnais, Guimet offre ses collections à la Ville de Lyon et crée un nouveau  musée des arts asiatiques, celui-ci plus connu, à Paris (http://www.guimet.fr), il est construit sur les mêmes plans que le musée initial de Lyon.

imagesCART8XFCexpo

Anonyme, Monsieur Guimet lisant une inscription égyptienne. Encre sur papier. Lyon, Musée des Beaux-Arts.

Le musée lyonnais possède également dans ses réserves beaucoup d’œuvres en dépôt, en provenance du musée du Louvre, comme ce sphinx. Capture5

 

Le futur musée comprendra aussi des œuvres contemporaines comme cette “création du monde ” de l’artiste contemporain Inuit, Manasie Akpaliapik qui appartient aux collections du Museum de Lyon :

CaptureLa création du monde de Manasie AkpCapture2aliapik, Nunavut, Canada © Museum de Lyon8773837_p