Portraits d’éditeurs : des personnages secondaires ?

Francois Dosse se lance dans les  portraits d’éditeurs :  cela constitue  “un codicille à la biographie de Pierre Nora” (Homo historicus, Perrin, 2011).

Le carnet d’hypothèses,  Dissidences réalise cette première analyse :

“Treize portraits contribuent ainsi à façonner plus avant la figure de l’éditeur français contemporain : pêle-mêle, Christian Bourgois, José Corti, Claude Durand, Paul Flamand, Claude Gallimard, René Julliard, Robert Laffont, Jérôme Lindon, François Maspero, Maurice Nadeau, Charles Orengo, Jean-Jacques Pauvert, Françoise Verny. Tous se trouvent définis d’un trait, d’un épithète : René Julliard est un « dandy séducteur », Christian Bourgois a « son catalogue comme œuvre », Maurice Nadeau se précise d’un « changer la vie » au cœur de son compagnonnage surréaliste et trotskiste. Composé ainsi, le livre est une promenade, une introduction au monde de l’édition où le lecteur côtoie des figures connues, sous la forme d’idéaux-types : le libraire éditeur, dévoué à sa tâche – militante et / ou poétique – comme Maspero, Corti, l’intellectuel catholique marqué par la résistance comme Paul Flamand, le résistant encore, comme Jérôme Lindon, etc. Cette première lecture possible multiplie des portraits en pied plus que des récits biographiques, un monde se dévoile pour partie, dont les ressorts ne sont jamais explicitement donnés. Le livre n’a là d’autre but que de donner à voir « ces hommes de l’ombre, souvent anonymes dans l’arrière-fond de la fabrique du livre, laissant à l’auteur l’exposition à la notoriété ou l’insuccès » (p. 7). Pourtant, nombre de ces éditeurs se sont trouvés au contraire en pleine lumière, jouant pleinement un rôle d’intellectuels engagés dans les combats du second vingtième siècle”.http://dissidences.hypotheses.org/4885

L’ouvrage s’intitule Les hommes de l’ombre, portraits d’éditeurs :

41vv4RDP5ML__SY445_

Dans le même ordre d’esprit, rappelons l’approche alors assez inédite adoptée par Laure Murat analysant la vie et l’impact d’autres personnages dits secondaires comme le docteur Blanche et son fils http://www.lexpress.fr/culture/livre/laure-murat-chez-les-docteurs-blanche_805965.html  poster_51420déjà évoqué ici (http://musearti.hypotheses.org/?p=264) ou bien l’itinéraire et l’influence de deux libraires femmes à Paris dans Passage de l’Odéon : Sylvia Beach, Adrienne Monnier et la vie littéraire à Paris dans l’entre-deux-guerres  paru en 2005 : product_9782070316274_195x320

Ces passeurs, ces intermédiaires, établissent des liens, constituent une communication entre des artistes et des groupes. Ils  n’appartiennent ni aux grandes figures artistiques,  ni « au cortège des anonymes », comme le rappelle fort bien Laure Murat, mais ils promeuventl’art vivant, des années trente aux années quatre-vingt : souvent oubliés, qualifiés de personnages « seconds » ou secondaires, ils, ou elles, jouent un rôle de passeur et leur histoire permet de revisiter l’histoire de l’art, l’histoire culturelle de leur époque.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search