Richesses de la cathédrale de Sens, de son musée et de la donation Marrey

sensLa cathédrale Saint-Étienne de Sens, première cathédrale gothique,  fête ses 850 ans : c’est l’occasion de découvrir ou de redécouvrir les richesses de cet ensemble architectural, de ses vitraux et de son Trésor : http://ville-sens.fr/download/Une/2014/dp_expos-ete_mail.pdf
vue gnelale sensLes musées de Sens sont regroupés dans l’ancien Palais des Archevêques dont les bâtiments des différentes époques forment un rectangle accolé au flanc sud de la cathédrale saint Étienne. Ainsi rassemblées les collections appartenant à l’ État, à la ville et à la société archéologique offrent la possibilité de suivre l’histoire du pays sénonais jalonné d’objets et d’œuvres d’art.
Le musée offre une rapide et exemplaire traversée des siècles, d’un grand éclectisme  : http://www.musees-bourgogne.org/les_musees/musee_bourgogne_resultat.php?id=43&theme=ethnologie
Les tapisseries : ci-contre Tapiss1OK-e9249Les anges musiciens, un détail de la tapisserie du Couronnement de la Vierge. (Cliché E. Berry. Musées de Sens),
des sculptures ( Bartholdi):
bartholdi
une Adoration des mages, de Pierre Brueghel le Jeune (1564-1638), grâce à un dépôt L.et F. Marrey, 2002.
« L’importante donation Lucien et Fernande Marrey a définitivement enrichi en 2008 les Musées de Sens. Les œuvres qui la composent, sont présentées dans une nouvelle salle et dans l’ancienne galerie d’apparat des archevêques. Cette collection comprend des meubles conçus par le ferronnier d’art Raymond Subes (1891-1970), des céramiques de J. Mayodon (1893-1967), des peintures flamandes et hollandaises dont P. Brueghel (vers 1564-1638), A. Grimer (vers 1570-1618), des sculptures médiévales, deux bronzes de Rodin. Une grande toile de Louis Watteau dit de Lille « La Visite à la ferme » (1782) est entourée de peintures du XIXe et XXe : E. Boudin (1824-1898), A. Lebourg (1849-1928), A. Marquet (1875-1947) »: http://ville-sens.fr/index.php/Les%20mus%C3%A9es?idpage=162&idmetacontenu=187
La donation a été précédée d’un dépôt salué en 2002 : La collection Lucien et Fernande Marrey. 23 p. Édition : 2002 [Sens] [Musées de Sens] Auteur du texte : Baptiste-Marrey, Bernard Marrey
Vue de la table de Raymond Subes  ferronnier d’art  (1891-1970),  auprès d’une sculpture en bronze d’Auguste Rodin (1840-1917) : L’Homme d’Airain. Pour davantage d’illustrations: https://www.flickr.com/photos /tourismesens/6460474381/
Les enfants des époux Marrey,  Bernard et Jean-Claude Marrey, dit BaptisteMarrey ont déroulé une carrière dans le monde des arts et de la culture : Ils ont été ensemble les premiers directeurs de la maison de la culture d’Amiens inaugurée par André Malraux le 19 mars 1966.
Bernard Marrey  a  aussi travaillé auparavant pour le centre national de diffusion culturelle (CNDC), présidé alors par Eugène Claudius-Petit et imaginé par Émile Biasini.
Ce fut pour lui l’occasion de participer à l’organisation d’une exposition itinérante qui a figuré au musée des Arts décoratifs à Paris, l’art roman au soleil. (Octobre-décembre 1962), à découvrir dans les albums Maciet de la bibliothèque des Arts décos ( Maciet 309bis/30).
Écrivain, il a créé en 1993 une  maison d’édition consacrée principalement au monde de l’architecture,  Les éditions du linteau : http://www.aisnenouvelle.fr/article/autre-actu/bernard-marrey-revisite-la-cite-modele
Baptiste Marrey est lui aussi devenu écrivain et a notamment rédigé un portrait d’Albert Camus publié en 2013 : « J’ai eu l’incroyable chance de travailler avec plusieurs hommes admirables. Parmi eux, le plus connu, le plus exemplaire, et sans doute celui que j’ai le plus aimé fut Albert Camus. »
Il a aussi rassemblé les écrits du peintre Roger Bissière en 1994 (Écrits sur la peinture : 1945-1964,  T’en fais pas la Marie, Roger Bissière, Éditeur : Le temps qu’il fait). L’ouvrage comprend un texte de François Mathey, décédé en 1993.
Il a soutenu les créations du fils de celui-ci, Louttre B. notamment son œuvre gravée. Il a écrit notamment une monographie sur l’artiste : Louttre B : Portrait en douze esquisses. 41--TO8CXeL__SY300_Il a réalisé le catalogue de l’exposition de son œuvre gravée au musée de Sens en 2003.
200620121111
Louttre B.  Traces éparses, 2001, sable et acrylique sur toile, 201×250 reproduit dans le catalogue des Musées de Sens-Palais Synodal, 2003